BGL (Matra)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir BGL.

BGL (Matra)
Présentation
Pays d'origine Drapeau de la France France
Type Bombe guidée
Accessoire(s) autodirecteur laser Eblis
Concepteur MATRA / Thomson-CSF
Fabricant MATRA
Période d'utilisation 1985
Autre(s) nom(s) Arcole
Poids et dimensions
Masse 250 kg à 1 000 kg
Caractéristiques techniques
Explosif explosif à fort pouvoir détonant
Portée 7 km

Le terme BGL désigne une série de bombes guidées par laser, les BGL 250, BGL 400 et BGL 1000. Ce système d'arme est conçu par MATRA, le système de guidage laser étant produit par Thomson-CSF à partir de 1982.

Historique[modifier | modifier le code]

La société Matra développa à la fin des années 1970 un système d'arme à guidage laser, en relation avec Thomson-CSF et l'Aérospatiale[1].

Thomson-CSF construit deux équipements, le pod Atlis, chargé de la poursuite et de l'illumination laser de la cible (sous l’autorité du Service technique de l'aéronautique) et l’autodirecteur semi-actif laser TMV 630 Eblis (sous l’autorité du Service technique des engins tactiques), un dérivé simplifié du modèle Ariel présent sur l’AS-30L. L'Aérospatiale a fourni un modèle de pile thermique, pour assurer l'alimentation électrique de l'engin au moment du tir, avec un minimum d'entretien pendant le stockage[2].

Cette arme entre en service dans l'Armée de l'air française en 1985 sur les Jaguar A, puis équipe aussi les Mirage F-1 et Mirage 2000[3].

Plus de 800 BGL (1000, 400 et 250)[4] ont été commandées par plusieurs pays. La charge peut être conventionnelle ou pénétrante pour l'attaque des bunkers.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Les bombes guidées laser (BGL) Matra sont constituées d'un corps de bombe et de deux kits communs à l’ensemble de la famille[5]. La partie avant de guidage comprend l’autodirecteur Eblis et le système de pilotage, l’ensemble de gouvernes avec les servomoteurs et la pile thermique. La partie arrière est formée d'une voilure, pour assurer la manœuvrabilité de la bombe.

La portée maximale est de 7 km[4], avec un largage possible jusqu'à 50 m du sol[6]. La BGL 1000 peut perforer 3 m de béton[4].

. masse de l'arme : 997 kg
. diamètre : 0,5 m
. longueur : 4 m
. envergure : 1,6 m

. masse de l'arme : 475 kg
. diamètre : 0,4 m
. longueur : 3,2 m
. envergure : 1,35 m

. bombe guidée laser de 250 kg.

Utilisateurs[modifier | modifier le code]

La force aérienne indienne utilise des Mirage 2000H pour effectuer des frappes à l'aide de BGL sur des objectifs militaires pakistanais situés à haute altitude durant le conflit de Kargil en 1999[11].

La force aérienne irakienne (IQAF) déploie des BGL sur des Mirages F1 EQ[12].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • « / », Air et Cosmos, nos 1201 à 1218,‎ , p. 71 et 366
  • « / », Aviation Magazine International, nos 953 à 964,‎ , p. 76
  • « / », Aviation Magazine International, nos 1019 à 1030,‎ , p. 31
  • Valéry Rousset, La guerre à ciel ouvert : Irak, 1991, FeniXX, , 316 p. (ISBN 9782402110266).
  • René Carpentier (dir.), COMAERO, Comité pour l'histoire de l'aéronautique, Les missiles tactiques de 1945 à 1995, t. 3, Centre des hautes études de l’armement – Division Histoire de l’armement, (lire en ligne)
  • Christopher Chant, A Compendium of Armaments and Military Hardware (Routledge Revivals), Routledge, , 568 p. (ISBN 1134646755).
  • James Bennet, G-Force: Flying the World's Greatest Aircraft: First Hand Accounts from the Pilots who Flew Them in Action, Book Sales, , 224 p. (ISBN 9780785834991).

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carpentier 2004, p. 126
  2. Carpentier 2004, p. 135
  3. Air et Cosmos 1988,Carpentier 2004, p. 155
  4. a b et c Carpentier 2004, p. 155
  5. Carpentier 2004, p. 126
  6. Air et Cosmos 1988
  7. Chant 2014, p. BGL 1000
  8. a et b Aviation Magazine International 1988, p. 76
  9. Chant 2014, p. BGL 400,Aviation Magazine International 1988, p. 76
  10. Rousset 1995, p. III. L'attaque des aérodromes de la FAI,Aviation Magazine International 1988, p. 31
  11. a et b Bennet 2016, p. 165
  12. Rousset 1995, p. I. L'aviation irakienne au combat