Anti-Char Rapide Autopropulsé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Anti-Char Rapide Autopropulsé
Image illustrative de l’article Anti-Char Rapide Autopropulsé
Le prototype AMX-30 ACRA testé entre 1970 et 1974.
Présentation
Type de missile Missile antichar
Constructeur Atelier de construction de Puteaux
Caractéristiques
Masse au lancement 26 kg
Longueur 1,22 m[1]
Diamètre 142 mm
Envergure 438 mm
Vitesse 500-550 m/s
Portée 3 300 m
Charge utile charge creuse de 2 kg de RDX
Guidage laser
Plateforme de lancement AMX-13, AMX-30

L' Anti-Char Rapide Autopropulsé – ou Autoguidé – (ACRA) est un projet abandonné de missile antichar supersonique développé par la France tiré par un canon de calibre de 142 mm.

Historique[modifier | modifier le code]

Ce programme commence à être développé en 1961 par l'Atelier de construction de Puteaux (APX)[1] et, à sa création en 1971, par le Groupement Industriel des Armements Terrestres. Il est inspiré par les travaux du missile américain MGM-51 Shillelagh[2]. Le canon de 142 mm pouvait tirer soit le missile ACRA soit des roquettes non-guidées.

Le missile ACRA allume son accélérateur à carburant solide après avoir quitté le tube du canon à 150 m/s; il atteint alors une vitesse de 500 m/s soit 1 800 km/h et son temps de vol, à 3 300 m de portée, est de 7 secondes[3]. Il pouvait être tiré à 4 coups par minute et percer un blindage de 380 mm[4]. Sa charge militaire est une charge creuse de 2 kg de RDX[5].

Cette période a connu de profonds bouleversements technologiques, ce qui a influé largement sur le projet. Le guidage initial était un projecteur de faisceau utilisant des lampes au xénon et s'est rapidement orienté sur l'utilisation d'une source laser, première utilisation en France de ce procédé. CGE Marcoussis, puis sa filiale Compagnie industrielle des lasers, développe les illuminateurs lasers à 1,06 micron (émetteur solide) utilisés pour ACRA et le pod ATLIS et TRT (filiale de Philips) a été chargée, en 1964, du récepteur arrière de l’ACRA[6]. Il s'agit d'un laser Nd-YAG émettant en multimode d'une puissance de 40 watts[7].

La roquette non guidée a une masse seule de 15 kg et de 21 kg dans son étui, sa longueur est de 64 cm seule et de 90 cm dans son étui. Elle a d'une portée théorique de 8 000 m mais l'élévation du canon étant insuffisante pour permettre un tir de volée semblable. Sa vitesse à la sortie du canon est de 1 980 km/h, un petit moteur-fusée l’augmente ensuite à 2 520 km/h et sa trajectoire est stabilisé par 6 ailettes. Elle emporte soit l'ogive 2 kg de RDX/TNT contre les véhicules blindés, soit une ogive de 2 kg de trinitrotoluène contre l'infanterie et les véhicules légers[5].

Un char de combat principal AMX-30 a porté la tourelle T142 ACRA mise à l'essai entre 1970 et 1974 et un premier prototype d'AMX-10 P a été modifié en 1970 en chasseur de char[8], deux autres prototypes sont livrés en 1971[9].

Le coût du missile ayant fortement augmenté à un million de francs français le coup et ne pouvant être utilisé à bord d'hélicoptères, le projet est abandonné en 1971/1972 bien que les essais continuent jusqu’en . Environ 500 missiles seront tirés. C’est la fin de l’APX comme bureau d’études de missiles antichars. L'Euromissile HOT sera le missile antichar lourd standard de l'Armée française.

Armes équivalentes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « AMX 10 ACRA (Maquette) », sur Maquetland (consulté le 18 avril 2015).
  2. (ru) « Французское дитя ракетной романтики: AMX-30 ACRA », sur strangernn.livejournal.com,‎ (consulté le 18 avril 2015)
  3. René Carpentier, Les missiles tactiques, Eurosae, , 11 p. (lire en ligne), p. 159.
  4. M.P. Robinson et Jonathan Cany, AMX 30 : L’épopée d’un char français, Editions Cany, , 192 p. (ISBN 979-10-91948-04-3), p. 97
  5. a et b (en) The Illustrated Encyclopedia of 20th Century : Weapons and Warfare, vol. 1, Columbia House, , 112 p. (lire en ligne), p. 30.
  6. René Carpentier, Les missiles tactiques, Eurosae, , 336 p. (lire en ligne), p. 134, 246.
  7. Jean-Louis Maysonnette, Jean-Pierre Fouilloy et Hélène Tribut, Communication et guidage par transmission laser, Techniques de l'ingénieur (lire en ligne).
  8. (ru) « Национальная гордость, конечно, дело хорошее, но.... АМХ-10 ACRA », sur strangernn.livejournal.com,‎ (consulté le 18 avril 2015)
  9. « 1970 AMX 10 M ACRA », sur Chars-français (consulté le 18 avril 2015).