Touloubre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
la Touloubre
La Touloubre, aux abords du Château de la Barben.la Touloubre sur Commons
La Touloubre, aux abords du Château de la Barben.
Image illustrative de l'article Touloubre
Caractéristiques
Longueur 59 km [1]
Bassin 420 km2 [2]
Bassin collecteur la Touloubre
Débit moyen 2,6 m3/s (Cornillon-Confoux) [3]
Nombre de Strahler 3
Organisme gestionnaire syndicat de la Touloubre[4]
Régime nivo-pluvial méridional
Cours
Source au nord ouest de la Keyrié
· Localisation Venelles
· Altitude 330 m
· Coordonnées 43° 35′ 57″ N 5° 29′ 00″ E / 43.599167, 5.483333 (Source - la Touloubre)
Embouchure étang de Berre Mer Méditerranée
· Localisation Saint-Chamas
· Altitude 0 m
· Coordonnées 43° 33′ 02″ N 5° 02′ 05″ E / 43.550556, 5.034722 (Embouchure - la Touloubre)
Géographie
Principaux affluents
· Rive droite Le Budéou, Le Lavadenan/Concernade, Le Boulery et La Goule
Pays traversés Drapeau de la France France
Département Bouches-du-Rhône
Arrondissement Aix-en-Provence
Cantons Trets, Aix-en-Provence-2, Pélissanne, Salon-de-Provence-2, Berre-l'Étang
Régions traversées Provence-Alpes-Côte d'Azur
Principales localités Aix-en-Provence, Salon-de-Provence, Pélissanne

Sources : SANDRE:« Y42-0400 », Géoportail, Banque Hydro

La Touloubre est un fleuve côtier du sud-est de la France, dans le département des Bouches-du-Rhône, dans la région Provence-Alpes-Côte d'Azur, qui se jette dans la mer Méditerranée, par l'étang de Berre.

Géographie[modifier | modifier le code]

La Touloubre prend sa source au sud de Venelles, entre le massif de la Trévaresse et la montagne Sainte-Victoire, à 330 mètres d'altitude[5]. Après un parcours sinueux dans les collines au nord d'Éguilles et au sud de Saint-Cannat, elle traverse La Barben et Pélissanne, passe entre la ville de Salon-de-Provence et sa base aérienne, arrose Grans, et, après une large boucle, passe au pied de Cornillon-Confoux[6] et se jette dans l'étang de Berre à Saint-Chamas après être passé sous le Pont Flavien[7].

La longueur de son cours est de 59 kilomètres[1].

Communes et cantons traversés[modifier | modifier le code]

Dans le seul département des Bouches-du-Rhône, la Touloubre traverse les onze communes[1] suivantes, dans cinq cantons, del'amont vers aval, de Venelles (source), Aix-en-Provence, Éguilles, Saint-Cannat, Lambesc, La Barben, Pélissanne, Salon-de-Provence, Grans, Cornillon-Confoux, Saint-Chamas (embouchure).

Soit en termes de cantons, la Touloubre prend sa source dans l'ancien canton d'Aix-en-Provence-Nord-Est, aujourd'hui dans le canton de Trets, traverse l'ancien canton d'Aix-en-Provence-Sud-Ouest, aujourd'hui le canton d'Aix-en-Provence-2, canton de Pélissanne, canton de Salon-de-Provence-2 et conflue dans le canton de Berre-l'Étang, le tout dans l'arrondissement d'Aix-en-Provence.

Bassin versant[modifier | modifier le code]

La Touloubre traverse les trois zones hydrographiques Y420, Y421 et Y422 pour une superficie totale de 1 577 km2[1]. Ce bassin est constitué à 40,71 % de « forêts et milieux semi-naturels », à 32,75 % de « territoires agricoles », à 15,59 % de « territoires artificialisés », à 10.40 % de « surfaces en eau », à 0.59 % de « zones humides »[1]. Le bassin versant spécifique de la Touloubre est de 420 km2[2].

Organisme gestionnaire[modifier | modifier le code]

L'organisme gestionnaire est le syndicat mixte d'aménagement du bassin de la Touloubre ou en abrégé le syndicat de la Touloubre, sis à Pélissanne[4].

Affluents[modifier | modifier le code]

La Touloubre a sept affluents contributeurs référencés[1] :

  • le ravin des Crouès, 2 km, sur la commune d'Aix-en-Provence, avec un affluent :
    • le ravin du Valladas, 1,4 km, sur la seule commune d'Aix-en-Provence.
  • Le ravin de la Fauchonne, 4,2 km, sur la commune d'Aix-en-Provence.
  • le ruisseau de Budéou, 7,8 km, sur les communes de Lambesc et Saint-Cannat.
  • le ruisseau de Concernade, 21 km, sur les trois communes de La Barben, Lambesc et Rognes.
  • le vallat de Boulery, 4,4 km, sur les deux communes de La Barben et Lambesc, avec un affluent :
    • le ruisseau de l'Estagnol, 2,8 km, sur la seule commune de Lambesc.
  • le canal de l'e.d.f., 87,9 km, sur dix-sept communes avec neuf tronçons affluents.
  • le vallat des Crottes, 0,8 km, sur les deux communes de Cornillon-Confoux et Saint-Chamas.

Son rang de Strahler est donc de trois.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La Touloubre a été observée aux deux stations suivantes :

  • Y4214010 la Touloubre à la Barben (La Savonnière) à 91 m d'altitude pour un bassin versant de 234 km2 depuis le (50 ans), avec un module de 0,6 m3/s[8],
  • Y4214040 la Touloubre à Cornillon-Confoux (La Glacière) à 30 m d'altitude pour un bassin versant de 400 km2 depuis le (19 ans), avec un module de 2,6 m3/s[3].

La Touloubre à Cornillon-Confoux[modifier | modifier le code]

Le module ou moyenne annuelle de son débit est à Bonnay de 2,60 m3/s[3].

Débit moyen mensuel (en m3/s)
Station hydrologique : Y4214040 - la Touloubre à Cornillon-Confoux (La Glacière) pour un bassin versant de 400 km2 et à 30 m d'altitude[3]
(le 08-05-2016 - données calculées sur 20 ans de 1997 à 2016)
Source : Banque Hydro - Ministère de l'écologie et du développement durable

Le régime est donc nivo-pluvial méridional.

Étiage ou basses eaux[modifier | modifier le code]

À l'étiage, c'est-à-dire aux basses eaux, le VCN3, ou débit minimal du cours d'eau enregistré pendant trois jours consécutifs sur un mois, en cas de quinquennale sèche s'établit à 0,870 m3/s, ce qui reste très confortable[note 1],[3].

Crues[modifier | modifier le code]

Sur cette période d'observation, le débit journalier maximal a été observé le pour 29,40 m3/s. Le débit instantané maximal a été observé le même [note 2] avec 33,30 m3/s en même temps que la hauteur maximale instantanée de 207 cm soit 2,07 m[3].

Le QIX 2 est de 17,0 m3/s, le QIX 5 est 24,0 m3/s, le QIX 10 est de 28,0 m3/s et le QIX 20 est de 32,0 m3/s[3].

Lame d'eau ou débit spécifique[modifier | modifier le code]

La lame d'eau écoulée dans cette partie du bassin versant de la rivière est de 205 millimètres annuellement, ce qui inférieur d'un tiers à la moyenne en France, à 300 mm/an. Le débit spécifique (Qsp) atteint 6,5 litres par seconde et par kilomètre carré de bassin[3].

Aménagements[modifier | modifier le code]

Les eaux de la Touloubre sont utilisées pour l'irrigation, la pêche et la production d'électricité[9]. Trois micros centrales hydrauliques (à Grans et Saint-Chamas) utilisent les eaux de la rivière[10],[9].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. le tiers du module à 2,60 m3/s
  2. à 14h38

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f Sandre, « Fiche cours d'eau - La Touloubre (Y42-0400) » (consulté le 3 novembre 2015)
  2. a et b [PDF] « Rapport 2009 suivi qualité Touloubre et affluents », sur www.vivre-la-touloubre.org (consulté le 22 mai 2016)
  3. a, b, c, d, e, f, g et h Banque Hydro - MEDDE, « Synthèse de la Banque Hydro - (Y4214040) » (consulté le 22 mai 2016)
  4. a et b [PDF] Syndicat d’Aménagement de la Touloubre, « Syndicat de la Touloubre » (consulté le 22 mai 2016)
  5. Source de la Touloubre sur Géoportail (consulté le 22 mai 2016).
  6. Géoportail - IGN, « Géoportail » (consulté le 22 mai 2016)
  7. Embouchure de la Touloubre sur Géoportail (consulté le 22 mai 2016).
  8. Banque Hydro - MEDDE, « Synthèse de la Banque Hydro - (Y4214010) » (consulté le 22 mai 2016)
  9. a et b « La Touloubre », sur www.notreprovence.fr (consulté le 22 mai 2016)
  10. Syndicat d’Aménagement de la Touloubre, « Vivre La Touloubre » (consulté le 12 octobre 2008)