New wave of American heavy metal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
New wave of American heavy metal
Machine Head Live Zurich.jpg
Détails
Date de création
Origines culturelles
Instruments typiques
Voir aussi
Genres associés

La new wave of American heavy metal (NWOAHM) ou, nouvelle vague de heavy metal américain, est un mouvement musical associé au heavy metal ayant émergé aux États-Unis au cours de la première moitié des années 1990[1],[2],[3], et mieux développé dans les années 2000. La plupart des groupes considérés comme faisant partie du mouvement se forment dès le début des années 1980, mais ne seront ni influents ni populaires avant la décennie suivante[1],[2],[3]. Le thème de la NWOAHM s'inspire de la New wave of British heavy metal, un mouvement émergeant des années 1970[1],[2],[3].

Bien que ce terme soit souvent utilisé par les médias, sa définition reste incomplète[3]. Cela est en partie dû à l'émergence croissante des groupes assimilés à des styles communs de la NWOAHM, mais sans grandement se différencier d'autres genres musicaux déjà existants[4]. Un connaisseur de longue date et auteur d'ouvrages, Garry Sharpe-Young, définit la NWOAHM comme un « mariage de riffs européens et de chant rauque[5]. » Les racines du mouvement sont attribuées aux groupes de metal Pantera, Biohazard, Slipknot et Machine Head. Ces groupes émergent de la scène post-grunge dans les années 1990, et s'inspirent du New York hardcore, du thrash metal et du punk rock. La montée du mouvement dans le début des années 2000 est en partie due à l'énorme popularité du nu metal à cette période. Pour cette raison, le groupe Korn est également considéré comme l'un des groupes pionniers de la NWOAHM. Le mouvement comprend désormais une grande variété de styles musicaux, y compris le death metal mélodique, le metal progressif, le metalcore, le rock progressif, le screamo, l'emo, le groove metal, le metal alternatif et le punk hardcore.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le mouvement new wave of American heavy metal tire ses origines de groupes post-grunge des années 1990 qui ont ramené le heavy metal « à sa brutalité non influencée par le blues traditionnel mais par le NYHC, le thrash metal et le punk[3]. » Selon Garry Sharpe-Young, les groupes ayant lancé ce mouvement incluent Pantera, Biohazard, Slipknot, et Machine Head[3]. Il maintient dans son ouvrage intitulé Metal: A Definitive Guide que la NWOAHM s'accroit significativement au début des années 2000 après la popularisation phénoménale du nu metal. Il explique qu'« une nouvelle audience s'y est attachée, et qu'elle voulait le même genre d'agressivité mais plus en finesse[5]... »

Joel McIver, dans son ouvrage The Next Generation of Rock & Punk, désigne Korn comme le premier groupe catégorisé nu metal, ayant lancé la New Wave of American Heavy Metal[6]. Les producteurs du documentaire Metal: A Headbanger's Journey (2005) donnent leur opinion sur la NWOAHM : « La NWOAHM peut incarner l'agressivité bouillonnante du genre 'hardcore', accompagnée d'une maîtrise acrobatique, précise, thrash technique/death metal régulièrement, mais parfois brièvement, influencée par la mélodie du heavy metal traditionnel. Vocalement, ces groupes font usage du rugissement orienté Pantera, d'un hurlement de type death metal, et souvent de chants clairs orientés Ear Candy[7]. » Les producteurs citent Unearth, Shadows Fall, et Lamb of God comme les « leaders de ce mélange[7]. »

Dans son ouvrage New Wave of American Heavy Metal, Garry Sharpe-Young « inclut quelques anciens groupes présentant les véritables racines du metalcore, comme Agnostic Front et toute la scène NYHC, en plus de groupes ayant amené le metal vers le genre grunge — Pantera, Biohazard, et Machine Head. De là, ça se diversifie, et traverse le spectre du death metal mélodique au metal progressif et tout ce qu'il y a entre[1]. » Sharpe-Young répertorie tous les styles du mouvement allant de la scène metalcore chrétien, du rock progressif des années 1970 de Coheed and Cambria, du death metal mélodique, du screamo, et de l'emocore « sub-gothique » de Alkaline Trio et My Chemical Romance[3]. Au-delà, ce mouvement comprend un nombre de différents styles incluant metalcore, groove metal, metal alternatif, et punk hardcore[1],[8],[9].

Liste des groupes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z aa ab ac ad ae af ag ah ai aj ak al am an ao ap aq ar as at et au (en) « New Wave of American Heavy Metal Book documents Over 600 Bands », Blabbermouth (consulté le ), The book features over 600 bands, including: 3 Inches of Blood, A Life Once Lost, Alkaline Trio, All That Remains, As I Lay Dying, Atreyu, Avenged Sevenfold, Between the Buried and Me, Biohazard, Black Label Society, Bleeding Through, Bury the Dead, Byzantine, Cannae, Candiria, Cave In, Chimaira, Cky, Coalesce, Converge, Crisis, Damageplan, Darkest Hour, Devildriver, Diecast, Down, Drowning Pool, Eighteen Visions, Every Time I Die, From a Second Story Window, Glassjaw, God Forbid, Hatebreed, High on Fire, If Hope Dies, Ion Dissonance, Killswitch Engage, Kittie, Lamb of God, Machine Head, Martyr A.D., Mastodon, Misery Signals, Most Precious Blood, Neurosis, Norma Jean, Otep, Overcast, Pantera, Poison the Well, Premonitions of War, Pro-Pain, Rise Against, Remembering Never, Shadows Fall, Slipknot, Society 1, Still Remains, Strapping Young Lad, Stuck Mojo, Superjoint Ritual, Terror, The Acacia Strain, The Blamed, The Black Dahlia Murder, The Dillinger Escape Plan, The Red Chord, Throwdown, Trivium, Unearth, Winter Solstice, Zao and many, many more.
  2. a b c d e et f James Edward, « The Ghosts of Glam Metal Past », Lamentations of the Flame Princess (consulté le ).
  3. a b c d e f g h i j et k (en) Sharpe-Young, Garry, « New Wave of American Heavy Metal » (consulté le ).
  4. a b c et d Garry Sharpe-Young, Metal: A Definitive Guide, New Plymouth, Jawbone, (ISBN 1-906002-01-0).
  5. a et b Garry Sharpe-Young, Metal : A Definitive Guide, New Plymouth, Jawbone, , 495 p. (ISBN 978-1-906002-01-5 et 1-906002-01-0), p. 462.
  6. (en) Joel McIver, Nu-Metal : The Next Generation of Rock & Punk, Omnibus Press, , 10 ; 12 (ISBN 0-7119-9209-6), « How Did We Get to Nu-Metal From Old Metal? ».
  7. a et b (en) Metal: A Headbanger's Journey (2005, réalisateur : Sam Dunn), disque deux : Metal Genealogy Chart.
  8. (en) « NWOAHM - New Frontier Or Well Worn Path? », Maximum Metal (consulté le ).
  9. a et b « New Wave of American Heavy Metal », Zondabooks (consulté le ).
  10. a et b (en) SHOEGAZER ROSS, « LAMB OF GOD - Burn The Priest », Metal Express Radio (consulté le ).
  11. (en) Bansal, Vik, « The Impossibility Of Reason review », MusicOMH (consulté le ).
  12. a b c et d (en) Fong, Erik, « Rock of Lamb », Metroactive.com (consulté le ).
  13. (en) Williams, Robert, « Interview with Andrew Laurenson » (version du 24 février 2010 sur l'Internet Archive), sur Metal Rules, .
  14. (en) Armin, « Interview with Mike Chlasciak », metalglory.de (consulté le ).
  15. (en) Bansal, Vik, « Killswitch Engage - Metal To The Core », MusicOMH (consulté le ).
  16. a b et c (en) Lee, Cosmo, « Sacrament review », Stylusmagazine.com (consulté le ).
  17. a et b (en) « THROWDOWN Prepare To Record New Album », Blabbermouth (consulté le ).
  18. (en) Rivadavia, Eduardo, « Killswitch Engage [2000] », AllMusic (consulté le ).
  19. (en) « MTVNews.com: The Greatest Metal Bands of All Time: Pantera », MTV (consulté le ).
  20. (en) Bansal, Vik, « The War Within review », MusicOMH (consulté le ).
  21. (en) Bansal, Vik, « Ascendancy review », MusicOMH (consulté le ).