Saint-Rémy-de-Blot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Saint-Rémy-de-Blot
Saint-Rémy-de-Blot
Vu du donjon de Château-Rocher.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Puy-de-Dôme
Arrondissement Riom
Intercommunalité Communauté de communes Combrailles Sioule et Morge
Maire
Mandat
François Roguet
2020-2026
Code postal 63440
Code commune 63391
Démographie
Population
municipale
230 hab. (2017 en diminution de 0,86 % par rapport à 2012)
Densité 15 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 04′ 41″ nord, 2° 55′ 53″ est
Altitude Min. 346 m
Max. 665 m
Superficie 15,22 km2
Élections
Départementales Canton de Saint-Georges-de-Mons
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Saint-Rémy-de-Blot
Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme
Voir sur la carte topographique du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Saint-Rémy-de-Blot
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Rémy-de-Blot
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Rémy-de-Blot

Saint-Rémy-de-Blot (Sant Remesi de Blòt en occitan) est une commune française située dans le département du Puy-de-Dôme, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Saint-Rémy-de-Blot est située au nord du département du Puy-de-Dôme.

Six communes sont limitrophes[1] :

Communes limitrophes de Saint-Rémy-de-Blot
Menat Pouzol
Saint-Rémy-de-Blot
Ayat-sur-Sioule Blot-l'Église
Lisseuil
Saint-Pardoux

Transports[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par les routes départementales 16 (vers Pouzol), 99 (vers Saint-Pardoux), 109 (vers Menat au nord-ouest, Lisseuil et Châteauneuf-les-Bains au sud) et 2144 (ancienne route nationale 144, axe Clermont-FerrandMontluçon)[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

L'église paroissiale, appelée « Saint-Rémy » sous l'Ancien Régime, était une dépendance de l'abbaye de Mozac. Il s'agissait d'un « prieuré simple », c'est-à-dire un ancien prieuré (une petite communauté religieuse) qui par la suite n'a été occupé que par un curé à la nomination du père-abbé. La cure a également dépendu de la nomination de l'abbé de Menat. Il n'y a plus aucune trace des bâtiments du prieuré. L'église a été reconstruite en style néoroman entre 1869 et 1871.

Au cours de la période révolutionnaire de la Convention nationale (1792-1795), la commune a porté le nom de Blot-le-Rocher[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1983 mars 2008 Paul Philippe PCF[3]  
mars 2008 En cours
(au 14 septembre 2020)
François Roguet[4],[5] PS Professeur d'arts appliqués et architecte-designer[6]

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Saint-Rémy-de-Blot fait partie jusqu'en 2016 de la communauté de communes du Pays de Menat, puis à partir du de la communauté de communes Combrailles Sioule et Morge[7].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[9].

En 2017, la commune comptait 230 habitants[Note 1], en diminution de 0,86 % par rapport à 2012 (Puy-de-Dôme : +2,45 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 0659281 0301 0811 1351 2141 2401 2061 199
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 1321 080944849871860793777746
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
770732700573520491464401370
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
325319265226191198211224232
2017 - - - - - - - -
230--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Château-Rocher[modifier | modifier le code]

Le Château-Rocher (appelé à l'origine « Blot-le-Château ») est situé sur une falaise de 150 mètres qui surplombe la Sioule. Son objectif était la surveillance de la vallée de la Sioule et du pont de Menat, lieu de passage entre l'Auvergne et le Bourbonnais. La forteresse a été construite à la fin du XIe siècle à l'initiative d'Archambaud le Fort, seigneur de Bourbon. L'édification et l'agrandissement du château se sont poursuivis jusqu'au XVe siècle, mais il semble avoir perdu de son importance stratégique à partir du XVIe siècle. Il aurait été abandonné au cours du XVIIIe siècle. Aujourd'hui, le château est en ruines, mais depuis 1964, l'Association Château-Rocher a entrepris des travaux de consolidation[11]. L'accès au site est gratuit une partie de l'année. En juillet et août, l'Association Château-Rocher propose des visites guidées.

Le pont de Menat[modifier | modifier le code]

Il s'agit d'un pont médiéval en dos d'âne dont l'origine est incertaine. Il est situé sur la rivière de la Sioule, pour moitié sur les communes de Saint-Rémy-de-Blot et de Menat.

Il aurait été implanté sur l'ancienne voie romaine d'Augustonemetum à Aquae Nerii. Bâti au XIIe siècle, il était au Moyen Âge, le seul passage entre Ébreuil et Châteauneuf-les-Bains sur la Sioule. Cette rivière était alors une voie de pénétration entre l'Auvergne (historique) et le Bourbonnais.

La première mention connue de ce pont est à l'occasion d'un procès entre abbé de Menat et le seigneur de Château-Rocher en 1344. Le pont est mentionné comme existant depuis plus de 75 ans.

La travée de la rive gauche a été emportée par une crue au XVIIIe siècle et ne fut reconstruite qu'au début du XXe siècle. Grâce à des travaux de consolidations, le pont a été utilisé comme unique moyen de franchissement de la Sioule au niveau de Menat, jusqu'en 1839, date de la construction du nouveau pont[12].

À l'origine, il devait vraisemblablement existé un pont flottant gallo-romain, c'est-à-dire un système de barques en bois mobiles, attachées les unes aux autres.

Le Camping Moto Route 99 (Moto Touché)

Saint Rémy-de-Blot, dans l’esprit de la population locale qui a vu naître "Moto Touché" (Moto "Sympa" en Néerlandais", rebaptisé rapidement "Route 99" situé sur la RD99) en 1993, comme dans celui des communautés des grands voyageurs à moto Européens est souvent associée au Camping Moto. Il s'agit d'un centre d'hébergement privé uniquement réservé aux Motards. Le lieu y est aussi réputé pour sa scène Rock. Il a pris son essor notamment lors des très grands rassemblements de Cunlhat et plus tard Courpière dans les années 1990-2000 et organisés par les Hells Angels du Chapitre de Clermont-Ferrand.

Lieu emblématique du "monde de la moto" en Europe du Nord comme en France. Ce lieu est né à l'initiative de Wim Shouten, un motard néerlandais ayant réalisé la nécessité de créer un lieu d'étape pour les motards traversant la France pour se rendre vers le sud (en France ou dans d'autres pays).

Maintes fois repris par différents propriétaires, il est aujourd'hui un lieu phare de villégiature et de découverte de l'Auvergne et l'un des "passages obligés" pour les motards de passage dans la région.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Géoportail (consulté le 21 avril 2017).
  2. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. « http://www.pcf.fr/spip.php?article2402#outil_sommaire_59 Liste des maires communistes »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  4. Liste des maires 2014 [PDF], site de la préfecture du Puy-de-Dôme (consulté le 13 juillet 2014).
  5. « Liste des Maires du Puy-de-Dôme », sur amr63.asso.fr, Association des maires ruraux du Puy-de-Dôme (consulté le 14 septembre 2020).
  6. Supplément « Annuaire des maires Puy-de-Dôme », La Montagne, , p. 35 (édition du Puy-de-Dôme).
  7. Arrêté no 16-02965 du 19 décembre 2016 « prononçant la fusion des communautés de communes « Côtes de Combrailles » et « Manzat Communauté » étendue aux communes de : Blot L'Église, Lisseuil, Marcillat, Saint-Gal-sur-Sioule, Saint-Pardoux, Saint-Quintin-sur-Sioule, Saint-Rémy de Blot et Pouzol […] à compter du  », et arrêté rectificatif no 16-02982 du 22 décembre 2016, parus au recueil des actes administratifs no 63-2016-065 [PDF], Préfecture du Puy-de-Dôme, 23 décembre 2016 (consulté le 23 décembre 2016), p. 127-139 et 143-145.
  8. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  11. Yves Devaux, Histoire de Château-Rocher et ses environs, Paris, Rempart / Saint-Rémy-de-Blot, Association Château-Rocher, 1980.
    André Georges Manry (dir.), Histoire des communes du Puy-de-Dôme, arrondissement de Riom, Éditions Horvath, rééd. 1991, p. 276-277.
    Paul Darrot, Saint-Rémy-de-Blot, diversité du patrimoine, Combronde, SIET Brayauds et Combrailles, 1998.
  12. André Georges Manry (dir.), Histoire des communes du Puy-de-Dôme, arrondissement de Riom, Éditions Horvath, rééd. 1991, p. 255-256.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :