Sée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sée (homonymie).
la Sée
Vue sur la Sée et le Mont-Saint-Michel, depuis le jardin des plantes d'Avranches.
Vue sur la Sée et le Mont-Saint-Michel, depuis le jardin des plantes d'Avranches.
Caractéristiques
Longueur 78,1 km [1]
Bassin 477 km2 [1]
Débit moyen 6,280 m3/s (Tirepied) [2]
Régime pluvial océanique
Cours
Source La Fouquerie
· Localisation Sourdeval
· Altitude 290 m
· Coordonnées 48° 42′ 52″ N, 0° 50′ 53″ O
Embouchure la Manche
· Localisation Baie du mont Saint-Michel
· Altitude 0 m
· Coordonnées 48° 38′ 53″ N, 1° 25′ 36″ O
Géographie
Principaux affluents
· Rive droite le Glanon
Pays traversés Drapeau de la France France
Régions traversées Normandie
Principales localités Sourdeval, Brécey, Avranches

Sources : SANDRE:« I8--0200 », Géoportail, Banque Hydro

La Sée est un fleuve côtier normand qui se jette dans la baie du mont Saint-Michel, rejoignant dans cette dernière la Sélune, autre fleuve du sud du département de la Manche.

Géographie[modifier | modifier le code]

La Sée prend sa source à Sourdeval au lieu-dit La Fouquerie, à 219 mètres d'altitude, sous le nom de « Sée blanche »[3]. La Sée rousse se joint à elle après quelques kilomètres, le fleuve prenant alors son nom de « Sée ». Il coule en direction de l'ouest.

Sa vallée est façonnée en gouttière dans les schistes entre les bandes granitiques de Vire-Carolles et d'Avranches. Elle est d'abord étroite et sinueuse, puis s'élargit entre Brécey et l'estuaire ; la pente devenant faible, des méandres se forment dans la basse partie de son cours. L'estuaire, encombré de bancs de sable et de vase, s'ouvre largement vers le sud-ouest face au mont Saint-Michel.

La longueur de son cours est de 78 km[1].

La Sée Rousse à l'Aubesnière (Sourdeval).

Communes et cantons traversés[modifier | modifier le code]

La Sée à Cuves.

Bassin versant[modifier | modifier le code]

Le bassin versant de la Sée avoisine celui de la Sienne au nord, celui de la Vire au nord-est, la partie la plus septentrionale du bassin de la Loire (par son sous-affluent l'Égrenne) à l'est et le bassin de la Sélune au sud.

Cette localisation du bassin, entre deux massifs granitiques, explique son étroitesse (477 km2)[1] et la médiocrité de ses affluents dont aucun ne dépasse les 20 km[4].

La Sée participe avec le Couesnon et la Sélune au système hydrologique complexe de la baie du mont Saint-Michel.

Organisme gestionnaire[modifier | modifier le code]

Affluents[modifier | modifier le code]

Le plus long d'entre eux est la Braize (16,3 km) qui conflue en rive droite entre Saint-Jean-de-la-Haize et Marcey-les-Grèves, juste avant l'estuaire. Quatre autres affluents dépassent les 10 km : le Bieu (14,8 km en rive droite à Vernix), le Glanon (12,5 km en rive droite à Cuves), le ruisseau du Moulin du Bois (12,1 km en rive droite à Tirepied) et le ruisseau de Saultbesnon (11,9 km en rive droite à Tirepied).

Les autres principaux affluents sont le ruisseau de Saint-Laurent (9,8 km en rive droite entre Saint-Laurent-de-Cuves et Brécey), le ruisseau de la Guérinette (9,7 km en rive droite à Avranches), la Bouanne (8,8 km en rive gauche entre Chérencé-le-Roussel et Le Mesnil-Tôve), la Sée Rousse (8,7 km en rive gauche à Sourdeval), le ruisseau de Palorette (8 km en rive gauche entre Saint-Brice et Saint-Senier-sous-Avranches), l'Yeurseul (7,8 km en rive droite entre Sourdeval et Beauficel), le Vergon (8,1 km en rive droite à Marcey-les-Grèves, en début d'estuaire), le ruisseau de Pierre Zure (7,8 km en rive droite entre Perriers-en-Beauficel et Chérencé-le-Roussel), la Loterais (6,8 km en rive gauche au Cresnays), le ruisseau de la Tullerie (5,5 km en rive gauche entre Les Cresnays et Brécey), le ruisseau du Moulin Richard (5,2 km en rive gauche à Brécey) et le ruisseau de la Gesberdière (5,1 km en rive gauche entre Le Mesnil-Adelée et Les Cresnays).

Hydrologie[modifier | modifier le code]

La Sée à Tirepied[modifier | modifier le code]

La See a été observée du au (à 13 ans) à la station I8032020 - La Sée à Tirepied, à 15 m d'altitude et pour un bassin versant de 314 km2[2]

Le module y est de 6,28 m3/s[2].

Débit moyen mensuel (en m3/s)
Station hydrologique : I8032020 - La Sée à Tirepied pour un bassin versant de 314 km2 et à 15 m d'altitude[2]
(le 08-09-2016 - données calculées sur 13 ans de 1993 à 2006)

Étiage ou basses eaux[modifier | modifier le code]

À l'étiage, c'est-à-dire aux basses eaux, le VCN3, ou débit minimal du cours d'eau enregistré pendant trois jours consécutifs sur un mois, en cas de quinquennale sèche s'établit à 1,2 m3/s, ce qui reste très confortable[note 1],[2].

Crues[modifier | modifier le code]

Sur cette courte période d'observation[note 2], le débit journalier maximal a été observé le pour 35,70 m3/s. Le débit instantané maximal a été observé le [note 3] avec 40,00 m3/s en même temps que la hauteur maximale instantanée de 2 400 mm soit 2,40 m[2].

Le QIX 2 est de 23 m3/s, le QIX 5 est 30 m3/s, le QIX 10 est de 35 m3/s et le QIX 20 est de 39 m3/s[2].

Lame d'eau et débit spécifique[modifier | modifier le code]

La lame d'eau écoulée dans cette partie du bassin versant de la rivière est de 633 millimètres annuellement, ce qui est plus du double de la moyenne en France, à 300 mm/an. Le débit spécifique (Qsp) atteint 20,0 litres par seconde et par kilomètre carré de bassin[2].

La vallée de la Sée[modifier | modifier le code]

Sur l'un des nombreux canaux de moulins à eau, dans la vallée après Sourdeval, se trouve un écomusée dans un ancien moulin à eau réhabilité. On y présente aussi le début de l'industrie des couverts de table avec l'entreprise Guy Degrenne.

Ces moulins à eau servaient à la fabrication du papier. Avec le déclin de cette activité, certains moulins se sont reconvertis dans la conception des couverts de table.

La Sée fait partie des fleuves les plus saumoniers de France. On y trouve aussi beaucoup de truites.

Le château de Vassy domine la vallée à Brécey, tandis qu'un autre monument historique, le manoir de Vains, avoisine l'estuaire.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. plus du sixième du module à 6,28 m3/s
  2. 13 ans de 1193 à 2006
  3. à 16h00

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Sandre, « Fiche cours d'eau - La See (I8--0200) » (consulté le 28 septembre 2016)
  2. a, b, c, d, e, f, g et h Banque Hydro - MEDDE, « Synthèse de la Banque Hydro - La Sée à Tirepied (I8032020) » (consulté le 28 septembre 2016)
  3. Carte du parcours sur la fiche du Sandre et Géoportail à l'affichage 1/32000 (consulté le 23 mars 2010)
  4. Voir les fiches du Sandre liées à la fiche de la Sée et le Géoportail