Gqom

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Gqom
Origines stylistiques Hip-house, musique sud-africaine, hip-hop, dancehall
Origines culturelles années 2010 ; Afrique du Sud
Instruments typiques Synthétiseur, échantillonneur, percussions, chant, boîte à rythmes
Popularité Modérée
Scènes régionales Afrique du Sud


Le gqom est un genre musical ayant émergé à Durban, en Afrique du Sud, au début des années 2010. Il s'agit d'une variante de musique house faisant usage d'échantillons sonores issus de musiques africaines. Caractérisé par un style plus brut et minimal que les autres morceaux de house sud-africains, le gqom (qui signifie frapper ou tambour en Zoulou) est une évolution du kwaito[1],[2],[3],[4],[5],[6],[7]..

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Gqom: A deeper look at South Africa’s new generation of house », Fact,‎ (lire en ligne)
  2. Hana Ofangel pour Sourdoreille, « Gqom: le son underground explosif d'Afrique du Sud qui perce en Europe », Mixmag,‎ (lire en ligne)
  3. (en) « What the foq is gqom », sur dazeddigital
  4. (en) « Gqom - The New Underground », Redbull Studios,‎ (lire en ligne)
  5. « Le collectif de Durban ‘Rudeboyz’ sort un premier EP de gqom », sur Prospect,
  6. (en) Adam Harper, « Get To Know Gqom, South Africa’s Slow-Burning Club Music », The Fader,‎ (lire en ligne)
  7. (en) Christopher R. Weingarten, David Turner, Nick Murray, Andy Beta, Andy Battaglia, Arielle Castillo, « Various Artists, 'Gqom Oh! The Sound of Durban' », Rolling Stone,‎ (lire en ligne)

Sur les autres projets Wikimedia :