Seulles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

49° 01′ 24″ N 0° 45′ 48″ O / 49.0233, -0.763333

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Seulles (homonymie).
Seulles
FranceNormandieBuceelsAudrieuLaSeulles.jpg
La Seulles entre Bucéels et Audrieu.
Images externes
selon le Pays du Bessin au Virois
La Seulles et son bassin versant
Caractéristiques
Longueur 71,7 km [1]
Bassin 420 km2
Débit moyen 2,54 m3/s (Tierceville) [2]
Nombre de Strahler 4
Organisme gestionnaire Pays du Bessin au Virois[3]
Régime pluvial océanique
Cours
Source dans le bois de Brimbois au lieu-dit le Grand Champ
· Localisation Jurques
· Altitude 280 m
· Coordonnées 49° 01′ 02″ N 0° 46′ 12″ O / 49.01725, -0.769944 (Source - Seulles)  
Embouchure la Manche
· Localisation Courseulles-sur-Mer
· Altitude 0 m
· Coordonnées 49° 20′ 12″ N 0° 27′ 25″ O / 49.33675, -0.456972 (Embouchure - Seulles)  
Géographie
Principaux affluents
· Rive gauche Calichon, Candon
· Rive droite Thue, Mue, Seulline, Bordel
Pays traversés Drapeau de la France France
Département Calvados
Arrondissements Vire, Bayeux et Caen
Cantons Aunay-sur-Odon, Villers-Bocage, Caumont-l'Éventé, Tilly-sur-Seulles, Balleroy, Bayeux, Ryes, Creully
Régions traversées Basse-Normandie
Principales localités Tilly-sur-Seulles, Creully, Courseulles-sur-Mer

Sources : SANDRE, Géoportail, Banque Hydro

La Seulles est un fleuve côtier du nord-ouest de la France, en Normandie, dans le département du Calvados, qui se jette dans la Manche à Courseulles-sur-Mer.

Géographie[modifier | modifier le code]

La Seulles à son embouchure à Courseulles-sur-mer avec un ancien moulin à vent à colombage
La Seulles à son embouchure à Courseulles-sur-Mer avec un ancien moulin à vent à colombage

La Seulles est le moins long des cinq principaux fleuves côtiers du département du Calvados après l'Orne, la Vire, la Touques et la Dives. La longueur de son cours est de 71,8 km[1]. Le bassin de la Seulles est situé entre les bassins de l'Orne à l'est et de la Vire à l'ouest. La Seulles prend sa source dans le Bois de Brimbois au lieu-dit le Grand Champ, sur la commune de Jurques, à 286 mètres d’altitude sur les premières hauteurs du Massif armoricain. Elle traverse le Pré-Bocage et le Bessin, et se jette dans la Manche à Courseulles-sur-Mer.

Jadis son embouchure se trouvait à la limite de Bernières et Graye-sur-Mer, car le territoire de Courseulles n'allait pas jusqu'au rivage. Au lieu-dit la Cassine elle se jetait dans la Manche. Après l'assèchement et le comblement du marais qui précède son embouchure actuelle, le cours de la Seulles, après deux méandres, aboutit dès lors dans la partie subissant la marée du port de Courseulles qui fut construit à partir de 1835 pour les besoins de la navigation.

Communes traversées[modifier | modifier le code]

pont piéton d'Amblie du XVIIIe siècle
Pont piéton d'Amblie du XVIIIe siècle

Dans le seul département du Calvados (14), la Seulles traverse trente-quatre communes[1], huit cantons dans trois arrondissements :

Soit en termes de cantons, la Seulles prend source dans le canton d'Aunay-sur-Odon, traverse le canton de Villers-Bocage, canton de Caumont-l'Éventé, canton de Tilly-sur-Seulles, canton de Balleroy, canton de Bayeux, canton de Ryes, a son embouchure sur le canton de Creully, le tout dans les arrondissement de Vire, arrondissement de Bayeux et arrondissement de Caen.

Affluents[modifier | modifier le code]

Pont du Bigard enjambant la Seulles au Manoir (Calvados)
Pont du Bigard enjambant la Seulles au Manoir.
Pont de l'Abbé Philippe enjambant la Seulles au Manoir (Calvados)
Pont de l'Abbé Philippe enjambant la Seulles au Manoir.
La Seulles au Pont Roch, entre Bucéels et Audrieu
La Seulles au Pont Roch, entre Bucéels et Audrieu.

La Seulles a vingt-six affluents référencés dont :

Le rang de Strahler est donc de quatre (4).

Principales villes traversées[modifier | modifier le code]

Hydrologie[modifier | modifier le code]

La Seules a été observée à Tierceville à 8 m d'altitude pour un bassin versant de 256 km2[2]. Le module y est de 2,54 m3⋅/s.

Débit moyen mensuel (en m3/s)
Station hydrologique : E6386070 - La Seulles à Tierceville pour un bassin versant de 256 km2 et à 8 m d'altitude[2]
(le 08-04-2014 - données calculées sur 44 ans de 1971 à 2014)

Source : Banque Hydro - Ministère de l'écologie et du développement durable

Étiage ou basses eaux[modifier | modifier le code]

Vieux pont du XVe siècle à Juvigny-sur-Seulles
Vieux pont du XVe siècle à Juvigny-sur-Seulles.
Pont et lavoir sur la Seulles à Colombiers-sur-Seulles
Pont et lavoir sur la Seulles à Colombiers-sur-Seulles.
pont piéton d'Amblie du XVIIIe siècle
pont piéton d'Amblie du XVIIIe siècle.

À l'étiage, c'est-à-dire aux basses eaux, le VCN3, en cas de quinquennale sèche s'établit à 0,280 m3⋅/s, un peu plus du dixième du module à 2,54 m3⋅/s[2].

Crues[modifier | modifier le code]

Sur cette période d'observation, le débit journalier maximal a été observé le pour 38,10 m3⋅/s. Le débit instantané maximal a été observé le [note 2] avec 38,80 m3⋅/s en même temps que la hauteur maximale instantanée de 2 710 mm soit 2,71 m[2].

Le QIX 2 est de 17 m3⋅/s et le QIX 5 est de 24 m3⋅/s, le QIX 10 est de 28 m3⋅/s, le QIX 20 est de 32 m3⋅/s et le le QIX 50 est de 38 m3⋅/s[2]. le QIX 100 est non calculé vu la période d'observation de 44 ans.

Lame d'eau et débit spécifique[modifier | modifier le code]

La lame d'eau écoulée dans cette partie du bassin versant de la rivière est de 314 millimètres annuellement, ce qui est dans la moyenne en France. Le débit spécifique (Qsp) atteint 9,9 litres par seconde et par kilomètre carré de bassin[2].

Organisme gestionnaire[modifier | modifier le code]

L'Organisme gestionnaire est le Pays du Bessin au Virois[3]

Écologie et ZNIEFF's[modifier | modifier le code]

La Seulles a fait l'objet de deux ZNIEFF de type I :

  • la ZNIEFF 250006505 - Vallées de la Seulles, de la Mue et de la Thue, de 1 145 hectares décrite depuis 1983 sur vingt-deux communes[5]

Toponymes[modifier | modifier le code]

La Seulles a donné son hydronyme aux onze communes suivantes : Amayé-sur-Seulles, Saint-Louet-sur-Seulles, Saint-Vaast-sur-Seulles, Hottot-les-Bagues, Juvigny-sur-Seulles, Tilly-sur-Seulles, Condé-sur-Seulles, Vaux-sur-Seulles, Esquay-sur-Seulles, Colombiers-sur-Seulles, Courseulles-sur-Mer.

Elle a aussi donné cet hydronyme à un lieu-dit, Feuguerolles sur Seulles, à deux de ses affluents la Seulline et la Seullette, et aussi à deux intercommunalités : communauté de communes du Val de Seulles, communauté de communes de Bessin, Seulles et Mer.

Vallée de la Seulles[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Geographylogo.svg

Les coordonnées de cet article :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le SANDRE 2014 a oublié -?- de relier la Chironne à la Mue dans son arborescence alors que la zone hydrographique s'appelle bien 'La Chironne de sa source au confluent de la Mue (exclu)' (I323)
  2. à 20h00

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Sandre, « Fiche cours d'eau - La Seulles (I3--0200) » (consulté le 13 avril 2014)
  2. a, b, c, d, e, f et g Banque Hydro - MEDDE, « Synthèse de la Banque Hydro - La Seulles à Tierceville (I4032010) » (consulté le 13 avril 2014)
  3. a et b « La Seules - Restauration et entretien des rivières », sur www.bessin-virois.fr/fr (consulté le 13 avril 2014)
  4. Sandre, « Fiche cours d'eau - La Chironne (I3230600) » (consulté le 14 avril 2014)
  5. ZNIEFF 250006505 - Vallées de la Seulles, de la Mue et de la Thue sur le site de l’INPN et sa carte sur le site de la DIREN.
  6. ZNIEFF 250006505 - Basse vallée de la Seulles sur le site de l’INPN et sa carte sur le site de la DIREN.