Armée de terre gabonaise

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Armée de terre gabonaise
Création
Pays Drapeau du Gabon Gabon
Type Armée de terre
Équipement Véhicule de combat d'infanterie, hélicoptère, Artillerie, Véhicule de manutention, Véhicule d'intervention, Véhicule Lance-roquette
Commandant Chef d'état-major, Général de brigade Rock Onganga [1] (depuis 2014)

L'armée de terre gabonaise est la composante terrestre des Forces armées gabonaises. Elle est composée de la Garde Républicaine, le bataillon de sapeur-pompiers, le service de santé militaire et le genie militaire.

Historique[modifier | modifier le code]

L’armée de terre gabonaise a été créée le 6 décembre 1960 par décret du président gabonais Léon Mba. Initialement, les forces armées gabonaises rassemblent les sous-officiers Gabonais ayant servi dans l’armée coloniale française et principalement de la 2e compagnie du 21e BIMA (Bataillon d’Infanterie de Marine) basé à Libreville.

Ces éléments formeront par la suite le 1er Bataillon d’infanterie gabonaise basé au camp Ntchoréré (Libreville), composé de la 1re compagnie de combat et du Centre d’Instruction.

À la suite de l’indépendance, le Gabon signe avec la France des accords de défense portant essentiellement sur l’assistance technique et la formation. Jusqu’en juin 1964, le titre de Chef d’État-Major des Forces Armées Gabonaises est d’ailleurs porté par un officier supérieur français (le colonel Gribelin puis le colonel Royer). Ce titre reviendra par la suite à des officiers gabonais dont le colonel Nazaire Boulingui à partir de 1969.

En 1962 est créé un détachement des Auxiliaires Féminins des Forces Armées Gabonaises (AFFAG) commandé par le lieutenant Ba Oumar au camp militaire d’Owendo. Le président Mba eût cette initiative à la suite d'une visite d’Israël qui comptait déjà dans ses rangs des personnels féminins.

En 1963 est créée une section parachutiste pour permettre à l’armée d’intervenir sur tout le territoire gabonais qui manque alors d’infrastructures routières. L’unité est alors commandée par le lieutenant Essono[2].

Aperçu des équipements principaux en service[modifier | modifier le code]

Véhicule Mission En service Remarques
EE-9 Cascavel Flag of Brazil.svg Vehicule blindé de reconnaissance 14
EE-3 Jararraca Flag of Brazil.svg Vehicule blindé de reconnaissance 12
AML60/90 Flag of France.svg Vehicule blindé de reconnaissance 24
VBL Flag of France.svg Véhicule blindé léger 14
ERC-90 Sagaie 2 Flag of France.svg Véhicule blindé moyen 6
ZU-23-2 Flag of the Soviet Union.svg Canon anti-aérien 24
M101 Howitzer Flag of the United States.svg Obusier 4
Mortier 120mm Appui infanterie 4
Mortier 81mm Appui infanterie 35
Missile
Milan Flag of France.svg Anti-char 4

À ces véhicules et armes lourdes s'ajoutent des armes légères d'infanterie :

Source pour la section : (en) « Gabon Land Forces military equipment and vehicles Gabonese Army », sur armyrecognition.com

Aviation légère des armées[modifier | modifier le code]

L'ALA a sous sa direction l'ensemble des hélicoptères de l'armée de l'air, son personnel dispose d'une formation spécifique et représente un corps à part entière des forces armées gabonaise.

Appareil Mission En service Remarques
SA.342L Gazelle Flag of France.svg Hélicoptère léger d'appui 2
SA.330 Puma Flag of France.svg Hélicoptère de transport 3

Unités principales[modifier | modifier le code]

  • 1 bataillon de la Garde Républicaine
    • 1 escadron de reconnaissance blindé
    • 3 compagnies d'infanterie
    • 1 batterie d'artillerie
    • 1 batterie de défense anti-aérienne
  • 1 régiment aéroporté
    • 3 compagnies d'infanterie aéroportée
    • 1 compagnie de reconnaissance et de soutien
    • 1 compagnie de commandement
  • 1 bataillon de reconnaissance blindé léger
    • 2 escadrons blindés
    • 1 compagnie de commandement et de soutien
  • 1 régiment de commandement et de soutien
    • 1 batterie d'artillerie
    • 1 batterie de mortiers
    • 1 batterie de lance-roquettes
    • 1 compagnie du Génie
    • unités logistiques
  • 7 détachements régionaux
    • 1 bataillon (ou 1 compagnie) d'infanterie motorisée par région militaire

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Le nouveau patron de l’armée de terre prend ses fonctions », sur agpgabon.ga,
  2. « ? »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) [PDF], sur finances.gouv.ga