Aller au contenu

Mistral (missile)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Mistral
Mistral (missile)
Missile Mistral lors du défilé militaire du 14 juillet 2014.
Présentation
Type de missile missile sol-air à très courte portée
Constructeur MBDA
Coût à l'unité 300 000 €
Déploiement 1988
Caractéristiques
Moteurs Moteur à poudre (2 étages)
Masse au lancement 18,7 kg[1]
Longueur 1,80 m[2]
Diamètre 90 mm[2]
Envergure 180 mm
Vitesse supérieure à Mach 2,7[1]
Portée plus de 6 km[2]
Altitude de croisière 3 000 m[1]
Charge utile kg[1] d'hexolite, billes de tungstène
Guidage infrarouge passif[2]
Précision 93 % SSKP[N 1],[1]
Détonation fusée de proximité ou impact
Plateforme de lancement Fantassin, hélicoptère, navire

Le missile transportable antiaérien léger « Mistral » est un missile sol-air très courte portée (« SATCP »), ou MANPADS en anglais, de conception « tire et oublie », infrarouge passif. Il est utilisé dans une grande variété de systèmes d’armes ayant pour objet la défense antiaérienne à basse et très basse altitude ; mais aussi contre les petites embarcations rapides[3].

Il est fabriqué par Matra (devenue MBDA), sa première version a été mise en service dans l'armée française en 1989.

Missile[modifier | modifier le code]

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Le missile est long de 1,80 m[2] et pèse 18,7 kg[1] — dont 3 kg de charge explosive. Sa vitesse est supérieure à mach 2,7 (soit 926,1 m/s) et sa portée supérieure à six kilomètres : il peut atteindre une cible au sol à une distance de 6 000 mètres et une cible aérienne (hélicoptère ou avion volant à max. Mach 1,2) à 3 000 mètres d'altitude. Le guidage autodirecteur est de type tire et oublie guidé par un autodirecteur infrarouge passif (le missile se guide en fonction des sources de chaleur).

Le départ du missile est extrêmement bruyant (supérieur à 140 dBA, s'entendant à plusieurs kilomètres) et nécessite des protections auditives. En , son taux de réussite, sur 4 500 tirs réels, était de 96%[4].

Production[modifier | modifier le code]

La production des divers éléments du missile Mistral fait intervenir de nombreuses entreprises sous-traitantes, avec une maîtrise d’œuvre assurée par MBDA[1] (anciennement Matra) :

La production de Mistral était de 20 unités par mois en 2022, 30 par mois en 2023, avec un objectif de 40 par mois en 2025[7].

Les différentes versions[modifier | modifier le code]

  • Mistral 1 (ou S1) : première version livrée à partir de 1989.
  • Mistral 2 (ou M2) : deuxième version conçue pour pouvoir être intégrée sur l'hélicoptère Tigre[8].
  • Mistral 3 (ou F3) : dernière version développée en 2010 comme une « rénovation à mi-vie »[9]. Cette version dispose d'une portée de 7 km contre un engin cible subsonique[10].

Système d'arme[modifier | modifier le code]

Le système d’origine est composé du missile avec son lanceur et d’un poste de tir portable et réutilisable sur lequel le tireur est assis, appelé Trépied (Se posant directement sur l’épaule, le Stinger et le SAM 16 n'ont pas de poste de tir). Le temps de rechargement du lanceur est de 30 secondes[11].

Le Trepied comprend un viseur clair, un calculateur et éventuellement une caméra thermique, un interrogateur ou une aide à la désignation[12] : couplé au radar d'alerte Samantha, le Mistral peut détecter des aéronefs à une distance max. de 15 km et verrouiller la cible en 3 secondes (5 secondes sans pré-alerte). Le Mistral peut également s’utiliser dans le cadre du programme plus global Maillage anti-aérien des radars tactiques contre hélicoptères et aéronefs à voilure fixe (MARTHA)[13].

Systèmes de lancement[modifier | modifier le code]

Le missile Mistral peut être intégré sur différents systèmes de lancement développés par MBDA (sauf PAMELA et ASPIC qui sont développés par Thales)[2].

Lanceurs terrestres[modifier | modifier le code]

  • MANPADS : lanceur portable de base équipé d'un seul Mistral et utilisé manuellement
  • PAMELA : lanceur équipé d'un seul Mistral monté sur camion VLRA et TRM 2000 et utilisé manuellement
  • ALAMO : lanceur équipé d'un seul Mistral monté sur des véhicules légers et utilisé manuellement
  • ATLAS : lanceur amélioré équipé de deux Mistral monté sur véhicule ou sur un trépied au sol et utilisé manuellement
  • ATLAS-RC : lanceur ATLAS téléopéré
  • ALBI : lanceur équipé de deux Mistral monté sur véhicules blindés légers et utilisés manuellement
  • ASPIC : lanceur équipé de quatre Mistral monté sur véhicules légers et téléopérés
  • MPCV : tourelle équipée de quatre Mistral montée sur véhicules légers, avec un canon ou une mitrailleuse lourde
  • SANTAL : tourelle équipée de six Mistral et d'un radar, montée sur véhicules blindés

Lanceurs navals[modifier | modifier le code]

  • SIMBAD : lanceur équipé de deux Mistral utilisé manuellement
  • SIMBAD-RC : lanceur SIMBAD téléopéré
  • TETRAL : lanceur équipé de quatre Mistral
  • SADRAL : lanceur équipé de six Mistral

Lanceurs aériens[modifier | modifier le code]

  • AATCP ou ATAM : lanceur équipé de deux missiles Mistral pour les hélicoptères Gazelle et Tigre HAP de l’armée de terre[8],
Wikimedia Commons présente d’autres illustrations sur les missiles Mistral.

Pays utilisateurs[modifier | modifier le code]

Utilisateur actuel du missile Mistral en bleu foncé, utilisateur futur en bleu ciel et ancien utilisateur en rouge

Depuis son entrée en service en 1988 et sa première exportation en 1989, plus de 15 000 missiles Mistral ont été vendus à l'export à travers le monde[14]. Ainsi, ce missile aura été, est et sera en service dans plus de 40 pays, témoignant de son important succès à l'exportation[15].

Utilisateurs actuels[modifier | modifier le code]

Drapeau d'Afrique du Sud Afrique du Sud

Force aérienne sud-africaine: le missile Mistral est choisi par l'Afrique du Sud pour équiper l'hélicoptère Rooivalk[16].

Drapeau de l'Arabie saoudite Arabie saoudite

Armée de terre saoudienne: 700 missiles Mistral 1 sont livrés en 1991 et 1992[14].

Garde Nationale d'Arabie Saoudite: 1 000 Mistral 2 livrés entre 2007 et 2010. Entre 2013 et 2015, 1 000 nouveaux Mistral 2 sont livrés, ils sont destinés à êtres montés sur Renault Sherpa 3, appelés MPCV (pour Multi Purpose Combat Vehicule)[14],[17]. Des missiles VL MICA sont commandés en 2013 pour remplacer au moins une partie des Mistral saoudiens[18].

Marine royale saoudienne: 80 missiles Mistral 2 livrés en 2016 et 2017[14]. Ils sont destinés à équiper les deux lances-missiles SIMBAD-RC des bâtiments ravitailleurs de classe Boraida dont la modernisation est décidée en 2013[19].

Drapeau de l'Autriche Autriche

Bundesheer : 63 ou 76 lanceurs avec 500 missiles Mistral 1 sont livrés entre 1993 et 1996[14].

En 2022, la rénovation de 24 lanceurs et la commande de 200 Mistral 3 est décidé pour un montant de 158 millions d'euros. Il est annoncé en février 2024 que des Mistral 3 seront intégrés à 36 tourelles Skyranger 30 destinées à équiper un nombre équivalent de blindés Pandur EVO[20].

Drapeau du Botswana Botswana

Forces de défense botswanaises : 14 lanceurs avec 140 missiles Mistral sont livrés entre 2018 et 2020[14],[21]. Au moins une partie de ces missiles sont destinés à être intégrés sur VBL ALBI[22].

Drapeau du Brésil Brésil

Marine brésilienne : 160 missiles Mistral sont livrés entre 1994 et 1997 pour équiper le porte-avion Minas Gerais selon le SIPRI[14]. En 2015, le navire français Siroco équipés de trois lance-missiles SIMBAD est vendu à la marine brésilienne et renommé Bahia[23].

Drapeau du Brunei Brunei

Forces royale terrestre de Brunei : 48 missiles Mistral 2[24] sont livrés en 1999, puis 24 nouveaux missiles sont livrés en 2005 et 2006[14].

Marine Royale du Brunei : il est annoncé en 2023 que deux navires singapouriens de classe Fearless équipés chacun de deux lance-missiles SIMBAD seront cédés à la Marine Royale du Brunei[25].

Drapeau du Chili Chili

Armée de terre chilienne : 500 missiles Mistral 1 sont livrés entre 1991 et 1997, puis 10 nouveaux missiles sont livrés en 2013[14]. Une partie des Mistral au moins est monté sur des camions Mercedes-Benz Unimog 1300[26].

Drapeau de Chypre Chypre

Garde nationale chypriote : 90 missiles Mistral 1 sont livrés en 1989 avec au moins 12 lanceurs ATLAS[14],[27], puis 214 missiles Mistral supplémentaires sont livrés entre 2005 et 2011[14].

En 2009, la CIA a tenté d'acquérir discrètement des missiles Mistral appartenant à la Garde nationale chypriote, car le renseignement américain n'était jusqu'à présent pas parvenu à s'en procurer[28].

En février 2020, Chypre commande de nouveaux missiles Mistral pour un montant de 150 millions d'euros[29]. En juin 2023, Chypre signe une lettre d'intention pour des Mistral 3 conjointement avec quatre autres pays européens, pour un total de plus de 1 000 missiles[30].

Drapeau de la Colombie Colombie

Marine nationale colombienne : 80 missiles Mistral 2[24] sont livrés en 2001 et 2002 pour équiper les deux lance-missiles SIMBAD des frégates de classe Almirante Padilla[14], modernisées à la fin des années 1990[31].

Drapeau de la Corée du Sud Corée du Sud

Armée de terre de la république de Corée : 130 lanceurs et 984 missiles Mistral 1 sont livrés entre 1993 et 1997 avec 25% de compensations industrielles[14]. La réticence aux transferts de technologies de l'américain General Dynamics, le fabricant du missile Stinger et le concurrent direct du Mistral, explique le choix du Mistral par la Corée du Sud[32]. 1 742 missiles Mistral 2 de nouvelle génération sont ensuite livrés entre 1998 et 2000[14],[24].

Corps des Marines de la république de Corée : il est annoncé en octobre 2023 que l'hélicoptère d'attaque KMAH (pour Korean Marine Attack Helicopter) dérivé du MUH-1 Marineon sera équipé de missiles Mistral ATAM. Une nouvelle fois, le Mistral est préféré au Stinger par la Corée du Sud[33].

Drapeau de la Croatie Croatie

Forces terrestre de la république de Croatie : un nombre non précisé de missiles Mistral sont cédés par la France en même temps que le transfert des avions de combat Rafale. Ces missiles servent à assurer la protection de la base aérienne de Plesco qui accueille ces aéronefs[34].

La Croatie annonce en décembre 2022 vouloir acheter des missiles Mistral 3 pour 72 millions d'euros[35].

Drapeau de l'Égypte Égypte

Marine égyptienne : commande en octobre 2015 de deux navires d'assaut amphibie de classe Mistral équipé de deux lances-missiles SIMBAD[36].

Drapeau des Émirats arabes unis Émirats arabes unis

Marine des Émirats arabes unis : 40 missiles Mistral 1 sont livrés en 1990 pour équiper le lance-missile SADRAL des navires de classe Mubarraz[14].

Forces armées émiriennes : 500 missiles Mistral 1 sont livrés en 1993 et 1994[14] pour équiper les lanceurs ATLAS-RC montés sur blindés Nimr[37].

Drapeau de l'Équateur Équateur

Forces armées équatoriennes : 200 missiles Mistral sont livrés en 1997 et 1998, dont une partie est destinée à équiper les trois lance-missiles SIMBAD des frégates de classe Condel, achetées à la Grande-Bretagne en 1991[14].

Drapeau de l'Espagne Espagne

Forces armées espagnole : 180 lances-missiles et 760 missiles Mistral 1 sont livrés entre 1992 et 1997 (840 missiles selon le SIPRI)[14], 640 missiles doivent équiper l'Armée de terre et 80 missile l'Infanterie de marine[38], une partie devant être monté sur URO VAMTAC. Entre 2007 et 2011, 250 nouveaux missiles sont livrés pour équiper les hélicoptères Tigre HAP des Forces aéromobiles[14].

En août 2016, un contrat est signé pour permettre la modernisation des missiles Mistral 1 au standard Mistral 3[39], puis en octobre 2020 l'Espagne achète 94 missiles Mistral 3 d'occasion à la France pour remplacer ses premiers missiles Mistral devenus obsolètes[40]. Pour compléter ce transfert effectué en 2022[14], l'Espagne annonce en septembre 2022 la rénovation de 102 lanceurs Mistral et l'achat de 522 missiles Mistral 3 neufs[41].

Drapeau de l'Estonie Estonie

Forces armées estonienne : 100 missiles Mistral 2 sont livrés entre 2008 et 2010, puis 25 missiles Mistral sont vendus à l'Estonie par la Belgique en 2010[14]. La nouvelle version Mistral 3 est ensuite livré à 200 exemplaires entre 2015 et 2022[14],[42],[43].

En 2024, l'Estonie commande des Mistral 3 conjointement avec quatre autres pays européens, pour un total de plus de 1 500 missiles[44].

Drapeau de la France France

Armée de terre : les missiles Mistral entrent en service en 1989 dans l'armée française avec des lanceurs terrestres et des VLRA PAMELA[45].

En 2007, 850 missiles Mistral subissent une rénovation à mi-vie[46], 1 500 autre missiles doivent être rénovés entre 2012 et 2016 selon la loi de programmation militaire de 2009-2014[47]. Entre 2012 et 2015, l’armée française commande 2 050 exemplaires du missile RMV Mistral, chiffre revu à 580 dans la loi de programmation militaire 2009-2014[9]. En novembre 2023, la France commande 329 nouveaux missiles Mistral 3[48].

Évolution du nombre de poste de tir Mistral dans l'Armée de Terre
Année Nombre de postes de tir
2005 210
2011 204
2012 226[49]
2013 186[49]
2020 196[50]

En 2020, l'armée française aligne 196 lance-missiles Mistral[51] montés sur un nombre inconnu de VLRA PAMELA et sur 6 nouveaux Sherpa MPCV livrés depuis 2011. L'Armée de terre doit recevoir 24 Serval SATCP à partir de 2027 pour moderniser sa défense sol-air. Les missiles Mistral sont également intégrés sur les hélicoptères Gazelle[52] et Tigre de l'ALAT.

Les missiles Mistral sont en service au sein des régiments d'artillerie dans une batterie composées de sections de tir de six lanceurs Mistral chacune. Le 68e Régiment d'Artillerie d'Afrique, le 11e Régiment d'Artillerie de Marine, le 93e Régiment d'Artillerie de Montagne, le 40e Régiment d'Artillerie et le 3e Régiment d'Artillerie de Marine disposent de trois sections de tir (soit 18 lanceurs) tandis que le 35e Régiment d'Artillerie Parachutiste dispose de quatre sections de tir (soit 24 lanceurs)[53]. Le 54e Régiment d'Artillerie, unité spécialisée dans la lutte anti-aérienne, dispose quand à lui de quatre batteries de lance-missiles Mistral[54].

Armée de l'air : en 2005, l'Armée de l'air dispose de 60 lances-missiles Mistral qui sont retirés du service suite à la réorganisation de l'Armée de 2011[55].

Marine nationale : le missile Mistral assure la défense rapprochée d'une importante partie de la flotte française, dont le porte-avion Charles de Gaulle (2 lanceurs SADRAL), les porte-hélicoptères amphibie de classe Mistral (2 lanceurs SIMBAD), les frégate de classe La Fayette rénovées (2 lanceurs SADRAL), les frégates de classe Floréal (2 lanceurs SIMBAD), les Patrouilleurs de Haute Mer (1 lanceur SIMBAD), les pétroliers ravitailleurs de classe Durance (2 lanceurs SIMBAD) et les Bâtiment Ravitailleurs de Force (2 lanceurs SIMBAD-RC).

Drapeau du Gabon Gabon

Armée de terre gabonaise : 60 missiles Mistral et cinq lances-missiles ASPIC[56].

Drapeau de la Géorgie Géorgie

Forces armées géorgienne : un nombre non précisé de lanceurs ATLAS avec 20 missiles Mistral sont livrés en 2018 pour un montant de 50 millions d'euros[14]. Ils sont intégrés sur des camions VLRA 2 fabriqués par Arquus[57].

Drapeau de la Hongrie Hongrie

Forces terrestre hongroises : 45 lanceurs ATLAS avec 180 missiles Mistral 2 livrés en 1998 et 1999 et intégrés sur des camions Unimog 1350L[14],[58]. La Hongrie décide en 2017 d'acheter 118 Mistral 3 et de moderniser ses Mistral 2 restant[14],[59].

En 2024, la Hongrie commande des Mistral 3 conjointement avec quatre autres pays européens, pour un total de plus de 1 500 missiles[44].

Drapeau de l'Inde Inde

Armée de terre indienne et Force aérienne indienne : 75 missiles Mistral 2 ATAM sont livrés en 2022 et 2023[14] et intégrés sur les hélicoptères HAL Prachand et HAL Rudra[60],[61].

Drapeau de l'Indonésie Indonésie

Marine indonésienne : 120 missiles Mistral livrés en 1997 et 1998[14] pour équiper les deux lance-missiles SIMBAD des frégates de classe Ahmad Yani[62]. Dans le même temps, 60 autres missiles permettent la modernisation les frégates de classe Tribal par l'ajout de lanceurs SIMBAD[14]. Entre 2007 et 2009, 120 missiles supplémentaires sont livrés pour intégrer les deux lance-missiles TETRAL des corvettes de classe Diponegoro[14] et les deux lanceurs SIMBAD des Landing Plateform Dock de classe Makassar.

Armée de terre indonésienne : 136 missiles Mistral 3 sont livrés en 2013 et 2016[14], ils sont utilisés sur blindés Pindad Komodo grâce au lance-missiles ATLAS et sur Renault Sherpa 3 MPCV (pour Multi Purpose Combat Vehicule)[63],[64].

Drapeau de la Norvège Norvège

Marine royale norvégienne : 400 missiles Mistral 1 sont livrés entre en 1992 et 1997 pour équiper le lanceur SADRAL des chasseurs de mines de classe Oksoy et de classe Alta, ainsi que les deux lance-missiles Mistral SIMBAD des patrouilleurs de classe Hauk et le lanceur SIMBAD des corvettes de classe Skjold[14].

La Norvège cède en mars 2022 une centaine de missiles Mistral issue de ses stock à l'Ukraine en réaction à l'invasion russe de l'Ukraine[65].

Drapeau d'Oman Oman

Armée royale d'Oman : 230 missiles Mistral 2 sont livrés entre 2001 et 2003 pour être intégrés sur VBL ALBI[14],[66].

Drapeau du Pakistan Pakistan

Armée de terre pakistanaise : 100 missiles Mistral 1 sont livrés en 1994 et 1995[14] destinés à protéger les aéroports et à être utilisés dans les zones montagneuses de haute altitude[67].

Drapeau des Philippines Philippines

Marine philippine : 40 missiles Mistral 3 sont livrés en 2021 pour équiper les deux lance-missiles SIMBAD-RC des frégates de classe Jose Rizal[14].

Drapeau du Qatar Qatar

Forces armées qatariennes : 500 missiles Mistral 1 sont livrés entre 1992 et 1996, dont une partie pour équiper le lance-missiles SADRAL des navires de classe Barzan. Entre 2010 et 2013, 35 missiles supplémentaires sont livrés[14].

Drapeau du Rwanda Rwanda

Forces rwandaises de défense : 15 missiles Mistral 1 sont en possession de l’armée rwandaise en 1994 selon un document de l'ONU[68] dont la véracités est contestée[69].

Des missiles Mistral sont utilisés par l'armée rwandaise pendant la deuxième guerre du Congo contre l'aviation du Zimbabwe[70].

Drapeau du Sénégal Sénégal

Marine sénégalaise : 30 missiles Mistral 3 sont livrés en 2023 pour équiper le lance-missiles SIMBAD-RC des OPV-58S[14],[71].

Drapeau de la Serbie Serbie

Armée de terre : 50 missiles Mistral 3 sont livrés en 2022 pour équiper 18 blindés PASARS-16[72],[73].

Drapeau de Singapour Singapour

Marine de Singapour : une partie des 500 missiles Mistral 1 sont livrés entre 1994 et 1996 pour équiper le lances-missiles SIMBAD des patrouilleurs de classe Fearless et les deux lanceurs SIMBAD des navires de débarquement de classe Endurance[14].

Drapeau de la Thaïlande Thaïlande

Marine royale : 60 missiles Mistral 2[24] sont livrés en 2001 pour équiper les trois lances-missiles SADRAL du porte-aéronef Charki Naruebet[14].

Drapeau du Turkménistan Turkménistan

Forces navales turkmènes : 28 missiles Mistral sont livrés entre 2013 et 2017 pour équiper le lance-missiles SIMBAD-RC des patrouilleurs de classe Tulza[14].

Drapeau de l'Ukraine Ukraine

Forces armées de l'Ukraine : 175 missiles Mistral de seconde main sont livrés en 2022 et 2023 par les alliés de l'Ukraine en réponse à l'invasion russe de l'Ukraine[14]. La Norvège livre 100 missiles en mars 2022[74], suivie par la France avec 6 lanceurs[75] et approximativement 75 missile entre mars 2022 et décembre 2023[14], tandis que la Belgique livre 25 missiles en 2023[14],[76].

Drapeau du Venezuela Venezuela

Forces armées vénézuéliennes : 50 missiles Mistral 2[24] sont livrés en 2001 et 2002[14].

Futurs utilisateurs[modifier | modifier le code]

Drapeau de l'Arménie Arménie

Armée arménienne: en octobre 2023, l'Arménie annonce conjointement avec la France la signature d'une lettre d'intention pour acheter des missiles Mistral 3[77].

Drapeau de la Belgique Belgique

Composante Terre : 142 lanceurs (dont 24 ATLAS) avec 858 missiles Mistral 1 sont intégrés au bataillon d’Artillerie de Brasschaat (1 004 missiles selon le SIPRI). Les Mistral sont livrés entre 1991 et 1995 et mis en service de 1993 à 2017, le dernier tir du missile par les belges ayant lieu le 11 mai 2017. En 24 ans de service, 643 missiles sont tirés[78],[14], avec un taux de réussite de 86%[79].

En 2010, 25 missiles Mistral sont vendus à l'Estonie, tandis que 25 sont cédés à l'Ukraine en 2023 en raison de l'invasion Russe de l'Ukraine[14],[80].

La volonté belge de regagner une capacité de défense sol-air est annoncé en octobre 2020, un premier peloton équipé de mistral étant prévu dès 2023[81]. En 2024, la Belgique commande des Mistral 3 conjointement avec quatre autres pays européens, pour un total de plus de 1 500 missiles[44].

Drapeau de la Macédoine du Nord Macédoine du Nord

Armée de la république de Macédoine du Nord : commande d'un nombre inconnu de Mistral 3 en 2022[14].

Drapeau du Maroc Maroc

Armée royale : en juin 2023 est annoncé la livraison de blindés Sherpa Light MPCV équipés de lance-missiles Mistral ATLAS-RC[82].

Drapeau du Nigeria Nigeria

Marine nigériane : commande de 40 missiles Mistral 3 en 2021[14] pour équiper les deux lance-missiles SIMBAD-RC des patrouilleurs hauturier OPV 76[83].

Drapeau de Chypre Chypre

En 2024, Chypre commande des Mistral 3 conjointement avec quatre autres pays européens, pour un total de plus de 1 500 missiles[44].

Commande groupée

En 2024, cinq pays européens : la France, la Belgique, la République de Chypre, l’Estonie et la Hongrie, commandent conjointement plus de 1500 MISTRAL 3 sous l’égide de la Direction générale de l’armement [DGA]. Ce contrat est éligible au mécanisme financier EDIRPA [European Defence Industry Reinforcement through common Procurement Act], mis en place par l’Union européenne [UE] pour favoriser la mutualisation des commandes d’équipements militaires entre les États membres. D’autres pays pourraient se joindre à cette coopération[44].

Anciens utilisateurs[modifier | modifier le code]

Drapeau de la Finlande Finlande

Forces maritimes finlandaises : 400 missiles Mistral sont livrés entre 1990 et 2002 pour être intégrés sur les mouilleurs de mines de classe Hämeenmaa et le premier navire d'attaque rapide de classe Hamina[14],[84].

Le missile anti-aérien français Mistral est remplacé par l'Umkhonto sud-africain à partir de 2002[85].

Drapeau de la Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande

Force de Défense de Nouvelle-Zélande : 12 lanceurs et 37 missiles Mistral 2[24] sont livrés entre en 1997 et 1999 pour 20 millions de dollars[14]. Cependant, l'achat de ces missiles sol-air ne s'accompagne pas de système d'identification friend or foe, pour des raisons financières. Cela empêche de distinguer les cibles amies ou ennemis, et explique pourquoi le missile Mistral ne fut jamais mis en service[86].

Échecs commerciaux[modifier | modifier le code]

Drapeau du Liban Liban

Forces armées libanaises : en décembre 2013, le président libanais Michel Sleiman annonce que l'Arabie Saoudite va financer 3 milliards de dollars de matériel militaire français pour moderniser ses forces armées, dont des missiles Mistral[87]. Cependant, en février 2016, cette aide militaire est interrompue suite à l'absence de condamnation libanaise de l'attaques de l'ambassade saoudienne en Iran[88], avant que les missiles Mistral ne soient livrés.

Drapeau de Taïwan Taïwan

Armée de la république de Chine : des négociations entre la France et Taïwan pour la vente de 550 missiles Mistral 1 on lieu en octobre 1995[89], mais ne donnent pas de suite.

Carrière opérationnelle[modifier | modifier le code]

Guerre du Golfe[modifier | modifier le code]

Dans le cadre de l'opération Daguet, la France déploie une compagnie de missiles Mistral avec cinq sections de tir armées par le 11e Régiment d'Artillerie de Marine, le 68e Régiment d'Artillerie et le 35e Régiment d'Artillerie Parachutiste[90]. Des missiles Mistral sont aussi adaptés localement sur trois hélicoptères Gazelle de l'ALAT

Deuxième Guerre du Congo[modifier | modifier le code]

Le 23 mars 1999, deux missiles Mistral sont tirés par l'armée rwandaise contre un BAE Hawk des forces aériennes du Zimbabwe en mission d'appui aérien rapproché près de Manono. L'un des deux missiles touche sa cible et abat l'avion, forçant le pilote à s'éjecter en territoire hostile[70].

Force intérimaire des Nation unies au Liban[modifier | modifier le code]

Dans le cadre de sa participation à la FINUL appelée Opération Daman, la France déploie entre trois et quatre lanceurs Mistral au Liban depuis 2006[91],[92].

Le 31 octobre 2006 a lieu un incident entre force françaises de la FINUL et armée de l'air israélienne au dessus du Sud-Liban. Suite à un piqué de quatre avions F-15 israéliens considéré comme une « posture d'attaque » envers les forces de l'ONU, les soldats français ont « retiré les caches de la batterie de missile » Mistral et ont failli ouvrir le feu sur les aéronefs israéliens[93].

Première guerre civile libyenne[modifier | modifier le code]

Dans le cadre de l'Opération Harmattan, la France utilise ses hélicoptères Gazelle et Tigre pour mener des raids contre les forces pro-kadhafi.

En raison de la menace, annoncé par les service de renseignement, de Mi-35 libyen possiblement encore en condition de vol, les deux hélicoptères Tigre engagés par l'ALAT sont équipés de missiles Mistral. Les Mi-35 n'ayant pas été utilisés par les forces pro-kadhafi, les Mistral furent employés contre des cibles au sol, avec le tir d'au moins trois missiles en mode air-sol[94] sur un total de maximum une demi-douzaine de tirés[95].

Guerre en Ukraine[modifier | modifier le code]

Suite à l'invasion de l'Ukraine par la Russie, l'armée ukrainienne reçoit un peu moins de 200 missiles Mistral utilisés pour sa défense anti-aérienne.

Jean-Louis Thiériot, vice président de la Commission de la défense nationale et des force armées de l'Assemblée Nationale, affirme en février 2023 que « les Manpads Mistral [...] que nous avons fournis font un excellent travail »[96].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Single-Shot Kill Probability, probabilité de toucher en un seul coup.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f et g (en) « Mistral 2 », sur www.mbda-systems.com (consulté le ).
  2. a b c d e et f « Mistral, Fiche technique », sur www.ixarm.com (consulté le ).
  3. Laurent Lagneau, « Le missile anti-aérien MISTRAL peut aussi être efficace contre des embarcations rapides », sur Zone Militaire, (consulté le )
  4. « MBDA prêt à livrer ses premiers véhicules MPCV en configuration sol-air », sur Zone Militaire, (consulté le ).
  5. « Systèmes Avioniques & Navigation : Guidage > Senseurs », sur www.sagem-ds.com (consulté le ).
  6. « Mistral, Architecture industrielle », sur www.ixarm.com (consulté le ).
  7. Martin Pereira, « La production de poudre pour les obus d’artillerie bientôt relocalisée en France », sur Le Point, (consulté le ).
  8. a et b « Mistral, Présentation », sur www.ixarm.com (consulté le ).
  9. a et b « Projet de loi de finances 2014, Mission Défense, Programme Équipement des forces, projet annuel de performances, justification au premier euro », sur performance-publique.budget.gouv.fr.
  10. « Le missile MBDA Mistral 3 se fait un drone », sur Air et Cosmos (consulté le ).
  11. https://www.defense.gouv.fr/terre/equipements/artillerie/systeme-d-arme-sol-air-mistral
  12. « Mistral, Equipements et munitions », sur www.ixarm.com (consulté le ).
  13. « Martha, Présentation », sur www.ixarm.com (consulté le ).
  14. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z aa ab ac ad ae af ag ah ai aj ak al am an ao ap aq ar as at au av et aw « Arms transfer database », sur armstransfers.sipri.org (consulté le )
  15. Nathan Gain, « Un Mistral à la une… », sur FOB - Forces Operations Blog, (consulté le )
  16. (en-US) « Rooivalk Attack Helicopter, South Africa », sur Airforce Technology (consulté le )
  17. « Mystery Order for Multi Purpose Combat Vehicle: Armed Forces Int. News », sur archive.wikiwix.com (consulté le )
  18. « Défense : trois nouveaux contrats export dans l'escarcelle de MBDA », sur La Tribune, 2013-10-03cest14:35:00+0200 (consulté le )
  19. « Les industriels français vont moderniser les bâtiments saoudiens du programme Sawari I | Mer et Marine », sur www.meretmarine.com, (consulté le )
  20. Nathan Gain, « Du Mistral à bord des futurs Pandur EVO autrichiens », sur FOB - Forces Operations Blog, (consulté le )
  21. « Armement : mais qu'a vendu la France au Botswana en 2016 ? », sur La Tribune, 2017-07-10cest06:56:00+0200 (consulté le )
  22. (en-GB) Alain Henry de Frahan, « Botswana receives large quantities of French military equipment Mistral Mica missiles | June 2020 News Defense Global Security army industry | Defense Security global news industry army 2020 | Archive News year », sur Army Recognition, (consulté le )
  23. Laurent Lagneau, « Vendu au Brésil, le TCD Siroco deviendra le NDM Bahia », sur Zone Militaire, (consulté le )
  24. a b c d e et f « Projet de loi de finances pour 2002 : Forces terrestres », sur Sénat, (consulté le )
  25. (en) « Brunei to induct ex-Singapore Fearless-class patrol boats », sur Janes.com (consulté le )
  26. (es) Revista Defensa InfoDefensa, « El Ejército de Chile adquiere aeromodelos AT-02 para prácticas de tiro de misiles Mistral », sur Infodefensa - Noticias de defensa, industria, seguridad, armamento, ejércitos y tecnología de la defensa (consulté le )
  27. (grk) « Garde nationale », sur polignosi.com (consulté le )
  28. « Câble diplomatique américain 09STATE52499 », sur www.wikileaks.ch (consulté le ).
  29. Laurent Lagneau, « La République de Chypre a commandé des missiles Exocet et Mistral auprès de MBDA », sur Zone Militaire, (consulté le )
  30. « La France lance une acquisition commune de missiles Mistral avec la Belgique, Chypre, l’Estonie et la Hongrie », sur www.defense.gouv.fr, (consulté le )
  31. (en) « Armada República de Colombia Modernization Project: New Power for Colombian Navy “Padilla” Class Frigates », sur www.mtu-solutions.com (consulté le )
  32. (ko-Hani) « Le « missile Mistral » de fabrication française a été introduit et déployé pour la première fois au niveau national », sur hankyung.com, (consulté le )
  33. Laurent Lagneau, « MBDA va fournir des missiles MISTRAL ATAM pour l'hélicopère d'attaque sud-coréen KMAH », sur Zone Militaire, (consulté le )
  34. (hr) « Jutarnji list - Šoping od 70 milijuna eura: Hrvatska kupuje moćni raketni sustav protuzračne obrane! », sur www.jutarnji.hr, (consulté le )
  35. Laurent Lagneau, « Défense aérienne : la Croatie choisit le missile français Mistral 3 et envisage de se doter de systèmes VL MICA », sur Zone Militaire, (consulté le )
  36. « Au Caire, Manuel Valls finalise la vente des navires Mistral à l’Egypte », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  37. (en-US) « MISTRAL ATLAS RC | Ground Based Air Defence, MISTRAL SYSTEMS & LAUNCHERS », sur MBDA (consulté le )
  38. (es) Miguel González, « Defensa invertirá 15.000 millones en equipar al Ejército con misiles antiaéreos portátiles », El País,‎ (ISSN 1134-6582, lire en ligne, consulté le )
  39. (es) Revista Defensa InfoDefensa, « La DGAM encarga a MBDA España un estudio para la evolución del 'Mistral' », sur Infodefensa - Noticias de defensa, industria, seguridad, armamento, ejércitos y tecnología de la defensa (consulté le )
  40. Laurent Lagneau, « L'Espagne veut acquérir 100 missiles anti-aériens Mistral 3 d'occasion auprès de la France », sur Zone Militaire, (consulté le )
  41. Laurent Lagneau, « L'Espagne confirme l'achat de 522 missiles anti-aériens MISTRAL 3 auprès de MBDA », sur Zone Militaire, (consulté le )
  42. (et) « Galerii: kaitsevägi sai kätte esimesed uue põlvkonna Mistralid », sur Postimees, (consulté le )
  43. (en-US) « Estonia signs for an additional batch of Mistral SHORAD systems with MBDA | Press Release », sur MBDA (consulté le )
  44. a b c d et e Laurent Lagneau, « La France, la Belgique, Chypre, l'Estonie et la Hongrie confirment l'achat groupé de missiles sol-air MISTRAL 3 », sur Zone Militaire, (consulté le )
  45. « MISTRAL », sur www.rap35.terre.defense.gouv.fr (consulté le )
  46. Nathan Gain, « Une enveloppe de 29 M€ pour "un réassort important" de missiles Mistral », sur FOB - Forces Operations Blog, (consulté le )
  47. LOI n° 2009-928 du 29 juillet 2009 relative à la programmation militaire pour les années 2009 à 2014 et portant diverses dispositions concernant la défense (1), (lire en ligne)
  48. « Missiles de combat au contact : la France se réarme enfin... », sur La Tribune, 2024-02-02cet10:04:00+0100 (consulté le )
  49. a et b « Question n°47350 - Assemblée nationale », sur questions.assemblee-nationale.fr (consulté le )
  50. Ministère de la Défense, « Les chiffres clés de la défense - Édition 2021 », sur www.defense.gouv.fr (consulté le )
  51. Ministère de la Défense, « Les chiffres clés de la défense - Édition 2021 », sur www.defense.gouv.fr (consulté le )
  52. LOI n° 2013-1168 du 18 décembre 2013 relative à la programmation militaire pour les années 2014 à 2019 et portant diverses dispositions concernant la défense et la sécurité nationale, (lire en ligne)
  53. Battle Order, « Régiment Canon Caesar », sur twitter.com, (consulté le )
  54. Ministère des Armées, « 54e régiment d'artillerie », sur www.defense.gouv.fr (consulté le )
  55. « L'artillerie sol-air, création et évolutions », sur artillerie.asso.fr (consulté le )
  56. « Gabon Army Light Aviation (AdTG) • Aviation Legere des Armees (ALA) / XAIRFORCES », sur www.xairforces.net (consulté le )
  57. Nathan Gain, « Livraison de missiles MBDA Mistral ATLAS à la Géorgie », sur FOB - Forces Operations Blog, (consulté le )
  58. (en-US) ESD Editorial Team, « Hungary’s Modernisation Plans », sur euro-sd.com, (consulté le )
  59. (hu) « Földközeli célok ellen - Honvédelem », sur honvedelem.hu, (consulté le )
  60. (en) « HAL’s Light Combat helicopter becomes India’s 1st to carry out air-to-air attack firing Mistral missile », sur Financialexpress, (consulté le )
  61. « Proud moment for us, says MBDA which supplied anti-ship missiles for INS Khanderi », The Times of India,‎ (ISSN 0971-8257, lire en ligne, consulté le )
  62. (en-US) indomiliter, « Van Speijk Class: “Benteng Laut Nusantara” – Tiga Dasawarsa Flagship Armada Eskorta TNI AL », sur Indomiliter.com, (consulté le )
  63. (en-US) indomiliter, « Mistral Atlas TNI AD - Rudal Hanud Dengan Mobilitas Tinggi », sur Indomiliter.com, (consulté le )
  64. (en-US) indomiliter, « Renault Sherpa Light: Rantis Pengusung Rudal Mistral RCWS Arhanud TNI AD », sur Indomiliter.com, (consulté le )
  65. « La Norvège donne des missiles antiaériens à l'Ukraine », sur Le Figaro, (consulté le )
  66. (en-US) OuinetAdmin, « Oman Orders Mistral 2 Air-Defense Missiles (Nov. 8) », sur Defense aerospace, (consulté le )
  67. (en) Buneet Bhalla, « Pakistan’s Air Defence », sur archive.claws.in (consulté le )
  68. « L'armée disposait de missiles Mistral en 1994 », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  69. Pierre Péan, « Plusieurs experts démentent le «scoop» de Libération sur les missiles », sur www.marianne.net, (consulté le )
  70. a et b « Zaire/DR Congo 1980 - 2001 - www.acig.org », sur web.archive.org, (consulté le )
  71. (en-US) Naval News Staff, « Piriou launches the second of three OPVs ordered by Senegal », sur Naval News, (consulté le )
  72. (sr) Živojin Banković, « Vučić: Kupili smo 18 sistema Mistral sa 50 raketa », sur Tango Six, (consulté le )
  73. Laurent Lagneau, « La Serbie commande des missiles sol-air MISTRAL 3 auprès de MBDA », sur Zone Militaire, (consulté le )
  74. « La Norvège donne des missiles antiaériens à l'Ukraine », sur Le Figaro, (consulté le )
  75. Ministère des Armées, « Ukraine : la France dresse le bilan des équipements militaires livrés », sur www.defense.gouv.fr, (consulté le )
  76. Oryx, « A Show Of Shame - Belgian Weapons Deliveries To Ukraine », sur Oryx (consulté le )
  77. Laurent Lagneau, « La France va envoyer des instructeurs militaires en Arménie », sur Zone Militaire, (consulté le )
  78. Marie-Madeleine Courtial, « La reconstruction d’une artillerie antiaérienne au sein de la Composante Terre débutera en 2023 », sur À l'Avant-Garde, (consulté le )
  79. (en) Nicholas Fiorenza, « Belgium phases out Mistral », sur janes.com, (consulté le )
  80. Oryx, « A Show Of Shame - Belgian Weapons Deliveries To Ukraine », sur Oryx (consulté le )
  81. « La reconstruction d’une artillerie antiaérienne au sein de la Composante Terre débutera en 2023 », sur À l'Avant-Garde, (consulté le ).
  82. (es) Revista Defensa InfoDefensa, « Marruecos se prepara para recibir los primeros vehículos Sherpa con el misil Mistral 3 », sur Infodefensa - Noticias de defensa, industria, seguridad, armamento, ejércitos y tecnología de la defensa (consulté le )
  83. (en-US) Naval News Staff, « Turkey’s Dearsan Shipyard to Build 2 OPVs for the Nigerian Navy », sur Naval News, (consulté le )
  84. « La Finlande achète à la France des missiles anti-aériens Mistral. », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  85. (en-US) OuinetAdmin, « Finnish Navy Orders Umkhonto Missile (Oct. 21) », sur Defense aerospace, (consulté le )
  86. (en) « Friend or foe? Our $20m missile system can't tell », sur NZ Herald, (consulté le )
  87. Marc Cher-Leparrain (1956-2019), « L'Arabie saoudite renforce l'armée libanaise avec des armes françaises - Une transaction acceptée par le Hezbollah », sur Orient XXI, (consulté le )
  88. OLJ/AFP, « Riyad interrompt son aide de 3 milliards de dollars à l'armée libanaise », sur lorientlejour.com, (consulté le )
  89. Alexandra Schwartzbrod et Romain FRANKLIN, « Les Mirage français du Pakistan: La France s'apprête à vendre une quarantaine d'avions à Islamabad. », sur liberation.fr, (consulté le )
  90. Erwan Bergot et Alain Gandy, Opération Daguet, France, Société nouvelle Firmin-Didot, , 273 p. (ISBN 2-258-03443-4), p. 268
  91. Ministère des Armées, « DAMAN : La contribution française à la FINUL », sur archives.defense.gouv.fr, (consulté le )
  92. Ministère des Armées, « Opération DAMAN », sur www.defense.gouv.fr (consulté le )
  93. Jean-Dominique Merchet, « Au Sud-Liban, Israël frôle la «catastrophe» avec la France », sur Libération (consulté le )
  94. Frédéric Lert, « RETEX Harmattan », Air Fan, no 400,‎
  95. Mamouth Leader, « Le mamouth: Des Mistral tirés en Libye mais pas sur des aéronefs », sur Le mamouth, (consulté le )
  96. « Guerre en Ukraine: pour la première fois, la France reconnaît avoir livré des missiles anti-chars Akeron aux troupes de Zelensky », sur lindependant.fr (consulté le )