Bataille du Hamel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bataille du Hamel
Description de cette image, également commentée ci-après

Soldats australiens et américains dans les tranchées, pendant la bataille du Hamel

Informations générales
Date
Lieu Le Hamel, France
Issue Victoire alliée
Belligérants
Drapeau du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande Royaume-Uni
Drapeau de l'Australie Australie
Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau de l'Empire allemand Empire allemand
Commandants
John Monash
Pertes
976 morts,
338 blessés
2 000 morts,

1 600 prisonniers

Première Guerre mondiale

Batailles

Offensive du printemps :

Opération Michael · Lys (1918) · Aisne (1918) · Bois Belleau · Montdidier-Noyon · Hamel · Marne (1918)
Coordonnées 49° 53′ 56″ N 2° 34′ 14″ E / 49.89888889, 2.5705555649° 53′ 56″ Nord 2° 34′ 14″ Est / 49.89888889, 2.57055556

Géolocalisation sur la carte : Somme

(Voir situation sur carte : Somme)
 Différences entre dessin et blasonnement : Bataille du Hamel.

Géolocalisation sur la carte : Nord-Pas-de-Calais-Picardie

(Voir situation sur carte : Nord-Pas-de-Calais-Picardie)
 Différences entre dessin et blasonnement : Bataille du Hamel.

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
 Différences entre dessin et blasonnement : Bataille du Hamel.

La bataille du Hamel () est une attaque planifiée par les troupes de l'Australian Imperial Force contre les positions allemandes près du bourg picard de du Hamel dans la Somme, pendant la Première Guerre mondiale.

Contexte historique[modifier | modifier le code]

L'Offensive du printemps avait permis aux Allemands d'enfoncer le front allié et d'arriver aux portes d'Amiens. L'intervention des troupes australiennes donna un coup d'arrêt à l'avance allemande, offrit un répit aux Alliés et permit d'organiser la contre-offensive alliée, l'Offensive des Cent-Jours.

Les opérations furent planifiées et dirigées par le Lieutenant-général John Monash. Elle est importante non pas en raison de sa valeur stratégique mais en raison de la tactique utilisée, radicalement différente des tactiques traditionnelles utilisées jusque là, à savoir les assauts frontaux en masse, très coûteux en vies humaines.

Une innovation militaire[modifier | modifier le code]

La planification minutieuse du déroulement de la bataille, de la part de Monash, ainsi que la préparation des troupes et les informations qui leur furent transmises concernant leurs objectifs, contribuèrent grandement au succès de la bataille[1].

Parmi les nouvelles tactiques utilisées, on peut citer le ravitaillement aérien en troupes (sauts en parachute) et une coopération accrue entre les unités d'infanterie et les unités blindées. Par exemple, les chars furent également utilisés comme creeping barrage ou feu roulant, le barrage d'artillerie se déplaçant lentement devant l'avancée des troupes (permettant à celles-ci de prendre les tranchées allemandes alors que leurs occupants n'avaient pas eu le temps de sortir de leurs abris). Les chars servirent également au ravitaillement en nourriture, munitions et médicaments aux troupes avancées. Monash se refusait à sacrifier des troupes d'infanterie lors d'attaques non protégées, d'où son souci de leur apporter le maximum de protection.

Deux régiments, le 131e et le 132e de la 66e brigade d'infanterie, ainsi que la 33e division d'infanterie de l'armée américaine (2 000 hommes) participèrent également à la bataille, sous commandement australien.

Conséquences de la bataille[modifier | modifier le code]

La bataille fut un succès complet, en 92 minutes tous les objectifs avaient été atteints, ce qui est très peu comparé aux batailles des premières années qui pouvaient durer plusieurs mois. Au total, le nombre de victimes australiennes s'éleva à 1 062 (dont 800 morts), auxquelles il faut ajouter 176 victimes américaines (avec près de 100 morts); quant aux Allemands, ils perdirent 2 000 hommes, et 1 600 d'entre eux furent fait prisonniers, avec un nombre important de pièces d'artillerie.

Bien que ce fut une bataille secondaire, elle eut d'importantes conséquences. Cette stratégie victorieuse fut appliquée par la suite, à une échelle bien plus grande, lors de la bataille d'Amiens, qui fut un des moments-clé dans la victoire finale des Alliés.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. www.ww1westernfront.gov.au Les Australiens sur le front occidental 1914-1918 : La bataille du Hamel - 4 juillet 1918.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]