Earache Records

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Earache Records

Fondation 1986
Fondateur Digby Pearson
Genre Heavy metal, grindcore, crust punk, death metal, thrash metal, musique industrielle, punk hardcore, terrorcore
Pays d'origine Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Siège Nottingham
Site web earache.com

Earache Records est un label de heavy metal, basé à Nottingham, au Royaume-Uni. Ce nom est un jeu de mot anglais signifiant « mal d'oreilles » en rapport avec l'agressivité de la musique qu'il distribue. Le label a aidé des groupes et artistes orientés metal extrême à se populariser avec diverses parutions grindcore et death metal entre 1988 et 1994[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Earache est fondé en 1986 par Digby « Dig » Pearson. En 1985, avant d'adopter le nom de « Earache Records » pour son label, Pearson fait paraître Anglican Scrape Attic, une compilation composée d'anciens groupes punk hardcore et crossover comme Hirax, Lipcream, et Concrete Sox. La première parution officiel au label Earache date de 1987, sur format vinyle et ayant pour référence MOSH 1, intitulé The Return of Martha Splatterhead du groupe The Accüsed (en). La première parution majeure du label cependant s'intitule Scum de Napalm Death. Plus tard, en 1989, Earache fait paraître Torture Garden de Naked City, un LP composée de « miniatures hardcore ». D'autres albums parus au label ont été composés par des groupes de metal extrême. Aussi, le logo original d'Earache Records a été créé par Jeff Walker, le chanteur et bassiste du groupe Carcass. Depuis, le label Earache s'est crée quelques sous-labels, dont Wicked World Records, Elitist Records, Sub Bass Records et Necrosis Records, le dernier ayant été dirigé par Jeff Walker et qui a vu paraître les albums de Repulsion, et de Bill Steer du groupe Carcass. Encore d'autres parutions voient le jour comme celles du groupe Deicide et des rockeurs californiens Adema[2], qui ont atteint le Billboard Top 200[3],[4].

Earache est particulièrement lié à la scène death metal, mais le label a également fait paraître des musiques d'autres genres musicaux comme celle du groupe de ragga-metal gallois Dub War (en), le groupe de techno hardcore britannique Ultraviolence[5], et du groupe de musiques expérimentale/industrielle Scorn[6]. Earache a même signé des groupes plus aventureux comme Ewigkeit (en)[7]. Début 2007, le label signe un contrat de distribution avec EMI, puis renouvelle son contrat en juillet 2012[8]. En 2009, Earache réédite l'album du groupe de grindcore Insect Warfare, intitulé World Extermination[9], pour les marchés européens[10].

Début 2010, Earache annonce sa signature avec le groupe de Singapour Wormrot[11].

Artistes[modifier | modifier le code]

Liste complète (en date de février 2014) :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Graham 'Gruhamed' Hartmann, « Napalm Death’s Barney Greenway Responds to Harsh Words From Earache Records Founder », sur loudwire.com,‎ 30 octobre 2012 (consulté le 8 février 2014).
  2. (en) « Hard rock act Adema has signed a new deal with Earache following the dissolution of Arista, for which it issued two albums. », sur Billboard (consulté le 8 février 2014).
  3. (en) « Chat History (Deicide) », sur Billboard (consulté le 8 février 2014).
  4. (en) « Chat History (Adema) », sur Billboard (consulté le 8 février 2014).
  5. (en) « Ultraviolence », sur Earachenews.blogspot.com (consulté le 8 février 2014).
  6. (en) « Scorn », sur Earachenews.blogspot.com (consulté le 8 février 2014).
  7. (en) « EWIGKEIT Sign With EARACHE RECORDS », sur Blabbermouth,‎ 7 avril 2004 (consulté le 8 février 2014).
  8. (en) « Earache Records and EMI Music sign new distribution deal », sur MusicWeek,‎ 3 juillet 2012 (consulté le 8 février 2014).
  9. (en) Eduardo Rivadavia, « World Extermination », sur Allmusic (consulté le 8 février 2014).
  10. (en) « Earache News: Insect Warfare Reunite for UK Tour », sur Earachenews.blogspot.com,‎ 10 août 2009 (consulté le 3 mars 2013).
  11. a et b (en) janvier /how-did-earache-sign-wormrot.html « ASK EARACHE: How did Earache sign Wormrot? », sur Askearache.blogspot.com,‎ 31 janvier 2010 (consulté le 3 mars 2013).
  12. (en) « The Temperance Movement », sur Amazon.co.uk (consulté le 3 août 2013).

Liens externes[modifier | modifier le code]