Porto (fleuve)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Porto (homonymie).

Porto
(ruisseau de San Petru, ruisseau de Tavulella, rivière de Tavullela)
Illustration
Pont génois de Pianella (Ota)
Caractéristiques
Longueur 23,6 km [1]
Bassin 133 km2 [1]
Bassin collecteur le Porto
Débit moyen 2,76 m3/s (Ota) [2]
Régime pluvial méridional
Cours
Source Capu a Rughia (1712 m)
· Localisation Cristinacce
· Altitude 1 600 m
· Coordonnées 42° 16′ 11″ N, 8° 52′ 49″ E
Embouchure la mer Méditerranée
· Localisation Ota
· Altitude m
· Coordonnées 42° 16′ 00″ N, 8° 41′ 30″ E
Géographie
Principaux affluents
· Rive gauche 10 ruisseaux
· Rive droite 9 ruisseaux dont Aïtone et Lonca
Pays traversés Drapeau de la France France
Départements Corse-du-Sud
Cantons canton des Deux-Sevi
Régions traversées Corse

Sources : SANDRE, Géoportail, Banque Hydro

Le Porto est un petit fleuve côtier français de l'île de Corse. Il coule dans le département de Corse-du-Sud.

Géographie[modifier | modifier le code]

L'embouchure du Porto
Bocca San Pedru

Ce fleuve côtier prend naissance sur le territoire de la commune Cristinacce, où il s'appelle ruisseau de San-Petru, à 1 600 mètres d'altitude[3], près du Capu a Rughia (1 712 m) et de Bocca San Pedru (Col Saint-Pierre)[4] sur le GR 20. Il s'oriente rapidement en direction de l'ouest, direction qu'il maintiendra tout au long de son parcours.

Après avoir baigné les communes de Marignana, Évisa et Ota, et parcouru 23,6 km[1], il se jette dans la mer Méditerranée dans le golfe de Porto[5], au pied de la tour de Porto[4].

Dans la partie haute de son cours, le Porto s'appelle aussi pour Géoportail, le ruisseau de Tavulella ou même la rivière de Tavulella[4].
En quittant la commune d'Évisa, le ruisseau de Tavulella traverse les gorges de la Spelunca où il reçoit les eaux du ruisseau d'Aïtone. Plus en aval, après le pont de la route D124, il reçoit les eaux du ruisseau de Lonca et prend à partir de cette confluence, le nom de rivière de Porto.

Les fleuves côtiers voisins sont au nord le Fango, au sud le Liamone.

Rose des vents le Fango Rose des vents
la mer Méditerranée N
O    le Porto    E
S
le Liamone

Communes et cantons traversés[modifier | modifier le code]

Dans le seul département de la Corse-du-Sud, le Porto traverse quatre communes[1] et un seul canton :

Soit en termes de cantons, le Porto prend source, traverse et conflue sur un seul canton : celui de canton des Deux-Sevi.

Affluents[modifier | modifier le code]

Pont de Pianella (Ota)
Pont de Zaglia dans les gorges de la Spelunca

Le Porto a dix-neuf affluents référencés[1] :

Les piscines naturelles de l'Aïtone

...

  • le ruisseau de Lonca (rd) 15,4 km[7] sur les deux communes de Évisa et Ota[notes 1] avec huit affluents :
    • le ruisseau de Calavalonda (rg) 3 km sur la seule communes de Évisa[notes 2].
    • le ruisseau de Piscio (rg) 1,4 km sur la seule communes de Évisa.
    • le ruisseau de Pozzitondi (rd) 1,7 km sur la seule communes de Évisa.
    • le ruisseau de San Leonardo (rg) 2,9 km sur la seule commune d'Évisa.
    • le ruisseau de Forca Al Tassi (rd) 4 km sur les deux communes de Manso, Évisa.
    • le ruisseau de Lumio (rd) 1,1 km sur les deux communes de Serriera, Évisa.
    • le ruisseau de Casa Infurcata (rg) 2,1 km sur les deux communes de Ota, Évisa.
    • le ruisseau de Corgola (rd) 1 km sur les trois communes de Ota, Serriera, Évisa.

...

  • le ruisseau de Rotte (rg) 0,9 km sur les trois communes de Marignana, Ota, Évisa.
  • le ruisseau d'Aghiola (rd) 1,3 km sur les deux communes de Marignana, Ota.
  • le ruisseau de Lamatoghiu (rg) 3,4 km sur les deux communes de Marignana, Ota avec trois affluents :
    • le ruisseau de Stazzona (rg) 1,2 km sur les deux communes de Marignana, Ota.
    • le ruisseau de Pertusella (rg) 1,6 km sur les deux communes de Marignana, Ota.
    • le ruisseau de Campoghiu (rg) 2,6 km sur les deux communes de Marignana, Ota avec un affluent :
      • le ruisseau de Pirellu (rg) 1,1 km sur les deux communes de Marignana, Ota.
  • le ruisseau de l'Onda (rg) 3,4 km sur les deux communes de Marignana, Ota avec un affluent :
    • le ruisseau u Vitullu (rg) 3,3 km sur les deux communes de Marignana, Ota.
  • le ruisseau d'Enova (rd) 3,5 km sur la seule commune de Ota avec un affluent :
    • le ruisseau de Vitrone (rg) 1,8 km sur les deux communes de Serriera, Ota.
  • le ruisseau u Riu (rg) 2,6 km sur la trois communes de Marignana, Ota, Piana.

Hydrologie[modifier | modifier le code]

Une station hydrologique est implantée à Ota, depuis 1996, à 205 mètres d'altitude, pour un bassin versant de 103 km2 et un module de 2,76 m3/s[2]. En cas de crue, son débit maximal instantané a été le de 496 m3/s et pour un débit journalier maximal, à la même date, de 145 m3/s. la hauteur maximale instantanée a été le même jour, de 458 cm. Le débit QJ de crue décennale s'établit à 95 m3/s et le QJ vicennal à 110 m3/s soit 40 à 45 fois environ le débit nominal ou module.

Débit moyen mensuel (en m3/s)
Station hydrologique : Y7915010 - Le Porto à Ota pour un bassin versant de 103 km2 à 205 mètres d'altitude[2]
(données calculées sur 17 ans depuis 1996)

Le rang de Strahler est de quatre.

Aménagements[modifier | modifier le code]

Passerelle de la marine

Le petit port de Porto Marina se trouve à l'abri dans son embouchure.

Deux ponts ont été construits sur le Porto du temps des génois, principalement pour la transhumance. Le chemin était jadis utilisé par les bergers niolins pour franchir la rivière et amener leur troupeau sur le littoral :

  • Le pont de Zaglia. Situé à cheval sur le ruisseau de Tavulella dans les gorges de Spelunca (Spilonca), il est classé Monument historique par arrêté du 26 juin 1990[8].
  • Le pont de Pianella. Ce pont enjambe le Porto au lieu-dit Ponte-Vecchju (Ota). Le pont de Pianella qui date du XVe siècle, est classé Monument historique par arrêté du 29 novembre 1976[9].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. le SANDRE 2012 rajoute -?- les deux communes de Albertacce et Manso
  2. le SANDRE 2012 rajoute -?- la commune d'Albertacce

Références[modifier | modifier le code]