Opération Daguet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Opération Daguet
Description de cette image, également commentée ci-après
AMX-30 du 4e régiment de dragons près de As Salman.
Informations générales
Date à 1991
Lieu Sud de l'Irak
Issue Réussite de l'opération
Changements territoriaux libération du Koweït
Belligérants
Drapeau de la France France (et les forces de la coalition internationale)
Flag of Iraq (1991-2004).svg
Irak
Commandants
Général Michel Roquejeoffre inconnus
Forces en présence
12 500 Français et 4 500 Américains, 132 hélicoptères, 44 chars de combat, 214 VAB, 96 AMX-10 RC, 13 ERC-90 sagaie, 18 canons d'artillerie 11 000 hommes, 50 chars de combat + blindés legers, 50 canons d'artillerie + armes antiaériennes
Pertes
9 tués dont 2 durant l'offensive, 33 blessés durant l'offensive 2 956 prisonniers
6 à 7 000 fuyards ou déserteurs

Tempête du désert,
Guerre du Golfe

Batailles

Invasion irakienne du Koweït :

Bataille des ponts · Prise du palais Dasman · Bataille de l'île de Failaka · Vol 149 British Airways

Intervention des forces de la Coalition :

Opération Artimon · Busiris · Salamandre · Daguet · Bataille d'Ad-Dawrah · Bataille de Khafji · Bataille au large de Bubiyan · Bataille de Hafar Al-Batin · Opération Bouclier du désert · Tempête du désert · Highway of Death · Bataille de 73 Easting · Medina Ridge · Aérodrome de Jalibah · Bataille de Norfolk

Incidents après le cessez-le-feu :
Bataille de Rumaila · Aérodrome de Safwan

L'opération Daguet est la participation (commandée par le général Michel Roquejeoffre) de l'armée française à la coalition internationale formée à la suite de l'invasion du Koweït par l'Irak dans la guerre du Golfe en 1990-1991.

Historique[modifier | modifier le code]

AMX-10 RC durant l'opération Bouclier du désert.
Une Gazelle SA 341F2 de l'ALAT.

Elle succède à partir du à l'opération Salamandre où des forces françaises sont déployées pour la protection des pays du golfe Persique.

Celle-ci avait commencé le avec l'annonce une journée auparavant par le président de la République française François Mitterrand de l'envoi du porte-avions Clemenceau transportant un détachement du 5e régiment d'hélicoptères de combat vers l'Arabie saoudite (30 Gazelle et 12 SA.330B Puma) et de plusieurs autres navires de la Marine nationale dans la région, ainsi que d'un escadron d'investigation du 1er régiment de hussards parachutistes aux Émirats arabes unis (opération Busiris), après l'invasion du Koweït par l'Irak le 2 août.

Ces navires accompagnant le porte-avions Clémenceau étaient le croiseur Colbert (C611), le pétrolier ravitailleur Var (A608) et le remorqueur Buffle (A696). Le régiment quitte Toulon le 13 août et arrive à Abou Dhabi le 22 août [1].

Elle monte en puissance jusqu'au début de l'offensive terrestre en passant de plus de 4 000 hommes à ses débuts à 7 000 au 31 décembre 1990, plus de 10 000 au 10 janvier 1991, 12 000 au 31 janvier et 14 708 militaires le 24 février 1991[2].

L'offensive terrestre[modifier | modifier le code]

Deux AMX-30 et un camion à Al-Salman.

La mission des 12 000 combattants de l'armée de terre placés à l'extrémité du dispositif allié lors de l'offensive Tempête du désert qui débuta le dimanche 24 février 1991 (début de l'offensive à 7 heures du matin pour les Français) fut la prise du nœud routier d'As Salman et de sa base aérienne à quelque 150 km à l'intérieur du territoire irakien en passant par deux objectifs intermédiaires nommé Rochambeau et Chambord.

Cette mission fut accomplie en quarante-huit heures en écrasant la 45e division d'infanterie de l'armée irakienne qui disposait en théorie de 9 bataillons soit 11 000 hommes dont au moins de 3 à 4 bataillons d’infanterie organisés en points d’appui, 1 bataillon d’au moins 50 chars T-54 et de plus de 50 canons d’artillerie de calibre 122 et 132 mm, avec des armes antiaériennes (quadritubes ZPU-4, canons ZU-23-2 bitubes 23 mm) [3] avec l'aide d'unités des 82e et 101e divisions aéroportées américaines.

L'aéroport fut pris dans l'après-midi du 25 février et le village d'As Salman le 26 au matin, sans combats.

Mouvement des unités dans l'opération Desert Storm, la division Daguet était en flanc garde de l'offensive.

Bilan de l'opération[modifier | modifier le code]

Radar irakien détruit par la 6e DLB.
Char type 69 détruit par la 6e DLB.
Légionnaires lors d'une visite du Lt. Gen. Khalid bin Sultan commandant officiellement les forces de la coalition.

En quatre jours d'offensive terrestre, le bilan fut de 2 956 prisonniers de guerre irakiens et 6 à 7 000 autres en fuite, 20 T-55, T-62 et Type 69 détruits, 2 T-72 capturés, 17 blindés légers détruits, 114 camions détruits et 7 capturés, 26 pièces d'artillerie (obusiers, canons antiaériens) détruites et 40 récupérées, 70 mortiers de 82 et 120 millimètres ainsi que 700 tonnes de munitions capturés par les forces françaises. Le stock de munitions fut détruit sur la base aérienne irakienne d'As-Salman qui fut elle-même rendue non opérationnelle à la suite de très importantes destructions.

Les AMX-30B2 ont tiré 270 obus de 105 mm, les AMX 10 RC 290 obus de 105 mm, les pièces de TRF1 1 640 obus de 155 mm et l'artillerie américaine 1 100. L'infanterie a envoyé 22 missiles Milan et 560 obus de mortier de 120 mm. Enfin, les hélicoptères Gazelle de l'Aviation légère de l'armée de terre ont tiré 328 missiles HOT et les véhicules de l'avant blindés (VAB) Mephisto une soixantaine[4].

« Peu de personnes savent qu'à la fin du premier jour de l'attaque terrestre, après avoir réalisé une percée fantastique, les forces françaises se trouvèrent le plus au nord, le plus à l'ouest. C'étaient elles qui avaient le plus profondément pénétré en Irak. Elles ont accompli, avec succès, les missions qui leur avaient été confiées et ce, d'une manière formidable. »

— Général Norman Schwarzkopf, commandant en chef des forces alliées durant tempête du Désert

Pertes françaises[modifier | modifier le code]

Pour un article plus général, voir Pertes militaires françaises pendant la Guerre du Golfe.

Au total, dix militaires français ont été tués dans le cadre de cette opération dont deux avant même le début du conflit et trois après la fin des combats :

  • un maréchal des logis-chef a été tué dans un accident de voiture en Arabie saoudite le 13 novembre 1990 ;
  • le , un lieutenant trouva la mort dans le crash de son Mirage F1-CR lors d'une mission d'entrainement en Arabie saoudite ;
  • durant le conflit, deux soldats des CRAP du 1er RPIMa (le sergent Schmitt et le caporal-chef Éric Cordier) ont été tués par deux sous-munitions de l'aviation américaine non explosées au fort d'As Salman le mardi 26 février 1991 à 16 heures (heure UTC).

Par ailleurs, 33 autres militaires ont été blessés (23 lors de l'explosion des deux sous-munitions), dont 22 légèrement.

Après le conflit, 8 soldats du 1er RI ont été blessés (dont 3 grièvement) le 12 mars 1991, en longeant la route Texas, près d'As Salman. Deux autres du 6e REG ont été tués en mars et en avril à Koweït-City, et trois meurent accidentellement lors de l'opération humanitaire au Kurdistan après le conflit. Un dixième militaire français est décédé d'une crise cardiaque le 12 janvier.

Le 27 février, 7 à 8 militaires américains du génie ont été tués et plusieurs blessés dans la zone de responsabilité de la division en déplaçant un conteneur de sous-munitions sur la base aérienne d'Al Salman[5],[6].

L'armée de l'air française a perdu au total un Mirage F-1 accidentellement et quatre SEPECAT Jaguar ont été légèrement touchés par des tirs de DCA lors de leurs missions de bombardement.

Commandement[modifier | modifier le code]

Le général de corps d'armée Michel Roquejoffre, commandant de l'opération Daguet, et le général de brigade Bernard Janvier, commandant la 6e division légère blindée, durant la revue de la victoire des forces françaises a As Salman, Irak, le 10 mars 1991.

Composition[modifier | modifier le code]

La division Daguet[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Division Daguet.
Convoi des éléments du 511e régiment du train intégré dans le groupement de soutien logistique.

La division crée pour la circonstance, placée sous le commandement du général Mouscardes puis du général Janvier, fut constituée par différentes unités de l'armée de terre française :

La division ainsi composée, dans son articulation de combat, aligne au total 2 500 matériels majeurs parmi lesquels 132 hélicoptères de toutes catégories de l'ALAT dont 60 Gazelle Hot et 500 véhicules blindés dont 214 véhicules de l'avant blindé, 96 AMX-10 RC, 44 chars de combat AMX-30B2, 13 ERC-90 Sagaie et 18 canons tractés de 155 mm TRF1.

La doctrine d'emploi de la division fut basée sur le concept d'engagement de la Force d'action rapide, alliant puissance de feu antichar et mobilité.

Une brigade d'infanterie de la 82e division aéroportée américaine et la 12e brigade d'artillerie américaine seront mises sous contrôle opérationnel français. Ces unités renforceront principalement la composante artillerie la division Daguet qui compte finalement près de 17 000 hommes (12 500 Français et 4 500 Américains) tandis qu'elle est intégrée dans le XVIIIe corps aéroporté américain.

Logistique[modifier | modifier le code]

Élément primordial dans les guerres de haute intensité, la faiblesse de cette composante s'est progressivement révélée au cours de l'opération.

Le nombre des unités dites « de combat » a été accru au détriment des unités logistiques, à tel point qu'au début du déploiement, il n'y a aucune unité logistique structurée. Les conséquences sont multiples : par exemple, le 1er REC passera cinq mois dans le désert avec deux douches de campagne de l'Armée de l'Air (section Crotale) pour 800 hommes.

La division Daguet aligne une brigade logistique forte de 4 600 hommes (35 % de la force) : 1 600 hommes du régiment de commandement et de soutien (février 1991), 2 500 hommes du « Groupement de soutien logistique » (1 000 hommes du service de santé des armées, 1 500 hommes répartis dans les autres services en particulier le train routier), 500 hommes appartenant à la « Base opérationnelle mobile aéroportée » de la 11e division parachutiste, responsables du contrôle aérien et de la gestion du fret aérien.

Postérité[modifier | modifier le code]

L'Opération Daguet a vu la première apparition de la variante désert du Camouflage Europe centrale, qui est communément appelé Camouflage Daguet, en référence à l'Opération.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources et références[modifier | modifier le code]

  1. [1]
  2. Campagnes et théâtres :Desert Storm
  3. (fr) Dossier: L'action de la Division Daguet, B. Janvier
  4. Erwan Bergot, Opération Daguet : Les Français dans la guerre du Golfe, Presse de la Cité, , 273 p. (ISBN 978-2258034433), p. 237
  5. Nos Camarades disparus, Amicale des Anciens de la Division Daguet
  6. Démineurs d'assaut Interview du général Jacques MANET (6e REG), Amicale des Anciens de la Division Daguet
  7. a, b et c in Képi blanc no 731 - avril 2011
  • Erwan Bergot, Opération Daguet. Les Français dans la guerre du Golfe, Presse de la Cité, Paris, 1991.
  • Raids, no 56, Histoire & Collection, janvier 1991.
  • Batailles & Blindés, Hors-série no 2, 2006.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Vidéo[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]