Missile Pluton

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pluton.
Pluton
Image illustrative de l'article Missile Pluton
Un tracteur-érecteur-lanceur en position de transport
Présentation
Fonction Missile nucléaire préstratégique
Constructeur SNIAS
Déploiement 1974 à 1993
Caractéristiques
Moteur Un étage, combustible solide
Masse au lancement 2 423 kg
Longueur 7,63 m
Diamètre 0,65 m
Vitesse 1 100 m/s
Portée comprise entre 20 à 120 km
Charge Ogive nucléaire AN 51 (en) à puissance variable, 10 et 25 kt sélectionnable
Guidage Inertiel
Précision de 200 m en portée minimale à 400 m en portée maximale
Plateforme de lancement Châssis de char AMX-30

Le missile Pluton était un système balistique nucléaire à courte portée lancé d'une rampe lance-missile montée sur un châssis chenillé AMX-30. Cet équipement constituait la force de dissuasion tactique nucléaire (terme changé en préstratégique au début des années 1980) de l'armée de terre française pendant la guerre froide entre mai 1974[1] et 1993.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Le Pluton, vecteur nucléaire tactique ou « pré-stratégique » de l'armée de terre française de 1974 à 1992.

Le Pluton venait en remplacement du missile Honest John américain déployé en France de 1959 à 1966, mais dont les bombes nucléaires restaient sous contrôle gouvernemental américain.

Son premier tir d'essai à lieu le [2].

Le Pluton avait une portée opérationnelle de 17 à 120 km avec un écart circulaire probable de 200 à 400 m suivant la portée et emportait une arme nucléaire AN-51 ayant deux niveaux de puissance possibles 10 ou 25 kilotonnes, l'explosion pouvant être choisie aérienne ou au sol. Le guidage était inertiel donc imbrouillable une fois le missile parti. La trajectoire était semi-balistique, le missile ajustant son vol au moyen de ses gouvernes aérodynamiques après la phase initiale d'accélération par le moteur-fusée. A la portée maximale de 120 km, le temps de vol du Pluton était de 170 secondes avec un apogée de 30 km. Cette relativement courte portée ne permettait pas de frapper au-delà de l'Allemagne de l'Ouest depuis le territoire français, ce qui a conduit au développement ulterieur du missile Hadès, à plus longue portée.

Le missile, créé par la Société nationale industrielle aérospatiale était composé de trois parties assemblées juste avant le tir au moyen de la grue du véhicule lanceur :

  • La munition (partie avant) ;
  • Le vecteur avec quatre gouvernes aérodynamiques et équipé d'un moteur-fusée à poudre nommé Achéron ;
  • Le cœur nucléaire introduit dans la munition juste avant le tir.

Le véhicule lanceur a été développé à partir du châssis du char AMX 30 de dépannage doté d'une grue et d'une rampe de lancement. Munition et cœur d'un côté, vecteur de l'autre étaient acheminés séparément pour des raisons de sécurité sur deux camions GBC8KT châssis long. L'assemblage final se faisait sur le terrain en environ 45 minutes et le tir dans les 10 minutes suivantes (mise en batterie, fourniture des coordonnées de la cible, séquence de tir).

Le système était relativement léger, ce qui permettait son déploiement dans des conditions de terrain difficiles. Un drone CT.20 était capable de fournir des informations de dernière minute sur la cible avant le tir, ce qui faisait du Pluton un système opérationnel sur le terrain des opérations.

Les informations nécessaire au tir du missile Pluton sont traités par un système de traitement de données constitué d'ordinateurs Iris 35 M, dérivé du Iris 50, conçue à la fin des années 1960. Sa mémoire à tores magnétiques est constitué d'éléments de 16 kilooctets chacun; acceptant des conditions d'ambiances sévères, ses principaux périphériques sont une imprimante, un écran et des modems[3].

Mise en œuvre[modifier | modifier le code]

Cinq régiments de l'est et du nord de la France furent équipés de 1974 à 1978 de huit lanceurs Pluton chacun (6 opérationnels répartis de 3 batteries de tir plus 2 lanceurs de réserve) chacun soit au total 40 lanceurs. Chaque régiment comportait un millier d'hommes, 300 véhicules et un Dépôt Atelier de Munitions Spéciales pour le stockage des constituants des missiles (vecteurs, munitions et coeurs). Ils se composaient d'une batterie de commandement et service (BCS), de trois batteries de tir à deux lances-missiles chacune et d'une batterie de sécurité et transport nucléaire (BSTN), chargée de la garde du dépôt nucléaire lié à chaque régiment :

Le projet d'une version améliorée, Super-Pluton, a été abandonné en faveur du projet Hadès, et le Pluton vieillissant a été progressivement écarté, jusqu'à son retrait complet en 1993.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « La division des engins tactiques hier et aujourd'hui », Aérospatiale, no 51,‎ , p. 3
  2. Histoire de l’artillerie nucléaire de Terre française 1959-1996, Musée de l’Armée,‎ , 269 p. (ISBN 2-901418-43-0), p. 84
  3. Encyclopédie de l'armée de terre, vol. 7, Service d'informations et de relations publiques des armées-Terre, Hachette,‎ , 229 p. (ISBN 2-245-02618-7), p. 33

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • CERMA Hors-série n7 (2013) Histoire de l'artillerie nucléaire de Terre française 1959-1996 (ISBN 2-901418-43-0 // ISSN 1950-3547).