Eygoutier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Eygoutier
Illustration
Caractéristiques
Longueur 15,2 km [1]
Bassin 70 km2
Bassin collecteur Eygoutier
Débit moyen (Toulon)
Nombre de Strahler 2
Régime pluvial méridional
Cours
Source à un kilomètre à l'est du centre équestre
· Localisation La Crau
· Altitude 34 m
· Coordonnées 43° 07′ 49″ N, 6° 03′ 15″ E
Embouchure Mer Méditerranée
· Localisation Toulon
· Altitude m
· Coordonnées 43° 06′ 27″ N, 5° 56′ 22″ E
Géographie
Principaux affluents
· Rive droite Lambert, Régana
Pays traversés Drapeau de la France France
Département Var
Arrondissement Toulon
Cantons La Crau, La Garde, Toulon-6
Régions traversées Provence-Alpes-Côte d'Azur
Principales localités Toulon

Sources : SANDRE:Y4530500, Géoportail

L'Eygoutier est un fleuve côtier du département du Var de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur qui se jette dans la Mer Méditerranée.

Il est également nommé "rivière des amoureux".

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le nom "Eygoutier" est consigné sous sa forme provençale "Eigoutié" dans le dictionnaire des Félibriges. Ce nom viendrait, toujours selon le dictionnaire des Félibriges, du provençal "Esgout" ou "Eygout" ("égout", "évacuation des eaux de pluie")[2] .

Le nom "rivière des amoureux" provient, selon la version couramment admise, d'une transcription erronée du provençal "riviero deis amourié" (rivière des mûriers), en référence aux nombreux mûriers qui poussaient le long de son lit, en aval du pont du Suve.

Géographie[modifier | modifier le code]

D'une longueur de 15,2 kilomètres[1], l'Eygoutier prend sa source à La Moutonne, hameau de la commune de La Crau, à un kilomètre à l'est du centre équestre, à l'altitude d'environ 34 mètres[3].

Il se jette dans la Mer Méditerranée sur la commune de Toulon, à l'altitude 0 mètre, à l'est du port de plaisance du Mourillon, et du Fort Saint-Louis, dans la rade des Vignettes[3].

Communes et cantons traversés[modifier | modifier le code]

Dans le seul département du Var, l'Eygoutier traverse quatre communes[1] et trois cantons :

Soit en termes de cantons, l'Eygoutier prend source dans le canton de La Crau, traverse le canton de La Garde, conflue dans le canton de Toulon-6, le tout dans le seul arrondissement de Toulon.

Affluents[modifier | modifier le code]

l'Eygoutier a deux affluents référencés[1] :

Selon d'autres sources[4], trois affluents sont contributeurs :

  • la Planquette, au nord.
  • la Règue au sud
  • l'Artaude au sud.

Le rang de Strahler est donc de deux.

Aménagements[modifier | modifier le code]

L'embouchure actuelle de l'Eygoutier est artificielle et a été dévié du port qu'il ensablait[5].

Hydrologie[modifier | modifier le code]

Le tunnel creusé sous le fort Lamalgue permet d'évacuer un débit maximum de 15 m3/s. Un second tunnel au Pont de la Clue permet d'évacuer un débit maximum de 30 m3/s mais cela a été insuffisant pour la crue centenale de 1978[6].

Écologie[modifier | modifier le code]

Le marais de l'Estagnol est une ZNIEFF deuxième génération[7].

Une ZNIEFF de type II est référencée depuis 1988 pour 277 hectares sur les deux communes de Garde et Pradet, ZNIEFF 930012494 - Plans de la Garde et du Pradet[8]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d Sandre, « Fiche cours d'eau - L'Eygoutier (Y4530500) » (consulté le 24 janvier 2014)
  2. « eigassa - Tresor dòu Felibrige - Dictionnaire provençal-français - Page 10843 », sur www.lexilogos.com (consulté le 26 juillet 2015)
  3. a b et c Géoportail - IGN, « Géoportail » (consulté le 9 février 2010)
  4. Fédération M.A.R.T., « Mouvement d'Actions pour la Rade de Toulon et le littoral varois » (consulté le 8 février 2010)
  5. Association intercommunale des riverains de l'Eygoutier, « L'Eygoutier » (consulté le 8 février 2010)
  6. Histoire de l'eau à Hyères, « Les Eygoutiers » (consulté le 8 février 2010)
  7. « Cuverville »
  8. ZNIEFF 930012494 - Plans de la Garde et du Pradet sur le site de l’INPN et sa carte sur le site de la DIREN.