Missile M20

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir M20.
M-20
Image illustrative de l'article Missile M20
Présentation
Type de missile Missile balistique
Constructeur Sud-Aviation, puis Aérospatiale à partir de 1970
Déploiement 1977 à 1991 (France)
Caractéristiques
Moteur Moteur-fusée à carburant solide
Masse au lancement 20 t
Longueur 10,67 m
Diamètre 1,5 m
Portée 3 000 km
Charge utile 1 tête nucléaire TN 60 de 1,2 Mt
Guidage Inertiel
Plateforme de lancement Sous-marin

Le M-20 est un missile balistique français à portée intermédiaire lancé depuis un sous-marin. Il est équipé d'une seule tête nucléaire. Il est en service de 1977 à 1991.

Conception[modifier | modifier le code]

Le M-20 est le troisième missile mer-sol-balistique-stratégique français. Le M-1 entre en service en 1971 et fut remplacé par le M-2 en 1974. Le M-20 entre en service en 1977. Les SNLE peuvent emporter seize missiles chacun. Le dernier sous-marin à utiliser le M-20 est Le Redoutable, il est retiré du service en 1991. Cent exemplaires ont été produits[réf. nécessaire].

Description[modifier | modifier le code]

Un des seize silo pour missile M20 du sous-marin Le Redoutable.

Le M-20 est un missile balistique à portée intermédiaire à deux étages à carburant solide. Il mesure 10,67 m de long et a un diamètre de 1,5 m[1]. Sa masse au lancement est d'environ 20 tonnes, sa portée est de 3 000 km[2] et sa précision est de l'ordre de 1 000 m.

Le premier étage est contrôlé par poussée vectorielle grâce à quatre tuyères, le second par une seule. Le carburant est constitué de polybutadiène hydroxytéléchélique. Celui du premier étage pèse 9,86 tonnes et brûle pendant 58 secondes et celui du second pèse 5 900 kg et brûle pendant 90 secondes[1]. Le système de guidage est inertiel.

Il semble que la charge utile contienne des aides à la pénétration et que le véhicule de rentrée dans l'atmosphère soit renforcé contre les effets des explosions nucléaires pour déjouer la défense antimissile. La charge militaire est une tête nucléaire TN 60 d'une puissance de 1,2 mégatonne.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Norbert Brügge, « MSBS M1/M2 type », sur Norbert Brügge, Germany (consulté le 10 mars 2013)
  2. Jean Labayle-Couhat, Flottes de combat 1986, Édition maritimes & d'outre-mer, , 890 p. (ISBN 2-7373-2887-X), p. 2

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • La saga des missiles européens (1945-2005), Guillaume Belan, Patrick Mercillon, Paris, éditions TTU-Certes, 2005

Sources[modifier | modifier le code]

  • (en) Jane's Handbook

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]