Bélon (fleuve)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bélon.
le Bélon
(ruisseau de Gully, ruisseau de Saint-Jean)
Ria de Bélon à Riec-sur-Bélon.
Ria de Bélon à Riec-sur-Bélon.
Image illustrative de l'article Bélon (fleuve)
Caractéristiques
Longueur 26,3 km [1]
Bassin 97 km2 [1]
Bassin collecteur le Bélon
Débit moyen ?
Régime pluvial océanique
Cours
Source Loj Nahennou
· Localisation Bannalec
· Altitude 89 m
· Coordonnées 47° 54′ 42″ N 3° 40′ 39″ O / 47.911682, -3.67763 (Source - le Bélon)  
Embouchure Océan Atlantique
· Localisation Riec-sur-Bélon et Moëlan-sur-Mer
· Altitude 0 m
· Coordonnées 47° 48′ 15″ N 3° 43′ 24″ O / 47.804277, -3.723464 (Embouchure - le Bélon)  
Géographie
Principaux affluents
· Rive droite Dourdu
Pays traversés Drapeau de la France France
Départements Finistère
Cantons Bannalec, Quimperlé, Pont-Aven
Régions traversées Bretagne
Principales localités Bannalec, Riec-sur-Bélon, Moëlan-sur-Mer

Sources : Géoportail, SANDRE

Le Bélon ou Belon[notes 1] est un petit fleuve côtier breton, département du Finistère. Il est constitué d'une ria, c’est-à-dire d'un estuaire, alimentée par un ruisseau d'une dizaine de kilomètres qui prend sa source à Bannalec au lieu-dit Loj Nahennou à 89 m d'altitude[2]. Le Bélon se jette dans l'Océan Atlantique à une centaine de mètres d'une autre ria : l'Aven[3].

Toponymie[modifier | modifier le code]

La graphie la plus ancienne du nom de la rivière est Beloen, attestée en 1481. La rivière prend sa source à Loj Nahennou. Ce village s'appelait autrefois Penbeloen (littéralement : « extrémité de Beloen »). La forme actuelle Belon du nom de la rivière semble provenir de l'habitude prise de transcrire ce nom en lettres capitales lors de l'expédition des huîtres vers les villes[4]. Mais le nom de la rivière, quelle que soit la graphie admise, se prononce toujours [belɔ̃]. Le Bélon donne son nom à la commune de Riec-sur-Bélon depuis 1898 pour éviter les confusions postales avec Briec. Il s'appelle aussi dans sa partie amont le ruisseau de Guily ou le ruisseau de Saint-Jean.

Géographie[modifier | modifier le code]

La longueur de son cours d'eau est de 26,3 km[1].

Son cours sert à délimiter les territoires des communes de Mellac et Le Trévoux ainsi que ceux des communes de Riec-sur-Bélon et Baye. Sa ria sépare les communes de Riec-sur-Bélon et de Moëlan-sur-Mer. La ligne de chemin de fer Paris-Quimper longe le Bélon entre Kerandun en Bannalec et Prat Guen en Mellac[5].

Communes et cantons traversés[modifier | modifier le code]

Le Bélon traverse ou longe six communes[6],[1] du département du Finistère (29) dans le sens amont vers aval : Bannalec (source), Mellac, Le Trévoux, Riec-sur-Bélon, Baye, Moëlan-sur-Mer (embouchure)[notes 2].

Le Bélon arrose trois cantons : il prend sa source dans le canton de Bannalec, traverse le canton de Quimperlé, et a son embouchure dans le canton de Pont-Aven.

Affluents[modifier | modifier le code]

Le Bélon a de nombreux affluents. Le SANDRE en référence au moins sept[1] : Le principal affluent est le Dourdu, situé coté rive droite, de 11,6 km de long[7]. Il draine les communes de Riec-sur-Bélon, Le Trévoux, Bannalec et Moëlan-sur-Mer et sa vallée maritime forme l'anse de penmor. Deux de ses petits affluents mesurent 0,7 km et 0,9 km. L'eau douce, qui alimente le Bélon est en partie fournie par des sources qui surgissent directement dans le lit de la rivière envahi par l'eau de mer.

Bassin versant[modifier | modifier le code]

Le Bélon traverse une seule zone hydrographique Le Bélon de sa source à la mer d'une superficie de 97 km2[1].

Aménagements[modifier | modifier le code]

Bateaux sur le Bélon

La rivière du Bélon est célèbre pour ses huîtres plates au goût de noisette. Les établissements ostréicoles ont été créés dans la partie supérieure de la ria en 1864 par Hippolyte de Mauduit et son beau-frère Auguste de Solminihac[8].

Séparant les communes de Riec-sur-Bélon et de Moëlan-sur-Mer, il est également un lieu très fréquenté par les plaisanciers. Des mouillages organisés s'échelonnent tout au long de la rivière.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes
  1. Les cartes IGN utilisent les deux graphies.
  2. le SANDRE 2012 rajoute -?- la commune de Quimperlé
Références
  1. a, b, c, d, e et f Sandre, « Fiche cours d'eau - Le Bélon (J4634000) » (consulté le 15 juin 2012)
  2. Source du Bélon sur Géoportail. Consulté le 15 juin 2012.
  3. Embouchure du Bélon sur Géoportail. Consulté le 15 juin 2012.
  4. Pierre Hollocou et Jean-Yves Plourin, Les noms de lieux et leur histoire De Quimperlé au Port de Pont-Aven, Emgleo Breiz, 2008.
  5. Géoportail - Institut national de l'information géographique et forestière, « Géoportail » (consulté le 15 juin 2012)
  6. annuaire-mairie.fr, « Rivère Le Bélon » (consulté le 15 juin 2012)
  7. Sandre, « Fiche cours d'eau - Le Dourdu (J4637000) » (consulté le 15 juin 2012)
  8. office de tourisme de Quimper en Cornouaille, « Conserveries - Viviers, Fruits de mer » (consulté le 15 juin 2012)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]