ARSAERO CT 10

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

CT 10
Image illustrative de l’article ARSAERO CT 10
Présentation
Type de missile cible volante
Constructeur Arsenal de l'aéronautique
Déploiement 1951
Caractéristiques
Moteur 2 booster à poudre
1 pulsoréacteur
Longueur 6,0 m
Envergure 4,35 m
Vitesse 450 km/h
Portée 30 minutes (autonomie)

Le CT 10, est un engin cible télécommandé et récupérable, développé à partir de 1946 par l'Arsenal de l'aéronautique (ARSAERO), dérivé du V1 allemand et propulsé par un pulsoréacteur.

Il était destiné à simuler des bombardiers pour l'entrainement à la lutte antiaérienne à partir de canons de DCA, de missiles ou d'avions de chasse.

Historique[modifier | modifier le code]

Les études du CT 10 débutent en août 1946 et aboutissent aux premiers tirs, en Algérie française au Centre interarmées d'essais d'engins spéciaux de Colomb-Béchar, en décembre 1949. Les premiers matériels produits utilisaient des équipements de récupération prélevés sur les stocks de l'armée allemande. La production en série était réalisée à Villeurbanne et Châtillon[1].

Description[modifier | modifier le code]

Le CT 10 est un engin inspiré du Kirschkern[2] le célèbre Fieseler Fi 103 ou V1 allemand. Ses dimensions sont toutefois légèrement inférieures.

L'engin, solidaire d'un chariot propulsé au départ par deux boosters à poudre, décolle du sol à partir d'une rampe de lancement. Après une à deux secondes, le chariot est désolidarisé de la cible qui poursuit son vol propulsée par son pulsoréacteur.

La séquence de récupération était déclenchée après environ 30 minutes de vol : le moteur s'arrêtait et le parachute s'ouvrait. Juste avant l'impact sur le sol, deux fusées s'allumaient pour freiner l'engin.

Utilisateurs[modifier | modifier le code]

Le CT 10, construit à plus de 400 exemplaires, fut utilisé principalement par la France mais également par le Royaume-Uni, l'Italie et la Suède.

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Ouvrage collectif, Mémoire d'usine : 1924-1985 - 60 ans à la production d'avions et d'engins tactiques, Société Européenne des Arts Graphiques, (ISBN 2 86738 086 3)
  • Roland Narboux, De Hanriot à l'aerospatiale - L'histoire des avions et des missiles à Bourges et dans le Cher 1910 - 1990, Imprimerie Tardy Quercy SA, 1990.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. In Mémoire d'usine pages 142 à 145.
  2. Kirschkern signifie en allemand noyau de cerise

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]