Seapunk

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le seapunk est un sous-genre de mode et de design créé sur Internet par un petit groupe de passionnés du multimédia. Il a été popularisé par une grande utilisation de rétro-liens et de partage sur les réseaux sociaux.

Origines[modifier | modifier le code]

Le mouvement seapunk trouverait ses origines dans un tweet (2011) évoquant le blouson d'un punk dont les clous auraient été remplacés par des crustacés[1].

Le seapunk est donc principalement une tendance esthétique qui s'est développée sur internet principalement sur la plateforme de blogging Tumblr. Les codes esthétiques reprennent tout un ensemble de références à l'univers aquatique : dauphins, coquillages, fond marin de couleur bleue et turquoise auxquels s'ajoutent des éléments incongrus, low-fi, psychédéliques, ethniques, symboliques : pyramides 3d, pixellisation, vagues, divinités, glitch, 8bit, objets de cultes, effets d'optiques, etc[2].

Rapidement, cette tendance a attiré les labels musicaux underground qui ont produit des artistes revendiquant une appartenance au mouvement seapunk.

Le seapunk est révélé au grand public avec la prestation de Rihanna au Saturday Night Live du [3].

@LilInternet et @LilGovernment sont à l'origine du mot et de son utilisation et ses principaux représentants aujourd'hui sont Coral Records Internazionale (Ultrademon, Zombelle, Fire For Effect, Kevin Heckart) aux USA (particulièrement à Chicago), Unicorn Kid en Angleterre, Sea Punk Gang en Italie, Merman en Brésil, et Ideal Corpus en France. Le mouvement a pour égérie une jeune top model : Charlotte Free[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Seapunk, plongée dans une culture open source », sur Slate magazine, (consulté le 16 novembre 2012)
  2. Antoine Bienvenu, « Le Seapunk gagne les collections 2013 homme », sur HommeUrbain.com, Magazine de l'homme urbain,
  3. « Seapunk Fashion - Styling Tips For Alternative Trends », sur refinery29.com (consulté le 8 septembre 2020).
  4. Antoine Bienvenu, « Retour sur 10 ans d’influence du Web sur la mode », Magazine de l'homme urbain,‎ (lire en ligne)