Gabber (musique)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gabber et Gabba.
Gabber
Origines stylistiques Breakbeat[1], house[2], jungle[1], musique industrielle[2], techno hardcore, techno[2]
Origines culturelles Début des années 1990 ; Pays-Bas (Rotterdam)[3]
Instruments typiques Boîte à rythmes, clavier, échantillonneur, ordinateur personnel, séquenceur, synthétiseur
Popularité Élevée aux Pays-Bas, underground à moyenne à l'international
Scènes régionales Allemagne, Belgique, Pays-Bas, Italie
Voir aussi Hakken, Parkzicht, J-core

Sous-genres

Speedcore[4],[5], terrorcore[4]

Genres dérivés

Breakcore[6], frenchcore[6], happy hardcore[4],[7],[8], happy gabber, jumpstyle[9], hardstyle[4]

Le gabber est un genre de musique électronique, et sous-genre du mouvement techno hardcore, lancé au début des années 1990, divisé en deux styles musicaux distincts. Le terme gabber (prononcé /'ɡæbər/ en anglais, ['xɑbər] en néerlandais) est dérivé du mot yiddish chaver, qui signifie « ami » ou « frère » aux Pays-Bas ; ce terme est pour la première fois utilisé par le producteur néerlandais Paul Elstak pour désigner à la fois le genre musical et ses auditeurs et producteurs. Le style, rétrospectivement appelé early hardcore, se développe en réaction à la sur-commercialisation de la musique dance, et s'inspire fortement de la house originaire de New York et Francfort. À la fin des années 1990, le genre s'ancre dans la culture néerlandaise. Les titres sont distribués par des labels majeurs, de nombreuses émissions de télévision s'y consacrent, et des festivals comme Thunderdome attirent des dizaines de milliers d'auditeurs à chaque édition[10].

En 2002, à la suite d'un déclin significatif de la scène, le gabber renaît sous un nouveau style plus lent et plus agressif appelé mainstream hardcore, ou nu-style. Ce style se caractérise principalement par l'usage d'instruments électroniques, et se reconnaît principalement de par une ligne de kicks distordus et un tempo rapide. Le style fait également usage courant d'éléments rythmiques et percussifs, et d'échantillons sonores en particulier de parties vocales souvent issues de chansons d'autres genres musicaux. Les paroles tournent habituellement autour de thèmes sombres comme la violence, la rébellion, l'anarchie ou la drogue, et se compose souvent d'insultes. Le mainstream hardcore est implanté dans de nombreux pays à travers le monde, dont les localisations clés incluent les Pays-Bas en majorité, et d'autres pays européens dont la Belgique, la Suisse, l'Allemagne, l'Autriche et l'Italie.

Histoire[modifier | modifier le code]

Origines[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Early hardcore.

Les origines culturelles du gabber sont retracées au début des années 1990 aux Pays-Bas[11] ; les prémices du genre, elles, sont retracées à la toute fin des années 1980[4] aux États-Unis, plus précisément en 1991 à la création du label discographique Industrial Strength Records, le tout premier au monde catégorisé techno hardcore, par le producteur et disc jockey américain Lenny Dee[12]. Lenny Dee est par la suite considéré par les fans et les médias comme le créateur des genres hardcore, gabber et speedcore[13]. Le terme de « gabber » est initialement utilisé par le producteur néerlandais Paul Elstak pour décrire cette scène, à cette époque émergente, dans sa globalité[4]. Le terme est dérivé du mot yiddish chaver qui signifie « ami », « pote » ou « frère »[4]. Cependant, le jargon amstellodamois du genre, « gabberhouse », également d'usage, s'inspire du DJ Ardy « Hardy » Beesemer[6],[14],[15]. La chanson We Have Arrived de Mescalinum United est considérée par la presse spécialisée comme la toute première chanson gabber connue[6],[2], et le disquaire Mid-Town dans le Nieuwe Binnenweg de Rotterdam occupe une place significative dans la popularisation locale du genre[6].

Les origines stylistiques du gabber font débat, cependant[16]. Certains attribuent ses origines à des disc jockeys américains qui jouaient des compositions stylistiquement similaires lors de soirées à Rotterdam, laissant supposer une origine américaine de ces sonorités[16], style parfois qualifié de « hard house », voire « UK hard house », afin de le distinguer de ce qui deviendra le « hardcore house » spécifiquement néerlandais[14]. Pour d'autres, l'origine est à chercher en Belgique, au sein de la scène new beat[17]. En cette période, la scène rotterdamoise est à la recherche d'un style propre, s'opposant à la scène amstellodamoise. Les médias s'intéressant à la scène house néerlandaise se focalisent uniquement sur Amsterdam, ville dans laquelle l'acid house est très populaire. Au Parkzicht, boîte de nuit locale ouverte en 1989, DJ Rob mixe régulièrement des compositions house, acid ou techno en provenance de Belgique, d'Italie, des États-Unis ou du Royaume-Uni[18],[19], qu'il accélère et dont il intensifie la ligne de basses. Le Parkzicht accueille alors des jeunes de toute la région, sans videur à la porte, ainsi qu'une jeune génération de DJs, dont Paul Elstak[18], The Dark Raver, d'abord comme strip-teaseur, ou DJ Gizmo[6]. Toutefois, le style est encore perçu par les auditeurs comme trop dilué de sonorités « happy », pas assez hardcore, encore trop commercial et destiné à un jeune public[6]. Petit à petit, la césure se fait, et house et hardcore house se distinguent clairement à cette époque. Vers 1991 ou 1992 se crée une inflexion franche du style hardcore house dont l'identité se structure. Au final, le style se développe en réaction à la sur-commercialisation de la musique dance, et s'inspire principalement de la house originaire de New York et Francfort[7].

Les premiers groupes musicaux, ou compositeurs, revendiquant ce style particulier « hardcore house » se structurent et profitent de cette marque de fabrique pour véhiculer un message identitaire, via le tout nouveau label Rotterdam Records. En particulier, le groupe Euromasters, emmené par DJ Paul, fait paraître en 1991 le single Amsterdam, waar lech dat dan? / Rotterdam, éch wel (français : Amsterdam, putain c'est où ça ? / Rotterdam, c'est cool), affirmant par là la supériorité de la scène culturelle rotterdamoise par opposition à la scène amstellodamoise[20]. En réaction à cette sortie, DJ KC The Funkaholic dénigre, lors d'une interview, cette musique et ses amateurs, déclarant que « c'est avant tout le barouf d'une catégorie d'une couche sociale, des groupes de jeunes qui, entre potes, veulent aller s'éclater un max entre eux pendant le weekend[18],[21]. » Les Euromasters réagissent à cette déclaration en composant le titre Gabber zijn is geen schande! (en français : « Y'a pas de mal à être gabber ! ») Le mot gagne par la suite en popularité au sein de la scène hard house de Rotterdam et les fans se surnomment dès lors « les gabbers »[22], ceci expliquant l'origine amstellodamoise du qualificatif d'une musique à l'origine rotterdamoise[18].

Popularisation[modifier | modifier le code]

À la fin des années 1990, Paul Elstak est l'un des artistes qui marqueront la scission entre hardcore house et happy hardcore[23].

Au début des années 1990, la musique gabber se popularise dans tous les Pays-Bas et les raves parties atteignent une taille très importante[16] rassemblant plusieurs dizaines de milliers de personnes pour les événements en salle, et plus d'une centaine de milliers pour les événements en plein air[4]. United Dance Company d'une part, et ID&T d'autre part, entreprises événementielles néerlandaises, promeuvent fortement le genre musical et contribuent à son implantation au sein de la culture musicale néerlandaise[18]. Pour ID&T, c'est en particulier grâce à l'organisation d'événements Thunderdome et aux compilations homonymes qui en découlent[4],[14]. Un merchandising offensif, de nombreux produits dérivés, et des campagnes publicitaires soutenues permettent au style de prendre son essor. En parallèle, une branche plus commerciale appelée happy hardcore se développe à l'aide de compositeurs comme Scott Brown au Royaume-Uni[24] et DJ Paul[25] (sous son véritable nom Paul Elstak) aux Pays-Bas, et marque la scission de la scène initiale gabber en deux style musicaux distincts, hardcore house et happy hardcore[23]. Par la suite, de nombreuses chansons du tout nouveau genre happy hardcore atteignent les classements musicaux comme Poing! de Rotterdam Termination Source[13], et Life Is Like a Dance[26] et Luv U More de Paul Elstak[27].

Le gabber devient un phénomène de société et développe sa propre culture[11]. En 1995, le style gabber assoit son ampleur grâce aux milliers de fans qui affluent régulièrement aux divers événements (Thunderdome, mais également Earthquake, A Nightmare In Rotterdam, Hellraiser) qui revendiquent le style hardcore. Une presse spécifique s'organise, avec des magazines néerlandais tels Strobe ou Thundermagazine. Lors d'un documentaire diffusé en 1995, Rob Janssen explique que « le gabber ne consiste pas à se faire remarquer[28]. » En 1997, 24 % des jeunes néerlandais de 14 à 19 ans privilégient l'écoute du gabber[29].

Déclin et renouveau[modifier | modifier le code]

À la fin des années 1990, l'ambiance qui entoure le genre musical gabber se dégrade, des influences néofascistes se faisant sentir un peu partout en Europe, en Allemagne, aux Pays-Bas, en Italie, en Suisse et dans le Middle West américain[30]. Cependant, la majorité des amateurs du genre ne participent pas de ce mouvement, et les producteurs et artistes décident de combattre des relents racistes[31]. Le style périclite bientôt ; moribond à la fin des années 1990[32], laissant une place plus importante au hardstyle, jusqu'à la nouvelle émergence du gabber dès l'année 2002[6].

Mainstream hardcore[modifier | modifier le code]

Le genre connaît un regain de popularité en 2002[2],[6] toutefois sous un nouveau style caractérisé par un tempo plus lent oscillant entre 160 et 185 BPM et une sonorité plus « dark » et industrialisée[2],[33]. Ces changements sont à l'origine de la césure sémantique entre ce qui va être qualifié de « oldschool hardcore » et la nouvelle génération du « mainstream hardcore »[3]. Ce style est désigné sous les noms de « new style hardcore », « nu-style hardcore » ou « nu-style gabber »[2] tandisque l'ancien son se trouve rebaptisé par rétronymie « early hardcore ». Cependant, la nouvelle rythmique ne fait pas l'unanimité auprès des puristes et certains d'entre eux en éprouvait un profond dégoût car, à leurs yeux, le nu-style n'était rien de plus que du early hardcore composé sous un autre angle, avec le même tempo lent et le même son, qu'ils considèrent comme la « musique pop du hardcore »[33] et comme une « trahison »[33]. Paradoxalement, ce nouveau style aide au développement de sous-genres déjà existants du gabber comme le terror et le speedcore[33]. Les styles coexistent dès lors, et trouvent des publics parfois différents. Durant les soirées en boîte de nuit, les DJ sont parfois hués par un groupe et applaudis par un autre, selon le tempo et le style de musique diffusé. Ces comportements sont similaires à ceux qui avaient précédemment animés la rivalité et la haine mutuelle que se vouaient les amateurs de hardcore et de happy hardcore au milieu des années 1990[2].

Le style, quelque part limité par le goût des fans, évolue pendant des années en un genre créatif, dans lequel des mélanges de rythmiques complexes et de mélodies sont de plus en plus répandus[34]. Le gabber évolue en un style musical sérieux dans lequel les compositeurs s'engagent à créer de nouvelles sonorités, suite aux caractéristiques limitées du hardcore, forçant ainsi les artistes à faire une approche plus créative[34]. Il se popularise graduellement sur Internet, notamment sur des sites comme Beatport qui crée une liste par genre des meilleures ventes dont celles du gabber[35]. Cette deuxième vague de la culture gabber connaît l'arrêt de Thunderdome, l'un des plus importants festivals du genre, en 2012[36],[37]. Aussi, vingt ans après le lancement du gabber, un collectif parisien du nom de Casual Gabberz abonne de nouveau les clubs locaux au genre[4]. Les membres du collectif, Paul Orzoni et Maxime Guenegou, organisent une exposition concernant la culture gabber en mai 2014 au Point Éphémère[4]. Dans les années 2010, le genre prend beaucoup plus d'ampleur dans les scènes underground internationales, comme à Bogota, la capitale colombienne[38].

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Musique mainstream hardcore (ici, US de Johan Jello et Peligro Extremo). À noter le kick distordu à partir de 0:24, caractéristique du genre.

Le gabber se divise en deux style musicaux distincts. Le premier est nommé early hardcore et le second nommé mainstream hardcore ou nu-style[6]. La totalité des artistes et compositeurs utilisent un ou plusieurs logiciels audio-numériques spécialisés dans la création musicale par ordinateur[16] comme Cubase[39], FL Studio, Ableton Live, Logic, Nuendo, et Reason. Les thèmes se focalisent habituellement sur ceux de la violence, l'hédonisme, l'anarchie, la drogue, et autres thèmes sombres[6],[40]. Peter Shapiro considère le early hardcore comme « le schisme entre jungle et hardcore, qui peut être caractérisé à l'aide la distinction entre caisse claire et breakbeat[1]. » Dans le early hardcore, la basse et la grosse caisse (kick) sont réglées au même niveau sonore et fusionnent dans un mouvement appelé « marteau-piqueur »[1].

L'instrumentation du mainstream hardcore se compose principalement d'un Roland TR-909 pour le kick accompagné d'un synthétiseur Roland JP-8000 produisant un son similaire à celui de la trance. La composition d'un titre est mesurée en 4/4, et le tempo se situe généralement entre 160 et 185 BPM[2]. Les kicks, plus ou moins longs, et habituellement distordus ou saturés, se succèdent rapidement d'une manière répétitive ou variée selon les compositeurs. Le kick peut être filtré le laissant progressivement apparaître ou disparaître pour laisser place à un autre rythme. Un tutoriel publié par Traxtorm Records indique que les kicks peuvent être produits par le biais de VST de percussions (par exemple Hydra et MicroTonic) et de VSTi (notamment Ohmicide et D16 Devastor)[39],[41]. Des éléments rythmiques tels que des rides, des hi-hats et des snares (pour donner un son plus percutant) peuvent accompagnés parallèlement les kicks.

Mouvement[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Gabber (culture).
Le hakken, danse du mouvement gabber.

Peter Shapiro, dans son ouvrage intitulé Modulations : Une histoire de la musique électronique, explique que « l'interface entre drogue et technologie n'est plus ni l'ecstasy ni les amphétamines, mais n'importe quel cocktail pourvu qu'il soit aussi puissant que possible[1]. » Cette association entre drogues et early hardcore est très tenace, et se retrouve dans les travaux de recherche d'universitaires ; selon Moelants, l'usage de drogue est « nécessaire » pour parvenir à suivre le rythme, prenant comme contre exemple le boogie-woogie qui, s'il a un rythme comparable, n'est pas dansé aussi rapidement[42]. Pour beaucoup, le genre exprime une « frustration sociale » et, selon Shapiro, est également « la seule musique qui exprime ce désir sincère de franchir toutes les limites[15],[1]. » Les gabbers possèdent leur propre style vestimentaire et look, parfois considéré comme inconventionnels chez certains[28], devenus stéréotypés au fil des décennies ; il se caractérise notamment par le port de baskets Nike Air Max, de bombers normaux ou en cuir, et par un crâne entièrement rasé chez la majeure partie des garçons[6],[2],[4]. Les filles portent habituellement un débardeur et le crâne est rasé sur les côtés laissant paraître sur le dessus une queue de cheval[43],[4],[15]. Selon Alberto Guerrini, gabber italien, « le principal problème avec les gabbers est que les gens les accusent d’être racistes, parce qu’ils ont le crâne rasé, qui est toujours associé aux skinheads[15]. » Ces codes stylistiques sembleraient avoir puisé leur origine dans les mouvements néo-fascistes (Hollande et Flandres séparatistes) des années 1990[6],[11],[15].

Au début des années 2000 apparaît un type de danse, originaire des Pays-Bas, issue de la scène gabber. Cette danse, nommée « hakken » (ou hakkûh), est constituée de petits pas se succédant rapidement les uns aux autres au rythme du tempo et du kick[42]. La partie inférieure du corps (en dessous de la ceinture) est la partie la plus importante de cette danse, bien que les mouvements des bras et du torse ne sont pas inhabituels. Un bon nombre d'auditeurs considéraient que cette danse était une marche raciste voire nazie[44], mais les danseurs clamaient haut et fort qu'il ne s'agissait que d'une danse inoffensive à l'image du style musical. Il n'en demeure pas moins que l'identité est marquée comme déviante ou décalée ; Wattie Buchan, le leader du groupe de punk hardcore The Exploited, qualifie même le gabber de « nouveau punk[45]. »

Événements[modifier | modifier le code]

Scènes initiales[modifier | modifier le code]

Événement A Nightmare Outdoor, photographié le 10 septembre 2006.

Les tous premiers événements pré-gabber remontent en 1989 dans des soirées organisées au club néerlandais le Parkzicht, qui gagne par la suite la réputation de « club le plus hardcore de Rotterdam[46]. » Après la création du style musical, initialement nommé « hardcore house » ou « gabberhouse »[6], certains événements prendront place comme le tout premier Thunderdome organisé en 1992 par trois jeunes étudiants néerlandais — Irfan van Ewijk, Duncan Stutterheim et Theo Lelie — qui populariseront massivement la scène musicale gabber et fonderont ensuite leur propre label discographique ID&T et commercialiseront une série de compilations à succès avec plus de trois millions d'exemplaires vendus[47]. D'autres événements notables incluent A Nightmare in Rotterdam[48], Danger Hardcore Team, Decibel Outdoor[49], Defqon.1, Dominator[50], Hellraiser, Masters of Hardcore, Megarave, Mystery Land, Qlimax, Rotterdam Terror Corps et Sensation Black[51].

Les festivals gabber, comme pour de nombreux autres festivals de musique électronique, attirent — à l'époque et actuellement — un public majoritairement jeune. Cependant, ils suscitent beaucoup de controverses touchant aussi bien les soirées elles-mêmes que l'opinion publique, notamment pendant les années 1990[4]. À cette période, ces soirées deviennent synonyme de prises de drogue et autres substances illicites, se répandait rapidement parmi la jeune audience[4],[16], et de nombreuses soirées ont du être annulées pour cause de tapage nocturne ou du fait qu'elles étaient mal perçues aux yeux de la société, comme notamment l'événement Thunderdome 2000[47].

Scènes internationales[modifier | modifier le code]

Au Royaume-Uni, un club mêlant techno, gabber et speedcore de 1994 à 1996 est fondé à Londres et nommé Dead by Dawn[52]. Ce club est remarqué par la presse nationale dès la fin de ses activités[52]. À Glasgow, ce sont des soirées early hardcore telles que Noisey qui dominent[53],[54]. En Allemagne, le gabber émerge en 1994 en parallèle à Scooter, un groupe allemand orienté hardtrance ; dans la scène gabber, ce groupe est accusé de plagiat pour avoir repris des thèmes comme Always Hardcore de Neophyte, et I Like It Loud de Marshall Masters[55].

En France, le gabber se forge un public au milieu des années 1990, principalement à Paris, notamment grâce à G.T.I Gangstar Toons Industry (Atomic Compressor, Dj La Carotte & DJ Kirin), Guiz-Ohm, Manu le Malin[15], Psychiatrick Sound System, DJ Olive et Mazen « Boss » qui ramènent, fin 1992, les premiers labels néerlandais tels que Mokum Records, Rotterdam Records, et Terror Traxx. Au milieu des années 1990 des lieux comme Le Gibus, une salle de concerts à Paris, rue du Faubourg-du-Temple deviennent les lieux incontournables de la scène hardcore et gabber française avec les soirées Deadline de Mazen puis l'hebdomadaire Absolute Core avec les DJ résident Dr. No aka Mister Poison et Kraft. à Paris À l'époque, les compilations Thunderdome se vendent bien à plus de 10 000 exemplaires[56] ; mais les lois françaises ne permettaient pas d'organiser des raves à la hauteur des raves néerlandaises[57]. Le gabber est souvent joué en soirée underground et free party. Cependant, le style musical reste controversé et souvent représenté par une minorité d'individus d'extrême droite, surnommés « gabberskins », qui se livrent à des violences et au hooliganisme notamment en Picardie et dans le Nord-Pas-de-Calais[58]. Depuis les années 2000 et 2010, les producteurs et disc jockeys français s'inspirent davantage du gabber néerlandais ; notamment, des artistes et groupes tels que DJ Ektoplasm (Total Hardcore Records), Tieum[59], et les artistes du label Paris Hardcore Mafia[60]. Un collectif nommé Casual Gabberz redonne même un nouveau souffle au genre depuis 2012 dans le pays[15].

Artistes[modifier | modifier le code]

Angerfist, l'un des artistes les plus populaires de la scène gabber et mainstream hardcore[61].

Au début des années 1990, le early hardcore se popularise grâce à des artistes notables tels que Peter Paul Pigmans[6], Dov Elkabas[62], et Sebastian Hoff[6], et grâce aux série des compilations Thunderdome. Cependant, depuis l'émergence du mainstream hardcore (nu-style) au début des années 2000, de nouveaux et anciens artistes ou groupes font leur apparition et marquent la nouvelle ère de la scène gabber. Paul Elstak contribue au mainstream hardcore en fondant le label Offensive Records[15]. Depuis son passage dans les compilations Thunderdome, et avec la création du label The Third Movement, Sebastian Hoff mêle mainstream hardcore et industrial hardcore. Erwin van Kan, de son côté, adopte le style « artcore » sous les noms Myztic et Endorphin aux côtés de Ruffneck[6] au label Gangsta Audiovisuals, puis le mainstream hardcore au début des années 2000. À cette période, Danny Masseling contribue également au nu-style[6], initialement sous le nom de scène Menace II Society avec son premier maxi Son of a Bitch E.P. en 2002 sous le label Bezerk Records[63], puis significativement sous le nom d'Angerfist, notamment les albums Pissin' Razorbladez (2006) et Retaliate (2011) qui connaîtront un succès conséquent[64],[65],[66],[67].

Au lancement du gabber, les artistes sont majoritairement originaires des Pays-Bas, mais la scène mainstream hardcore grandit en dehors des frontières néerlandaises. Par voie de conséquence, de nombreux artistes européens, américains, voire asiatiques aident à la popularisation du genre. En parallèle, Omar Santana, originaire de New York, popularise le gabber à l'aide du label H2OH Recordings[68],[69]. Des artistes et groupes italiens tels que DJ Mad Dog[70],[71], Tommyknocker[72] et les Art of Fighters[73],[74] se populariseront notamment au label Traxtorm Records fondé par The Stunned Guys. Encore plus loin sur le continent asiatique, ce sont des artistes comme notamment RoughSketch[70] contribueront à la popularisation du genre, et à leur scène locale J-core.

Labels[modifier | modifier le code]

Masters of Hardcore, label gabber qui organise annuellement ses propres événements.

De nombreux labels se créent indépendamment et progressivement durant la fin des années 1990 dont certains d'entre eux sont créés dans le but de donner un nouveau départ à la scène gabber[75], à l'époque déjà controversée et très critiquée par le public[33]. Au fil des années, ils se popularisent et donnent un style de musique influent au niveau national et international. Rotterdam Records est le tout premier label hardcore et gabber néerlandaise fondé en 1992 par Paul Elstak[76] et qui connaitra l'émergence du mainstream hardcore au début des années 2000. Jeroen Streunding (DJ Neophyte)[15], de son côté, fonde son propre label en 1999, Neophyte Records, dans le but de donner une nouvelle chance à la scène gabber et de lancer la carrière d'artistes tels que Chaosphere et Evil Activities[75] et sera l'un des premiers labels mainstream hardcore. Masters of Hardcore, est formé en 1995 ; il sera également un point culminant pour la scène mainstream et accueillera de nouveaux artistes comme Danny Masseling. Le groupe musical italien The Stunned Guys, composé à cette époque de Massimiliano Monopoli et de Gianluca Rossi, fonde son propre label, Traxtorm Records, en 1995[77] et connaitra la scène émergente du mainstream hardcore à partir des années 2000.

Postérité[modifier | modifier le code]

Les médias hésitent entre deux positions, celle selon laquelle le gabber est un genre appartenant désormais au passé mais qui a laissé de nombreuses traces dans la production actuelle, et celle qui considère le gabber comme un genre qui se régénère. Pour ce premier point de vue, il est à considérer que de nombreux artistes samplent abondamment les pistes gabbers pour les intégrer dans leurs productions, comme Soulwax, Araab Muzik, Flosstradamus, Major Lazerou, Club Cheval[78], De Staat (en)[79] et même Lady Gaga qui sample le titre Dominator de Human Resource[80]. Dans cette même approche, on citera le groupe sud-africain de Die Antwoord, parfois qualifié de « post-gabber »[81] ; les valeurs fondamentales de la culture zef, à laquelle ils se raccrochent, ne sont d'ailleurs pas très éloignées de celles de la culture gabber[82]. Chez d'autres, comme Koudlam, la référence est moins claire, car si la critique associe son œuvre et la musique gabber[83],[84], l'artiste lui identifie davantage ses influences comme étant associées au jumpstyle[85].

De l'autre côté, certains artistes se revendiquent toujours comme gabbers, avec par exemple Angerfist, Korsakoff aux Pays-Bas, Meccano Twins, AniMe et leur label Hardcore Italia en Italie, et apportent un renouveau au son gabber. On assiste là toutefois à quelque controverse concernant le « vrai » son gabber, ou hardcore. Comme DJ Promo, il se trouve des pionniers pour regretter que le son gabber ne se soit trop « mainstreamisé », permettant de plaire à un public plus large et plus international[86].

Genres dérivés[modifier | modifier le code]

Au fil de son existence, le gabber s'est scindée, ou a développé et inspiré une multitude de sous-genres et genres dérivés musicaux[4]. À la fin des années 1990, la dissolution progressive de la scène gabber (actuellement connue sous le terme de early hardcore)[87] entraîne l'apparition du genre nouveau, le nu-style, au début des années 2000. Bien avant ce changement radical, la scène initiale gabber se scinde aux alentours de 1992 ou 1993 aux Pays-Bas[23] ; tandis que la musique gabber rotterdamoise se démarque par une atmosphère musicale sombre et oppressante, un style déviant similaire et plus mélodieux appelé happy gabber émerge[88],[89]. Dès lors, durant cette même période, deux sous-genres musicaux — le happy gabber néerlandais, et le happy hardcore britannique — coexistent mais se distinguent à peine, car tous deux sont, à quelques différences près, instrumentalement similaires[23],[90],[91]. Toujours au début des années 1990, l'industrial hardcore, caractérisé par un tempo relativement lent (en moyenne 130 BPM) et d'un kicks lourdement distordus indirectement inspiré par celui du gabber, se développe mais n'acquiert que très peu de notoriété à cette période. Le genre ne se démarque qu'au début des années 2000 grâce à des artistes et groupes notoires tels que Nasenbluten[92], Sebastian Hoff[93], Manu le Malin[94], Laurent Hô[95] et Ophidian[96].

Au milieu des années 1990, le genre breakcore se développe et fait usage de kicks distordus dérivés du gabber, de breaks et d'une large palette d'échantillons sonores joués à un tempo accéléré[97]. Le magazine Vice compare le genre aux types de musiques utilisées lors d'interrogatoires au Camp de Guantánamo[98]. Des exemples de musiciens du genre incluent Venetian Snares, Igorrr[98],[99],[100], Shitmat, Sickboy, DJ Scotch Egg, et Drop the Lime[101]. Le speedcore, également lancé au milieu des années 1990, est un sous-genre directement dérivé du gabber et de la musique industrielle, principalement caractérisé par un tempo très rapide au-delà de 250 BPM mêlant kicks distordus gabber[90]. Les premières chansons speedcore atteignent au minimum 250 BPM, tandis que les dernières, catégorisées sous les noms de splittercore ou extratone dépassent les 1 000 BPM[90]. Des artistes et groupes notables du genre incluent notamment : Passenger of Shit[102], Gabba Front Berlin[103], M1dy[103],[104], Akira (Hong Kong Violence), Noisekick et Bonehead[105],[106] et Liza N'Eliaz[107]. À la même période durant laquelle le gabber est à son pic de popularité aux Pays-Bas[108], le sous-genre terrorcore émerge en parallèle ; Christopher M. Moreman et Cory James Rushton citent, dans leur ouvrage Zombies Are Us: Essays on the Humanity of the Walking Dead, le terrorcore comme l'une des musiques sombres et rapides ayant émergées dans les années 1990 frappant les danseurs par son rythme effréné et complexe[109]. Des artistes du genre incluent Delta 9 et Lenny Dee[2].

À la fin des années 1990, un autre genre dérivé du gabber, le jumpstyle, se développe. Ce genre mêle les mélodies dérivées de l'euro-trance et se caractérise par les kicks distordus (bondissants mais moins longs) du gabber, accompagnés d'échantillons sonores extraits de musiques de rave[9] à un tempo lent oscillant entre 130 et 140 BPM[90]. Des exemples du genre incluent le groupe allemand Scooter et Captain Ahab[90].

Le hardstyle, un genre directement associé au gabber[110], et partiellement à la hard trance, à la house[19] et à la rave[19], se développe au début des années 2000. Le genre se caractérise par un kick distordu dérivé du gabber, un rythme plus percutant, et une basse généralement bondissante[111]. Le genre émerge à la veille du déclin de la musique gabber. Lors d'une entrevue avec le magazine Vice, DJ Rob, fondateur de la musique gabber, répond que « le hardstyle a été créé par des vieux producteurs hardcore qui, il y a quelques années, avaient besoin de sons nouveaux et d’une évolution vers des styles de musique plus durs. Beaucoup d’influences de la house et de la scène rave ont aussi leur part dans le hardstyle. C’est plus commercial et c’est un genre maintenant important dans les festivals, l’argent est toujours là[19]! »

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f Modulations: Une histoire de la musique électronique (titre original : Modulations - A History of Electronic Music: Throbin Words of Sounds, Paris, France, Allia,‎ , 355 p., p. 204.
  2. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j et k (en) « Gabba Hardcore Dance Music », sur Fantazia (consulté le 2 mars 2015).
  3. a et b (en) « Gabber », sur Corehistory (consulté le 14 juillet 2011).
  4. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o et p (en) « It’s Not A Disgrace To Be A Gabber! », sur Boilerroom TV,‎ (consulté le 24 février 2015).
  5. (en) « What is Happy Hardcore », sur harderstyle.com.au,‎ (consulté le 24 février 2015), The Dutch Hardcore sound was slowly no longer looking at the cheesy 4/4 bass kicks of its past but had then transformed itself into what was recognised at the time as Gabber. Smaller offshoots such as Speedcore and Industrial music styles still remained but compared to its predecessor, it had given itself a whole new make over..
  6. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q et r (en) Dance Music.
  7. a et b (en) « How have you seen dance music culture develop within The Netherlands within your own career and has it always been an easy / positive route of progression? », sur Dancing Astronaut,‎ (consulté le 24 février 2014).
  8. (en) Sean Levisman, « Five Electronic Music Styles You Have to Be Absolutely Blitzed to Enjoy »,‎ (consulté le 24 février 2015), Happy hardcore is what happens when you take a bunch of Gabber-loving soccer hooligan meatheads and give them so much E that they turn all sappy and sentimental, but no less oafish and brutal..
  9. a et b (en) Brandon Ivers, « What Is It? Jumpstyle », sur XLR8R,‎ (consulté le 24 février 2015).
  10. (en) Max Pearl, « An Entire Generation of Dutch Children Was Ruined by Gabber », sur Vice,‎ (consulté le 24 février 2015).
  11. a, b et c (en) Jamie Clifton, « Gabber Will Make Your Head Explode », sur Vice.com (consulté le 14 juin 2013).
  12. (nl) Pass-Out, « Lenny Dee: van disco tot grondlegger en ‘still here’. », sur Partyflock,‎ (consulté le 18 août 2014).
  13. a et b (en) Thomas Green, « Review: Harder, louder, faster. The Radical Technology tour The Powerhaus, London », sur The Independant,‎ (consulté le 24 février 2015).
  14. a, b et c (en) Sander Kerkhof, « Dutch music now: from Amsterdam to Zwolle », sur Guardian.co.uk,‎ (consulté le 9 juin 2013).
  15. a, b, c, d, e, f, g, h et i « Back in the ’90s : le gabber », sur Whos Next (consulté le 31 août 2013).
  16. a, b, c, d et e (en) Station23, « Gabber », sur everything2.com (consulté le 9 juin 2013).
  17. [vidéo] (de) « The Sound of Belgium », de Jozef Devillé, de Arte France, 2012, 85 min [présentation en ligne]. Documentaire diffusé le 22 novembre 2014 sur Arte Deutschland.
  18. a, b, c, d et e (nl) « Dance en (pop)journalistiek - Onderzoek in de fenomeen dance in de media » [PDF], sur deanderekantvanhetgelijk.files.wordpress.com,‎ (consulté le 6 juillet 2013), p. 8.
  19. a, b, c et d (en) Rod Glacial, « DJ Rob a inventé le son gabber et il vous raconte comment », sur Vice Magazine (consulté le 2 mars 2015).
  20. (en) Reuben Acciano, Western Europe,‎ (ISBN 1740599276, lire en ligne), p. 836.
  21. (en) « Biographie de DJ K.C. the Funkaholic », sur groovetrackers.com (consulté le 4 avril 2011).
  22. (en) Bogdanov, Vladimir, All Music Guide to Electronica: The Definitive Guide to Electronic Music, Backbeat Books,‎ , x p. (ISBN 978-0879306281).
  23. a, b, c et d Michel Van Grevelinge, Profil hardcore,‎ (ISBN 229611959X, lire en ligne), p. 195.
  24. (en) « Scottish Hardcore », sur Fantazia (consulté le 9 juin 2013).
  25. (en) John Bush, « Paul Elstak Biography », sur AllMusic (consulté le 5 juin 2013).
  26. (en) Billboard (April 15, 1995), vol. 107,‎ , chap. 15.
  27. (en) Billboard (July 22, 1995), vol. 107,‎ , chap. 29, p. 42.
  28. a et b (en) Ken Taylor, « A look back at gabber's foundations and street culture in 1995 », sur Beatport News,‎ (consulté le 31 août 2013).
  29. (en) Tom F. M. Ter Bogt et Rutger Engels, « Partying Hard: Party Style, Motives for and Effects of MDMA Use at Rave Parties », Substance Use & Misuse, vol. 40,‎ , p. 1479–1502 (ISSN 1082-6084, lire en ligne [PDF]). Édité par Taylor and Francis.
  30. (en) Silcott, Mireille, Rave America: New School Dance Scapes, Toronto, ECW Press,‎ 1999, 114-117 p..
  31. (en) United Hardcore Against Racism & Hate - Time to Make a Stand (HUR 001, Hardcore United Records, 2005.), DJ Chosen Few - Chosen Anthem (Against Racism) (MOK 8, Mokum Records 1993.), Party Animals feat. MC Rob Gee - Die Nazi Scum (MOK 54, Mokum Records 1996.) et Hellcore - Fuck the Nazism (BDR-CD-02, Braindestruction Recordz, 2003.) sont les musiques par lesquelles la lutte contre le racisme et le fascisme s'est exprimée chez les DJ engagés du genre.
  32. (en) Robbert Tilli, « Holland Becomes Source Of R&B. Dutch Industry, Audience Begin To Embrace Local Acts », Billboard, vol. 110, no 31,‎ , p. 21 (lire en ligne).
  33. a, b, c, d et e (en) « 28.11.1998: THUNDERDOME '98 FEC Expo Leeuwarden », sur Thunderdome (consulté le 28 décembre 2012).
  34. a et b (en) « Nu style gabber aka Mainstream Hardcore », sur Core History,‎ 2009 (consulté le 18 janvier 2013).
  35. (en) Sal Amato, « As Dance Music And EDM Changes, So Do The Beatport Sales Charts », sur EDM America TV,‎ (consulté le 2 mars 2015).
  36. (en) Thunderdome, « Be a part of history, be a part of the final Thunderdome », sur www.thunderdome.com, ID&T,‎ (consulté le 1 décembre 2012).
  37. (en) Thunderdome, « Thunderdome - The Final Exam », sur www.thunderdome.com, ID&T,‎ (consulté le 1 décembre 2012).
  38. (en) Daniel Rodriguez, « Bogota Hardcore. The New Sound of the Colombian Underground », sur Vice,‎ (consulté le 24 février 2015).
  39. a et b (en) Samuel, « Angerfist (NL) Interview », sur powerhouseproductions.com.au,‎ (consulté le 2 juin 2013).
  40. (en) Thomas H. Green, « Gift of the gabber », sur Guardian.co.uk,‎ (consulté le 9 juin 2013).
  41. (en) « The Hardcore Tutorial: Part 2 – Create », sur Traxtorm Records,‎ (consulté le 12 mars 2011).
  42. a et b (en) Dirk Moelants, « Dance Music, Movement and Tempo Preferences » [PDF],‎ (consulté le 8 mai 2013), p. 3.
  43. (en) Geoffrey Hunt, Molly Moloney et Kristin Evans, Youth, Drugs, and Nightlife,‎ 2011 (ISBN 1134189257, lire en ligne).
  44. « Débat sur la danse hakken », sur Forum M6 (consulté le 3 septembre 2010).
  45. (nl) Theo Ploeg, « The Exploited - Gabber is de nieuwe punk », sur www.kindamuzik.net,‎ (consulté le 19 mai 2014).
  46. (en) Dan Sicko, Techno Rebels: The Renegades of Electronic Funk,‎ (ISBN 978-0-8143-3438-6, lire en ligne).
  47. a et b (en) « 01.04.2000: Thunderdome 2000 (cancelled) », sur Thunderdome (consulté le 2 janvier 2013).
  48. Dominique Auzias, Rotterdam,‎ (ISBN 2746939673, lire en ligne), Dans un autre genre, il convient de mentionner le festival de musique électronique A nightmare in rotterdam organisé pour les amateurs de early Hardcore et gabber (et early rave et industrial....
  49. (en) « Decibel Outdoor » (consulté le 9 février 2011).
  50. « Dominator », sur Le guide des festivals (consulté le 2 mars 2015).
  51. (en) Matt van Vuuren, « Sensation 2006 »,‎ (consulté le 2 mars 2015), Sensation Black slowly builds up the pace, starting from hard trance, hardstyle and then hardcore gabber. Sensation Black is always held in the second weekend of July..
  52. a et b (en) Transpontine, « Dead by Dawn, Brixton, 1994-96 », sur history-is-made-at-night.blogspot.fr,‎ (consulté le 14 juin 2013).
  53. (en) « Big Night Out :: Noisey Explores the Crazy Gabber Scene in Glasgow. », sur digitizedgraffiti.com,‎ (consulté le 31 août 2013).
  54. « Jamais été à une soirée gabber à Glasgow? Ou une rave en forêt anglaise? Noisey l'a fait pour vous. », sur goutemesdisques.com,‎ (consulté le 31 août 2013).
  55. Anthony Coucke, Scooter la légende du dancefloor 20 ans de hardcore (anniversaire) (lire en ligne), p. Mais scooter ne va pas se faire que des amis en reprenant le titre i like it out véritable hymn gabbers de techno hardcore (...) ne dites jamais à des gabbers que scooter a fait 20 ans de hardcore.
  56. (nl) « The Beginning (Page 1) », sur Thunderdome Paginafan (consulté le 27 décembre 2012).
  57. « Arrêtés préfectoraux d'interdiction » (consulté le 4 avril 2011).
  58. Un Gabber Français, « Les skins de Chauny et la scène musicale gabber : entretien avec Stéphane François »,‎ (consulté le 31 août 2013).
  59. « Interview Tieum pour Le Grand Méchant Beat #5 », sur Partyuniq (consulté le 19 août 2013) : « DJ Tieum, tu es un l’un des pionniers de la scène hardcore française [...] ».
  60. CULTUREDJ, « Interview d’Imperium Bass (Paris Hardcore Mafia) : Laisse-moi te dire qu’à Bobigny, il n’y en avait pas beaucoup qui étaient branchés Thunderdome. »,‎ (consulté le 19 août 2013).
  61. (en) « Contact presents The 14th Birthday tickets », sur skiddle (consulté le 2 juin 2013) : « ANGERFIST The Worlds leading hardcore act makes their CONTACT debut! ».
  62. (nl) « Interview The Dreamteam. Niet kapot te krijgen. », sur dance.nl,‎ (consulté le 2 mars 2015).
  63. (en) « Son of a Bitch E.P. », sur Discogs (consulté le 2 mars 2015).
  64. (en) « Angerfist - Pissin' Razorbladez », sur Partyflock,‎ (consulté le 5 janvier 2013).
  65. (en) Jay Gary, « ALBUM REVIEW: Angerfist’s latest gabber offering Retaliate », sur Central Michigan Life,‎ (consulté le 18 février 2013).
  66. (nl) KristofDinh, « Angerfist - Retaliate », sur Partyflock,‎ (consulté le 18 décembre 2013).
  67. (nl) « ANGERFIST - RETALIATE (ALBUM) », sur dutchtop (consulté le 2 juin 2013).
  68. (en) « Disk Jockeys - Omar Santana », sur Rave.ca (consulté le 17 janvier 2013).
  69. (en) « Biography, Omar Santana », sur The DJ List (consulté le 17 janvier 2013).
  70. a et b (nl) KristofDinh, « Thrillogy 2012 »,‎ (consulté le 2 mars 2015).
  71. (en) « Zatox – New World Order Album Review », sur harderstyle.com.au,‎ (consulté le 2 mars 2015), p. It was no surprise that Zatox would collaborate with a few hardcore heavyweights..
  72. (en) Drew Wilson, « Review: Tommyknocker – Criminal (Gabber Hardcore) », sur Freezenet,‎ (consulté le 2 mars 2015).
  73. (nl) toetje, « Art of Fighters also introducing Meccano Twins », sur Partyflock,‎ (consulté le 2 mars 2015).
  74. (nl) KristofDinh, « Dominator - The Hardcore Festival: Nirvana Of Noise », sur Partyflock,‎ (consulté le 2 mars 2015).
  75. a et b (en) « DJ NEOPHYTE », sur Neophyte Records (consulté le 13 janvier 2013).
  76. (en) « DJ Paul Elstak Biography », sur BBC (consulté le 17 janvier 2013).
  77. (en) « The Stunned Guys Bio », sur Traxtorm Records (consulté le 17 janvier 2013).
  78. Thibault, « Paul Orzoni – Gabber zijn is geen schande ! », sur www.hartzine.com,‎ (consulté le 10 juin 2014).
  79. (nl) Laura Van Egeraat, « I_con: een typerende plaat voor De Staat », sur www.nadelunch.com,‎ (consulté le 30 septembre 2014), De machinegeluiden van het vorige album hebben plaats gemaakt voor science fiction, gabber en zelfs Afrikaanse ritmes..
  80. (nl) Jochem Geerdink, « Overdrijven is ook een vak », The Post Online,‎ (lire en ligne).
  81. (it) Alberto Motta, « 10 cose da fare al Sónar 2015 », Wired - en ligne,‎ (lire en ligne)
  82. (en) Tom Devriendt, « Die Antwoord butchering old beats », sur africasacountry.com,‎ 1er février 2012 (consulté le 10 juin 2014).
  83. Mathias Deshours, « Negative Creep : Koudlam veut-il le gabber et l'argent du beurre ? », sur www.villaschweppes.com, Villa Schweppes,‎ (consulté le 25 septembre 2014).
  84. Mathias Deshours, « The Magnificent Bukkake : la nouvelle vidéo de Koudlam est un mindfuck », sur www.villaschweppes.com, Villa Schweppes,‎ (consulté le 25 septembre 2014).
  85. Bester, « Koudlam. Un indien dans la ville », sur gonzai.com, Gonzaï,‎ (consulté le 7 octobre 2014) : « Quand le premier single Negative Creep est sorti, tout le monde s’est jeté à pieds joints dans le truc ‘’gabber’’, moi le mouvement gabber j’ai rien contre mais c’était loin d’être une influence ; je pensais beaucoup plus au Jumpstyle, à tous ces gamins qui dansent dans des terrains vagues… ».
  86. (nl) Nico van der Plas, « Gabber verovert nu ook de wereld », De Telegraaf - en ligne,‎ (lire en ligne). « De muziek raakt nu versnipperd, soms lijkt het zelfs op een (langzamer) genre als hardstyle. Daarom moet het tempo hoog blijven en er veel geëxperimenteerd worden met rauwe hardcore, dan blijft het in leven en krijg je helemaal iets groots ».
  87. (en) Robbert Tilli, « Holland Becomes Source Of R&B. Dutch Industry, Audience Begin To Embrace Local Acts », Billboard, vol. 110, no 31,‎ , p. 21 (lire en ligne).
  88. (en) « Happy Hardcore Rave Music », sur Fantazia (consulté le 24 février 2015).
  89. (en) Ben Gilman, « A short history of Drum and Bass », sur Global Darkness (consulté le 24 février 2015).
  90. a, b, c, d et e (en) « Electronica Genre Guide », sur MusicFaze (consulté le 24 février 2015).
  91. (en) Simon Reynolds, Generation Ecstasy: Into the World of Techno and Rave Culture,‎ (ISBN 1136783172, lire en ligne).
  92. (en) Gail Priest, Experimental Music: Audio Explorations in Australia,‎ (ISBN 1921410078, lire en ligne).
  93. (nl) « 3voor12 gabberweek: "The Opposites hebben de hele hardcorescene tegen zich door Thunder" », sur 3voor12,‎ (consulté le 24 février 2015), Hij maakt er harde techno met zijn trademark massieve kicks, breakbeats, industrial, maar ook rustige stukken, die desalniettemin voortdurend verstikkend aanvoelen, alsof de lucht vergiftigd is..
  94. « Manu le Malin, le Maître des Machines », sur Desinvolt,‎ (consulté le 24 février 2015).
  95. (en) Dan Doormouse, « Laurent Ho », sur Massivemag,‎ 1er mai 2013 (consulté le 24 février 2015).
  96. (en) « [Interview] Ophidian for Le Grand Méchant Beat 11 @ Glazart - Paris », sur Partyuniq (consulté le 24 février 2015).
  97. (de) « Thema der Woche 176: Hardcore und Gabber, früher und Entwicklung bis heute », sur tanith.org (consulté le 24 février 2015).
  98. a et b (en) « Breakcore », sur Vice (consulté le 24 février 2015).
  99. (en) « Rossz Csillag Alatt Szuletett review », sur Tiny Mix Tapes (consulté le 24 février 2015).
  100. (en) « Detrimentalist! review », The Wire, no 293,‎ , p. 60.
  101. (en) Vivian Host, « Night Music », XLR8R 123,‎ , p. 40.
  102. (en) « Passenger Of Shit », sur Discogs (consulté le 24 février 2015).
  103. a et b David McCandless, Datavision,‎ (ISBN 2221128184, lire en ligne), p. 77.
  104. « M1DY - Lector In The Sky With Diamorphine (Maddest Chick'ndom) », sur vs-webzine,‎ 1er avril 2011 (consulté le 24 février 2015).
  105. (en) « Speedcore history » (consulté le 10 août 2010).
  106. (en) « A list by thisisreallyhappening », sur Rateyourmusic (consulté le 5 février 2014).
  107. « Lexique des differents genre musicaux electroniques », sur Elektrozone (consulté le 24 février 2015).
  108. (en) Thomas H Green, « Gift of the gabber », sur The Guardian,‎ (consulté le 8 février 2014).
  109. (en) Christopher M. Moreman et Cory James Rushton, Zombies Are Us: Essays on the Humanity of the Walking Dead (ISBN 978-0-7864-5912-4, lire en ligne).
  110. (en) Vivian Host, « 10 Electronic Music Documentaries You Probably Haven't Seen Before », sur 'Vice' (consulté le 24 février 2015), Never. In 1995, Lola de Musica chronicled the Rotterdam hardcore scene - the daddy to today's hardstyle craze - in this awesome documentary, featuring mental gabbers in equally mental track suits doing hakken, and gurning Dutch ravers with saucer eyes..
  111. (en) « Techno, Psychedelic Trance, Trane Music, Hard Trance, House Music, Trance Tech House Dance Punk », sur essential-clubbers.org.uk (consulté le 2 mars 2015).

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • (en) Stijn Verhagen, Frits Van Wel Ph.D., Tom Ter Bogt Ph.D. et Belinda Hibbel, Fast on 200 Beats Per Minute: The Youth Culture of Gabbers in the Netherlands, vol. 32, Kathryn G. Herr,‎ (lire en ligne), p. 147 à 164.Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Nicolae Sfetcu, Dance Music,‎ (lire en ligne).
  • Nicolas Dambre, Les Musiques électroniques, Éditions Alternatives,‎ (ISBN 2862272698).
  • Anthony Coucke , Hard Techno Revolution , édition Blurb , 2015 ( ISBN 978-1-32-078662-1 ).

Liens externes[modifier | modifier le code]