Swans (groupe)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Swans
Description de cette image, également commentée ci-après
Swans en concert à Varsovie en 2010.
Informations générales
Pays d'origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre musical Rock expérimental, no wave, post-punk, noise rock, rock industriel, rock gothique, art rock, post-rock
Années actives 19821997, depuis 2010
Labels Young God Records, Neutral Records, Homestead, Caroline Records, Uni Records/MCA Records, Invisible Records, Atavistic Records, Mute Records, Some Bizzare Records
Site officiel swans.pair.com
Composition du groupe
Membres
  • Michael Gira
  • Christoph Hahn
  • Christopher Pravdica
  • Phil Puleo
  • Paul Wallfisch
  • Norman Westberg
Anciens membres Voir anciens membres

Swans est un groupe de rock expérimental, folk et industriel américain, originaire de New York. Il est actif entre 1982 et 1997, puis depuis 2010, sous l'égide de Michael Gira, chanteur, compositeur multi-instrumentiste. Parmi les nombreux musiciens ayant joué au sein de cette formation, on peut citer Ted Parsons, Bill Rieflin ou Vincent Signorelli (Unsane). Le groupe suisse The Young Gods tire son nom du disque Young God (EP), et revendique les Swans comme influence majeure.

Le groupe se forme à New York en 1982 et connait de nombreux changements de personnel jusqu'à sa dissolution en 1997. Les membres qui restèrent le plus longtemps dans le groupe autour de Michael Gira furent la claviériste / chanteuse Jarboe et dans une certaine mesure le guitariste Norman Westberg. En 2010, Gira reforme le groupe et sort l'album My Father Will Guide Me Up a Rope to the Sky. Suivent The Seer (2012) et To Be Kind (2014). Ce dernier accueille St. Vincent, Cold Specks, Bill Rieflin (King Crimson) et Little Annie. Il est produit par John Congleton[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Débuts (1982–1985)[modifier | modifier le code]

Michael Gira à Kansas City, en septembre 2012.

Michael Gira répète à plusieurs reprises avoir adopté le nom de Swans, qu'il décrit de meilleur pour un nom de groupe. « Les cygnes [swans] sont des créatures majestueuses et magnifiques. Avec un tempérament de merde[2]. »

La première formation connue de Swans comprend Gira à la basse et au chant, Jonathan Kane à la batterie, Sue Hanel à la guitare, Mojo et Thurston Moore aux percussions et tape loops, et Dan Braun ou Jon Tessler à la seconde basse. Jon Tessler jouait aussi des percussions et des tape loops. Le seul enregistrement du groupe avec Hanel se fait sur la compilation Body to Body, Job to Job[3]. Hanel ne reste pas longtemps dans le groupe, et est remplacée par Bob Pezzola. Cette formation comprend aussi le saxophoniste Daniel Galli-Duani, qui jouait avec Kane au sein du duo avant-gardiste Transmission. Leur premier EP, Swans, publié chez Labor, est différent de ce qu'ils feront plus tard. Il comprend des morceaux de guitare distordue qui rappelle des groupes de post-punk comme Joy Division. Cependant, la structure minimaliste des cordes rappelle le blues et l'instrumentation jazz ainsi que les time signatures de Swans rappellent la scène no wave de la fin des années 1970[4],[5] qui se sont plus ou moins effondrés depuis l'album Cop (1984).

Kane compare Swans à l'icône du blues Chester Burnett, alias Howlin' Wolf. Leur style musical à ses débuts se caractérise par des bruits de guitare, notamment, ponctué par les paroles violentes et morbides de Gira (inspirées de Jean Genet et Marquis de Sade), souvent criés ou aboyés. Les critiques décriront ses paroles comme violentes[6]. Leur premier album studio, Filth, et publié en 1983[7]. Filth est le premier album du groupe à faire participer le guitariste Norman Westberg, qui jouera un rôle vital dans la musique des Swans, et sur tous ses albums depuis Love of Life.

Cop (1984) et l'EP Young God sont publiés en 1984 et réédités en CD en 1992. Pendant leurs premiers concerts, les Swans jouaient à un volume tellement élevé que la police interviendra. Gira s'est aussi souvent confronté au public, écrasant leurs doigts pendant qu'il restait sur scène, tirant les cheveux et, notamment, frappant ceux qui pratiquaient le headbanging ; ce que Gira haïssait[8]. Cette réputation sulfureuse mènera au départ de Gira en 1997[9]. Depuis le retour des Swans, Gira met un poing d'honneur à maintenir l'intensité des concerts[10].

Mi-période (1986–1988)[modifier | modifier le code]

Greed (1986) fait participer la claviériste et chanteuse Jarboe. Sa présence diminue progressivement l'intensité du style musical des Swans. Greed marque aussi l'arrivée du bassiste Algis Kizys comme membre permanent. L'album n'est pas aussi brutal ou bruyant que ses prédécesseurs, mais extrêmement sombre. Il est suivi par un album « jumeau », Holy Money, le premier à faire participer Jarboe au chant.

Children of God (1987) étend encore plus le rôle de Jarboe, narrant les histoires de souffrance, torture et d'humiliation subies par Michael Gira. Les histoires narrées ici, cependant, sont inhabituellement juxtaposées avec un point de vue religieux[11]. Certaines chansons comme Beautiful Child, retiennent le style vocal de leurs débuts.

Nouveaux albums (1988–1997)[modifier | modifier le code]

Après l'album Children of God, Gira décide de changer quelque peu le style musical du groupe l'orientant vers des éléments acoustique pour mettre plus en avant les parties vocales de Jarboe. Cette nouvelle direction de Gira et Jarboe s'effectue sous deux noms de scène : Skin (en Europe) et World of Skin (aux États-Unis).

The Burning World est le premier album des Swans qui comprend des mélodies pop plus conventionnelles. Mais les paroles de Gira traitent toujours autant de la dépression, de la mort et du désespoir. Le groupe reprendra aussi la chanson Can't Find My Way Home de Blind Faith. En 1990, Gira et Jarboe publient leur troisième et dernier album sous World of Skin, Ten Songs for Another World.

Post-séparation et retour (depuis 1997)[modifier | modifier le code]

Après avoir dissous Swans, Gira forme Angels of Light, continue ses projets avec Young God Records, et Jarboe continue ses projets en solo.

En janvier 2010, Young God Records annonce sur sa page MySpace le retour des Swans[12]. Gira décidait déjà de ramener les Swans pendant un concert d'Angels of Light cinq ans auparavant[13]. Pour aider à financer le nouvel album du groupe, Gira publie un nouvel album solo, I Am Not Insane, sur son site web Young God Records[14].

Membres[modifier | modifier le code]

Membres actuels[modifier | modifier le code]

  • Michael Gira – guitare, chant (1982–1997, depuis 2010)
  • Norman Westberg – guitare (1983–1995, depuis 2010)
  • Christoph Hahn – guitare, lap steel guitar (1988–1991, depuis 2010)
  • Phil Puleo – batterie, percussions, dulcimer (1995–1997, depuis 2010)
  • Christopher Pravdica – basse (depuis 2010)
  • Paul Wallfisch – claviers (depuis 2016)

Anciens membres[modifier | modifier le code]

  • Dan Braun – basse (1982)
  • Bill Bronson – basse (1995–1997)
  • Harry Crosby – basse (1983–1984)
  • Daniel Galli-Duani – saxophone (1982)
  • Joe Goldring – basse (1995–1997)
  • Ronaldo Gonzalez – batterie (1986–1987)
  • Sue Hanel – guitare (1982)
  • Thor Harris – batterie, percussions, vibraphone, claviers (2010–2016)
  • Jarboe  – claviers, chant, piano (1984–1997, 2012)
  • Jonathan Kane  – batterie (1982–1983)
  • Algis Kizys  – basse (1986–1995)
  • Sami Kumpulainen – basse (1988)
  • Mojo – percussions, tape loops (1982)
  • Thurston Moore – basse (1982)
  • Virgil Moorefield – batterie (1989)
  • Roli Mosimann – batterie (1983–1984)
  • Ivan Nahem – batterie (1982, 1986)
  • Ted Parsons – batterie (1985–1987)
  • Bob Pezzola – batterie (1982–1983)
  • Bill Rieflin – batterie, instruments additionnels (1995–1996 ; invité 2010–2014)
  • Vinnie Signorelli – batterie (1991–1992)
  • Clint Steele – guitare (1990–1997)
  • Jon Tessler – basse, percussions, tape loops (1982)
  • Jenny Wade – basse (1991)

Chronologie[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

  • 2016 : l'album The Glowing Man est classé 9e meilleur album de l'année par la rédaction du site Metalorgie.com[15]

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums studio[modifier | modifier le code]

  • 1983 : Filth
  • 1983 : Cop
  • 1986 : Greed
  • 1986 : Holy Money
  • 1987 : Children of God
  • 1989 : The Burning World
  • 1991 : White Light from the Mouth of Infinity
  • 1992 : Love of Life
  • 1995 : The Great Annihilator
  • 1996 : Die Tür Ist Zu
  • 1996 : Soundtracks for the Blind
  • 2010 : My Father Will Guide Me Up a Rope to the Sky
  • 2012 : The Seer
  • 2014 : To Be Kind (Young God/Mute Records/Differ-Ant)
  • 2016 : The Glowing Man

EP[modifier | modifier le code]

  • Swans (1982)
  • Young God (1984)
  • Time is Money (Bastard) (1986)
  • A Screw (1986)
  • New Mind (1987)
  • Love Will Tear Us Apart (rouge) (1988)
  • Love Will Tear Us Apart (noir) (1988)
  • Can't Find My Way Home (1989)
  • Saved (1989)
  • Love of Life/Amnesia (1992)
  • Celebrity Lifestyle (1994)
  • Failure/Animus (1996)

Albums live[modifier | modifier le code]

  • Public Castration Is A Good Idea (1986)
  • Real Love (1986 publié en 1992)
  • Feel Good Now (1989)
  • Anonymous Bodies in an Empty Room (1990)
  • Body To Body, Job To Job (1991)
  • Omniscience (1992)
  • Kill the Child (1996)
  • I Am the Sun/My Buried Child (1997)
  • Swans Are Dead (1998)
  • We Rose From Your Bed With the Sun in our Head (2012)
  • Not Here / Not Now (2013)
  • The Gate (2015)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. “To Be Kind”, le dernier album de Swans en écoute, Quentin Monville, Les Inrockuptibles, 5 mai 2014.
  2. (en) « Interview with Michael Gira from Swans », Flowers in a Gun (consulté le 5 mai 2015)
  3. Andrew Carden, « Jonathan Kane and Swans », Mojo, (consulté le 20 février 2013).
  4. (en) Jessamy Culkin, « Nobody Knows No Wave – Telegraph », telegraph.co.uk, (consulté le 20 février 2013).
  5. David Browne, Goodbye 20th Century: A Biography of Sonic Youth, Da Capo Press, (ISBN 0306816032).
  6. (en) Ned Raggett, « Greed – Swans : Songs, Reviews, Credits, Awards : AllMusic », AllMusic (consulté le 20 février 2013).
  7. (en) Ned Raggett, « Filth – Swans : Songs, Reviews, Credits, Awards : AllMusic », AllMusic (consulté le 20 février 2013)
  8. (en) Michael Moynihan, « Seconds interview »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Seconds, (consulté le 20 février 2013).
  9. (en) Jordon N. Mamone, « The Final Sacrifice »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), CMJ, (consulté le 20 février 2013).
  10. (en) « Michael Gira - Crasier Frane », crasierfrane.com, (consulté le 20 février 2013).
  11. (en) « Swans », webinfo.co.uk (consulté le 20 février 2013).
  12. « Facebook: Coming Soon New Swans Album and Tour », Facebook.com
  13. (en) Sasha Frere-Jones, « Swans Way », sur The New Yorker, (consulté le 8 janvier 2017).
  14. (en) « Coming Soon, New Swans Album and Tour(s) », Facebook, (consulté le 20 février 2013).
  15. « Dossier : Top 2016 des rédacteurs », sur Metalorgie (consulté le 25 janvier 2017)

Lien externe[modifier | modifier le code]