Dark ambient

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Dark ambient

Origines stylistiques Ambient, musique industrielle, musique concrète, drone
Origines culturelles Années 1980 et 1990[1] ; Europe et Amérique du Nord
Instruments typiques Instruments de musique électronique
Voir aussi Liste de musiciens de dark ambient

Genres associés

Ambient noise, black ambient, funeral doom metal, drone metal

Le dark ambient (parfois appelé ambient industrial dans les années 1980) est un genre de musique électronique situé à la croisée de l'ambient, de la musique bruitiste et de la musique industrielle. Apparu avec les expérimentations des pionniers de l'industriel dès la fin des années 1970, le genre s'est vraiment popularisé dans les années 1980.

Histoire[modifier | modifier le code]

Lustmord, musicien représentatif du dark ambient[2].

Les origines du dark ambient peuvent se retracer dans les années 1970, et s'inspirent notamment des films d'horreur[3]. Le genre se base et évolue partiellement grâce aux premiers albums solo de Brian Eno (Another Green World - In Dark Trees ; Music For Films - Alternative 3 ; Music For Films Director's Cut - Shell, Reactor, The Secret), d'une collaboration avec Robert Fripp, distinctement sombre et discordante, notamment le titre An Index of Metals (de l'album Evening Star, 1975), incorporant morceaux de guitare, des morceaux d'ambient dans la seconde moitié de l'album Low de David Bowie (1977) et "Heroes", Fourth World, Vol. 1: Possible Musics (1980), et d'une collaboration avec Jon Hassell, en particulier le quatrième volet de la série intitulée Ambient 4: On Land (1982)[4]. Un premier précurseur important du genre s'intitule Zeit de Tangerine Dream (1972).

Avec l'apparition au fil du temps de projets évoluant principalement dans l'industriel et la musique bruitiste, le terme de « dark ambient » est utilisé pour désigner des compositions ambient par leur absence de beat, le recours à des nappes, des sons organiques, mais dont les ambiances mettent l'accent notamment sur l'angoisse, le malaise, l'isolation, et la froideur. Musique calme ou déstructurée, drones, échos, cris, tintements, sons organiques sont utilisés. Ce recours important à l'échantillonnage de sons d'origine naturelle place en quelque sorte le dark ambient dans la continuité de la musique concrète, tandis que son recours fréquent au bruitisme en fait un parent proche de la musique bruitiste. Une parenté fréquemment constatée est celle du black metal : de nombreux groupes de ce genre exercent en effet leurs talents dans des projets parallèles dark ambient, appelés black ambient.

Des groupes de dark ambient comme Lustmord[5], Nocturnal Emissions, Zoviet France[6], et Lilith évoluent grâce à la musique industrielle des années 1980, et sont les premiers à implanter un style d'ambient « sombre »[6]. D'autres groupes et musiciens du genre incluent Cloud Shepherd, Controlled Bleeding, CTI, Deutsch Nepal, Hafler Trio, Lustmord, Nocturnal Emissions, PGR, Thomas Köner, Zoviet France[6], Cabaret Voltaire, SPK, Lab Report, Akira Yamaoka, Techno Animal à leurs débuts, Robin Rimbaud et Final.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ishkur, « Ishkur's guide to Electronic Music »,‎ 2005 (consulté le 24 février 2015).
  2. (en) Artemi Pugachov, « Ambient Music Guide » (consulté le 2 août 2013).
  3. « Black Metal et Dark Ambient », sur metalship (consulté le 2 mars 2015).
  4. (en) « Dark Ambient Music », Synthtopia.com,‎ 20 juillet 2011.
  5. (en) Stosuy, Brandon, « Show No Mercy », Pitchfork,‎ 31 octobre 2008 (consulté le 31 octobre 2008).
  6. a, b et c (en) Werner, Peter, « Epsilon: Ambient Industrial », Music Hyperreal (consulté le 11 décembre 2011).

Liens externes[modifier | modifier le code]