Grindcore

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Grindcore
Origines stylistiques Thrash metal, punk hardcore, crust punk, musique bruitiste, musique industrielle, metal extrême, thrashcore
Origines culturelles Milieu des années 1980 ; Royaume-Uni
Instruments typiques Guitare électrique, basse, batterie, chant
Voir aussi Liste des groupes de grindcore

Sous-genres

Cybergrind, noisegrind

Genres dérivés

Mathcore, powerviolence

Le grindcore est un genre musical extrême dérivé du crust punk. Le grindcore est une musique extrêmement directe, rapide et brutale, sans concession dans laquelle les vocaux gutturaux ou criés côtoient les blast beats de batterie et les riffs de guitare relativement simples et ultra rapides directement influencés par le punk hardcore.

Le grindcore est associé à un engagement politique. Les thèmes abordés par les textes sont orientés vers les idées politiques telles que l'anticonsumérisme, la déforestation ou encore le végétarisme et la libération animale (pour Nasum ou Agathocles entre autres). Le grindcore est une conséquence directe du crust punk et du hardcore. Une seconde génération du grindcore, plus orientée metal, apparaît avec des textes plutôt ironiques, gores et pornographiques avec un second degré polémique (Anal Cunt, Agoraphobic Nosebleed). Par la suite, de plus en plus de projets ont exploité le côté parodique ou volontairement « débile » tel que Purulent Excretor, Gronibard ou Salt On Your Shaven Pussy. D'autres, tels que le groupe français Sublime Cadaveric Decomposition, jusqu'à leur troisième album n'articulaient pas de paroles dans leur musique

Le grindcore suit actuellement une crise au niveau de son appellation, en effet trop de gens confondent brutal death metal (évolution pure du death metal, avec des groupes tels que Suffocation, Benighted) et grindcore (évolution du punk hardcore et du crust punk).

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Le grindcore évolue initialement comme un mélange de thrash metal et de punk hardcore. Le nom est dérivé du mot anglophone grind, un terme britannique de thrash ; ce terme emprunte le suffixe -core de hardcore[1]. Le grindcore utilise l'instrumentation classique du punk hardcore et du heavy metal : guitare électrique, basse et batterie[2]. Cependant, le grindcore modifie les pratiques habituelles du metal ou du rock dans sa structure et sa tonalité[2]. Le style vocal « oscille entre cris aigus et graves, grunts et aboiements[2]. » Dans certains cas, il n'y a aucune parole compréhensible.

Certaines chansons de grindcore contiennent une « microchanson » qui dure seulement quelques secondes. En 2001, le Livre Guinness des records récompense Brutal Truth dans la catégorie de « clip vidéo le plus court » pour sa chanson sortie en 1994 Collateral Damage (qui dure seulement quatre secondes). En 2007, la vidéo de la chanson You Suffer de Napalm Death établit un nouveau record dans cette catégorie avec une durée de 1,3 secondes[3]. Hormis la microchanson, le grindcore se caractérise généralement par sa courte durée ; par exemple, le premier album de Carcass, Reek of Putrefaction (1988), se compose de 22 chansons d'une durée totale d'une minute et 48 secondes. Certains albums de grindcore sont de très courte durée comparés aux autres genres, et se composent d'une large liste de titres mais d'une durée totale moyenne de 15 à 20 minutes. Certains groupes de grindcore jouent de guitares down-tuned[4].

Blast beat[modifier | modifier le code]

Le blast beat est une technique de batterie caractérisant le grindcore dans toutes ses formes[5], bien que très peu utilisée. Selon la définition d'Adam MacGregor, « le blast-beat se répète généralement, est joué à très grande vitesse, et se répartit entre kickdrum, snare, ride, crash, ou hi-hat[5]. » Les blast beats sont définis comme de « fortes explosions percussives, moins centrées sur le rythme et plus sur la pure violence sonore[6]. » Napalm Death utilise pour la première fois ce terme[6], bien que ce style de batterie ait été déjà pratiqué auparavant par d'autres groupes. Daniel Ekeroth explique que le blast beat a été initialement utilisé par le groupe de D-beat Asocial dans leur démo publiée en 1992[7]. D.R.I. (No Sense)[5], S.O.D. (Milk)[8], Sarcófago (Satanas)[9], Sepultura (Antichrist)[10], et Repulsion[11] ont également utilisés cette technique bien avant l'arrivée de Napalm Death dans la scène.

Paroles[modifier | modifier le code]

Les paroles du grindcore sont typiquement provocantes. Un nombre de musiciens de grindcore s'engagent politiquement et éthiquement, généralement revendiqués d'extrême gauche en lien avec les racines punk du grindcore[12]. Par exemple, les chansons de Napalm Death se concentrent sur des thèmes anarchistes, dans la tradition anarcho-punk. Ces thèmes incluent l'anti-racisme, le féminisme, l'anti-militarisme, et l'anticapitalisme. D'autres groupes de grindcore, comme Cattle Decapitation et Carcass, expriment leur dégoût de la nature humaine, de la maltraitance animale, et sont dans certains cas végétariens ou végans[13]. Les chansons de Carcass en particulier sont considérées comme à l'origine du style goregrind, qui se concentre sur des thèmes « corporels »[14]. Des groupes qui se concentrent plus sur des thèmes sexuels que corporels, comme Gut et les Meat Shits, sont classés dans la catégorie pornogrind[15]. Les paroles de Seth Putnam sont notées pour leur humour noir[16], tandis que The Locust utilise de l'humour satirique inspirée par William S. Burroughs[17].

Histoire[modifier | modifier le code]

Précurseurs[modifier | modifier le code]

La première scène grindcore est liée à un réseau international d'échanges entre particuliers et de la production DIY[18]. Les premiers précurseurs connus du son grindcore sont Siege[19], un groupe de punk hardcore, et Repulsion, un groupe de death metal[11]. Siege, originaire de Weymouth, dans le Massachusetts, s'inspire du punk hardcore américain classique (Minor Threat, Black Flag, Void) et de groupes britanniques tels que Discharge, Venom et Motörhead[20]. Siege voulait jouer à un rythme effréné : « On écoutait les groupes punk et hardcore les plus rapides qu'on pouvait trouver et on se disait, 'Okay, on va composer quelque chose de plus rapide qu'eux' », comme l'explique le batteur Robert Williams[20].

Repulsion, originaire de Flint (Michigan), dit s'être inspiré de groupes de street punk comme Discharge et Charged GBH, de crossover thrash comme les Dirty Rotten Imbeciles et Corrosion of Conformity, de thrash metal comme Slayer, Metallica, Celtic Frost[21], Sodom, et Venom, et de death metal (Possessed), de punk hardcore comme Black Flag, et d'anciens groupes de hard rock[11]. Le groupe est souvent crédité pour avoir inventé le classique blast beat grind (joué à 190 BPM) et sa tonalité[11]. Shane Embury, en particulier, considère le groupe comme à l'origine des dernières innovations de Napalm Death[11]. Kevin Sharp de Brutal Truth déclare que « Horrified était et est toujours ce qui définit le grind ; un mélange parfait de punk hardcore et de gore metal, de vitesse et de distorsion[22]. »

D'autres groupes de la scène grindcore, comme Heresy et Unseen Terror, s'inspirent du punk hardcore américain comme Septic Death, et le D-beat suédois[23]. Sore Throat explique s'être inspiré de Discharge, Disorder, de groupes D-beat et thrash metal, comme Hellhammer[24] et de groupes américains comme Poison Idea et DRI[24]. Le japanese hardcore, en particulier GISM, est également mentionné par les premiers groupes du style[25]. D'autres groupes notables sont cités par les anciens membres et les membres actuels de Napalm Death comme Discharge[26], Amebix[27], Throbbing Gristle[28] et les Dirty Rotten Imbeciles[28]. Les groupes de post-punk, comme Killing Joke[26] et Joy Division[29] sont également cités comme les premiers ayant inspiré Napalm Death.

Grindcore britannique[modifier | modifier le code]

Les pionniers du grindcore Napalm Death, en 2007.

Le grindcore, comme tel, se développe au milieu des années 1980 au Royaume-Uni grâce à Napalm Death, un groupe originaire de la scène anarcho-punk de Birmingham, en Angleterre[30]. Leurs chansons étant initialement dans la veine de Crass[30], elles seront finalement associées à la scène crust punk[31]. Le groupe commence ensuite à reprendre des éléments en provenance du thrashcore, post-punk, et du power electronics[32]. Le groupe effectue également des changements chez ses membres[33]. Un changement majeur de style s'effectue à l'arrivée de Mick Harris à la batterie[33]. Le rédacteur Ian Glasper indique que « pendant plusieurs mois, le public stupéfait ne savait plus si Napalm Death était encore un groupe sérieux, lorsqu'il entendait la rapidité du nouveau batteur[33]. » Albert Mudrian suggère que le terme « grindcore » ait été utilisé pour la première fois par Harris. Ce dernier indique que « le grindcore vient de grind, qui est le seul mot qui m'est venu à l'esprit pour définir Swans après avoir acheté leur album en '84. Ensuite, avec ce nouveau mouvement hardcore qui s'est lancé en '85, je me suis dit que grind leur allait tellement bien quand ils jouaient rapidement, alors j'ai utilisé le mot grindcore[34]. »

D'autres sources contredisent les propos de Harris. Dans un article publié par le magazine Spin, Steven Blush déclare que « l'homme souvent crédité » pour avoir nommé le style grindcore s'appelle Shane Embury, le bassiste des Napalm Death depuis 1987. Embury offre sa propre définition du « son » grindcore : « Aussi loin que je me rappelle, on s'inspirait de Celtic Frost, Siege – qui est un groupe hardcore originaire de Boston – un tas de groupes hardcore et death-metal, et certains groupes indus-bruitistes comme Swans à leurs débuts. Alors, on a mélangé le tout. À la base, tout ça est joué à 200 à l'heure[21]. »

Le fondateur du label Earache Records Digby Pearson soutient Embury, expliquant que Napalm Death « a passé le hardcore et le metal à la vitesse supérieure[35]. » Pearson, cependant, explique que le grindcore « ne se caractérise pas uniquement par la vitesse de la batterie, des blast beats, etc.. » « le terme servait à définir les guitares - heavy, downtuned, bleak, harsh riffing[36]. »

Grindcore nord-américain[modifier | modifier le code]

Seth Putnam d'Anal Cunt au Relapse Festival, 1993.

Le journaliste Kevin Stewart-Panko divise l'origine du grindcore américain des années 1990 en trois sources : le grindcore britannique, les précurseurs américains, et le death metal[37]. Les premiers albums de Napalm Death n'étant publiés dans leur intégralité aux États-Unis, des groupes américains s'inspirent de leurs dernières chansons comme Harmony Corruption[37]. Les groupes américains utilisent souvent des riffs en provenance du crossover thrash ou du thrash metal[37]. Les premiers groupes grind incluent Terrorizer et Assück[38]. Anal Cunt, un groupe particulièrement dissonant dépourvu de basse, est une influence pour la scène[37]. Leur style est souvent considéré comme du « noisecore » ou « noisegrind », décrit par Giulio des Cripple Bastards comme « le côté le plus nihiliste et anti-musical de la musique extrême de l'époque[18],[39]. » Brutal Truth devient le groupe le plus populaire de la scène au début des années 1990[38].

Cependant, Sharp indique qu'ils s'inspirent plus du thrash metal de Dark Angel que des groupes britanniques[22]. Discordance Axis détenait un style plus technique dans son jeu comparé à la plupart de ses prédécesseurs[37].

Grindcore européen[modifier | modifier le code]

Des groupes européens, tels qu'Agathocles, de Belgique[38], Patareni, de Croatie, et Fear of God, de Suisse, sont les plus imposants du style[40]. Filthy Christians, signé au label Earache Records en 1989, intronise le style en Suède[41] tandis que Cripple Bastards s'établit dans la scène italienne du grindcore[23].

Influence sur d'autres genres[modifier | modifier le code]

Le groupe japonais de noise rock Boredoms emprunte des éléments de grind[2],[42] et part en tournée avec Brutal Truth en 1993[43]. Le groupe grindcore Gore Beyond Necropsy formé en 1989, collabore par la suite avec le musicien bruitiste Merzbow[44]. Naked City, mené par le saxophoniste John Zorn, joue une forme avant-gardiste de punk jazz orientée grindcore[45],[46]. Zorn forme plus tard Painkiller avec le producteur ambient dub Bill Laswell à la guitare basse et Mick Harris à la batterie[47] qui collabore avec Justin Broadrick[48].

Powerviolence[modifier | modifier le code]

Le powerviolence est un sous-genre agressif et dissonant du punk hardcore[49],[50]. Le style est lié au thrashcore[49] et similaire au grindcore. Bien que le powerviolence s'inspire de Napalm Death et d'autres premiers groupes grind, les groupes du genre évitent les éléments du heavy metal[51].

Musiques industrielle et électronique[modifier | modifier le code]

Justin Pearson des Locust, à l'origine de l'electrogrind.

Parmi d'autres influences, Napalm Death inspire la scène de la musique industrielle[28]. De ce fait, l'ancien guitariste des Napalm Death, Justin Broadrick, se lance dans le metal industriel avec Godflesh[26]. Mick Harris, dans son groupe post-Napalm Death, Scorn, expérimente brièvement le style[52]. Scorn joue également du hip-hop industriel[53] et les styles dark ambient[54]. Fear Factory[55] est également également cité dans le genre. Le digital hardcore est initialement un mélange de punk hardcore et techno hardcore[56]. Agoraphobic Nosebleed et les Locust sollicitent des remixes de producteurs digital hardcore et de musique bruitiste[57],[58], James Plotkin, Dave Witte, et Speedranch participent au projet Phantomsmasher, qui mélange grindcore et digital hardcore. Alec Empire collabore avec Justin Broadrick, sur le premier album de Curse of the Golden Vampire[59] et avec Gabe Serbian, des Locust, sur scène au Japon[60]. La personnalité du Japanoise Merzbow participe également au show Empire/Serbian[60].

Le 21e siècle assiste au développement de l'« electrogrind » (ou « cybergrind »)[61],[62] joué par The Berzerker, Body Hammer, Gigantic Brain et Genghis Tron qui partage des éléments de musique électronique[39]. Ces groupes s'inspirent des chansons d'Agoraphobic Nosebleed, Enemy Soil et The Locust, et d'autres groupes de metal industriel[61]. The Berzerker s'appropprie également le kick de type Roland TR-909 distordu des gabbers[63]. Les récents groupes d'electrogrind sont caricaturés par leur connexion hipster[61].

Metalcore[modifier | modifier le code]

Le metalcore est un genre mêlant metal extrême et punk hardcore, s'inspirant à l'époque du groove metal[64]. Comme le grindcore, le metalcore peut inclure des breakdowns et des passages intenses menant au moshing[65]. Au milieu des années 1990, certains groupes de metalcore commencent à s'inspirer du développement du grindcore. Par exemple, des groupes de mathcore[66],[67] comme The Dillinger Escape Plan[68], Some Girls[69] et Daughters[70],[71]. Ces groupes inclut également des éléments de post-hardcore[66]. Certains premiers groupes de screamo[72] comme Circle Takes the Square et Orchid[73] sont associés au grindcore par certains rédacteurs.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Pete Prown et Harvey P. Newquist, Legends of Rock Guitar: The Essential Reference of Rock's Greatest Guitarists, Hal Leonard Corporation,‎ (ISBN 978-0793540426), « Chapter Thirty-three: Industrial and Grindcore », p. 249.
  2. a, b, c et d (en) AllMusic. Grindcore, consulté le 16 septembre 2008.
  3. McPheeters, Sam, « Extreme Extremeness », Orange County Weekly,‎ (consulté le 27 mars 2011).
  4. Johnson 2007, page 04.
  5. a, b et c (en) Adam MacGregor, Dusted, 11 juin 2006. Agoraphobic Nosebleed review, consulté le 2 octobre 2008.
  6. a et b (en) Strub, Whitney. "Behind the Key Club: An Interview with Mark 'Barney' Greenway of Napalm Death". PopMatters, 11 mai 2006, consulté le 17 septembre 2008.
  7. (en) Ekeroth, p. 22.
  8. (en) Stormtroopers of Death, 1985, track 11.
  9. (en) Sarcófago
  10. (en) Sepultura, 1986, track 10.
  11. a, b, c, d et e (en) Matthew Widener, Scared to Death: The Making of Repulsion's Horrified, Decibel no. 46, août 2008, p. 63-69.
  12. (en) Grindcore Special, p. 46.
  13. (en) NME.com. Carcass biography, consulté le 28 avril 2009.
  14. (en) (en) Matthew Widener, Carcass Clones,‎ (lire en ligne).
  15. (en) Natalie J. Purcell, Death Metal Music: The Passion and Politics of a Subculture, McFarland,‎ , 23–24 p. (ISBN 0-7864-1585-1, lire en ligne).
  16. (en) Eduardo Rivadavia, Anal Cunt bio, Allmusic. [1], consulté le 25 avril 2009.
  17. (en) The Locust: Catching Up with J.P., 17 octobre 2007
  18. a et b (en) Grindcore Special, p. 44.
  19. (en) Steven Blush, Boston Not L.A., American Hardcore, Feral House, p. 171.
  20. a et b (en) Mudrian 2004, p. 50.
  21. a et b (en) Blush 1991, page 36
  22. a et b (en) Grindcore Special, p. 41.
  23. a et b (en) Grindcore Special, p. 43.
  24. a et b (en) Grindcore Special, p. 45.
  25. (en) Grindcore Special, p. 52.
  26. a, b et c (en) Dark Recollections: Napalm Death, Scum, Terrorizer, issue 183, mai 2009, p. 84-85.
  27. (en) Atkinson, Peter, « Fire in the Belly: Interview With Napalm Death's Mark "Barney" Greenway », KNAC.COM,‎ (consulté le 19 juin 2008).
  28. a, b et c Mudrian 2004, page 31.
  29. (en) Interview with Mick Harris, DVD half of Napalm Death's Scum 20 year anniversary (réédition).
  30. a et b (en) Glasper 2009, p. 11.
  31. (en) Crustgrind, Grindcore Special, part 2, p. 46.
  32. (en) Glasper 2009, p. 12.
  33. a, b et c (en) Glasper 2009, p. 14.
  34. (en) Mudrian 2004, page 35.
  35. (en) Blush 1991, page 35
  36. Pearson, Digby, « Godflesh/PSI etc - are they Grind? », Ask earache - BraveWords.com,‎ (consulté le 15 juin 2008).
  37. a, b, c, d et e (en) Kevin Stewart-Panko, Altered States, Grindcore Special, part 2, p. 42-43.
  38. a, b et c (en) Felix von Havoc. Maximum Rock'n'Roll #198, consulté le 28 juin 2008.
  39. a et b (en) Lilker
  40. (en) Grindcore Special, p. 54.
  41. (en) Ekeroth, p. 262.
  42. (en) Brad Jones, Denver Westword, 5 juillet 1994. Bore None, consulté le 16 août 2008.
  43. (en) « Boredoms Explore the Void » (consulté le 10 février 2015), Andrew Parks, Theme Magazine, issue 7, 2006. consulté le 16 août 2008.
  44. (en) « Braindead Zine Interviews Gore Beyond Necropsy », Grindgore.com,‎ 1er novembre 2003
  45. (en) Bagatellen, 21 avril 2004 Slave to the Grind, consulté le 16 août 2008.
  46. (en) Christopher Thelen, 17 août 1998 Daily Vault, consulté le 16 août 2008.
  47. (en) Huey, Steve, « Pain Killer Overview », AllMusic (consulté le 2 juillet 2008).
  48. (en) Cosmo Lee, 15 mai 2006. Stylus Magazine, consulté le 16 août 2008.
  49. a et b (en) Powerviolence: The Dysfunctional Family of Bllleeeeaaauuurrrgghhh!!. Terrorizer no. 172, juillet 2008. pages 36-37.
  50. (en) Anthony Bartkewicz. Screwdriver in the Urethra of Hardcore. Decibel Magazine, juillet 2007, consulté le 17 novembre 2008.
  51. (en) Bartkewicz, Anthony, « Screwdriver in the Urethra of Hardcore », Decibel Magazine,‎ (consulté le 20 juin 2008).
  52. (en) Christian Genzel, Scorn, AllMusic, Stealth review, consulté le 24 juin 2008.
  53. (en) David E. Flick, Scorn, Re:Gen Magazine, 18 janvier 2008 'Stealth, consulté le 24 juin 2008.
  54. (en) Simon Reynolds, Artforum, janvier 1995. Chill: the new ambient., consulté le 24 juin 2008.
  55. (en) Cordero, Amber (réalisateur). Fear Factory: Digital Connectivity [motion picture]..
  56. (en) Interview with J. Amaretto of DHR, WAX Magazine, issue 5, 1995. Included in liner notes of Digital Hardcore Recordings, Harder Than the Rest!!! compilation CD.
  57. (en) Whitney Strub, 26 juillet 2007. Stylus Magazine. Agoraphobic Nosebleed review, consulté le 18 juin 2008.
  58. (en) The Locust Biography, consulté le 18 juin 2008.
  59. (en) Ipecac Records, The Curse of the Golden Vampire., consulté le 18 juin 2008.
  60. a et b (en) Indymedia Ireland, 28 décembre 2006 Alec Empire Interview: People Are Organized But Political Music Is Not Really Being Made, consulté le 18 juin 2008.
  61. a, b et c (en) Kevin Stewart-Panko, Shock Tactics, Grindcore Special, part 2, p. 52-53.
  62. (en) Andrew Childers, Grind and Punishment, 15 mars 2010, The Body Electric, consulté le 18 juin 2008.
  63. (en) Liz Ciavarella, "The Berzerker: Sonic Discontent, " Metal Maniacs, vol. 26, no. 2, février 2009, p. 80-81.
  64. (en) Blood Runs Deep: 23 Bands Who Shaped the Scene, page 110, Alternative Press, 7 juillet 2008.
  65. (en) The best part of every metalcore song is the breakdown, the part where the drums drop out and the guitars slow their frantic gallop to a devastating, precise crunch-riff and everyone in the moshpit goes extra nuts. - Tom Breihan. Status Ain't Hood. The Village Voice, Daily Voice. 11 octobre 2006. Live: Trivium, the Jackson 5 of Underground Metal, consulté le 21 juin 2008.
  66. a et b (en) Steve Carlson, Blog Critics, 19 octobre 2006. Hell Songs review, consulté le 21 juin 2008.
  67. (en) San Diego Reader, consulté le 21 juin 2008.
  68. (en) Contemporary grindcore bands such as The Dillinger Escape Plan [...] have developed avant-garde versions of the genre incorporating frequent time signature changes and complex sounds that at times recall free jazz. Keith Kahn-Harris (2007), Extreme Metal, Berg Publishers, (ISBN 1-84520-399-2), p. 4.
  69. (en) Corey Apar, AllMusic. Heaven's Pregnant Teens review, consulté le 21 juin 2008.
  70. (en) Joe Davenport, 24 août 2006. Hell Songs review, Delusions of Adequacy, consulté le 21 juin 2008.
  71. (en) Stewart Mason, AllMusic. Daughters biography, consulté le 21 juin 2008.
  72. (en) Another interesting sub-sub-genre [sic?] was this strange crossover of first-generation emo and grind. Bands like Reversal of Man or Orchid may not have stood the test of time, but it was a pretty cool sound at the time and one that was pretty uniquely American. - Greg Pratt, Altered States, Grindcore Special part. 2, page 43.
  73. (en) Ryan Buege. Metal Injection, 15 juin 2008. Circle Takes the Square is in the Studio, consulté le 21 juin 2008.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Albert Mudrian, Choosing Death, L'Histoire du death metal et du grindcore (éditions Camion Blanc) (ISBN 978-2-910196-50-9).
  • Fabien Hein, Hard rock, Heavy metal, metal. Histoire, culture et pratiquants (ISBN 2-913169-08-2).

Liens externes[modifier | modifier le code]