AA-20

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

AA-20
Image illustrative de l’article AA-20
Missile air-air AA-20 monté sur un chasseur Aquilon de la Marine Nationale française.
Présentation
Type de missile missile air-air à très courte portée
Constructeur Drapeau de la France Nord-Aviation
(6 000 exemplaires produits)
Déploiement 1956 - 1960
Caractéristiques
Moteur Moteur fusée à combustible solide (poudre)
Masse au lancement 134 kg
Longueur 2,60 m
Diamètre 25 cm
Envergure 80 cm
Portée km
Charge utile 23 kg, HE + fragmentation
Détonation impact + fusée de proximité
Plateforme de lancement Mystère IV, Super Mystère B2, Aquilon

L'AA-20, développé par Nord-Aviation, était un missile air-air français, et fut l'un des premiers systèmes de ce genre à entrer en service en Europe occidentale. Sa production commença à Châtillon-sous-Bagneux en 1956 et environ 6 000 unités furent fabriquées, restant en service jusqu'en 1960[1].

Conception[modifier | modifier le code]

Le développement du missile commença en 1953, lorsque le gouvernement français signa un contrat avec la SFECMAS, alors tout-nouvellement intégrée dans le groupe Nord-Aviation.

Développé en parallèle au missile antichar SS-10, il fut désigné « Type 5103 »[1]. Les objectifs du projet étaient simples : l'AA-20 fut toujours considéré comme une étape intermédiaire vers un missile plus évolué[1], qui allait voir le jour sous la forme du R530[2].

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

L'AA-20 était un missile télécommandé, employant un système similaire à celui employé par les missiles antichar de Nord-Aviation[2], dans lequel le missile est manœuvré visuellement à-partir de l'avion lanceur.

Fixées avec un angle particulier, les ailettes fixes impliquaient au missile une rotation sur lui-même pendant le vol, alors qu'un gyroscope fournissait les informations d'orientation du missile au mécanisme de contrôle. Au lancement, un double accélérateur à poudre fournit au missile sa vitesse de croisière, suivi par un moteur de sustentation, dont la sortie de gaz brûlés s'effectue au centre. Quatre lames placées autour du trou central d'éjection des gaz, permettent d'effectuer des changements de direction sur le principe de vectorisation de la poussée, tandis qu'une cartouche luminescente incandescente fixée à l'arrière du missile fournit sa position au tireur, l'aidant dans son guidage visuel jusqu'à la cible[1].

La charge militaire de l'AA-20 était du type « souffle + fragmentation » et pesait 23 kg. Elle était initiée par une fusée de proximité, réglée pour déclencher l'explosion de la charge militaire à une distance de 15 m de la cible[1]. La portée de ce missile de 134 kgétait d'environ 4 km et son principe de guidage lui permettait d'être également employé dans un rôle secondaire comme missile air-sol[3], même s'il impliquait également que l'AA-20 était un missile par « temps clair », ne pouvant être employé dans l'obscurité et les mauvaises conditions météo[2].

L'AS-20, qui en était dérivé, fut exclusivement destiné à de l'engagement air-sol.

AA-25[modifier | modifier le code]

Destiné à combler les lacunes importantes de l'AA-20, en particulier le fait de ne pas pouvoir l'utiliser autrement que de jour et par bonne visibilité[2], les français développèrent l'AA-25, qui était essentiellement une version guidé par radar de l'AA-20, utilisant les signaux du radar CSF Cyrano du Mirage III-C pour se guider[1].

Beaucoup de missiles AA-20 furent convertis à ce standard[1] et une version à radar semi-actif de ce missile, l'AA-26, fut même prévue. Elle fut cependant abandonnée au profit de son concurrent, le Matra R511.

Utilisateurs[modifier | modifier le code]

Drapeau de la France France 
Utilisé par l'Armée de l'Air et l'Aéronavale.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f et g (en) Gunston 1979, p. 208–209
  2. a b c et d (en) « Missiles 1960 - Nord AA.20 », Flight International magazine, Flight Global/Archives, vol. 78, no 2695,‎ , p. 732 (lire en ligne [PDF])
  3. (en) Ordway et Wakeford 1960, p. 241

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Bill Gunston, The illustrated encyclopedia of the World's rockets & missiles, London (UK), Salamander books, (ISBN 0-517-26870-1)
  • (en) Frederick Ira Ordway et Ronald C. Wakeford, International missile and spacecraft guide, New-York (USA), McGraw-Hill, (ASIN B000MAEGVC)