Touloubre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
la Touloubre
La Touloubre, aux abords du Château de la Barben.
La Touloubre, aux abords du Château de la Barben.
Image illustrative de l'article Touloubre
Caractéristiques
Longueur 59 km [1]
Bassin 420 km2 [2]
Bassin collecteur la Touloubre
Débit moyen 2,6 m3/s (Cornillon-Confoux) [3]
Nombre de Strahler 3
Organisme gestionnaire syndicat de la Touloubre[4]
Régime nivo-pluvial méridional
Cours
Source au nord ouest de la Keyrié
· Localisation Venelles
· Altitude 330 m
· Coordonnées 43° 35′ 57″ N, 5° 29′ 00″ E
Embouchure étang de Berre Mer Méditerranée
· Localisation Saint-Chamas
· Altitude 0 m
· Coordonnées 43° 33′ 02″ N, 5° 02′ 05″ E
Géographie
Principaux affluents
· Rive droite Le Budéou, Le Lavadenan/Concernade, Le Boulery et La Goule
Pays traversés Drapeau de la France France
Département Bouches-du-Rhône
Arrondissement Aix-en-Provence
Cantons Trets, Aix-en-Provence-2, Pélissanne, Salon-de-Provence-2, Berre-l'Étang
Régions traversées Provence-Alpes-Côte d'Azur
Principales localités Aix-en-Provence, Salon-de-Provence, Pélissanne

Sources : SANDRE:« Y42-0400 », Géoportail, Banque Hydro

La Touloubre est un fleuve côtier du sud-est de la France, dans le département des Bouches-du-Rhône, dans la région Provence-Alpes-Côte d'Azur, qui se jette dans la mer Méditerranée, par l'étang de Berre.

Géographie[modifier | modifier le code]

La Touloubre prend sa source au sud de Venelles, entre le massif de la Trévaresse et la montagne Sainte-Victoire, à 330 mètres d'altitude[5]. Après un parcours sinueux dans les collines au nord d'Éguilles et au sud de Saint-Cannat, elle traverse La Barben et Pélissanne, passe entre la ville de Salon-de-Provence et sa base aérienne, arrose Grans, et, après une large boucle, passe au pied de Cornillon-Confoux[6] et se jette dans l'étang de Berre à Saint-Chamas après être passé sous le Pont Flavien[7].

La longueur de son cours est de 59 kilomètres[1].

Communes et cantons traversés[modifier | modifier le code]

Dans le seul département des Bouches-du-Rhône, la Touloubre traverse les onze communes[1] suivantes, dans cinq cantons, del'amont vers aval, de Venelles (source), Aix-en-Provence, Éguilles, Saint-Cannat, Lambesc, La Barben, Pélissanne, Salon-de-Provence, Grans, Cornillon-Confoux, Saint-Chamas (embouchure).

Soit en termes de cantons, la Touloubre prend sa source dans l'ancien canton d'Aix-en-Provence-Nord-Est, aujourd'hui dans le canton de Trets, traverse l'ancien canton d'Aix-en-Provence-Sud-Ouest, aujourd'hui le canton d'Aix-en-Provence-2, canton de Pélissanne, canton de Salon-de-Provence-2 et conflue dans le canton de Berre-l'Étang, le tout dans l'arrondissement d'Aix-en-Provence.

Bassin versant[modifier | modifier le code]

La Touloubre traverse les trois zones hydrographiques Y420, Y421 et Y422 pour une superficie totale de 1 577 km2[1]. Ce bassin est constitué à 40,71 % de « forêts et milieux semi-naturels », à 32,75 % de « territoires agricoles », à 15,59 % de « territoires artificialisés », à 10.40 % de « surfaces en eau », à 0.59 % de « zones humides »[1]. Le bassin versant spécifique de la Touloubre est de 420 km2[2].

Organisme gestionnaire[modifier | modifier le code]

L'organisme gestionnaire est le syndicat mixte d'aménagement du bassin de la Touloubre ou en abrégé le syndicat de la Touloubre, sis à Pélissanne[4].

Affluents[modifier | modifier le code]

La Touloubre a sept affluents contributeurs référencés[1] :

  • le ravin des Crouès, 2 km, sur la commune d'Aix-en-Provence, avec un affluent :
    • le ravin du Valladas, 1,4 km, sur la seule commune d'Aix-en-Provence.
  • Le ravin de la Fauchonne, 4,2 km, sur la commune d'Aix-en-Provence.
  • le ruisseau de Budéou, 7,8 km, sur les communes de Lambesc et Saint-Cannat.
  • le ruisseau de Concernade, 21 km, sur les trois communes de La Barben, Lambesc et Rognes.
  • le vallat de Boulery, 4,4 km, sur les deux communes de La Barben et Lambesc, avec un affluent :
    • le ruisseau de l'Estagnol, 2,8 km, sur la seule commune de Lambesc.
  • le canal de l'e.d.f., 87,9 km, sur dix-sept communes avec neuf tronçons affluents.
  • le vallat des Crottes, 0,8 km, sur les deux communes de Cornillon-Confoux et Saint-Chamas.

Son rang de Strahler est donc de trois.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La Touloubre a été observée aux deux stations suivantes :

  • Y4214010 la Touloubre à la Barben (La Savonnière) à 91 m d'altitude pour un bassin versant de 234 km2 depuis le (51 ans), avec un module de 0,6 m3/s[8],
  • Y4214040 la Touloubre à Cornillon-Confoux (La Glacière) à 30 m d'altitude pour un bassin versant de 400 km2 depuis le (19 ans), avec un module de 2,6 m3/s[3].

La Touloubre à Cornillon-Confoux[modifier | modifier le code]

Le module ou moyenne annuelle de son débit est à Bonnay de 2,60 m3/s[3].

Débit moyen mensuel (en m3/s)
Station hydrologique : Y4214040 - la Touloubre à Cornillon-Confoux (La Glacière) pour un bassin versant de 400 km2 et à 30 m d'altitude[3]
(le 08-05-2016 - données calculées sur 20 ans de 1997 à 2016)
Source : Banque Hydro - Ministère de l'écologie et du développement durable

Le régime est donc nivo-pluvial méridional.

Étiage ou basses eaux[modifier | modifier le code]

À l'étiage, c'est-à-dire aux basses eaux, le VCN3, ou débit minimal du cours d'eau enregistré pendant trois jours consécutifs sur un mois, en cas de quinquennale sèche s'établit à 0,870 m3/s, ce qui reste très confortable[note 1],[3].

Crues[modifier | modifier le code]

Sur cette période d'observation, le débit journalier maximal a été observé le pour 29,40 m3/s. Le débit instantané maximal a été observé le même [note 2] avec 33,30 m3/s en même temps que la hauteur maximale instantanée de 207 cm soit 2,07 m[3].

Le QIX 2 est de 17,0 m3/s, le QIX 5 est 24,0 m3/s, le QIX 10 est de 28,0 m3/s et le QIX 20 est de 32,0 m3/s[3].

Lame d'eau ou débit spécifique[modifier | modifier le code]

La lame d'eau écoulée dans cette partie du bassin versant de la rivière est de 205 millimètres annuellement, ce qui inférieur d'un tiers à la moyenne en France, à 300 mm/an. Le débit spécifique (Qsp) atteint 6,5 litres par seconde et par kilomètre carré de bassin[3].

Aménagements[modifier | modifier le code]

Les eaux de la Touloubre sont utilisées pour l'irrigation, la pêche et la production d'électricité[9]. Trois micros centrales hydrauliques (à Grans et Saint-Chamas) utilisent les eaux de la rivière[10],[9].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. le tiers du module à 2,60 m3/s
  2. à 14h38

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f Sandre, « Fiche cours d'eau - La Touloubre (Y42-0400) » (consulté le 3 novembre 2015)
  2. a et b [PDF] « Rapport 2009 suivi qualité Touloubre et affluents », sur www.vivre-la-touloubre.org (consulté le 22 mai 2016)
  3. a, b, c, d, e, f, g et h Banque Hydro - MEDDE, « Synthèse de la Banque Hydro - (Y4214040) » (consulté le 22 mai 2016)
  4. a et b [PDF] Syndicat d’Aménagement de la Touloubre, « Syndicat de la Touloubre » (consulté le 22 mai 2016)
  5. Source de la Touloubre sur Géoportail (consulté le 22 mai 2016).
  6. Géoportail - IGN, « Géoportail » (consulté le 22 mai 2016)
  7. Embouchure de la Touloubre sur Géoportail (consulté le 22 mai 2016).
  8. Banque Hydro - MEDDE, « Synthèse de la Banque Hydro - (Y4214010) » (consulté le 22 mai 2016)
  9. a et b « La Touloubre », sur www.notreprovence.fr (consulté le 22 mai 2016)
  10. Syndicat d’Aménagement de la Touloubre, « Vivre La Touloubre » (consulté le 12 octobre 2008)