Death-doom

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Death-doom
Origines stylistiques Death metal, doom metal
Origines culturelles Fin des années 1980
Instruments typiques Basse, batterie, guitare, synthétiseur
Popularité Underground, faible en Europe
Scènes régionales États-Unis, Finlande, Pays-Bas, Royaume-Uni

Genres dérivés

Metal gothique, funeral doom metal

Le death-doom, parfois écrit death/doom, deathdoom ou doomdeath, est un sous-genre musical extrême du heavy metal. Il se caractérise par un tempo lent et d'une atmosphère et humeur pessimistes dérivées du doom metal, accompagnés de grunts et d'un double kick dérivé du death metal[1]. Le genre émerge au milieu des années 1980, se popularise modérément pendant les années 1990, et s'efface peu à peu au début du XXIe siècle[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le genre death-doom émerge au milieu des années 1980 lorsque des groupes tels que Dream Death se lancent dans un mélange de doom metal traditionnel avec des éléments sonores issus des scènes thrash et death metal[2]. Les premiers groupes à faire comme tel sont Paradise Lost, My Dying Bride et Anathema (également connus sous le nom de Peaceville Three[3]), qui mêlent des chansons de Celtic Frost et Candlemass à des chants féminins[4], aux claviers et, dans le cas de My Dying Bride, des violons. Ce type de musique peut être entendu dans des groupes comme Within Temptation, Lacuna Coil, The Gathering, Celestial Season et Saturnus[1],[5].

Le terme de death-doom semble moins se populariser dès la fin de la décennie du fait que ces groupes aient abandonné le style et adopté une direction musicale différente et plus accessible[1]. Cependant, le style persiste sous le nom de funeral doom, un genre qui lui est largement associé ayant émergé au milieu des années 1990, et incarné en particulier par des groupes finlandais comme Thergothon, Unholy et Skepticism[6].

Groupes notables[modifier | modifier le code]

Les groupes notables de death-doom et de funeral doom incluent : Amorphis[4],[7], Anathema[4],[8], Asphyx[9], Autopsy[1], Beyond Dawn[10], Celestial Season[1], Corrupted[11],[12], Daylight Dies[13],[14], Demenzia[15], diSEMBOWELMENT[1],[4],[6], Draconian[16], Esoteric[17], Evoken[18], Forest Stream[19], The Gathering[4],[20], Incantation[1], Katatonia[21],[22], Morgion[1],[4],[23], My Dying Bride[1],[4],[24], Necare[25], Novembers Doom[1],[26], Opera IX[27], Orphaned Land[28], Paradise Lost[1],[4],[29], Paramaecium[30], Rapture[31], Runemagick (en)[32], Saturnus[1], Skepticism[1],[6], Swallow the Sun[33], Thergothon[1],[6], The Third and the Mortal[34], Thorr's Hammer[35], Unearthly Trance[36], et Unholy[1],[6], Winter[1],[4],[37].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g h i j k l m n o p et q (en) Tracey, Ciaran (mars 2006). Doom/Death: United in Grief, Terrorizer numéro 142, pages 54-55.
  2. (en) Bardin, Olivier (mai 2006). Forgotten Doom: Raiders of the Lost Art, Terrorizer #144, page 56.
  3. https://www.decibelmagazine.com/2012/07/23/the-myth-of-the-peaceville-three/
  4. a b c d e f g h et i (en) Nathalie J. Purcell, Death Metal Music: The Passion and Politics of a Subculture, McFarland & Company, , 23 p. (ISBN 0-7864-1585-1, lire en ligne).
  5. (en) Metal Hammer #173
  6. a b c d et e (en) Hinchcliffe, James (avril 2006). Funeral Doom / Dron Doom: Hearse Play, Terrorizer numéro 143, pages 44-45.
  7. (en) Sharpe-Young, Garry, « Amorphis », MusicMight (consulté le 5 août 2009).
  8. (en) Huey, Steve, « Anathema », AllMusic (consulté le 5 août 2009).
  9. (en) Nief, Todd, « The Rack review », AllMusic (consulté le 22 mai 2011).
  10. (en) Hinchcliffe, James (mai 2006). Doom/Death & Gothic Doom Top Ten: Beyond Dawn, Pity Love, Terrorizer numéro 144, p.53.
  11. (en) Rivadavia, Eduardo, « Corrupted », AllMusic (consulté le 5 août 2009).
  12. (en) Mincemoyer, John (mai 2006). Doom/Death & Gothic Doom Top Ten: Corrupted, Llenandose de Gusanos, Terrorizer #144, p.53.
  13. Rivadavia, Eduardo, « Daylight Dies », AllMusic (consulté le 5 août 2009).
  14. (en) Sharpe-Young, Garry, « Daylight Dies », MusicMight (consulté le 5 août 2009).
  15. (en) Born, R, « Demenzia », MusicMight (consulté le 5 août 2009).
  16. (en) Rivadavia, Eduardo, « The Burning Halo review », AllMusic (consulté le 5 août 2009).
  17. (en) Rivadavia, Eduardo, « Esoteric », AllMusic (consulté le 5 août 2009).
  18. (en) Borges, Mario Mesquita, « Evoken », AllMusic (consulté le 5 août 2009).
  19. (en) Sharpe-Young, Garry, « Forest Stream », MusicMight (consulté le 5 août 2009).
  20. (en) Chantler, Chris (mai 2006). Doom/Death & Gothic Doom Top Ten: The Gathering, Always, Terrorizer, numéro 144, page 53.
  21. Huey, Steve, « Katatonia », AllMusic (consulté le 5 août 2009).
  22. (en) Sharpe-Young, Garry, « Katatonia », MusicMight (consulté le 5 août 2009).
  23. (en) Rivadavia, Eduardo, « Morgion », AllMusic (consulté le 5 août 2009).
  24. (en) Jeffries, Vincent, « Turn Loose the Swans review », AllMusic (consulté le 5 août 2009).
  25. (en) Sharpe-Young, Garry, « Necare », MusicMight (consulté le 5 août 2009).
  26. (en) Rivadavia, Eduardo, « To Welcome the Fade review », AllMusic (consulté le 5 août 2009).
  27. (en) Rivadavia, Eduardo, « Opera IX », AllMusic (consulté le 25 août 2009).
  28. Sharpe-Young, Garry, « Orphaned Land », MusicMight (consulté le 5 août 2009).
  29. (en) Rivadavia, Eduardo, « Gothic review », AllMusic (consulté le 5 août 2009).
  30. (en) Sharpe-Young, Garry, « Paramaecium », MusicMight (consulté le 5 août 2009).
  31. (en) Rivadavia, Eduardo, « Rapture », AllMusic (consulté le 5 septembre 2009).
  32. (en) Rivadavia, Eduardo, « Runemagick », AllMusic (consulté le 5 août 2009).
  33. (en) Rivadavia, Eduardo, « Swallow the Sun », AllMusic (consulté le 5 août 2009).
  34. (en) Hinchcliffe, James (mai 2006). Doom/Death & Gothic Metal Top Ten: The Third and the Mortal, Tears Laid in Earth, Terrorizer #144, p.53.
  35. (en) Rivadavia, Eduardo, « Thorr's Hammer », AllMusic (consulté le 5 août 2009).
  36. (en) Rivadavia, Eduardo, « Unearthly Trance », AllMusic (consulté le 5 août 2009).
  37. (en) Rivadavia, Eduardo, « Winter », AllMusic (consulté le 5 août 2009).