Roland (missile)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Roland
Image illustrative de l’article Roland (missile)
Tir d'un missile Roland depuis un camion M809 de la garde nationale des États-Unis en 1984 au polygone d'essais de missile de White Sands.
Présentation
Type de missile missile sol-air à courte portée
Constructeur Euromissile
Coût à l'unité 270 000 euros
Déploiement 1977 - 2008
Caractéristiques
Moteurs -
Masse au lancement 67 kg
Longueur 2,40 m
Diamètre 160 mm
Envergure 500 mm
Vitesse 1,6 Mach
Portée 11 km
Altitude de croisière 8 km pour le Roland 3 ;
6,3 km pour le Roland 2
Charge utile -
Guidage radar et optique (et non infrarouge)
Précision -
Détonation -
Plateforme de lancement châssis d'AMX-30 (version française), châssis de Marder (version allemande)

Le missile franco-allemand Roland est un missile de courte portée sol-air. Le système antiaérien à courte portée Roland est monté sur châssis blindé (AMX-30R pour la France, Marder pour l’Allemagne) ou sur cabine aérotransportable à roues (Carol pour la France). C'est l'un des rares missiles étrangers achetés par l'armée américaine.

Historique[modifier | modifier le code]

Coupe d'un missile Roland dans un musée allemand.
Un AMX-30 Roland français en position de transport sur un porte-chars lors du défilé du 14 juillet 2006.

Le Roland, utilisant la technologie de téléguidage de la fin des années 1960, a été produit à 27 000 exemplaires de 1978 à 1990 ; son prix moyen est de 900 000 francs français valeur 1995 ; pour une production de 620 exemplaires, le poste de tir sans le véhicule est estimé à 50 millions de francs (avec une actualisation peut-être minorante)[1].

Opérateurs[modifier | modifier le code]

Drapeau de l'Argentine Argentine[modifier | modifier le code]

Drapeau de l'Allemagne Allemagne[modifier | modifier le code]

En service de 1980 a 2005, aurait dû être remplacé dans les années 2010 par le LFK NG (en).

Drapeau du Brésil Brésil[modifier | modifier le code]

  • 4 Marder Roland en service jusqu'en 2005

Drapeau du Chili Chili[modifier | modifier le code]

Drapeau de l'Espagne Espagne[modifier | modifier le code]

Roland II sur AMX-30, Museo Histórico Militar de Cartagena.
  • 18 véhicules AMX-30 Roland[3],[4], montés sur chassis de l'AMX-30 Roland, une partie en version tout-temps, avec recherche par radar et le reste en version temps clair qui s'effectue par un dispositif électro-optique, plus économique mais plus limitée. Avec le retrait de l'AMX-30 vers la fin des années 90, le système et monté sur M-113. En 2015 le système est retiré de l'armée de terre[3],[4]

Drapeau des États-Unis États-Unis[modifier | modifier le code]

Après une sélection entre trois missiles ouest-européens, le Roland II est choisi le . Le premier tir d'essai a lieu en . En 1979, une première série de XMIM-115A fut construite et les tests d’évaluation opérationnelles peuvent commencer. 32 systèmes Roland (dont 5 loués à l'Allemagne de l’Ouest)[5] et entre 595[6] ou 600 missiles de série sont mis en œuvre sous le nom de MIM-115 Roland sur un châssis de camion M109 (une variante du M35) par le 5e bataillon du 200e régiment d'artillerie de défense aérienne de la Garde Nationale du Nouveau-Mexique stationné à McGregor Range[7], une base du Fort Bliss et rattaché à la Force de déploiement rapide à partir de 1982[8], cette formation devenant le United States Central Command en 1983. Construit par Hughes Aircraft et Boeing à partir de 1978 et opérationnel en 1981, le programme coutera un total de 1,3 milliard de dollars avant d'être stoppé en 1982 après un très fort dépassement du budget initial[9]. Un prototype avec un engin blindé chenillé sera testé puis abandonné. La production des missiles s'arrête en 1985[10]. Ils seront retirés du service le après la désactivation du bataillon[11].

Drapeau de la France France[modifier | modifier le code]

Un AMX-30 Roland de l’armée de terre française en version antiaérienne.

En France, où il est mis en ligne de 1977 à 2008 dans l’armée de terre française. Cinq véhicules de pré-série ont été livrés en 1977 et ensuite évalués, ce qui déclenche l'achat de 183 véhicules la même année. Le premier système d'armes Roland sur AMX-30 arrive en au 54e régiment d'artillerie de Verdun, un total de cinq régiments en étant équipés. 17 cabines aérotransportables à roues (Carol) ont été placées sur camion à partir de 1995 après le début des retraits des AMX-30 en 1993. Un programme de modernisation a été abandonné en 2005[12] et le Roland retiré en 2008[13]. 2 927 missiles Roland ont été retirés du service; ils faisaient en 2008 partie des déchets militaires en attente de démantèlement et élimination avec recyclage éventuel[14].

Drapeau de l'Irak Irak[modifier | modifier le code]

13 postes sur AMX-30R et 100 camion MAN. 113 missiles Roland (entre 1982 et 1985) et 2 260 Roland 2 entre 1981 et 1990 ont été livrés à l’Irak entre 1981 et 1990[15].

Drapeau du Nigeria Nigeria[modifier | modifier le code]

Drapeau du Qatar Qatar[modifier | modifier le code]

Drapeau de la Slovénie Slovénie[modifier | modifier le code]

La batterie de Roland II slovène le 27 janvier 2011.

Achat d'une batterie de Roland II des surplus allemands en service du à 2013 dans le 9e bataillon de défense antiaérien de l'armée de l’air slovène[16] avec 151 missiles pour environ 80 millions de Deutsche Marks. Munitions détruites après date de péremption en Croatie en 2016. En 2018, des véhicules radars sont toujours en activité[17].

Drapeau du Venezuela Venezuela[modifier | modifier le code]

6 sur camions ACMAT. Mis en réserve, ils sont remplacés par les systèmes S-125 Neva/Pechora.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Comité pour l'histoire de l'armement terrestre, Systèmes de missiles sol-air, par l’ingénieur général Collet-Billon (†) puis l’ingénieur général Bienvenu (tome 11), 2002.
  2. https://weaponsystems.net/system/755-Marder+Roland
  3. a et b (es) Fórmula TodoTerreno, « Los TT del Ejército » [PDF], (consulté en 10 de enero de 2009) Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte : le nom « pdf-antiguo » est défini plusieurs fois avec des contenus différents.
  4. a et b (es) Carlos Martí Sempere, « Tecnología de la Defensa » [PDF], (consulté en 29 de enero de 2009) Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte : le nom « Gut.Mellado » est défini plusieurs fois avec des contenus différents.
  5. (en) Bill Gunston, The Illustrated Encyclopedia of the World's Rockets and Missiles, Salamander Books, , p. 156–158.
  6. (en) « Roland 2 MIM-115 », sur www.astronautix.com, (consulté le 12 janvier 2021).
  7. https://www.cybermodeler.com/history/nmang/nmng.shtml
  8. (en) « MIM-115 Roland », sur www.globalsecurity.org, (consulté le 2 décembre 2018).
  9. (en) Fred Hiat, « Improved Missile Too Costly for Pentagon », The Washington Post,‎ (lire en ligne).
  10. http://www.designation-systems.net/dusrm/m-115.html
  11. (en) Air Defense Artillery, , 56 p. (lire en ligne), p. 41.
  12. https://www.senat.fr/rap/a04-077-6/a04-077-69.html
  13. https://artillerie.asso.fr/basart/article.php3?id_article=1119
  14. Synthèse en 20 pages d'un rapport (200 pages) sur le « démantèlement des matériels d'armement » faisant suite à une mission sur le démantèlement des matériels d’armement conduite en 2008 par le CGARM (Xavier Lebacq, Franck L’Hoir) et le Bureau-Environnement de la DMPA (avec états-majors et services concernés)
  15. Jean-Marc Nesme, « Rapport fait au nom de la commission des affaires étrangères sur le projet de loi, adopté par le Sénat, autorisant l’approbation de l’accord entre le Gouvernement de la République française et le Gouvernement de la République d’Irak relatif à la coopération dans le domaine de la défense » [PDF], sur Assemblée nationale, (consulté le 21 mars 2015).
  16. http://www.slovenskavojska.si/en/structure/combat-support-forces/9th-air-defence-battalion/
  17. https://insajder.com/slovenija/na-hrvaskem-unicili-slovenske-rakete-zemlja-zrak-slovenija-brez-ucinkovite-protizracne

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]