Mistral (missile)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mistral.
image illustrant les armes
Cet article est une ébauche concernant les armes.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Mistral
Image illustrative de l'article Mistral (missile)
Missile Mistral lors du défilé militaire du 14 juillet 2014.
Présentation
Type de missile missile sol-air à très courte portée
Constructeur MBDA
Coût à l'unité 300 000 €
Déploiement 1988
Caractéristiques
Moteur Moteur à poudre (2 étages)
Masse au lancement 18,7 kg[1]
Longueur 1,80 m[2]
Diamètre 90 mm[2]
Envergure 180 mm
Vitesse supérieur à Mach 2,7[1]
Portée plus de 5 km[2]
Altitude de croisière 3000 m[1]
Charge utile 3 kg[1] d'hexolite, billes de tungstène
Guidage infrarouge passif[2]
Précision 93 % SSKP[N 1],[1]
Détonation fusée de proximité ou impact
Plateforme de lancement Fantassin, hélicoptère, navire

Le missile transportable anti-aérien léger « Mistral » est un missile sol-air très courte portée (« SATCP ») de conception « tire et oublie », infrarouge passif. Il est utilisé dans une grande variété de systèmes d’armes ayant pour objet la défense antiaérienne à basse et très basse altitude.

Il est fabriqué par Matra (devenue MBDA), sa première version a été mise en service dans l'armée française en 1989.

Missile[modifier | modifier le code]

Le missile est long de 1,80 m[2] et pèse 18,7 kg[1] (Système de propulsion 15,7 kg et charge explosive 3 kg). Sa vitesse est de Mach 2,6 et sa portée de 5 km : il peut atteindre une cible au sol à une distance de 6 000 mètres et une cible aérienne (hélicoptère ou avion volant à max. Mach 1,2) à 3 000 mètres d'altitude. Le guidage autodirecteur est de type tire et oublie guidé par un autodirecteur infrarouge passif (le missile se guide en fonction des sources de chaleur). Le départ du missile est extrêmement bruyant (supérieur à 140 dBA, s'entendant à plusieurs kilomètres) et nécessite des protections auditives. En novembre 2011, son taux de réussite, sur 4 500 tirs réels, était de 96%[3].

Sa première version (S1) a été livrée en 1989, la deuxième version (M2) en 1997 ; elle a été développée pour être adaptée au Tigre[4]. Une troisième version « rénovation à mi-vie » est développée en 2010[5].

La maîtrise d’œuvre est assurée par MBDA[1] (anciennement Matra Baé Dynamics). D’autres entreprises interviennent pour des parties du missile :

Système d'arme[modifier | modifier le code]

Le système d’origine est composé du missile avec son lanceur et d’un poste de tir portable et réutilisable sur lequel le tireur est assis, appelé Trépied (Se posant directement sur l’épaule, le Stinger et le SAM 16 n'ont pas de poste de tir). Le temps de rechargement du lanceur est de 30 secondes[8].

Le Trepied comprend un viseur clair, un calculateur et éventuellement une caméra thermique, un interrogateur ou une aide à la désignation[9] : couplé au radar d'alerte Samantha, le Mistral peut détecter des aéronefs à une distance max. de 15 km et looker la cible en 3 secondes (5 secondes sans pré-alerte).

Depuis la munition est intégrée dans plusieurs lanceurs :

  • les SADRAL et SIMBAD sont embarquées sur des bâtiments de la marine nationale,
  • système ASPIC sur véhicule Peugeot P4 de l’armée de l’air,
  • montage PAMELA sur véhicule ACMAT ou TRM 2000 pour l’armée de terre,
  • Multi Purpose Combat Vehicle : Renault Sherpa 3 équipé de quatre Mistral[10]. Développé depuis 2006, premières livraisons fin 2013[11]
  • système AATCP pour les hélicoptères Gazelle et Tigre HAP pour l’armée de terre[4],
  • lanceur SADRAL pour la Marine (poste de tir à 6 missiles semi-automatique)[2].

Ces systèmes sont développés par MBDA (sauf PAMELA et ASPIC qui sont développés par Thales)[2].

Le Mistral peut également s’utiliser dans le cadre du programme plus global Maillage anti-aérien des radars tactiques contre hélicoptères et aéronefs à voilure fixe (MARTHA)[12].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir. Wikimedia Commons possède d’autres illustrations sur les missiles Mistral.

Pays utilisateurs[modifier | modifier le code]

Depuis 1988, plus de 16 000 missiles Mistral ont été vendus ou commandés. Ils sont utilisés par 24 pays dans le monde[13], [14]; certains équipements (ATLAS, ALBI) sont destinés uniquement à l’export[15].

Pays utilisateurs de Mistral
Nombre de Missiles Date de commande Date de livraison
Autriche 500 1993 entre 1993 et 1996
Arabie Saoudite 700 1989 entre 1991 et 1992
Belgique (Première commande) 714 1988 entre 1991 et 1995
Belgique (Seconde commande) 290 1991 entre 1993-1994
Brésil 160 1994 entre 1994 et 1997
Chili 750 1989 entre 1991 et 1997
Chypre 90 1988 1989
Corée du sud 984 1992 entre 1993 et 1997
Emirats Arabes Unis (Première commande) 24 1986 1990
Emirats Arabes Unis (Seconde commande) 500 1988 1993 - 1994
Espagne 840 1991 entre 1992 et 1997
Finlande 540 1989 entre 1990 et 2002
Gabon 60 1985 1988
Hongrie nc nc nc
Norvège 400 1990 entre 1992 et 1997
Pakistan 100 1991 entre 1994 et 1995
Qatar 500 1990 entre 1992 et 1996

En 2005, l'armée de terre française alignait 210 lanceurs et l'armée de l'air 60, soit 270 au total. Ce chiffre devait passer à 204, soit la perte de 66 lanceurs après la réorganisation en cours en 2011. L'armée de l'air abandonnant ce système d'armes et l'artillerie devant posséder dix batteries sol-air : quatre au sein de l'unique régiment spécialisé, le 54e régiment d'artillerie et six autres réparties à raison d'une batterie dans chacun des régiments d'artillerie de six brigades (mécanisées, légères blindée, parachutiste et de montagne). Chacune de ces batteries a trois sections à six postes de tir chacune - soit dix-huit postes de tir Mistral par brigade. La batterie aéroportée (35e RAP) devait conserver quatre sections, soit 24 postes de tir. Le 54e RA à Hyères devrait fournir deux groupements sol-air à deux batteries pour le compte de chacune des deux brigades blindées. La formation se passe sur simulateur et un tir réel n'est effectué qu’une fois par an sur cible télécommandée à partir de l’Ile du Levant ou du centre d’essais de Biscarosse. Mais si au 31 décembre 2012, on comptabilisait 226 postes de tir, au 31 décembre 2013, on en compte 186[16]. Entre 2012 et 2015, l’armée française commande 2 050 exemplaires du missile RMV Mistral, chiffre revu à 580 dans la loi de programmation militaire 2009-2014[5].

En 2009, la CIA a tenté d'acquérir discrètement des missiles Mistral appartenant à l'armée chypriote, car le renseignement américain n'était jusqu'à présent pas parvenu à s'en procurer[17].

L'armée belge en a équipé le Bataillon Artillerie (plateau Lombardsijde).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Single-Shot Kill Probability, probabilité de toucher en un seul coup.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f et g (en) « Mistral 2 », sur www.mbda-systems.com (consulté le 1er juillet 2010)
  2. a, b, c, d, e, f et g (fr) « Mistral, Fiche technique », sur www.ixarm.com (consulté le 8 septembre 2010)
  3. « MBDA prêt à livrer ses premiers véhicules MPCV en configuration sol-air », sur Zone Militaire,‎ (consulté le 18 novembre 2013)
  4. a et b (fr) « Mistral, Présentation », sur www.ixarm.com (consulté le 8 septembre 2010)
  5. a et b « Projet de loi de finances 2014, Mission Défense, Programme Équipement des forces, projet annuel de performances, justification au premier euro », sur performance-publique.budget.gouv.fr
  6. (fr) « Systèmes Avioniques & Navigation : Guidage > Senseurs », sur www.sagem-ds.com (consulté le 1er juillet 2010)
  7. (fr) « Mistral, Architecture industrielle », sur www.ixarm.com (consulté le 8 septembre 2010)
  8. http://www.defense.gouv.fr/terre/equipements/artillerie/systeme-d-arme-sol-air-mistral
  9. (fr) « Mistral, Equipements et munitions », sur www.ixarm.com (consulté le 8 septembre 2010)
  10. « MBDA Unveils Multi Purpose Combat Air Defense Vehicle », Defense Talk,‎ (consulté le 28 mai 2011)
  11. « Mystery Order for Multi Purpose Combat Vehicle », Armed Forces International,‎ (consulté le 28 mai 2011)
  12. « Martha, Présentation », sur www.ixarm.com (consulté le 8 septembre 2010)
  13. http://forcesoperations.com/mistral-a-une/
  14. http://www.sipri.org
  15. (fr) « Mistral, Pays équipés », sur www.ixarm.com (consulté le 8 septembre 2010)
  16. « Question N° : 47350 de M. François Cornut-Gentille ( Union pour un Mouvement Populaire - Haute-Marne ) », sur Assemblée nationale,‎ (consulté le 16 juillet 2014).
  17. « Câble diplomatique américain 09STATE52499 », sur www.wikileaks.ch