Dark ambient

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Dark ambient

Origines stylistiques Ambient, musique industrielle, harsh noise, musique concrète, drone
Origines culturelles Années 1980 et 1990 ; Europe et Amérique du Nord
Popularité Faible

Le dark ambient est un genre de musique électronique situé à la croisée de l'ambient, de la musique bruitiste et de la musique industrielle. Apparu avec les expérimentations des pionniers de l'industriel dès la fin des années 1970, le genre s'est vraiment popularisé dans les années 1980.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le dark ambient se base et évolue partiellement grâce aux premiers albums solo de Brian Eno (Another Green World - In Dark Trees ; Music For Films - Alternative 3 ; Music For Films Director's Cut - Shell, Reactor, The Secret), d'une collaboration avec Robert Fripp, distinctement sombre et discordante, notamment le titre An Index of Metals (de l'album Evening Star, 1975), incorporant morceaux de guitare, des morceaux d'ambient dans la seconde moitié de l'album Low de David Bowie (1977) et "Heroes", Fourth World, Vol. 1: Possible Musics (1980), et d'une collaboration avec Jon Hassell, en particulier le quatrième volet de la série intitulée Ambient 4: On Land (1982)[1]. Un premier précurseur important du genre s'intitule Zeit de Tangerine Dream (1972).

Avec l'apparition au fil du temps de projets évoluant principalement dans l'industriel et la musique bruitiste, le terme de « dark ambient » a été utilisé pour désigner des compositions ambient par leur absence de beat, le recours à des nappes, des sons organiques, mais dont les ambiances mettent l'accent notamment sur l'angoisse, le malaise, l'isolation, et la froideur. Musique calme ou déstructurée, drones, échos, cris, tintements, sons organiques sont utilisés. Ce recours important à l'échantillonnage de sons d'origine naturelle place en quelque sorte la dark ambient dans la continuité de la musique concrète, tandis que son recours fréquent au bruitisme en fait un parent proche de la musique bruitiste. Une parenté fréquemment constatée est celle du black metal : de nombreux groupes de ce genre exercent en effet leurs talents dans des projets parallèles dark ambient, au point qu'on a commencé à parler de black ambient.

Des groupes de dark ambient comme Lustmord[2], Nocturnal Emissions, Zoviet France[3], et Lilith évoluent grâce à la musique industrielle des années 1980, et sont les premiers à implanter un style d'ambient « sombre »[3]. D'autres groupes et musiciens du genre incluent Cloud Shepherd, Controlled Bleeding, CTI, Deutsch Nepal, Hafler Trio, Lustmord, Nocturnal Emissions, PGR, Thomas Köner, Zoviet France[3], Cabaret Voltaire, SPK, Lab Report, Akira Yamaoka, Techno Animal à leurs débuts, Robin Rimbaud et Final.

Groupes[modifier | modifier le code]

Sous-genres[modifier | modifier le code]

Un certain nombre de sous-genres du dark ambient existent.

Ritual ambient[modifier | modifier le code]

Le ritual ambient[4] est caractérisé par des thématiques spirituelles, religieuses ou ésotériques. Ainsi, de nombreux groupes abordent des sujets directement liés à Aleister Crowley ou à la Magie du Chaos. Certains artistes vont même jusqu'à créer une forme de religion, en associant divers concepts occultes (Arktau Eos[5]). Sur le plan sonore, la musique est souvent minimaliste et caractérisée par l'utilisation d'instruments tels que des bols chantants tibétains, des clochettes, ainsi que des instruments à cordes. Les artistes les plus influents de ce genre sont notamment Arktau Eos, Halo Manash et Akoustik Timbre Frekuency.

Dark medieval[modifier | modifier le code]

Le dark medieval est un sous-genre de dark ambient qu'ont développé certains musiciens de black metal, dans leurs side-projects, durant les années 1990. Les grands noms sont par exemple Pazuzu, Die Verbannten Kinder Evas, Wongraven, Mortiis, Lord Wind, et Perunwit. Le dark medieval est un genre qui comme son nom l'indique, s'inspire du Moyen Âge et également des sociétés « barbares » : celtes, germaniques, viking, slaves, etc. C'est un genre synchrétique où les références au christianisme (ou plutôt exactement à son rejet) côtoient le paganisme, ou le folk se mélange à une musique pseudo-médiévale, la plupart du temps jouée synthétiquement et avec un certain sens de l'emphase, pour ne pas dire, parfois, du pompeux, et avec la volonté de sonner le plus sombre, triste ou « maléfique » possible. Les groupes de ce genre qui composent dans un style plus proche du folk, comme les polonais de Perunwit, Lord Wind, Kraina Bez Wiatru, sont parfois qualifié de « evil folk ».

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Dark Ambient Music », Synthtopia.com,‎ 20 juillet 2011.
  2. (en) Stosuy, Brandon, « Show No Mercy », Pitchfork,‎ 31 octobre 2008 (consulté le 31 octobre 2008).
  3. a, b et c Werner, Peter, « Epsilon: Ambient Industrial », sur Music Hyperreal (consulté le 11 décembre 2011).
  4. (en) Artemi Pugachov, « Ambient Music Guide » (consulté le 2 août 2013).
  5. http://www.helixes.org/arktau-eos/index02.html

Liens externes[modifier | modifier le code]