Deep house

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Deep house
Origines stylistiques Chicago house, Philly soul, funk, jazz, garage house
Origines culturelles Fin des années 1980 ; États-Unis
Instruments typiques Table de mixage, basse, batterie, clavier, saxophone, platines, échantillonneur, percussions, synthétiseur
Scènes régionales Europe : Glasgow, Ibiza, Londres ; Amérique du Nord : Chicago, Détroit, Los Angeles, New York, San Francisco, Toronto, Miami / Autres : Japon, Sydney, Afrique du Sud

Genres dérivés

Funky house[1]

La deep house est un sous-genre musical de la house[1] ayant émergé dans les années 1980, mêlant initialement des éléments de Chicago house au jazz-funk des années 1990[2], avec quelques touches de soul[3]. La longueur des chansons varient habituellement entre 7 et 10 minutes, et le tempo oscille entre 120 et 130 BPM. Ce style de musique house est parfois acoustique[4]. La deep house gagne significativement en popularité d'après Beatport[5].

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

La deep house est connue pour sa mélodie complexe, son utilisation d'accord chromatique et d'éléments soul, ambient, ou lounge. Dans les premières compositions (1988–1989), le genre est fréquemment inspiré du jazz. L'usage de chants de la deep house devient plus fréquent par rapport à d'autres formes de musique house[6].

Histoire[modifier | modifier le code]

La deep house est largement lancée par des producteurs originaires de Chicago comme Marshall Jefferson (On the House) et Larry Heard (Mr. Fingers)[2], et grâce à des chansons comme Mystery of Love (1985) et Can You Feel It? (1986)[7] ; ce dernier a significativement impacté la deep house, comme l'a fait la chanson Strings of Life (1987) de Derrick May sur la techno de Détroit[8].

Future house[modifier | modifier le code]

La future House est un genre musical progressif ayant émergé au milieu des années 2010, décrite comme une fusion entre la deep house et l'EDM[9]. D'après le producteur français Tchami, le terme est lancé par lui comme une « blague » pour décrire les chansons qu'il a téléchargées sur Soundcloud, mais qui a plus tard été adopté par les fans et la presse spécialisée. Oliver Heldens, qui atteint les classements nationaux avec ses chansons Gecko (Overdrive) et Last All Night (Koala), est considéré comme le DJ le plus important du genre. Tchami dénonce Heldens pour avoir copié son style. Cela mène à quelques règlements de compte sur Twitter[9]. La scène future house s'agrandit graduellement depuis 2014[10].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « Deep house », sur Ishkur's Electronic Music Guide (consulté le 29 mai 2014).
  2. a et b « Jazz-House » (consulté le 29 mai 2014)
  3. Simon Reynolds, Energy Flash: A Journey Through Rave Music and Dance Culture, Soft Skull Press,‎  :

    « At the same time, the traditional NYC enclave for gay dance culture — centred on Body and Soul — was self-stifled by its own reverence of the lost golden age of disco. »

    .
  4. Simon Reynolds, Energy Flash: A Journey Through Rave Music and Dance Culture, Soft Skull Press,‎  :

    « Perhaps because unlike deep house, none of the sounds used in the style really resemble 'real' acoustic instruments. »

    .
  5. (en) « Beatport’s Top Selling Genres, Year by Year… ».
  6. (en) « The Dance Music Guide », sur The Dance Music Guide (consulté le 20 août 2014).
  7. (en) Mohson Iqbal, « Larry Heard: Soul survivor », Resident Advisor,‎ (consulté le 23 juillet 2012).
  8. « Various Artists - The Kings of House, Compiled and Mixed by Masters at Work », In the Mix,‎ (consulté le 23 juillet 2012).
  9. a et b (en) « Laidback Luke Coins A New Genre: 'Future House Is Deep House Meets EDM' », sur Pulse Radio,‎ (consulté le 22 février 2015).
  10. (en) Jemayel Khawaja, « Tchami Does Not Fear the Rinsing of Future House », sur Vice Magazine (consulté le 22 février 2015).