Liste des évêques et archevêques de Clermont

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Article général Pour un article plus général, voir Archidiocèse de Clermont.
Blason des évêques de Clermont.

Le diocèse d'Auvergne est établi à Arvernis, l'ancien chef-lieu de la cité des Arvernes. Ses évêques ne sont appelés évêques de Clairmont ou Clermont (aujourd'hui Clermont-Ferrand) qu'en 1160[1]. À partir de 1317, le diocèse est démembré et un diocèse particulier est créé pour la Haute Auvergne : le diocèse de Saint-Flour.

Évêques d'Auvergne[modifier | modifier le code]

Vitrail représentant Namacius, église Saint-Eutrope à Clermont-Ferrand.

IIIe – IVe siècle[modifier | modifier le code]

Ve siècle[modifier | modifier le code]

VIe siècle[modifier | modifier le code]

VIIe siècle[modifier | modifier le code]

VIIIe siècle[modifier | modifier le code]

IXe siècle[modifier | modifier le code]

Xe siècle[modifier | modifier le code]

XIe siècle[modifier | modifier le code]

Siège de Clermont (1122) par Louis VI le Gros ; à gauche l'évêque Aimeric rend hommage au roi. Chroniques de Saint-Denis, British Library.

XIIe siècle[modifier | modifier le code]

Évêques de Clermont[modifier | modifier le code]

XIIIe siècle[modifier | modifier le code]

XIVe siècle[modifier | modifier le code]

Démembrement en deux diocèses en 1317
Article détaillé : Liste des évêques de Saint-Flour.

XVe siècle[modifier | modifier le code]

XVIe siècle[modifier | modifier le code]

Jean-Baptiste Massillon.

XVIIe siècle[modifier | modifier le code]

XVIIIe siècle[modifier | modifier le code]

Évêque constitutionnel du Puy-de-Dôme[modifier | modifier le code]

Nouveau diocèse de Clermont[modifier | modifier le code]

Archevêques de Clermont[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. cité par Gallia Christiana et Hugues Du Tems mais omis par Jean Savaron et Dufraisse

Références[modifier | modifier le code]

  1. Baudot et Chaussin, Vie des saints, 1935, p. 502.
  2. a b et c Ambroise Tardieu, Grand dictionnaire du département du Puy-de-Dôme, p. 18
  3. Vita Maximi, abbatis martyrisque Viennensis, AASS, II ianuarii.
  4. Pierre Riché, Les Carolingiens, une famille qui fit l'Europe, p. 42.
  5. Chartes et documents pour servir à l'histoire de l'abbaye de Saint-Maixent. Tome 1. Alfred Richard. page 308.

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]