Washington, D.C. hardcore

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ian MacKaye, personnalité emblématique de la scène hardcore de Washington DC.

La ville de Washington, D.C., aux États-Unis, est particulièrement connue pendant les années 1980 pour la vivacité et la popularité de sa scène punk hardcore locale.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les premiers groupes du punk hardcore émergent à Washington, D.C., et nombreux d'entre eux parviennent à populariser le genre à l'échelle nationale et internationale ; ces groupes incluent Bad Brains[1], The Teen Idles[2],[3], Minor Threat[4],[5] (dont le leader Ian MacKaye est considéré comme l'un des fondateurs de l'emo et du post-hardcore), State of Alert (en)[5],[6], Void[7],[8], The Faith[9],[10], Youth Brigade[11],[5], Government Issue[12],[5], Untouchables[13],[14], Red C (en)[15],[16], Marginal Man (en)[17],[18], et Scream[19],[20]. Le développement et la popularisation de cette scène se fait généralement grâce au label Dischord Records, fondé par Ian MacKaye, participant à la publication d'albums composés par des groupes locaux.

Dans les années 1990, le punk hardcore de Washington D.C. se modifie durant un mouvement appelé Revolution Summer[21] qui mène à la création d'un nouveau genre musical, l'emo (plus particulièrement l'emocore ou la première vague emo), grâce à de nouveaux groupes tels que Rites of Spring[21],[22], Embrace[21],[23], Nation of Ulysses[24], Dag Nasty[25],[21] et Gray Matter[26]. À la fin des années 1990, le genre reste actif grâce à des labels comme Jade Tree Records, qui comprennent des groupe de l'époque comme Swiz[27], Fury, et Damnation A.D.[28], entre autres.

Depuis les années 2000, de nombreux groupes de punk hardcore réussissent à maintenir le genre actif, sans toutefois parvenir à atteindre de nouveau sa popularité des années 1990. Parmi ces groupes, Better Than a Thousand[29], Striking Distance[30], et Good Clean Fun[31].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Bad Brains », sur AllMusic (consulté le 25 mars 2012).
  2. (en) « The Teen Idles », sur AllMusic (consulté le 25 mars 2012).
  3. (en) Blush 2007, p. 187.
  4. (en) « Minor Threat », sur AllMusic (consulté le 25 mars 2012).
  5. a, b, c et d (en) Blush 2007, p. 192.
  6. (en) « State of Alert », sur AllMusic (consulté le 25 mars 2012).
  7. (en) « Void », sur AllMusic (consulté le 25 mars 2012).
  8. (en) Blush 2007, p. 206.
  9. (en) « The Faith », sur AllMusic (consulté le 25 mars 2012).
  10. (en) Blush 2007, p. 210.
  11. (en) « Youth Brigade », sur AllMusic (consulté le 25 mars 2012).
  12. (en) « Government Issue », sur AllMusic (consulté le 25 mars 2012).
  13. (en) « Interviews > Alec MacKaye », sur punkrockacademy.com (consulté le 25 mars 2012).
  14. (en) Blush 2007, p. 195.
  15. (en) « Red C », sur Dischord Records (consulté le 25 mars 2012).
  16. (en) Blush 2007, p. 209.
  17. (en) « Marginal Man », sur AllMusic (consulté le 25 mars 2012).
  18. (en) Blush 2007, p. 208.
  19. (en) « Scream », sur AllMusic (consulté le 25 mars 2012).
  20. (en) Blush 2007, p. 204.
  21. a, b, c et d (en) Blush 2007, p. 215.
  22. (en) « Rites of Spring », sur AllMusic (consulté le 25 mars 2012).
  23. (en) « Embrace », sur AllMusic (consulté le 25 mars 2012).
  24. (en) « Nation of Ulysses », sur AllMusic (consulté le 25 mars 2012).
  25. (en) « Dag Nasty », sur AllMusic (consulté le 25 mars 2012).
  26. (en) « Gray Matter », sur AllMusic (consulté le 25 mars 2012).
  27. (en) Rick Kutner, « Swiz », sur AllMusic (consulté le 25 mars 2012).
  28. (en) Ryan Downey, « Damnation A.D. », sur AllMusic (consulté le 25 mars 2012).
  29. (en) Ryan Downey, « Better Than a Thousand », sur AllMusic (consulté le 25 mars 2012).
  30. (en) Ryan Downey, « Striking Distance », sur Dying Scene (consulté le 25 mars 2012).
  31. « Good Clean Fun », sur Metalorige (consulté le 26 mars 2012).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Steven Blush, American punk hardcore, Shake, (ISBN 9788888865331), p. 183-217.

Liens externes[modifier | modifier le code]