Marine sénégalaise

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Marine nationale sénégalaise
Image illustrative de l'article Marine sénégalaise

Création
Pays Drapeau du Sénégal Sénégal
Allégeance République du Sénégal
Type Marine de guerre
Effectif ~ 1 000
Fait partie de Forces armées du Sénégal
Garnison Base navale Amiral Faye Gassama (Dakar)
Couleurs Flag of Senegal.svg
Devise « On nous tue ; on ne nous déshonore pas. »
Équipement 23 bâtiments, dont 6 patrouilleurs
Commandant Contre-amiral Momar Diagne

La Marine sénégalaise est la composante navale des forces armées du Sénégal. Sa mission est d'assurer la souveraineté du Sénégal dans sa zone économique exclusive, qui s'étend sur 159 000 km2 le long de 700 km de côtes.

Historique[modifier | modifier le code]

Le patrouilleur Fouta (à droite) aux côtés du TCD Foudre à la base navale de Dakar.
ZEE du Sénégal

Cette marine a été fondé suite à l'indépendance du Sénégal comme une unité de marine placée sous le commandement d’un officier de la coopération française rattachée au 1er Bataillon de l’Armée de Terre. Elle était d’abord implantée dans l’enceinte du chantier de construction et de réparation navale de Dakar tandis que l’état-major fut transféré dans l’arsenal, en face de l’ex-bassin des torpilleurs qui constitue l’actuelle base navale Amiral Faye Gassama[1] qui à ce nom depuis janvier 2007[2].

Des étapes ont marqué l’évolution de la Marine notamment :

  • 1961 : acquisition du premier patrouilleur côtier rapide dénommé Sénégal.
  • 1975 : la Marine devient une armée indépendante et passe sous commandement sénégalais ; le capitaine de corvette Faye Gassama est nommé Commandant de la Marine.
  • 1982 à 1989 : restructuration de la Marine avec la création de l’État-major, du Groupement de Soutien de la Marine (GSM), du Groupement Naval Opérationnel (GNO) et l’ouverture de la base navale secondaire d’Elinkine.
  • 1997 : création du Groupement de Surveillance Fluvio-Maritime (GSFM).

Elle collabore étroitement avec le service des douanes et à des accords de coopération avec la marine nationale française. Elle dispose de très modestes moyens de surveillance côtière au cours de XXe siècle ; avec trois vedettes côtières déclassés en 1979, elle dispose en 1985 d'un engin de débarquement d'infanterie et de chars français cédé en 1974 et deux LCM 6 données 1968. Le premier navire de patrouille moderne a été le Fouta commandé au Danemark en 1984[3].

Ses principaux rôles au XXIe siècle est la lutte contre la pèche illégale et la piraterie le long des 700 km de côtes et des 158 861 km2 de la zone économique exclusive du Sénégal[4]. Selon l'État sénégalais, la pêche illégale coûte environ 2 % du PIB du Sénégal chaque année[5] et son soutien dans le Conflit en Casamance.

Zone économique exclusive[modifier | modifier le code]

La République du Sénégal possède une zone économique exclusive qui s'étend sur près de 159 000 km2 le long de 700 km de côtes. En superficie, le territoire maritime du Sénégal est le 85e dans le monde et le 24e en Afrique. Il se divise en trois zones :

Missions[modifier | modifier le code]

Fusilier marin (COFUMACO) de la Marine sénégalaise en 2015.
Réception du Commandant de l'USS Robert G. Bradley à la base navale de Dakar en 2011.
Marin sénégalais lors de l'inspection d'un bateau de pêche en 2012.

Les missions de la Marine Nationale s’inscrivent dans le cadre général des missions de défense et de développement confiées aux Forces Armées. Elles peuvent être classées en 4 catégories :

Défense maritime du territoire[modifier | modifier le code]

Mission à caractère militaire, la défense maritime du territoire a pour but d’affirmer la souveraineté nationale dans les eaux sous juridiction sénégalaise. Elle comprend :

  • la défense du littoral ;
  • la protection des frontières maritimes ;
  • la surveillance du territoire maritime ;
  • et le soutien aux autres composantes des Forces Armées.

Défense économique[modifier | modifier le code]

Il s’agit de sauvegarder les ressources du domaine maritime par :

  • la surveillance des pêches ;
  • la lutte contre la pollution (hydrocarbures - déchets toxiques) ;
  • la lutte contre la contrebande et le trafic des drogues.

Service public[modifier | modifier le code]

La mission de service public est assurée sous forme :

  • de recherche, de secours et d’assistance dans une région maritime qui va de la Sierra Leone à la Mauritanie ;
  • de transport au profit des services publics ou privés ;
  • d’évacuation sanitaire.

Sécurité de la navigation maritime[modifier | modifier le code]

Pour assurer la mission de sécurité de la navigation maritime, la Marine Nationale :

  • est responsable de la diffusion de l’information nautique ;
  • anime un service "Ouvrage - Cartes - Instruments nautiques (OCI)".

En dehors de ces missions classiques, la Marine nationale assure la représentation du pavillon national en haute mer, sur les rivages et dans les ports étrangers.

Organisation[modifier | modifier le code]

La Marine Nationale comprend un état-major et trois corps :

  • Groupement Naval Opérationnel (GNO) : chargé de la mise en œuvre des unités navales qui sont regroupées en flottilles de Patrouilleurs de Haute Mer (PHM), de Bâtiment de Surveillance Côtière (BSC) et de Vedettes Côtières Rapides (VCR) et en groupe de transport (EDIC).
  • Groupement de Soutien de la Marine (GSM) : chargé d’assurer la sécurité des infrastructures portuaires, l’entretien et la réparation des unités navales, la formation du personnel et le soutien logistique.

Équipements[modifier | modifier le code]

Équipements de la marine sénégalaise au 17 mars 2017
Navire Origine Type Classe Mis en service Notes Image
Patrouilleur hauturier
(PHM)
Fouladou[6]
(Amiral)
Drapeau de la France France Patrouilleur (Navire d'attaque rapide) OPV 190 Mk II 2016
  • Équipage : 24 marins + 35 autres.
  • Vit. max : 26 nœuds.
  • Vit. : 12 nœuds / 5 500 miles (21 jours).
  • Longueur : 58 mètres.
Patrouilleur Fouladou
Le patrouilleur Fouladou.
Kédougou[7] Drapeau de la France France Patrouilleur (Navire d'attaque rapide) OPV 45 2015
  • Équipage : 17 marins + 8 autres.
  • Vit. max : 30 nœuds.
  • Vit. : 12 nœuds / 2 000 miles (10 jours).
  • Longueur : 45,9 mètres.
  • Armement : 3 x canons 20 mm + 2 x mitrailleuses 12,7 mm.
Le patrouilleur Kédougou
Le patrouilleur Kédougou.
Ferlo[8] Drapeau de la France France Patrouilleur (Navire d'attaque rapide) RPB 33 2013
  • Équipage : 17 marins.
  • Vit. max : 40 nœuds.
  • Vit. : 15 nœuds / 1 500 miles (7 jours).
  • Longueur : 33 mètres.
  • Armement : 1 x canon 20 mm + 2 x mitrailleuses 12,7 mm.
Conejera[9] Drapeau de l'Espagne Espagne Patrouilleur (Navire d'attaque rapide) P 31 2012
  • Équipage : 12 marins.
  • Vit. max : 25 nœuds.
  • Vit. : 15 nœuds / 1 200 miles (5 jours).
  • Longueur : 32 mètres.
  • Armement : 1 x canon 20 mm + 2 x mitrailleuses 7,62 mm.
Le Conejera, ancien patrouilleur espagnole.
Fouta[10] Drapeau du Danemark Danemark Patrouilleur (Navire d'attaque rapide) OSPREY 55 1987
  • Équipage : 38 marins.
  • Vit. max : 20 nœuds.
  • Vit. : 16 nœuds / 4 500 miles (18 jours).
  • Longueur : 55 mètres.
  • Armement : 1 × canon 40 mm + 1 x canon 20 mm.
Njambuur[11] Drapeau de la France France Patrouilleur (Navire d'attaque rapide) PR 72 1983
  • Équipage : 40 marins.
  • Vit. max : 28 nœuds.
  • Vit. : 16 nœuds / 2 500 miles (12 jours).
  • Longueur : 58 mètres.
  • Armement : 1 Otobreda 76 mm + 1 x canon 40 mm + 2 x mitrailleuses 12,7 mm.
Le patrouilleur Njambuur
Le patrouilleur Njambuur.
Bâtiment de Surveillance Côtière
(BSC)
Popenguine[12] Drapeau de la France France Bâtiment de Surveillance Côtière PR 48 1977
  • Équipage : 28 marins.
  • Vit. max : 18 nœuds.
  • Vit. : 15 nœuds / 2 000 miles (10 jours).
  • Longueur : 26 mètres.
  • Armement : 2 × canons 20 mm + 2 x mitrailleuses 12,7 mm.
Le BSC Popenguine.
Podor Drapeau de la France France Bâtiment de Surveillance Côtière PR 48 1974
  • Équipage : 28 marins.
  • Vit. max : 18 nœuds.
  • Vit. : 15 nœuds / 2 000 miles (10 jours).
  • Longueur : 26 mètres.
  • Armement : 2 × canons 20 mm + 2 x mitrailleuses 12,7 mm.
Le BSC Podor.
Saint-Louis Drapeau de la France France Bâtiment de Surveillance Côtière PR 48 1974
  • Équipage : 28 marins.
  • Vit. max : 18 nœuds.
  • Vit. : 15 nœuds / 2 000 miles (10 jours).
  • Longueur : 26 mètres.
  • Armement : 2 × canons 20 mm + 2 x mitrailleuses 12,7 mm.
Bâtiment de transport et de support logistique
(EDIC)
Gorée[13] Drapeau de la France France Bâtiment de Transport chalands EDIC 700 2011
  • Déplacement : 325 tonnes (max. 736).
  • Équipage : 20 marins.
  • Vit. : 12 nœuds.
  • Longueur : 59 mètres.
  • Armement : 2 x mitrailleuses 12,7 mm.
Le Gorée, ancien chaland de la marine française.
Karabane Drapeau de la France France Bâtiment de Transport chalands EDIC 700 -
  • Déplacement : 325 tonnes (max. 736).
  • Équipage : 20 marins.
  • Vit. : 12 nœuds.
  • Longueur : 59 mètres.
  • Armement : 2 x mitrailleuses 12,7 mm.
(sister ship)
CTM 2[14] Drapeau de la France France Bâtiment de Transport chalands CTM 2010
  • Déplacement : 59 tonnes (max. 149).
  • Équipage : 4 marins.
  • Vit. : 9.5 nœuds.
  • Longueur : 24 mètres.
  • Armement : 2 x mitrailleuses 12,7 mm.
Bâtiment de soutien
(GSM)
Samba Laobe Fall[15] Drapeau de la France France Baliseur ECO 145 2008
  • Déplacement : 352 tonnes.
  • Équipage :
  • Vit. : 13 nœuds.
  • Longueur : 45 mètres.
Itaf Deme[16] Drapeau du Japon Japon Recherche halieutique - 2000
  • Déplacement : 318 tonnes
  • Équipage :
  • Vit. :
  • Longueur : 38 mètres.
Vedette côtière rapide
(VCR)
2x vedettes[17] Drapeau des États-Unis États-Unis Vedette rapide de surveillance côtière DEF 38 2015
  • Vit. max. : env. 40 nœuds.
  • Longueur : 11,5 mètres.
  • Armement : 1 x mitrailleuses 12,7 mm.
1x vedette Drapeau des États-Unis États-Unis Vedette rapide de surveillance côtière - 2010
  • Vit. max. : env. 40 nœuds.
  • Longueur : 13 mètres.
  • Armement :
4x vedettes Drapeau de la France France Vedette rapide de surveillance côtière RPB 12 2005
  • Vit. max. : env. 40 nœuds.
  • Longueur : 12 mètres.
  • Armement :
2x vedettes[18] Drapeau de la France France Vedette rapide de surveillance côtière RPB 20 2004
  • Vit. max. : env. 30 nœuds.
  • Longueur : 20 mètres.
  • Armement : 1 x mitrailleuses 12,7 mm.
Le Djiffere, RPB 20 de la douane sénégalaise.

Notes :

  • 2 patrouilleurs de 200 tonnes et 1 OPV de 500 tonnes d'origine brésilienne, commandés en 2013, sont en cours de conception. Le futur OPV devrait définitivement mettre à la retraite le Njambuur.
  • Le parc naval douanier sénégalais compte 2 vedettes côtière RPB-20 d'origine française depuis 2004 (le Alphonse Baye et le Djiffere)[19] ainsi que 5 vedettes RPB-12[20].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Histoire de la marine nationale Sénégalaise », sur =http://www.leressac.com/,
  2. Ibrahima Khaliloullah Ndiaye, « Sénégal: Marine nationale, la base navale baptisée Amiral Faye Gassama », sur http://fr.allafrica.com/, .
  3. Jean Labayle-Couhat, Les Flottes de combat 1986, Paris, Éditions maritimes et d'outre-mer, , 890 p. (ISBN 2-7373-2887-X), p. 661
  4. Richard Labévière, « Marine sénégalaise : une volonté de montée en puissance » (consulté le 26 juillet 2016).
  5. Charles Bouessel, « Lutte contre le patrouilleur Kedougou rejoint la flotte du Sénégal », sur Jeune Afrique, (consulté le 26 juillet 2016).
  6. « A bord du patrouilleur sénégalais Fouladou », sur http://www.meretmarine.com,
  7. « Raidco achève le patrouilleur sénégalais Kedougou », sur meretmarine.com,
  8. « Ufast et Raidco livrent leur patrouilleur de nouvelle génération au Sénégal », sur meretmarine.com,
  9. (es) « L'Armada transfère le Conejera au Sénégal », sur armada.mde.es,
  10. « OSPREY 55 Patrol Boat », sur worldwarships.com
  11. « P72 Patrol Boat », sur worldwarships.com
  12. « PR48 Patrol Boat », sur worldwarships.com
  13. « L'EDIC Sabre va rejoindre la marine sénégalaise », sur meretmarine.com,
  14. « CTM 2 », sur netmarine.net,
  15. « Ocea livre le baliseur sénégalais Samba Laobe Fall », sur meretmarine.com,
  16. « Itaf Deme - IMO 9228461 », sur shipspotting.com
  17. « Le Gouvernement américain offre deux patrouilleurs marins », sur dakaractu.com,
  18. « RPB20 Caractéristiques principales », sur netmarine.net
  19. « Les VCSM à l'export », sur www.netmarine.net
  20. « La marine sénégalaise », sur meretmarine.com,

Articles connexes[modifier | modifier le code]