Montaigut (Puy-de-Dôme)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Montaigut.
Montaigut
Transept de l'église et tour médiévale
Transept de l'église et tour médiévale
Blason de Montaigut
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Puy-de-Dôme
Arrondissement Riom
Canton Saint-Éloy-les-Mines
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Saint-Éloy
Maire
Mandat
Claire Lempereur
2014-2020
Code postal 63700
Code commune 63233
Démographie
Population
municipale
996 hab. (2015 en diminution de 3,95 % par rapport à 2010)
Densité 122 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 10′ 48″ nord, 2° 48′ 34″ est
Altitude Min. 535 m
Max. 714 m
Superficie 8,18 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

Voir sur la carte administrative du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Montaigut

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

Voir sur la carte topographique du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Montaigut

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Montaigut

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Montaigut
Liens
Site web ville-montaigut.fr

Montaigut, aussi appelée Montaigut-en-Combraille, est une commune française située dans le département du Puy-de-Dôme, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est située dans les Combrailles.

Le Bouron, principal affluent de la Tartasse, y prend sa source sous le nom de ruisseau de la Prade[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Elle fut chef-lieu de district de 1790 à 1795.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Montaigut Blason D'azur à la lettre majuscule M d'or couronnée du même, accompagnée de trois fleurs de lys aussi d'or.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Montaigut en Combraille était chef-lieu du canton jusqu'en 2015 ; à l'issue du redécoupage des cantons du département, la commune est rattachée au canton de Saint-Éloy-les-Mines[2].

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1876 1878 Adolphe Laville Union
républicaine
Propriétaire
Conseiller général (1856-1910)
Député (1881-1906)
  1938[Note 1] Ludovic Michel SFIO Médecin
Conseiller général (1910-1938)
    André Michel Rad. Médecin
Conseiller général (1945-), fils du précédent
    Jean-Paul Toucas PS Médecin
Conseiller général (1979-1989)
mars 2014 en cours Claire Lempereur[3] PS  

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[5].

En 2015, la commune comptait 996 habitants[Note 2], en diminution de 3,95 % par rapport à 2010 (Puy-de-Dôme : +2,4 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 657 1 460 1 434 1 442 1 421 1 620 1 652 1 675 1 641
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 624 1 700 1 710 1 749 1 793 1 855 1 830 1 915 1 881
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 886 1 838 1 786 1 658 1 639 1 563 1 498 1 562 1 708
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2015
1 744 1 665 1 547 1 476 1 235 1 129 1 075 1 027 996
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Montaigut dépend de l'académie de Clermont-Ferrand.

Les élèves de la commune commencent leur scolarité à l'école élémentaire publique Louise-Michel[8]. Ils poursuivent au collège Alexandre-Varenne de Saint-Éloy-les-Mines[9] puis au lycée Virlogeux de Riom pour les filières générales et STMG, ou au lycée Pierre-Joël-Bonté, à Riom, pour la filière STI2D[10].

Les lycéens bénéficient d'une double sectorisation dans la commune : ils peuvent aussi fréquenter les lycées du bassin de Montluçon[11].

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Ruines du château.
  • Cité médiévale.
  • Donjon en ruine sur le site du château. Château détruit en 1633 sur l'ordre du cardinal de Richelieu.
  • Église Saint-Illide du XIIIe siècle. Monument historique classé
  • Statue Notre-Dame-de-Bonne-Nouvelle en bois polychrome du XVIe siècle dans l'église.
  • La lanterne des morts dans l'église.
  • Maison de l'Apothicaire du XIIIe siècle. Monument historique classé.
  • Beffroi avec sa cloche de 1567 baptisée Charlotte.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Pierre Guérin de Montaigu ou Garin de Montaigu (vers 1180-1230), grand maréchal de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem, mort en Palestine.
  • Docteur Jean Paul Toucas, maire et conseiller général de Montaigut-en-Combraille.
  • Docteur André Michel, maire et résistant sous l'Occupation
  • Pascal Lagrange, président du Conseil de Développement du Pays des Combrailles de 2002 à 2014.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Décès en cours de mandat.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Sandre : fiche cours d'eau du Bouron.
  2. Décret no 2014-210 du 21 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département du Puy-de-Dôme.
  3. « Liste des Maires du Puy-de-Dôme » [PDF], Préfecture du Puy-de-Dôme, (consulté le 13 juillet 2014).
  4. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  8. « Annuaire : Résultats de recherche », sur education.gouv.fr, Ministère de l'Éducation nationale (consulté le 18 mars 2018).
  9. « Sectorisation », sur puy-de-dome.fr, Conseil départemental du Puy-de-Dôme (consulté le 18 mars 2018) ; taper « MONTAIGUT » dans le formulaire de saisie.
  10. « Sectorisation des lycées - Département du Puy-de-Dôme » [PDF], Direction des services départementaux de l'Éducation nationale du Puy-de-Dôme, (consulté le 18 mars 2018).
  11. « Sectorisation des lycées - Département du Puy-de-Dôme - Communes limitrophes de l'Allier bénéficiant d'une double sectorisation pour le lycée » [PDF], Direction des services départementaux de l'Éducation nationale du Puy-de-Dôme, (consulté le 18 mars 2018).