68e régiment d'artillerie d'Afrique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir 68e régiment.
68e régiment d'artillerie d'Afrique
Image illustrative de l'article 68e régiment d'artillerie d'Afrique
Insigne du 68e régiment d'artillerie d'Afrique.

Création 16 avril 1941
Pays Drapeau de la France France
Branche Armée de terre
Type Régiment d'artillerie
Rôle Artillerie
Effectif 1 200
Fait partie de 7e brigade blindée de la 1re division
Garnison Camp de La Valbonne (Ain)
depuis 1984
Quartier Bobillot
Devise « De l’audace toujours »
Inscriptions
sur l’emblème
Maroc 1908
Les Deux Morins 1914
Champagne 1915
Verdun 1916-1917
Picardie 1918
Djebel-Zaghouan 1943
Mulhouse 1944-1945
Danube 1945
Équipement Pièce d'artillerie Caesar.
double dotation de mortiers de 120 mm. Système d'armes sol-air Mistral. Moyens de renseignement radar Rasit et drone RAC
Guerres Première Guerre mondiale
Seconde Guerre mondiale
Fourragères aux couleurs du ruban de la Croix de guerre 1914-1918 avec olive aux couleurs du ruban de la Croix de guerre 1939-1945
Décorations Croix de guerre 1939-1945
trois palmes
Croix de la Valeur militaire
une étoile d'argent
une étoile de bronze

Le 68e régiment d'artillerie d'Afrique est une unité de l'armée de terre française. L'actuel régiment est le dernier des régiments d'artillerie d'Afrique en activité .Il est l'héritier des régiments d'artillerie d'Afrique et groupes d'artillerie d'Afrique. Il est à ce titre dépositaire des traditions de l'artillerie d'Afrique et autorisé officiellement depuis 1993 à porter des attributs spécifiques rappelant cet héritage[note 1].

Création et différentes dénominations[modifier | modifier le code]

Le 68e régiment d’artillerie blindée est créé à Tlemcen (Algérie) le 16 avril 1941.

Le 1er juillet 2004, 60 ans après l'avoir perdue, le 68e régiment d'artillerie d'Afrique retrouve son appellation d'origine par décision ministérielle.

Le 68e régiment d’artillerie d’Afrique est la continuation directe du 68e régiment d’artillerie blindée de 1941.

Chefs de corps[modifier | modifier le code]

  • 1941 - 1943 : André Navereau
  • 1943 - 1945 : colonel Rousset (tué au combat à Marseille)
  • (1965) - (1966) : colonel De Drouas
  • (1967) -(1968)  : lieutenant-colonel Lang
  • 1970 Lieutenant Colonel Couecou
  • (2e) 1971 - ???? : colonel Merlet
  • 1976-1977 ?? : Colonel Barret.
  • (3e) 1978?- 1979? : lieutenant-colonel PECHINOT (présent pour la classe 78/08 du 01/08/1978 au 31/07/1979)
  • (4e) 1979 - 1981 : colonel Remond
  • (5e) 1981 - 1983 : colonel Doussot
  • (6e) 1983 - 1985 : colonel Jolly
  • (7e) 1985 - 1987 : colonel Antoine Heinzelmeier
  • (8e) 1987 - 1989 : colonel Daniel Clee
  • (9e) 1989 - 1991 : colonel Charles Berder
  • (10e) 1991 - 1993 : colonel Jean-Pierre Meyer
  • (11e) 1993 - 1995 : colonel Alain Costantini
  • (12e) 1995 - 1997 : colonel Denis Bernaille
  • (13e) 1997 - 1999 : colonel Pascal Peran
  • (14e) 1999 - 2001 : colonel De Tarlé
  • (15e) 2001 - 2003 : colonel Christian Péraldi
  • (16e) 2003 - 2005 : colonel Hubert Trégou
  • (17e) 2005 - 2007 : colonel Christophe Berthier
  • (18e) 2007 - 2009 : colonel Marc Boileau
  • (19e) 2009 - 2011 : colonel Éric Kunzelmann
  • (20e) 2011 - 2013 : colonel Éric Lendroit
  • (21e) 2013 - 2015 : colonel Alexis Uhrich
  • (22e) 2015 -  : colonel Benoit Saint Loubert Bié

Historique[modifier | modifier le code]

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

L'étendard unique des groupes d'artillerie d'Afrique termine le premier conflit mondial avec les inscriptions suivantes :

Entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le 68e régiment d'artillerie divisionnaire (70e division d'infanterie), alors stationné en Alsace, reçoit le baptême du feu en Alsace à l'hiver 1940. Il est formé à Toul en 1939 et dissous à l'armistice.

En 1941, un travail de camouflage clandestin de matériel et de préparation à la reprise de la lutte par la formation de nouvelles unités est entrepris et permet, à la fin de 1942, la mobilisation pour la campagne de Tunisie. Ces nouvelles unités entrent en opération avec l’ancien matériel camouflé, puis avec des matériels cédés par les troupes américaines et les britanniques.

Le 68e RAA créé à Tlemcen, en Algérie, le 16 avril 1941, est aussitôt engagé en Tunisie contre l'Afrika Korps. La victoire de Djebel Zaghouan ouvre la route de Tunis aux divisions du Maroc et d’Oran. Son comportement exemplaire pendant cette campagne lui vaut l'honneur d'être le premier régiment d'artillerie blindée mis sur pied en vue du débarquement en Provence. Ses hommes seront les premiers artilleurs à toucher le sol du Sud de la France le 15 août 1944, les premiers également à tirer sur l'Allemagne le 20 novembre 1944. Des plages de La Nartelle aux frontières de l'Autriche où la capitulation allemande l'arrête, il participe à tous les combats décisifs de la 1re division blindée.

Depuis 1945[modifier | modifier le code]

Après la victoire des alliés, presque toutes les unités mises sur pied par l’Afrique du Nord pour la 1re Armée restent en Europe, soit en occupation en Allemagne, les FFA, soit en garnison en France. Elles changeront pour la plupart leurs numéros pour de nouveaux écussons en 1946.

En septembre 1945, le 68e reste en Sarre. En 1965 il est stationné à Trier (Trèves puis à Landau) en Allemagne et il est appelé : 68e RALD (régiment d'artillerie lourde divisionnaire) et dépend de la 1re division blindée. À cette période le régiment est composé de 12 batteries actives dont une équipé de fusée américaine de courte portée Honest John. La 12e batterie étant une batterie d'instruction. À partir du 15 juillet 1976, le 68e fait mouvement vers Phalsbourg et s'implante au quartier La Horie où il va demeurer huit ans, huit années qui préfigurent la configuration générale et les missions actuelles du régiment, huit années où il se professionnalise et passe en structure quaternaire avec l'adjonction d'une quatrième batterie. Période, enfin, qui voit l'ouverture du régiment sur les missions extérieures avec le départ d'une batterie au Liban en 1984. L'année 1984 marque un tournant important dans la vie du 68e et le conduira à la configuration et au potentiel opérationnel qu'on lui connaît aujourd'hui. C'est en effet à cette date qu'il s'installe au camp de La Valbonne pour intégrer en tant que régiment semi-professionnalisé la 6e division légère blindée, avec laquelle il participe à toutes les opérations de ces dernières années.

Le 68e RAA est l'héritier et le dépositaire du patrimoine des 7 régiments d'artillerie d'Afrique disparus et l'héritier de leurs riches traditions.

Lors de la professionnalisation de l'Armée de terre, en 1999, il rejoint la 3e brigade mécanisée dont l'état-major est à Clermont-Ferrand. Cette brigade a changé d'appelation et est devenue 3e brigade légère blindée au 1er juillet 2014.

Dans le cadre du la réorganisation de l'Armée de terre, il intègre la 7e brigade blindée de la 1re division en 2016.

« Unité légendaire sans laquelle aucune victoire n'eut été possible » Charles de Gaulle (1er octobre 1945).


Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Étendard[modifier | modifier le code]

Fourragère aux couleurs du ruban de la croix de guerre 1914 1918 avec olive aux couleurs du ruban de la croix de guerre 1939 1945

Il porte, cousues en lettres d'or dans ses plis, les inscriptions suivantes[1] :

68e régiment d’artillerie - drapeau.svg

Décorations[modifier | modifier le code]

Sa cravate est décorée de la Croix de guerre 1939-1945 avec trois palmes (trois fois cité à l'ordre de l'armée).

Le 68e RAA porte la fourragère aux couleurs du ruban de la Croix de guerre 1914-1918 avec une olive aux couleurs du ruban de la Croix de guerre 1939-1945 (la fourragère 1939/1945 conforme aux textes, c'est-à-dire du modèle 1914-1918 avec l'olive aux couleurs de la Croix de guerre 1939-1945).

Le 3 juillet 2013, l'étendard du 68e RAA est décoré de la Croix de la Valeur militaire avec étoile d’argent, pour son engagement en Afghanistan de mai 2010 à novembre 2012.

Le 8 décembre 2014, l'étendard du 68e RAA est décoré de la Croix de la Valeur militaire avec étoile de bronze, pour son engagement dans l'opération Serval au Mali en 2013.

Devise[modifier | modifier le code]

« De l´audace toujours »

Personnalités ayant servi au sein du régiment[modifier | modifier le code]

Florent Manaudou

Le régiment aujourd'hui[modifier | modifier le code]

Subordinations[modifier | modifier le code]

Le régiment est subordonné à la 7e brigade blindée de la 1re division.

Composition[modifier | modifier le code]

  • La 1re batterie est dépositaire des traditions du 69e RAA. Elle a pour devise « Croire et lutter pour vaincre ».
  • La 2e batterie est dépositaire des traditions du 63e RAA. Elle a pour devise « Croche et tient », héritée de son passé « marsouin » au sein du 21e RIMa.
  • L’histoire de la 3e batterie commence le 16 avril 1941 à la création du Ier Groupe (1re, 2e et 3e Batteries) du 68e RAA à Sidi-Bel-Abbès. Elle a pour devise « Bec et ongles ».
  • La 4e batterie du 6,8 est la première unité professionnelle du régiment formée au sein du corps. Héritière du 2e groupe du 68e régiment d’artillerie d’Afrique crée le 1er juin 1941 à Blida. Sa devise « Force le sort ! »
  • La 5e batterie est l’unité d’intervention de réserve du régiment. Sa devise « Servir sans compter ».
  • La batterie de commandement et de logistique. Sa devise « La gloire par la difficulté ».

Missions[modifier | modifier le code]

- Un appui direct des unités au contact ou groupement interarmes. Une neutralisation dans la profondeur du dispositif ennemi. Un recueil du renseignement au contact de l'ennemi ou dans les arrières de ses lignes, grâce aux équipes d'observation et à ses radars. Puis tir de contre batterie.

- Défense sol-air très courte portée anti-aéronef ou drone.

- Recueil du renseignement multicapteurs au profit de la brigade.

Matériels[modifier | modifier le code]

Tir d'exercice d'un Caesar le 14 août 2009 en Afghanistan.
  • 16 caesar de 155 mm
  • 16 mortiers de 120 mm.
  • Station de sondage SIROCCO (station intégrée radar d'observation des courants continus aérologiques).
  • radar d'acquisition et de tir de l'artillerie de campagne (RATAC).
  • véhicule d'observation de l'artillerie (VOA).
  • véhicule d'implantation topographique (VIT).
  • radar d'acquisition sol-air NC1.
  • 18 postes de tir Mistral.
  • petit véhicule protégé (PVP).

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Histoire de l'armée française, Pierre Montagnon.
  • Historique de l'artillerie française, H. Kauffert.

Notes et Références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Il convient de ne pas le confondre avec le 68e régiment d'artillerie à pied.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Décision no 12350/SGA/DPMA/SHD/DAT du 14 septembre 2007 relative aux inscriptions de noms de batailles sur les drapeaux et étendards des corps de troupe de l'armée de terre, du service de santé des armées et du service des essences des armées, Bulletin officiel des armées, no 27, 9 novembre 2007

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]