Bâtiment ravitailleur de forces

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Bâtiment ravitailleur de forces
FLOTLOG
Caractéristiques techniques
Type Navire ravitailleur
Longueur 194 m
Maître-bau 27,4 m
Tirant d'eau 9 m
Déplacement 16 000 tonnes
À pleine charge 31 000 tonnes
Propulsion Diesel et électrique
Puissance 24 MW
Vitesse 20 nœuds
Caractéristiques militaires
Armement canons 40 mm
Aéronefs
Rayon d’action 8000 nautiques
Autres caractéristiques
Équipage 130 + 60 passagers
Histoire
Constructeurs Naval Group et Chantiers de l'Atlantique
A servi dans Civil and Naval Ensign of France.svg Marine nationale
Date début commande 2019
Période de
construction
2020
Période de service 2022 - prévision
Navires prévus 4

Les bâtiments ravitailleur de forces ou BRF, connus jusqu'en janvier 2019 par leur nom de programme Flotte logistique ou FLOTLOG[1], sont des futurs bâtiments de ravitaillement de la Marine nationale française destinés à remplacer les pétroliers ravitailleurs de classe Durance. La première livraison doit intervenir fin 2022.

Historique[modifier | modifier le code]

Le remplacement des pétroliers ravitailleurs de classe Durance est évoqué depuis 2009 et la loi de programmation militaire 2009-2014[2] sous le nom de flotte logistique (FLOTLOG). Leur remplacement devant intervenir alors entre 2017 et 2020. Ce remplacement a été décidé du fait du vieillissement de ces navires et du fait qu'ils ne soient plus aux normes actuelles pour transporter du pétrole (simple coque par exemple). Dès 2010, Naval Group (DCNS alors) a présenté un projet de bâtiment logistique nommé BRAVE[3]. Ce projet est repris dans le loi de programmation militaire suivante (2014 à 2019)[4] avec un glissement de calendrier pour une première commande prévue en 2019. Avec la reprise de STX France par Fincantieri, il a été décidé d'abandonner le projet de Naval Group pour se baser du pétrolier ravitailleur Vulcano en construction par Fincantieri pour la marine italienne[5]. Le programme FLOTLOG est alors réaffirmé dans la nouvelle loi de programmation militaire[6].

Quatre bâtiments sont commandés le 30 janvier, par l'OCCAR aux Chantiers de l'Atlantique et à Naval Group[7].

Construction[modifier | modifier le code]

Les quatre bâtiments doivent être construit à Saint-Nazaire au Chantiers de l'Atlantique. La construction du premier bâtiment doit commencer en 2020 pour une livraison fin 2022. Les trois autres devant suivre pour une livraison devant s'échelonner de 2023 à 2029.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

  • Longueur : 194 m
  • Bau (Largeur) : 27,4 m
  • Tirant d'eau : 9 m
  • Déplacement : 16 000 t lège, soit 31 000 t en pleine charge
  • Équipage prévu : 130 personnes plus 60 passagers
  • Propulsion mixte Électrique / Diésel
  • Capacité : 13 000 m3 de carburant

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Vincent Groizeleau, « La Marine nationale change les appellations de nombreux bâtiments », Mer et Marine,‎ (lire en ligne).
  2. Loi n° 2009-928 du 29 juillet 2009 relative à la programmation militaire pour les années 2009 à 2014 et portant diverses dispositions concernant la défense
  3. Vincent Groizeleau, « Brave : Le nouveau bâtiment logistique de DCNS », Mer et Marine,‎ (lire en ligne)
  4. Loi n° 2013-1168 du 18 décembre 2013 relative à la programmation militaire pour les années 2014 à 2019 et portant diverses dispositions concernant la défense et la sécurité nationale
  5. Laurent Lagneau, « Les futurs pétroliers-ravitailleurs de la Marine nationale seront de conception italienne », Opex 360,‎ 1er févier 2019 (lire en ligne)
  6. Loi n° 2018-607 du 13 juillet 2018 relative à la programmation militaire pour les années 2019 à 2025 et portant diverses dispositions intéressant la défense
  7. Vincent Groizeleau, « Gros plan sur les futurs ravitailleurs de la marine française », Mer et Marine,‎ (lire en ligne)