Gouttières (Puy-de-Dôme)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Gouttières
Pompe à bras de pompier (Gouttières).jpg
Lion et chat - Gouttières (63).jpg
De haut en bas : Place du bourg et pompe à bras de pompiers. ; Street-art à lion et chat par les artistes Topaz et Cofee.
Blason de Gouttières
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Puy-de-Dôme
Arrondissement Riom
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Saint-Éloy
Maire
Mandat
Daniel Cluzel
2020-2026
Code postal 63390
Code commune 63171
Démographie
Gentilé Gouttièrois / Goutierauds
Population
municipale
329 hab. (2019 en diminution de 7,84 % par rapport à 2013)
Densité 13 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 03′ 47″ nord, 2° 46′ 12″ est
Altitude Min. 591 m
Max. 803 m
Superficie 25,63 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Saint-Éloy-les-Mines
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Saint-Éloy-les-Mines
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative d'Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Gouttières
Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme
Voir sur la carte topographique du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Gouttières
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Gouttières
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Gouttières

Gouttières (Gotira en occitan) est une commune française, située dans le département du Puy-de-Dôme. Elle est située au nord-ouest du département du Puy-de-Dôme et se situe non loin de ceux de la Creuse et de l'Allier, entre régions Auvergne-Rhône-Alpes et Nouvelle-Aquitaine.

Ses habitants sont nommés les Gouttièrois ou Goutierauds.

La commune est située au cœur des Combrailles et se trouve au carrefour de l'Auvergne, du Limousin, de la Marche et du Bourbonnais. Le village de Gouttières est présent depuis le Moyen Âge et forme depuis une des communautés importantes de la région située entre la Sioule au sud et les Bois de Pionsat au nord.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Couronne de la ville de Saint-Eloy-les-Mines dont Gouttières fait partie (INSEE 2020).

La commune est située au nord-ouest du département du Puy-de-Dôme, au cœur des Combrailles[1],[2]. Elle est au croisement de ce département avec ceux de l'Allier et de la Creuse, entre régions Auvergne-Rhône-Alpes et Nouvelle-Aquitaine.

Elle fait partie de la couronne de Saint-Eloy-les-Mines.

Huit communes la jouxtent[3] :

Par la route, Gouttières est située à 13 km de Saint-Éloy-les-Mines, à 40 km de Montluçon (Allier), à 47 km de Riom (Puy-de-Dôme), à 56 km d'Aubusson (Creuse), à 70 km de Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme) et de Vichy (Allier), à 82 km de Guéret (Creuse) et de Moulins (Allier)[4].

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Le point culminant de la commune se trouve au lieu-dit la Table des quatre curés, dans les grands bois, non loin de l'ancien village de Coterue, à une hauteur d'environ 815 m d'altitude. Situé au nord de la commune il s'agit du point culminant de tout le nord des Combrailles[5].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La Bouble (Bubula en latin) prend sa source sur le territoire de la commune, au nord du village de la Gare et qui après 66 km va se jeter dans la Sioule à Saint-Pourçain-sur-Sioule après avoir traversé des villes comme Saint-Eloy-les-Mines ou encore Chantelle.

Trois ruisseaux et rivières y naissant tel que le Vaillant ou encore le Chalamont qui se jette plus au sud dans la Sioule à Sauret-Besserve.

Lieux-dits[modifier | modifier le code]

La commune de Gouttières possède de nombreux hameaux et lieux-dits. Le Bourg, c'est-à-dire Gouttières, est au centre de la commune et en est le plus important, mais le reste de la commune est occupé par des « villages », noms que l'on donne localement aux hameaux importants dans le centre de la France[6].

Parmi ces villages peuvent être cités parmi les plus importants Les Bouchauds ou Les Verts au nord ou encore La Peize au sud, etc. De plus petits hameaux et lieux-dits parsèment la commune : La Croizette, Le Chazal, Le Levadoux, Le Mazet, Le Muratel, Les Quatre routes, Les Racauds, etc.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Grande Rue du Bourg et statue de chat géante.

La commune est traversée par les routes départementales 18 (reliant Teilhet au nord-est à Espinasse au sud-ouest) et 227 (reliant Saint-Gervais-d'Auvergne au sud-est à Pionsat au nord-ouest), ainsi que par les D 18a (reliant la gare de Gouttières à la D 987 vers Sainte-Christine et Saint-Gervais-d'Auvergne), D 110 (vers Teilhet au nord et Saint-Priest-des-Champs au sud) et D 524 (vers Le Quartier)[3].

La ligne de Lapeyrouse à Volvic traverse également le territoire communal, avec une gare. Tout trafic est suspendu.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Typologie[modifier | modifier le code]

Gouttières est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[7],[8],[9].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Saint-Éloy-les-Mines, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 15 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[10],[11]. Elle forme une ligne qui s'échelonne le long de la rivière Bouble qui prend sa source à Gouttières.

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (70,5 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (70,1 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (42,5 %), forêts (29,5 %), zones agricoles hétérogènes (25,8 %), terres arables (2,2 %)[12].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Aire linguistique de l'occitan limousin selon Paul-Louis Grenier mais aussi Yves Lavalade (2003) et Dominique Decomps.

Comme le signale Ernest Nègre, le nom de la commune vient du latin Gutta signifiant « les gouttes », « les sources coulant au goutte-à-goutte » et qui évoluera sous sa forme occitane Gota[13]. En effet, la commune abrite les sources de deux rivières, le Chalamont et la Bouble.

Le nom occitan du village est Gotira en graphie classique[14] [prononcé : /gutʃi:ɾa/]. Le gentilé dans cette même langue (dialecte limousin[15]) est Gotiraud et Gotirauda. Au Moyen Âge, en ancien occitan, le nom était Goteira[16].

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

Des vestiges gallo-romains ont été trouvés sur le territoire de Gouttières. Notamment des mines d'or au Montagard et dans les bois de Magnalet qui datent du second âge du fer, moment correspondant à la période celtique[17],[18]

De même de nombreux morceaux de tuiles, tessons gallo-romains mais également des coffres funéraires[19] ont été trouvés dans divers hameaux, témoignant ainsi de la présence romaine sur la commune[20].

Période médiévale[modifier | modifier le code]

Château Bottes.

En 1165, l'église Saint-Pierre de Gouttières est rattachée à l'abbaye de Mozac.

Au mois de septembre 1252, le seigneur de Gouttières, Pierre de Vareille vend à Eudes de Bourgogne, les droits sur le village de Gouttières pour le prix de 600 livres. Mais quelques années plus tard, en l'an 1260, cette terre fut cédée par Mathilde de Bourbon et Eudes de Bourgogne à Alphonse de Poitiers, comte de Poitiers et d'Auvergne, et qui n'est autre que le frère du roi de France Saint Louis. Alphonse de Poitiers établit à ce moment une prévôté à Gouttières dont le bailliage s'étend à toutes les paroisses aux alentours du village (ex. Saint-Julien-la-Geneste, etc). Au même moment, le sergent d'armes Richard de Goteria rendit hommage à Alphonse pour les terres qu'il possédait dans le bailli de Goteyras[21].

Au XIIIe siècle, au hameau de la Peize une commanderie de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem fut construite, cette dernière dépendait de celle de Tortebesse, près d'Herment. En 1247, le seigneur de Rochedragon donna à des chevaliers hospitaliers d'importantes terres dans les environs.

Durant la guerre de Cent Ans des soldats anglais se sont installés dans l'actuelle commune de Gouttières comme en témoigne certains patronymes.

Au XVIe siècle, le village passe à la famille de Chazeron. Au XVIIe elle passe à Jean-Jacques de Mascon et le siècle suivant à Jean de Mayet.

La commune se trouve à l'extrémité nord-ouest de l'Auvergne et appartient à différentes régions selon les époques, c'est en partie dû à son proche voisinage avec La Marche, au point qu'elle est parfois considérée comme en faisant partie[22], voire avec le Bourbonnais voisin. Gouttières faisait partie de l'ancienne Généralité de Moulins.

Période moderne et contemporaine[modifier | modifier le code]

Gouttières sur la carte de Cassini (XVIIIe siècle), section d'Evaux-les-Bains. BnF.

Sous la révolution des actes « anti-révolutionnaires » eurent lieu : des arbres de la liberté furent arrachés peu après leur installation et le prêtre refusa de prêter serment à la constitution et se réfugia au hameau du Regheat pour éviter des représailles.

Au cours du XIXe siècle le village de la Peize, situé à l'extrême-sud de la commune abritait des carrières de grès fortement utilisées dans la construction à une échelle locale et ce depuis des siècles[23]. Au Levadoux le granite local a servi à la construction du viaduc des Fades qui a pendant longtemps été le pont le plus haut du monde[24].

À l'instar de la Peize, de nombreux autres villages voient des mines de charbon s'installer sur leurs territoires dans ce que l'on appelle le sillon houiller d'Auvergne. Ces mines bien que présentes sur l'ensemble de la commune et ayant eu une forte importance lors de leurs exploitation ne furent qu'éphémères et ne durèrent pas dans le temps. Ils ne reste que peu de vestiges de ces dernières sur la commune[25]. Certains éléments d'équipements sont exposés à la maison de la mine de Saint-Eloy-les-Mines.

L'arrivée du chemin de fer et la ligne de Montluçon à Gouttières[modifier | modifier le code]

Le 17 juin 1892, la Compagnie du chemin de fer de Paris à Orléans obtient par une convention signée avec le ministre des Travaux publics la concession à titre définitif de la ligne à voie métrique de Gouttières à Létrade (études menées par l'ingénieur des Ponts et Chaussées Albert de Préaudeau). Cette convention a été entérinée par une loi le 20 mars 1893. Toutefois, ce projet ne sera pas réalisé, remplacé par une liaison directe entre Montluçon et Gouttières.

Néanmoins il faudra attendre le 16 décembre 1919 pour que son tracé définitif soit approuvé, ce retard étant dû à la Première Guerre mondiale[26].

Cette dernière mesurait environ 43 km de Montluçon jusqu'à la gare de Gouttières, un des villages les plus importants de la commune au début du XXe siècle. Actuellement la ligne n'est plus utilisée et est laissée en « voie verte »[27].

La Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Au lieu-dit Coterue, petit hameau de quelques maisons fut installé en 1933 une ligne électrique pour desservir les habitants. Pendant la seconde guerre mondiale les maquisards y réalisèrent secrètement une station d'alimentation pour pouvoir recevoir l'électricité dans leur abri et alimenter les dispositifs d'alerte du camp situé non loin sur la commune de Saint-Julien-la-Geneste. Le 17 mai 1944 le lieu fut le siège du maquis « Trentaine-de-Commandement de Saint-Gervais ». À peine deux mois plus tard l'armée allemande et la milice ratisse le lieu pour y découvrir les résistants et tombe sur le matériel de ces derniers, le feu est mis au village.

Des parachutages de matériel eurent lieu à divers endroits de la commune et en proximité des grands-bois dans le but d'approvisionner les maquisards.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

La commune de Gouttières est membre de la communauté de communes du Pays de Saint-Éloy[28], un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé le dont le siège est à Saint-Éloy-les-Mines. Ce dernier est par ailleurs membre d'autres groupements intercommunaux[29]. Jusqu'au , elle faisait partie de la communauté de communes Cœur de Combrailles[30].

Sur le plan administratif, elle est rattachée à l'arrondissement de Riom, à la circonscription administrative de l'État du Puy-de-Dôme et à la région Auvergne-Rhône-Alpes[28]. Elle faisait partie du canton de Saint-Gervais-d'Auvergne jusqu'en [31].

Sur le plan électoral, elle dépend du canton de Saint-Éloy-les-Mines pour l'élection des conseillers départementaux, depuis le redécoupage cantonal de 2014 entré en vigueur en 2015[28], et de la deuxième circonscription du Puy-de-Dôme pour les élections législatives, depuis le dernier découpage électoral de 2010 (sixième circonscription avant 2010)[31].

Élections municipales et communautaires[modifier | modifier le code]

Élections de 2020[modifier | modifier le code]

Le conseil municipal de Gouttières, commune de moins de 1 000 habitants, est élu au scrutin majoritaire plurinominal à deux tours[32] avec candidatures isolées ou groupées et possibilité de panachage[33]. Compte tenu de la population communale, le nombre de sièges à pourvoir lors des élections municipales de 2020 est de 11. La totalité des candidats en lice est élue dès le premier tour, le , avec un taux de participation de 62,46 %[34].

Chronologie des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
avant 1988 ? Daniel Beaufort    
juin 1995 mars 2014 Jean-Pierre Charvillat DVG  
[Note 3] En cours
(au )
Daniel Cluzel[36] Sans étiquette  

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[37]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[38].

En 2019, la commune comptait 329 habitants[Note 4], en diminution de 7,84 % par rapport à 2013 (Puy-de-Dôme : +3,3 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
7466887057707998679349711 008
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
907903908930882926942899924
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
9549821 035878834820800667654
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2013
572538463381381386368363357
2018 2019 - - - - - - -
333329-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[39] puis Insee à partir de 2006[40].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Chapelle Notre-Dame des Blés.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le Montagard[modifier | modifier le code]

Haute colline dominant les environs du bourg de Gouttières et ayant à son sommet la chapelle Notre-Dame des Blés. Son altitude est de 737 m et de à son sommet une vue panoramique donne sur une grande partie du département du Puy-de-Dôme ; s'y retrouvent les Combrailles, la chaîne des Puys et le Puy de Dôme, les Monts Dore avec le Sancy et son massif ainsi que les Monts du Forez. Au nord, la vue donne sur le nord de la commune dominé par la crête qui culmine à 804 m dans les Grands Bois. Une table d'orientation y a été installée en 2020[41].

Chapelle Notre-Dame des Blés[modifier | modifier le code]

À l'origine une ancienne coutume voulait que les paysans de la région fissent bénir des épis de blés au sommet de la colline dans le but d'avoir de fructueuses récoltes[42]. Dans les années 1950 à la suite de nombreuses demandes de paroissiens réussirent à convaincre le prêtre de la paroisse, qui alors n'était composé que de Gouttières, d'édifier à son sommet une chapelle. Le projet est accepté par l'évêque de Clermont Mgr Pierre de La Chanonie qui vient lui-même visiter les lieux et attribue au site le nom de Notre-Dame des Blés. L'édifice sera inauguré le 11 octobre 1959[43].

La chapelle Notre-Dame-des-Blés se trouve au sommet d'une colline qui domine le village et toutes la région. Des explications sur l'existence et l'histoire de cette chapelle sont données par une table panoramique. Pour s'y rendre, le mieux est de laisser la voiture au départ de la deuxième route à droite après l'église et de marcher un peu ; on peut aussi laisser la voiture 500 m plus loin, au début du chemin qui mène à la chapelle.

Église Saint-Pierre de Gouttières[modifier | modifier le code]

La paroisse est sous la protection de deux patrons saint Pierre et de saint Eutrope. L'église porte le nom du premier.

L'édifice est de souche romane et devait ressembler à ses origines à une simple nef rectangulaire avec toit de tuiles et non d'ardoises comme actuellement. Nous retrouvons la trace de cette église dans une bulle papale de 1165 où il est cas de son affiliation à l'abbaye de Mozac.

Le bâtiment va subir de nombreuses transformations au cours du XIXe siècle, un clocher octogonal et à flèche va supplanter l'ancien clocher à peigne et deux chapelles latérales à la nef vont être aménagées[44]. L'église possède des vitraux du fameux maître vitrier de Condat, Lagaye.

Art et Street-Art[modifier | modifier le code]

Le Chat Botté réalisé par l'artiste Rino sur les murs du Château Bottes.
Fresque représentant un chat dans la rue principale du bourg de Gouttières (réalisée par Cofee).

Les Chats de Gouttières - « Cat Street Art »

Depuis juin 2019, le bourg de Gouttières fait objet de village du street-art[45],[46] par la réalisation d'un nombre important de fresques et autres œuvres réalisées dans les rues par des artistes urbains[47] et graffeurs originaire de Clermont-Ferrand (Cofee, Rino, Topaz)[48],[49] Certaines œuvres sont situées sur les monuments comme le château Bottes, l'église[50] ou encore la mairie[51].

Louma

L'association Louma a pour but de « développer et promouvoir l’expression artistique » sur la commune notamment dans le bourg de Gouttières[52]. Différentes réalisations ont lieu comme le Land'Art, la sculpture, la peinture sur galets ou encore la réalisation en décembre 2019 d'un « chapin » de Noël[53].

Statues

D'autres œuvres d'art en accès libre parsèment la commune, tant dans le Bourg que dans les différents villages. C'est par exemple le cas de statues comme celle du Chat de Gouttières, une grande statue en bois située à côté de la mairie ou encore du sanglier des Bouchauds, une imposante statue de granite réalisée à Masgot, village de sculpteurs dans la Creuse voisine[54].

Événements[modifier | modifier le code]

Chat de Gouttières par les artistes Rino et Cofee.
  • Le « Marché des Potiers ». Fondé en 1995, il est une festivité annuelle qui réunit des potiers de la France entière ainsi que d'autres pays européens[55]. Il est le plus grand marché de potiers du département du Puy-de-Dôme. Longtemps organisé au printemps, lors du dernier week-end d'avril, la date est finalement changée au profit du dernier week-end du mois de juin[56]. A partir de la 26ème édition (2022) le marché a lieu à la fin du mois de juin.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Cofee, artiste-urbain (graffeur)
  • Léon Geneix, poète né et ayant vécu à Gouttières[57].
  • Rino, artiste urbain originaire de Clermont-Ferrand.
  • Topaz, artiste-urbain.

Cinéma[modifier | modifier le code]

Le film Les Ruses du diable de Paul Vecchiali et réalisé en 1965 a en partie été réalisé sur la commune de Gouttières au hameau du Chazal.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Augustin Chassaing, Spicilegium Brivatense : Recueil de documents relatifs à l'histoire du Brivadois et à l'Auvergne, Document utilisé pour la rédaction de l’article.
  • Abbé A.M. Grange, « Notre-Dame des Blés de Gouttières », Sanctuaires et Pèlerinage, Paris, vol. 6, no 21,‎ Document utilisé pour la rédaction de l’article.
  • Ambroise Tardieu et Augustin Madebène, Histoire illustrée de la ville et du canton de Saint-Gervais d'Auvergne (Puy-de-Dôme), suivie d'un dictionnaire historique et archéologique des communes, paroisses, églises, chapelles, prieurés, commanderies, châteaux, fiefs, etc., compris dans ce canton, auto-édition, (lire en ligne) Document utilisé pour la rédaction de l’article
    Réédition : Paris, Office d'édition du livre d'histoire, 1997 (ISBN 2-84178-127-5).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en , en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Réélu en [35].
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Anthony Simon et Centre d'études et de recherches appliquées au Massif Central, à la moyenne montagne et aux espaces fragiles, « La pluriactivité en agriculture - L'exemple de la moyenne Combraille : Cinquième colloque franco-polonais - Clermont-Cracovie 1997 », Gestion des espaces fragiles en moyenne montagne : Massif central - Carpates polonaises, Clermont-Ferrand, Université Blaise-Pascal,‎ .
  2. Alain Batifoulier et Vincent Vallès, « Les Combrailles - une ruralité à deux visages » [PDF], Synthèse territoriale : Les Combrailles, INSEE Auvergne, (consulté le ).
  3. a et b Géoportail (consulté le 21 avril 2017).
  4. Distances terrestres par voie routière. Calculs effectués à partir des itinéraires Google.
  5. Montaigut - Combraille, Orléans, Bureau de recherches géologiques et minières, coll. « Carte géologique de la France à 1/50.000 » (no XXIV - 29 (644)) (lire en ligne).
  6. Pierre Goudot, Microtoponymie rurale et histoire locale : dans une zone de contact français-occitan, la Combraille, Montluçon, Société archéologique de Montluçon, coll. « études archéologiques », 2004, 488 p. (ISBN 978-2-915233-01-8), « Chapitre 6 : L'époque féodale. 1. L'habitat et les exploitations agricoles », p. 289.
  7. « Typologie urbain / rural », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  8. « Commune rurale - définition », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  9. « Comprendre la grille de densité », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  10. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Saint-Éloy-les-Mines », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  11. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Insee, (consulté le ).
  12. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole) », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique (consulté le ).
  13. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, vol. 2, Paris, , p. 1088.
  14. (oc) « Geoccitania, portau toponimic et cartografic de l'occitan ; 63390 Gotira, Auvergne-Rhône-Alpes. », sur https://openstreetmap-oc.org/.
  15. Ambroise Tardieu, Augustin Madebène, Histoire illustrée de la ville et du canton de Saint-Gervais d'Auvergne, (lire en ligne) :

    « On parle [...] à la campagne, un patois qui ressemble à celui du Limousin. »

  16. Philippe Olivier, Jean-Pierre Chambon et Johan Picot, « Un accord amiable en ancien occitan auvergnat réglant un différend fiscal entre les consuls de Mozac et ceux de Riom (1360) », Bulletin historique et scientifique de l’Auvergne, Clermont-Ferrand,‎ , p. 179-188 (ISSN 1153-2580, lire en ligne).
  17. Guy Massounie, « Les minières dans les Combrailles », Archéologie de la France,‎ (ISSN 2114-0502, lire en ligne).
  18. Frédéric Trément, Marie Delpy, Franck Fassion, Guy Massounie, « Centres et périphéries dans les cités antiques du Massif-Central. Occupation, mise en valeur et intégration des territoires de montagne dans la cité des Arvernes (fin de l’Âge du Fer – début du Moyen Âge) », (dir. Claire Besson, Olivier Blin, Bertrand Triboulot) Franges urbaines, confins territoriaux. La Gaule dans l’Empire, Bordeaux, Ausonius Éditions,‎ (ISBN 978-2-35613-150-8, ISSN 1283-2995, lire en ligne)
  19. Michaël Tournadre, Les coffres funéraires gallo-romains dans le département du Puy-de-Dôme. Rapport de prospection archéologique thématique 2015 : communes de Gouttières, Charensat et Saint-Gervais-d’Auvergne, Clermont-Ferrand, Service régional de l'archéologie Auvergne, , 113 p. (lire en ligne).
  20. Guy Massounie, Peuplements et paysages aux confins occidentaux du territoire des Arvernes de la protohistoire au moyen âge : Thèse de Doctorat en archéologie, Clermont-Ferrand, Université Blaise-Pascal, .
  21. Augustin Chassaing, Spicilegium Brivatense : Recueil de documents relatifs à l'histoire du Brivadois et de l'Auvergne, (lire en ligne).
  22. Abel Poitrineau, « Aspects de l'émigration temporaire et saisonnière en Auvergne à la fin du XVIIIe et au début du XIXe siècle », Revue d'histoire moderne et contemporaine, Belin éditeur, vol. 9,‎ , p. 5-50 (ISSN 0048-8003, e-ISSN 1776-3045, lire en ligne).
  23. Frédéric Ogé, Eléments pour servir à l'histoire et à la géographie industrielles de la Région Auvergne du début du XIXe siècle à nos jours. Départements : Allier, Cantal, Haute-Loire, Puy-de-Dôme, Paris, Frédéric Ogé, , 187 p. (ISBN 979-10-92262-16-2, lire en ligne [PDF]).
  24. H. Pouderoux, Ph. Rocher et D. Rouzaire, « Inventaire départemental des cavités souterraines hors mines du Puy-de-Dôme. Rapport final » [PDF], Bureau de recherches géologiques et minières, (consulté le ).
  25. Pierre Estienne, « Les populations de la Combraille », Revue de géographie alpine, vol. 43, no 4,‎ , p. 757-791 (ISSN 1760-7426, lire en ligne).
  26. Francis Koerner, « L'économie du Massif central durant la première guerre mondiale », Revue Historique, Paris, vol. 277, no 561,‎ , p. 67-81 (ISSN 0035-3264)
  27. « Ligne Montluçon-Gouttières » [PDF], Inventaire général du patrimoine culturel, Région Auvergne-Rhône-Alpes (consulté le ).
  28. a b et c « Commune de Gouttières (63171) », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  29. « CC du Pays de Saint-Eloy (No SIREN : 200072080) », sur la base nationale sur l'intercommunalité, (consulté le ).
  30. « CC Coeur de Combrailles (No SIREN : 246300917) », sur la base nationale sur l'intercommunalité, (consulté le ).
  31. a et b « Découpage électoral du Puy-de-Dôme », sur Politiquemania (consulté le ).
  32. Article L. 252 du Code électoral.
  33. « Municipales : le mode de scrutin dans les communes de moins de 1 000 habitants », sur vie-publique.fr, .
  34. « Résultats des élections municipales et communautaires 2020 », sur interieur.gouv.fr, Ministère de l'Intérieur (consulté le ).
  35. « Daniel Cluzel réélu maire de Gouttières (Puy-de-Dôme) », La Montagne, (consulté le ).
  36. « Liste des Maires du Puy-de-Dôme » [PDF], Préfecture du Puy-de-Dôme, (consulté le ).
  37. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  38. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  39. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  40. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  41. « Une table d’orientation à Montagard », La Montagne, Clermont-Ferrand / Riom, Groupe Centre France,‎ (ISSN 0767-4007, lire en ligne).
  42. Claude-Alain Saby, 1834-1899 : L'itinéraire d'un maçon auvergnat, Chassieu, Claude-Alain Saby, , 228 p. (ISBN 978-0-244-37908-7, lire en ligne).
  43. « Notre-Dame-des-Blés à Gouttières », Massif Central. Patrimoine - Histoire - Art de Vivre, Clermont-Ferrand, Groupe Centre France « Combrailles, un pays qui se mérite », no 138,‎ avril - mai - juin 2021, p. 43 (ISSN 1265-5651).
  44. Marcel Pierre et Maryse Pierre, Clochers de Basse-Auvergne, Nonette, Créer, , 383 p. (ISBN 2-84819-039-6, lire en ligne).
  45. « Gouttières, en territoire félin », Massif Central. Patrimoine - Histoire - Art de vivre, Clermont-Ferrand, Groupe Centre France, vol. Combrailles, un pays qui se mérite, no 138,‎ .
  46. « Les Chats de Gouttières », sur http://www.street-heart.com/, .
  47. Reportage « Les chats de Gouttières » de France 3 Auvergne du journal du samedi 30 mars 2022 (groupe France 3, Clermont-Ferrand, 2022).
  48. Florian Gallant, « Des chats géants envahissent le centre-bourg du petit village de Gouttières (Puy-de-Dôme) », La Montagne, Clermont-Ferrand, Groupe Centre France,‎ (ISSN 0767-4007, lire en ligne).
  49. « Lion-Cat (Topaz, Gouttières 63) », sur http://www.street-heart.com/, .
  50. « Sky (par Cofee) », sur http://street-heart.com/, (consulté le ).
  51. « Bienvenue aux chats de Gouttières », La Montagne, Clermont-Ferrand, Groupe Centre France,‎ (ISSN 0767-4007, lire en ligne).
  52. « Association Louma », sur http://www.gouttieres63.fr/ ; site officiel de la commune de Gouttières, (consulté le ).
  53. « Louma innove et décore son « chapin » », La Montagne, Clermont-Ferrand ; édition de Riom, Groupe Centre France,‎ (ISSN 0767-4007, lire en ligne).
  54. « Un sanglier s’invite aux Bouchauds », La Montagne, Clermont-Ferrand, Groupe Centre France,‎ (ISSN 0767-4007, lire en ligne).
  55. « Marché des potiers à Gouttières », Massif Central. Patrimoine - Histoire - Art de Vivre, Clermont-Ferrand, Groupe Centre France « Combrailles, un pays qui se mérite », no 138,‎ avril - mai - juin 2021, p. 43 (ISSN 1265-5651).
  56. « Le Marché de potiers change de date », La Montagne, Clermont-Ferrand ; édition locale de Riom, Groupe Centre France,‎ (ISSN 0767-4007, lire en ligne).
  57. Léon Geneix, Images d'Auvergne, Montdidier, Carpentier, coll. « Art et poésie », .