Street punk

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Street punk
Origines stylistiques Punk rock, oi!, punk hardcore, pub rock, NWOBHM
Origines culturelles Début des années 1980, Royaume-Uni
Instruments typiques Chant, basse, guitare électrique, batterie
Popularité Faible
Voir aussi Anarcho-punk, liste des groupes

Genres associés

D-beat

Street punk (épelé d'une manière alternative streetpunk) est un genre musical de punk rock ciblant la classe ouvrière[1] ayant émergé durant les années 1980, en partie en réponse aux prétensions artistiques de la première vague du punk britannique[2]. Le street punk émerge du style oi!, joué par des groupes comme Sham 69, Blitz, The Business, Angelic Upstarts, Cockney Rejects et The Exploited[3],[4],[5]. Cependant, le street punk dépasse les limites de la forme oi! grâce à des groupes comme GBH, Chaos UK, Discharge, The Anti-Nowhere League et Oxymoron. Les street punks ont généralement un aspect beaucoup plus flamboyant contraire à l'image de la classe ouvrière ou des skinheads associés à certains groupes de oi![6].

Histoire[modifier | modifier le code]

UK 82[modifier | modifier le code]

Punks des années 1980.

UK 82 (également connu sous les noms de seconde vague punk[7], real punk[8], ou no future punk[9]) adopte la musique punk existante et y ajoute les batteries et les sons de guitare saturée de Motörhead[10]. Le terme de UK 82 s'inspire du titre homonyme de la chanson du groupe The Exploited[11]. Les paroles de groupes UK 82 sont plus sombres et plus violentes que celles des premiers groupes punk. Ils explorent leur intérêt pour l'holocauste nucléaire, et autres thèmes apocalyptiques, partiellement à cause des tensions militaire qui régnaient en ce temps durant la Guerre froide. D'autres thèmes comme le chômage et les lois du gouvernement britannique conservateur sont également explorés. Les paroles dénoncent fréquemment la leader du Parti conservateur Margaret Thatcher[12], de la même manière que le faisaient les groupes de punk hardcore pour Ronald Reagan.

Les trois groupes UK82 les plus importants, selon Ian Glasper, sont The Exploited, Discharge[13] et Charged GBH[14]. The Exploited créent la polémique de par la parole agressives et concerts, et sont considérés par Glasper comme « punks cartoonesques[15]. » Glasper explique que « pour beaucoup, The Exploited étaient le groupe de la seconde vague punk par excellence[15]. »

D-beat[modifier | modifier le code]

Le D-beat (aussi connu sous le terme discore[16] ou käng (boot), en Suède[17]) se développe pendant les années 1980 lorsque des groupes tentent d'imiter d'autres groupes comme Discharge, pour qui le genre est nommé[18]. L'un de ces premiers groupes à faire de la sorte est The Varukers[16]. Le contenu vocal du D-beat sont des slogans hurlés. Le style se différencie de ses prédécesseurs de par son contenu lyrique minimal et sa proximité avec le heavy metal. Il est proche du crust punk, qui est une variation plus heavy et plus complexe[17]. Les groupes de D-beat sont typiquement contre la guerre et l'anarchie. Le style se popularise plus particulièrement en Suède, et se développe dans le pays grâce à des groupes comme Anti Cimex[19] et Mob 47[20].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Glasper 2004, p. 10.
  2. (en) Glasper 2004, p. 9.
  3. (en) Glasper 2004, p. 122.
  4. (inscription nécessaire) (en) « Maximum Rock'n'Roll », Maximum Rock'n'Roll,‎ . (lire en ligne).
  5. (en) Glasper 2004, p. 246.
  6. (en) Glasper 2004, p. 5.
  7. (en) Glasper 2004, p. 8-9.
  8. (en) Liner notes, Discharge, Hear Nothing See Nothing Say Nothing, Castle, 2003
  9. (en) Glasper 2004, p. 384.
  10. (en) Glasper 2004, p. 47.
  11. (en) Glasper 2004, p. 165, 320.
  12. (en) Glasper 2004, p. 203.
  13. (en) Matt Diehl, The Young Crazed Peeling, My So-Called Punk: Green Day, Fall Out Boy, The Distillers, Bad Religion---How Neo-Punk Stage-Dived Into the Mainstream, New York : Macmillan, 2007, (ISBN 0-312-33781-7), (ISBN 978-0-312-33781-0), p. 107.
  14. (en) Glasper 2004, p. 44.
  15. a et b (en) Glasper 2004, p. 360.
  16. a et b (en) Glasper 2004, p. 65. The Varukers were the original Discore band, the first and best of the hardcore punk acts to take the simple, yet devastatingly effective formula laid down by Discharge and play it as fast, hard, heavy as they could.
  17. a et b (en) Jandreus 2008, p. 11.
  18. (en) Glasper 2004, p. 175. I just wanna be remembered for coming up with that f-ckin' D-beat in the first place! And inspiring all those f-ckin' great Discore bands around the world! - Terry « Tez » Roberts.
  19. (en) Jandreus 2008, p. 20-21.
  20. (en) Jandreus 2008, p. 143.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Ian Glasper, Burning Britain: The History of UK Punk 1980-1984, Cherry Red Books,‎ (ISBN 1-901447-24-3)
  • (en) Ian Glasper, The Day the Country Died: A History of Anarcho Punk 1980 to 1984, Cherry Red Books,‎ (ISBN 1-901447-70-7)
  • (en) Peter Jandreus, The Encyclopedia of Swedish Punk 1977-1987, Stockholm, Premium Publishing,‎ .