Djent

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Djent
Origines stylistiques Metal progressif, mathcore, metalcore
Origines culturelles Années 2000 ; Europe, États-Unis
Instruments typiques Basse, batterie, chant, guitare, percussions
Voir aussi Death metal technique, metal expérimental, mathcore, post-metal

Le djent est un sous-genre musical de heavy metal, dérivé plus précisément du metal progressif[1],[2],[3]. Le mot « djent » est tiré de l'onomatopée produite par le son d'une guitare accordée basse, à haut gain et forte distorsion, utilisant la technique du palm mute, emprunté par des groupes comme Meshuggah et SikTh. Le terme est à l'origine inventé par le guitariste Misha "Bulb" Mansoor, actuel guitariste de Periphery (mais à l'époque impliqué dans son projet solo intitulé "Bulb"). Le mot est également utilisé pour définir le style usant de cette sonorité et au son lui-même, ou à la scène dans lequel il s'implique[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le groupe suédois Meshuggah est souvent considéré comme un des fondateurs de la technique djent[4]. C'est sur leur premier album "Contradictions Collapse" sorti en 1991 que les premiers gimmicks et le son djent apparaissent. Fear Factory apporte également à la même période quelques caractéristiques de la scène, tel que des riffs lourds joués en accordage grave, et la présence d'une batterie électronique sur leurs enregistrements, à l'instar de Meshuggah. Néanmoins, aucun groupe ne reprend ces gimmicks avant le début des années 2000, ou des groupes de metal prog tel que Sikht et Textures adoptent le son et les rythmiques djent, sans néanmoins en faire la pierre angulaire de leur musique. C'est à l'aube des années 2010 que la scène djent se développe réellement, notamment depuis Internet sur des forums, avec l'aide d'internautes enthousiastes comme Misha Mansoor, dont le succès du groupe Periphery amènera le djent « du monde virtuel au monde réel[4]. ». D'autres groupes tels que, Animals as Leaders[2], TesseracT[5],[6],[7], Volumes participeront activement au développement du genre.

La scène s'accroît rapidement[8] et les premiers internautes de la scène, qui comprennent les membres de Chimp Spanner (en), Gizmachi, et Monuments, participent à des tournées et font paraître leurs albums[4],[9]. D'autres groupes considérés djent incluent After the Burial, A Life Once Lost[10], Veil of Maya[11], Vildhjarta[12], Xerath[13], Vola. Le groupe Born of Osiris se dit également inspiré du mouvement djent[8].

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

La technique fondatrice du djent consiste en l'application d'une distorsion et d'un gain particulièrement élevé, le tout en restant très propre et précis (notamment grâce à l'utilisation de Noise Gates), associé a un sous accordage conséquent (allant du Drop A au drop E à l'octave), sur une guitare électrique a 7 cordes ou plus (souvent 8). Cela entraîne au jeu un son mat, particulièrement saturé, aux sonorités agressives, mais néanmoins très propre et tranchant. Le style dérivé, en raison de ses apparentés avec le metal progressif, mais aussi le metalcore et le deathcore, se caractérise souvent par une complexité rythmique et technique[7] conséquente. Il utilise typiquement le palm mute, des riffs syncopés[4] et des polyrythmes[1],[14]. Au deathcore, le djent emprunte souvent les thématiques rythmiques récurrentes du breakdown, ou certains phrasés. Au metalcore il emprunte plutôt des rythmiques groovy et dansantes. Le djent est une musique souvent assez chargée, avec de nombreuses nappes d'atmosphères en fond rajoutant du relief à la musique, les musiciens se doivent donc d'utiliser des backing tracks en concert. Beaucoup de musiciens de la scène djent sont férus de jazz et de rock progressif. De nombreux artistes opèrent un mélange des sonorités, tel que Plini, Sithu Aye, Tigran Hamasyan, Clément Belio, Intervals, Hago, et Polyphia.

Accueil[modifier | modifier le code]

Certains membres de la communauté metal critiquent et condamnent ouvertement le terme « djent », ou remettent en question sa validité en tant que genre musical. Le groupe de post-metal Rosetta ironisait en déclarant : « Peut-être qu'on devrait appeler le doom metal 'DUNNN'[15]. ». Le chanteur du groupe Lamb of God, Randy Blythe, explique : « Ça n'existe pas le 'djent,' c'est pas un genre[16]. ». Cette affirmation est plutôt légitime, dans le sens où le djent représente surtout un son particulier et une façon de jouer et de penser la musique, qui peut être incorporé à tout styles de metal et même de musique. Par exemple, on retrouve du djent dans la musique jazz du compositeur Tigran Hamasyan, le morceau "Entertain me" est un bon exemple. D'ailleurs, on retrouve souvent dans la formation live de Tigran le guitariste Yoel Genin et le bassiste Guy Bernfeld, tous deux jouant dans le groupe Hago (groupe qui mélange djent, fusion, et jazz).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Nick Bowcott, « Meshuggah Share the Secrets of Their Sound », Guitar World, Future US, (consulté le 17 octobre 2011).
  2. a et b (en) Brad Angle, « Interview: Meshuggah Guitarist Fredrik Thordendal Answers Reader Questions », Guitar World, Future US, (consulté le 17 octobre 2011).
  3. (en) Matt Shelvock, « The Progressive Heavy Metal Guitarist's Signal Chain: Contemporary Analogue and Digital Strategies », Innovation in Music, vol. 1, no 1,‎ , p. 126-138 (lire en ligne).
  4. a b c d et e (en) Djent, the metal geek's microgenre. The Guardian. 3 mars 2011, consulté le 26 juin 2011.
  5. GuitarWorld Staff Member, « TesseracT Unveil New Video », Guitar World, Future US, (consulté le 17 octobre 2011).
  6. Eduardo Rivadavia, « One », AllMusic, Rovi Corporation (consulté le 17 octobre 2011)
  7. a et b (en) Eduardo Rivadavia, « Concealing Fate », AllMusic, Rovi Corporation (consulté le 17 octobre 2011).
  8. a et b (en) Chris Colgan, « Born of Osiris: The Discovery », PopMatters, (consulté le 19 octobre 2011).
  9. (en) « TESSERACT’S ACLE ON THE BIRTH OF TESSERACT AND THE DJENT MOVEMENT », Metalsucks, Metalsucks, (consulté le 9 novembre 2014).
  10. (en) Matt Debenedictis, « A Life Once Lost Took 'an Outsider's Point of View' During Time Off », Noisecreep, AOL, (consulté le 17 octobre 2011).
  11. (en) Gregory Heaney, « Id », AllMusic, Rovi Corporation (consulté le 17 octobre 2011).
  12. (en) Josh Hart, « Vildhjarta Unveil New Album Details, Post Teaser Video », Guitar World, Future US, (consulté le 17 octobre 2011).
  13. (en) Eduardo Rivadavia, « II review », AllMusic, Rovi Corporation (consulté le 17 octobre 2011).
  14. (en) Greg Kennelty, « Here's Why Everyone Needs To Stop Complaining About Extended Range Guitars », Metal Injection (consulté le 8 mars 2014).
  15. « What is your opinion of Djent? »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), http://rosettaband.com (consulté le 29 novembre 2011).
  16. Randy Blythe, « Lamb of God's Randy Blythe on Djent », http://www.smnnews.com (consulté le 29 novembre 2011).

Liens externes[modifier | modifier le code]