Ska punk

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ska punk
Origines stylistiques Ska, punk hardcore, punk rock, 2 Tone
Origines culturelles Fin des années 1970 ; Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni, Drapeau des États-Unis États-Unis
Instruments typiques Guitare, guitare électrique, basse, batterie, saxophone, trompette, trombone

Sous-genres

Ska-core

Le ska punk est un genre musical mêlant ska et punk rock[1]. Il atteint un succès phénoménal aux États-Unis à la fin des années 1990[2]. Le ska-core (souvent nommé skacore) est un sous-genre du ska punk, mêlant ska et punk hardcore[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le ska et le punk rock sont combinés pour la première fois durant le mouvement 2 Tone à la fin des années 1970 en Angleterre[4], par des groupes tels que The Specials, The Selecter, et The Beat ou Madness. La situation est quelque-peu différentes aux États-Unis . En effet, si le Reggae est déjà présent dans la scène punk hardcore avec Bad Brains , c'est au milieu des années 1980 avec des formations comme Murphy's Law (dès 1986) et surtout Operation Ivy (dès 1987) que le mélange de Ska et de Punk se fera connaitre et deviendra un genre à part entière.

Cette scène musicale connaîtra une véritable explosion dans les années 1990 et se diversifiera en plusieurs sous-genres comme le Skacore, le Ska Pop Punk, le ska Rock, le Bad Ska et autres. Le Skapunk prendra d'abord de l'ampleur aux États-Unis via la présence fréquente de morceaux Skapunk sur les albums de groupes de Punk Rock comme NoFx, Rancid ou The Offspring et surtout grâce à l'apparition de groupes tels que The Mighty Mighty Bosstones puis Voodoo Glow Skulls. Parallèlement à cela, le style s'internationalisera relativement rapidement à partir du milieu des années 1990.

Les groupes les plus populaires du genre incluent aux États-Unis : Less Than Jake, Mad Caddies, Streetlight Manifesto, Choking Victim, Leftöver Crack, en Espagne le groupe Ska-P, en Suisse, Body Bag, en Belgique, Looking Up, au Japon, Rude Bones, au Mexique, Sekta Core!, en Hollande, Beans, au Royaume-Uni, Capdown ainsi que The Filaments, et en France, Kargol's, la Ruda, les Caméléons, Marcel et son orchestre, P.O. Box, Freygolo, Taxi Brousse ou encore Fabrika Skank et Oz One.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Ska Revival », AllMusic,‎ (consulté le 14 décembre 2011).
  2. (en) « Third Wave Ska Revival », AllMusic,‎ (consulté le 14 décembre 2011).
  3. (en) Cmj Network, « United Colors of Beantown », CMJ New Music Monthly, no 81,‎ , p. 47 (lire en ligne).
  4. (en) « Ska-Punk », Allmusic,‎ (consulté le 14 décembre 2011).