Ognon (Franche-Comté)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ognon.
Ognon
L'Ognon près de Lure.
L'Ognon près de Lure.
Image illustrative de l'article Ognon (Franche-Comté)
Caractéristiques
Longueur 213,6 km [S 1]
Bassin 2 308 km2 [S 1]
Bassin collecteur Rhône
Débit moyen 34 m3/s (Pesmes) [1]
Organisme gestionnaire SMAMBVO ou Syndicat Mixte d’Aménagement de la Moyenne et de la Basse Vallée de l’Ognon[2]
Régime pluvial
Cours
Source Tête des Noirs Étangs
· Localisation Château-Lambert
· Altitude 904 m
· Coordonnées 47° 51′ 00″ N 6° 46′ 23″ E / 47.85, 6.77306 (Source - Ognon)
Confluence Saône
· Localisation Heuilley-sur-Saône / Perrigny-sur-l'Ognon
· Altitude 185 m
· Coordonnées 47° 19′ 44″ N 5° 28′ 15″ E / 47.32889, 5.47083 (Confluence - Ognon)
Géographie
Principaux affluents
· Rive gauche le Rahin, le Scey
· Rive droite la Reigne, la Linotte, la Rèsie, La Buthiers
Pays traversés Drapeau de la France France
Départements Côte-d'Or, Doubs, Jura, Haute-Saône
Régions traversées Bourgogne-Franche-Comté
Principales localités Servance, Mélisey, Lure, Villersexel, Montbozon, Marnay, Pesmes

Sources : SANDRE:U10-0400, Géoportail, Banque Hydro, SMAMBVO[2]

L'Ognon est une rivière située dans l’est de la France en région Bourgogne-Franche-Comté, dans les départements de la Côte-d'Or, du Doubs, du Jura et de la Haute-Saône.

Il est un affluent gauche de la Saône et donc un sous-affluent du Rhône.

Étymologie[modifier | modifier le code]

L'Ognon indiqué entre Étuz et Cussey.

Le nom ancien du cours d'eau était Lignon. Il évolua en Loignon. Ce n'est que tardivement qu'il devint Ognon par assimilation avec le légume. L'hydronyme Ognon a la même origine que Lignon (voir Lignon du Velay et Lignon du Forez, lequel s'est formé par agglutination de l'article le (le ognon est devenu lignon). Ognon provient de l'union de deux racines préceltiques : od- qui signifie torrent et -onna qui se traduit par eau. Odonna ou Ognon = eau de torrent. Ce sont les mêmes racines qui ont donné naissance au nom des rivières Odon, Odet, Œil, et Œuf, ainsi que Ain[réf. nécessaire]. La rivière a également porté le nom homonymique d'Oignon, mais son usage a décliné depuis la deuxième moitié du XIXe siècle[3].

Géographie[modifier | modifier le code]

Château-Lambert. Calvaire à la naissance de l'Ognon.

De 213,6 km de longueur[S 1], il prend sa source à Château-Lambert, sur le versant sud du massif des Vosges904 mètres d'altitude), et s'écoule essentiellement dans le département de Haute-Saône, la seconde moitié de son cours servant de limite avec les départements voisins du Doubs puis du Jura. Ses derniers kilomètres sont en Côte-d'Or. Il se jette dans la Saône à Heuilley-sur-Saône, à une vingtaine de kilomètres au sud-ouest (en aval) de Gray185 mètres d'altitude).

Villes traversées[modifier | modifier le code]

En amont de Bonnal résident quelques fossiles sur les berges.

L'Ognon arrose Servance, Mélisey, Lure, Villersexel, Montbozon, Marnay, Pesmes et conflue avec la Saône en amont de Pontailler.

Le Saut de l'Ognon, près de Servance, est un lieu touristique. Le canoë est pratiqué entre Villersexel et Bonnal ainsi qu'au pied du château de Marnay. C'est également sur ce tronçon que se trouvent quelques fossiles.

Communes traversées[modifier | modifier le code]

Dans les quatre départements de la Côte-d'Or, du Doubs, du Jura, de la Haute-Saône, l'Ognon traverse quatre-vingt dix-huit communes[S 1].

Bassin versant[modifier | modifier le code]

L'Ognon traverse neuf zones hydrographiques pour une superficie totale de 2 308 km2[S 1]. Ce bassin versant est constitué à 49,08 % de « territoires agricoles », à 46,56 % de « forêts et milieux semi-naturels », à 4,10 % de « territoires artificialisés », à 0,26 % de « surfaces en eau »[S 1].

Organisme gestionnaire[modifier | modifier le code]

L'organisme gestionnaire est le SMAMBVO ou Syndicat Mixte d’Aménagement de la Moyenne et de la Basse Vallée de l’Ognon, fusion, le 1er janvier 2013, des deux syndicats suivants, le Syndicat Mixte d’Aménagement de la Basse Vallée de l’Ognon, créé en 1971, et le Syndicat Mixte d’Aménagement de la Moyenne Vallée de l’Ognon, créé en 1969[2]. Un second contrat de rivière est en cours d'élaboration en 2015 pour une durée de cinq ans[4].

Affluents[modifier | modifier le code]

L'Ogon a cinquante trois tronçons affluents référencés[S 1] dont les affluents notables sont :

Hydrologie[modifier | modifier le code]

L'Ognon à Pesmes[modifier | modifier le code]

Pont sur l'Ognon près de Lure.

Le débit de l'Ognon a été observé durant une période de 44 ans (1964-2007), à Pesmes, localité du département de la Haute-Saône, située à peu de distance de son confluent avec la Saône[1]. À cet endroit le bassin versant de la rivière est de 2 038 km2 sur un total de 2 075 km2, soit 98 % de la totalité.

Le module de la rivière à Pesmes est de 34,0 m3/s.

L'Ognon présente les fluctuations saisonnières de débit assez importantes et typiques de l'est de la France, avec des crues d'hiver portant le débit mensuel moyen entre 50 et 57,5 m3/s, de décembre à mars inclus (maximum en janvier), et des basses eaux d'été de la mi-juin à la fin septembre, avec une baisse du débit moyen mensuel allant jusqu'au niveau de 9,6 m3/s au mois d'août (voir histogramme ci-dessous).

Débit moyen mensuel (en m3/s)
Station hydrologique : U1084010 - L'Ognon à Pesmes pour un bassin versant de 2 038 km2[1]
(données calculées sur 45 ans)
Source : Banque Hydro - MEDDE

Étiage ou basses eaux[modifier | modifier le code]

La Communauté de Communes du pays de Lure a placé des bornes informatives sur le cours de la rivière à Lure.

Le VCN3 peut chuter jusque 1,9 m³/s, en cas de période quinquennale sèche ce qui est très bas, voire sévère. Le débit minimum enregistré sur 3 jours consécutifs a été de 0,955 m³/s mesuré entre le 5 et le 8 août 1971.

Crues[modifier | modifier le code]

D'autre part les crues sont souvent fort importantes. En effet, le débit instantané maximal enregistré a été de 434 m3/s le 28 mai 1983, tandis que la valeur journalière maximale était de 419 m3 par seconde le même jour de la même année. Les QIX 2 et QIX 5 valent respectivement 220 et 280 m3 par seconde. Le QIX 10 est de 330 m3 par seconde et le QIX 20 se monte à 370 m3/s. Quant au QIX 50, il est de 420 m3/s, soit près de la moitié de celui de l'Yonne par exemple. Si l'on compare la crue de mai 1983, il s'agissait d'une crue plus que cinquantennale, donc très exceptionnelle.

À titre de comparaison, rappelons que le QIX 10 de la Marne aux portes de Paris vaut 510 m3/s, tandis que son QIX 50 est de 650 m3/s. On peut constater ainsi que le QIX 10 comme le QIX 50 de la rivière de faible importance que serait l'Ognon, valent près des deux tiers de ceux de la Marne à Paris.

Lame d'eau et débit spécifique[modifier | modifier le code]

La lame d'eau écoulée dans le bassin de l'Ognon est de 524 millimètres annuellement, ce qui est élevé, nettement supérieur à la moyenne d'ensemble de la France, mais également un peu supérieur à celle de l'ensemble du bassin versant de la Saône (501 millimètres à Lyon). Le débit spécifique (ou Qsp) se monte de ce fait à un solide 16,7 litres par seconde et par kilomètre carré de bassin.

Curiosités - Tourisme[modifier | modifier le code]

  • Pesmes dans la Haute-Saône : remarquable petite bourgade ancienne et pittoresque (site classé). Fortifications médiévales avec tours et remparts (monument historique). Belles demeures anciennes. Château fort bien conservé (monument historique). Château des Forges du XIXe. Maison Royale. Superbe église Saint-Hilaire avec nombreuses sculptures et autres trésors artistiques. Chapelle du Prieuré... Village fleuri, sports tout l'été, baignades, équitation, pêche, gîte communal, randonnées, etc.
  • Villersexel : confluent de l'Ognon et du Scey. Église classique du XVIIIe avec nombreuses œuvres d'art. Château des Grammont du XIXe (monument historique). Hôpital de Grammont du XVIIIe, superbe parc de l'ancien château, etc. Base de loisir, canoë-kayak, gîte d'accueil, équitation et poney-club.
  • Lure : Église Saint-Martin du XVIIIe, avec chapelle du XVIe et nombreuses œuvres d'art. Ancien Hôpital Marie-Richard. Bâtiments abbatiaux du XVIIIe avec voûte du XVIe (monument historique). Résurgence de la Font-de-Lure. Étangs. Équitation, pêche...
  • Heuilley-sur-Saône : Église de l'Assomption dont le chœur date du XVe siècle. Chapelle Sainte Anne du XVIIIe siècle. Maison de l'eau, de la pêche et de la nature (musée).
  • Le Saut de l'Ognon, à Servance[5] : il s'agit d'un barrage en maçonnerie construit en travers d'une gorge étroite, laquelle perce un verrou glaciaire, et qui était destiné à fournir en eau - motrice, notamment - une installation de taille de pierre. L'amont de ce barrage est aujourd'hui rempli par les sédiments. La rivière se déverse par dessus la crête du barrage et forme ainsi une cascade de treize mètres de hauteur. Lorsque le débit est faible, on distingue nettement les pierres appareillées du barrage derrière la chute, mais le reste du temps, l'illusion d'une cascade naturelle est parfaite. On voit encore en rive gauche l'ancien aqueduc creusé dans la roche, qui alimentait en eau la graniterie située 300 m à l'aval. L'aqueduc franchissait un vallon via un pont de bois. Cet aménagement hydraulique date du XIXe siècle.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références à Sandre[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f et g Sandre, « Fiche cours d'eau - L'Ognon (U10-0400) » (consulté le 10 novembre 2012).
  2. Sandre, « Fiche cours d'eau - Le Rahin (U1020500) » (consulté le 27 janvier 2015).
  3. Sandre, « Fiche cours d'eau - le Scey (U1030540) » (consulté le 27 janvier 2015).
  4. Sandre, « Fiche cours d'eau - le Rognon (U1030600) » (consulté le 27 janvier 2015).
  5. Sandre, « Fiche cours d'eau - la Reigne (U1010520) » (consulté le 27 janvier 2015).
  6. Sandre, « Fiche cours d'eau - la Linotte (U1040640) » (consulté le 28 janvier 2015).
  7. Sandre, « Fiche cours d'eau - la Rèsie (U1080600) » (consulté le 13 septembre 2015).
  8. Sandre, « Fiche cours d'eau - la Buthiers (U1050580) » (consulté le 27 janvier 2015).

Autres références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Banque Hydro - MEDDE, « Synthèse de la Banque Hydro - L'Ognon à Pesmes (U1084010) » (consulté le 27 août 2015).
  2. a, b et c « site des syndicats de l'Ognon - Organisation », sur www.syndicats-vallee-ognon.fr (consulté le 13 septembre 2013).
  3. Dans un ouvrage (Haute-Saône paru en 1882) le premier nom suggéré est celui actuel, mais cette orthographe est également ajoutée comme précision.
  4. « Contrat de rivière Ognon - Synthèse du dossier sommaire de candidature pour un second contrat » [PDF], sur www.eptb-saone-doubs.fr (consulté le 13 septembre 2013).
  5. « Communauté de communes Haute Vallé de l'Ognon - le Saut de l'Ognon », sur www.cchvo.org (consulté le 13 septembre 2015).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]