Liquid funk

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Liquid funk
Image dans Infobox.
Détails
Date de création
Origines stylistiques
Origines culturelles
Instruments typiques
Popularité
Faible, largement basée en Grande-Bretagne au début, mondiale maintenant
Genres associés
Uplifting drum and bass

Le liquid funk (liquid drum & bass, liquid DnB ou liquid) est un sous-genre musical du drum and bass. Le nom du genre est attribué au début des années 2000 par DJ Fabio, un disc-jockey britannique[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

En 2000, Fabio lance un style de drum and bass qu'il nomme « liquid funk », un nom repris par plusieurs œuvres musicales qu'il publie à son label, Creative Source[3]. Le genre s'inspire de l'ambient, du funk, du disco, de la house et de la trance, accompagné de morceaux vocaux importants. Initialement faible en popularité, le style s'accroit massivement aux alentours de 2003-2004, et en 2005 s'établit comme l'un des sous-genres les plus rentables du drum and bass, avec des labels comme Good Looking Records (bien qu'il soit orienté atmospheric drum and bass), Hospital Records, Liquid V, Shogun Limited, Fokuz Recordings, et des musiciens et groupes comme Calibre, Netsky, High Contrast, Logistics, London Elektricity, Nu:Tone, Shapeshifter (en), Dj Marky, et Solid State[4]. La liquid funk est très similaire à l'intelligent drum and bass et l'atmospheric drum and bass, bien que quelques divergences subsistent[5].

Le liquid funk continue à se développer entre 2006 et 2009 avec des artistes comme Eveson, Alix Perez, Zero T, Lenzman et Spectrasoul, notamment.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Ishkur, « Ishkur's guide to Electronic Music », (consulté le ).
  2. Peter Shapiro, Drum 'n' bass: the rough guide, Rough Guides, , 400 p. (ISBN 1-85828-433-3, lire en ligne).
  3. (en) "Magnetic Soul presents BBC Radio 1 DJ Fabio and MC Joker D @ Heat – 6 Jul 07", Resident Advisor, consulté le 27 août 2009.
  4. (en) Album: Twisted Tongue, Twisted Tongue, Acid Jazz, The Independent, consulté le 27 août 2009.
  5. THE VINYL WORD, Taipei Times, consulté le 27 août 2009.

Liens externes[modifier | modifier le code]