Missile antibalistique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Missile antimissile Galosh en URSS. Un réseau comprenant actuellement quatre bases avec une centaine d'intercepteurs protègent Moscou d'une attaque par missile balistique depuis les années 1970[1].
Missile antibalistique européen ASTER.

Un missile antibalistique (en anglais : anti-ballistic missile, ABM) est un missile conçu pour intercepter un missile balistique ou une roquette. Le terme est cependant principalement utilisé pour désigner les systèmes conçus pour contrer des missiles balistiques intercontinentaux.

Histoire[modifier | modifier le code]

Ce type de missile fait son apparition dans les années 1950, dans le contexte de la guerre froide et de la course aux armements opposant les États-Unis à l'URSS. En 1972 est signé le Traité ABM, chaque pays s'engage alors à ne pas déployer plus de 100 missiles antibalistiques pour défendre une zone donnée. En 2002, les États-Unis se sont toutefois retirés du traité.

Missiles anti-balistiques par pays[modifier | modifier le code]

États-Unis[modifier | modifier le code]

URSS/Russie[modifier | modifier le code]

France, Royaume-Uni et Italie[modifier | modifier le code]

Israël[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Galosh (SH-01/ABM-1), Missile Threat