Aber-Benoît

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
l'Aber-Benoît
(Aber Benniget)
Illustration
Caractéristiques
Longueur 31,1 km [1]
Bassin 229 km2 [1]
Débit moyen 0,418 m3/s (Plabennec)
Régime pluvial océanique
Cours
Source source
· Localisation Saint-Divy
· Coordonnées 48° 27′ 31″ N, 4° 20′ 42″ O
Embouchure la Manche
· Localisation entre Lannilis et Saint-Pabu
· Altitude m
· Coordonnées 48° 34′ 38″ N, 4° 36′ 50″ O
Géographie
Pays traversés Drapeau de la France France
Département Finistère
Régions traversées Région Bretagne

Sources : SANDRE:J32-0300, Géoportail

L'Aber-Benoît est un fleuve côtier (entrée de la mer dans les terres) du Pays de Léon dans le Nord-Ouest du Finistère, en Bretagne.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le nom de l'Aber Benoît résulterait d'une mauvaise traduction du breton Aber benniget, c'est-à-dire Aber beni (« Havre bénit »). L’appellation trouve son origine dans la création, au VIe siècle, par Tudgibus et son fils Majan de deux oratoires de part et d'autre de l'aber, à Lothunou et Loc Majan.

Une autre hypothèse explique que le nom proviendrait de Aber Benouhir (ou Ban de Benoïc) (« Havre de Bénouhir »), du nom du chef breton père de Lancelot du Lac.

Géographie[modifier | modifier le code]

La partie fluviale[modifier | modifier le code]

L'Aber Benoît près de la chapelle de Loc-Mazé en Le Drennec.

L'Aber-Benoît se trouve entre l'Aber-Wrac'h et l'Aber-Ildut. Long de 31 km[1], il naît vers 100 mètres d'altitude au nord de la Rade de Brest (sa source se trouve sur le territoire de la commune de Saint-Divy) et coule vers le nord-ouest en direction de la Mer d'Iroise, séparant le Haut-Léon (rive droite, à l'est) du Bas-Léon (rive gauche, à l'ouest), longeant ou traversant d'amont vers l'aval pour sa partie fluviale les communes de Kersaint-Plabennec, Le Drennec, Plabennec, Plouvien, et pour sa partie maritime Lannilis, Tréglonou, Saint-Pabu et Landéda.

Ses premiers affluents sont le Mendy ou Ruisseau de Plabennec, le ruisseau de Saint-Sébastien, le ruisseau du Lothunou et le ruisseau de Penhoat pour la rive droite ; le ruisseau de Bourg-Blanc ou Benouig et le Kerascoët qui arrose Coat-Méal pour la rive gauche ; ce n'est alors pour sa partie fluviale qu'un très modeste fleuve côtier d'environ 2 mètres de large.

Son bassin, formé de granite, de gneiss et de micaschistes est long de 12 km et a une superficie de 174 km2. Le débit de ces divers cours d'eau est le suivant au niveau de leurs confluences respectives :

  • pour l'Aber Benoît : 600 litres par seconde en moyenne, avec un étiage de 350 litres par seconde et des crues de 1 030 litres par seconde
  • pour le ruisseau de Bourg-Blanc ou Benouig : 565 litres par seconde, avec un étiage de 300 litres par seconde et des crues de 830 litres par seconde
  • pour le Trémobian : 505 litres par seconde, avec un étiage de 92 litres par seconde et des crues de 919 litres par seconde[2].

La partie maritime[modifier | modifier le code]

l'Aber Benoît à marée basse
Vue de l'Aber Benoît du large

À partir de la confluence du ruisseau de Bourg-Blanc, la plus grande partie de l'Aber-Benoît est un aber ou ria, une sorte de fjord, recevant encore le Trémobian comme seul affluent notable et constituant un havre médiocre qui a toutefois permis la création de quelques petits ports comme celui de Tariec (en Plouvien). La marée remonte l'Aber Benoît jusqu'au moulin du Châtel et le ruisseau de Bourg-Blanc jusqu'au moulin de Tariec. Il se jette dans la mer d'Iroise entre Saint-Pabu et Landéda dans un golfe parsemé d'îles comme Garo (commune de Saint-Pabu), Trévors (commune de Lampaul-Ploudalmézeau), Guennoc ou Guénioc (commune de Landéda), Tariec et Cézon (commune de Landéda)...

C'est une zone propice à l'élevage ostréicole grâce à la présence de nombreux planctons nourriciers, en particulier à Prat-ar-Coum[3] où la famille Madec pratique l'ostréiculture depuis 1898[4].

Les moulins de l'Aber Benoît[modifier | modifier le code]

L'Aber-Benoît au niveau de Tariec (Plouvien)

Plus de 150 sites de moulins ont été repérés sur l'Aber Benoît et ses affluents[5],[6]. À la fin du XIXe siècle, l'Aber Benoît faisait encore tourner 14 moulins à farine, ler ruisseau de Bourg-Blanc 10 et le Trémobian 14[2].

Tourisme[modifier | modifier le code]

On y trouve le Moulin Tariec (privé), le moulin du Châtel, le pont de Tréglonou, la maison du pêcheur, la chapelle Loc-Majan, le menhir de Lann al louarn, le point de vue du Vill, le quai du Stellac'h, le massif dunaire de Corn ar Gazel ainsi que a Maison des Abers.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Sandre, « Fiche cours d'eau - L'Aber Benoit (J32-0300) » (consulté le 24 mai 2014)
  2. a et b Adolphe Joanne, Dictionnaire géographique et administratif de la France et de ses colonies. 1, A-B", 1890-1905, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k73389j/f9.image.r=Bourg-Blanc.langFR
  3. http://www.prat-ar-coum.fr/
  4. http://www.prat-ar-coum.fr/site.php?cat=pratarcoum&souscat=ent
  5. http://skoligallouarn.chez.com/Moulinsf.html
  6. Regards d'enfants sur les moulins de l'Aber-Benoît. Milinou an Aber-Benead gwelet gand bugale (bilingue), Plouvien, Skolig al Louarn, 1997, 183 p. en quadrichromie (ISBN 978-2-950204-97-4)