Michel Lemoine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lemoine.
Michel Lemoine
Nom de naissance Michel Charles Lemoine
Surnom Michel Leblanc
Naissance
Pantin, Seine-Saint-Denis, France
Nationalité Drapeau de la France française
Décès (à 90 ans)
Vinon, Cher, France
Profession Acteur
Réalisateur

Michel Lemoine est un acteur et réalisateur français, né le à Pantin[1] et mort le 27 juillet 2013 à Vinon[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Michel Lemoine fait ses débuts au cinéma à la fin des années 1940[3]. On le trouve notamment dans des films de Sacha Guitry ou de Julien Duvivier. Son physique lui donne la possibilité de remplir l'emploi de jeune premier romantique mais aussi d'incarner des personnages mystérieux et inquiétants. Tout au long des années 1960, il tourne beaucoup en Italie, dans des péplums, des westerns spaghetti et dans des films fantastiques[3]. Il travaille aussi pour Jess Franco et pour José Bénazéraf. Dans les années 1970, on le voit essentiellement dans des films érotiques.

Il passe derrière la caméra pour des films où l'érotisme se mêle au drame, ou la comédie. Si ses films ne recueillent pas l'adhésion de la critique, on lui reconnaît néanmoins des qualités de technicien[4]. Les Désaxées, sa première réalisation a, selon ses dires, de forts accents autobiographiques[5]. Il fait d'ailleurs souvent tourner Janine Reynaud, son épouse, aux côtés de ses interprètes favorites, Martine Azencot, Nathalie Zeiger ou Marie-Hélène Règne. Il réunit à l'affiche des Confidences érotiques d'un lit trop accueillant des acteurs plus « solides » comme Olga Georges-Picot, Marie-Georges Pascal, Sacha Briquet ou Michel Le Royer et Bruno Devoldère, comédiens du « Français ».

En 1976, son film Les Week-ends maléfiques du Comte Zaroff est interdit de sortie en salles, la censure française voyant dans ce long-métrage d'épouvante une « incitation au meurtre »[5].

Il se tourne alors sans enthousiasme vers la réalisation de films pornographiques qu'il signe le plus souvent du pseudonyme de Michel Leblanc et fait d'Olinka Hardiman une vedette du X (Marilyn, mon amour).

Il délaisse le métier d'acteur et ne refait, dans les années 1990, que des apparitions sporadiques dans des films assez confidentiels.

Retiré à Vinon dans le Cher, il y est inhumé le 1er août 2013.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Comme réalisateur[modifier | modifier le code]

Comme acteur[modifier | modifier le code]

Au cinéma[modifier | modifier le code]

À la télévision[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Les Gens du cinéma, Extrait de naissance n° 440/1922
  2. Le Berry républicain du 31 juillet 2013.
  3. a et b Cf. IMDb
  4. Jean Tulard, Dictionnaire du cinéma ; les réalisateurs, éd. Robert Laffont, 1992.
  5. a et b Cf. Nanarland

Liens externes[modifier | modifier le code]