Véhicule de détection, identification et prélèvement

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le Véhicule de Détection, d'Identification et de Prélèvement (VDIP) est un véhicule français qui a pour vocation de caractériser les problématiques Nucléaires, Radiologiques, Biologiques et Chimiques (NRBC).

Description[modifier | modifier le code]

Ce laboratoire mobile est basé sur un chassis Renault et a un équipage de trois personnes.

Il est équipé de matériels de terrain permettant le prélèvement, la détection et l'identification des agents radiologiques (radionucléides), biologiques (bactéries, virus et autres agents pathogènes), chimiques (toxiques industriels, toxiques de guerre) en zone contaminée et de réaliser des prélèvements de tout type de matrice (gaz, liquides, solides) pour les conditionner et les mettre à disposition de l'autorité judiciaire dans les meilleures conditions.

Face à un événement mettant en œuvre des matières dangereuses, la première réponse de sécurité civile est de projeter des cellules mobiles d'interventions chimique et radiologique (CMIC et CMIR) et le service du déminage puis les unités d'instruction et d'intervention de la Sécurité civile (UIISC), la Cellule nationale nucléaire radiologique biologique chimique (C2NRBC)[1].

Le VDIP constitue une réponse intermédiaire entre les CMIC, CMIR et les laboratoires du réseau national Biotox Piratox pour réaliser les analyses.

Le VDIP est le fruit d'une longue maturation, issue des propositions du livre blanc de la défense et de la sécurité nationale[2]En premier lieu, ces véhicules doivent défendre les plus grandes agglomérations françaises, par une dotation d'état.

En 2016, l'agglomération parisienne possède un VDIP, qui est armé conjointement par la brigade de sapeurs-pompiers de Paris (BSPP) et le laboratoire central de la préfecture de police (LCPP). L'agglomération messine possède un VDIP[3], le Bataillon de marins-pompiers de Marseille (BMPM) en possède un également, ainsi que le SDMIS du Rhône[4].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Circulaire no 750/SGDSN/PSE/PPS du 18 février 2011
  2. Chapitre 7, les moyens de la stratégie ; les moyens de la prévention et de la gestion des crises sur le territoire national ; analyse de risque[réf. non conforme]
  3. « Véhicule détection identification prélèvement », sur sdis57.fr (consulté le 14 août 2017)
  4. « Fuite de Produits Chimiques à Corbas », Point Mag, SDIS du Rhône, no 7,‎ , p. 4 (lire en ligne, consulté le 14 août 2017)