Saint-Myon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune du Puy-de-Dôme
Cet article est une ébauche concernant une commune du Puy-de-Dôme.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Saint-Myon
La route départementale 985 vers Beauregard-Vendon.
La route départementale 985 vers Beauregard-Vendon.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Puy-de-Dôme
Arrondissement Riom
Canton Saint-Georges-de-Mons
Intercommunalité Communauté de communes des Côtes de Combrailles
Maire
Mandat
Jean-Pierre Muselier
2014-2020
Code postal 63460
Code commune 63379
Démographie
Population
municipale
459 hab. (2013)
Densité 83 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 59′ 39″ Nord, 3° 07′ 54″ Est
Altitude Min. 334 m – Max. 451 m
Superficie 5,51 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

Voir sur la carte administrative du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Saint-Myon

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

Voir sur la carte topographique du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Saint-Myon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Myon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Myon

Saint-Myon est une commune française, située dans le département du Puy-de-Dôme en région administrative Auvergne-Rhône-Alpes. Elle fait partie de l'aire urbaine de Clermont-Ferrand.

Géographie[modifier | modifier le code]

Saint-Myon est une commune du Puy-de-Dôme située au nord du département, entre Combronde et Aigueperse. Il comprend le petit hameau de Parret, placé en amphithéâtre face au bassin de Combronde.

Quatre communes sont limitrophes (cinq en incluant le quadripoint avec Aubiat)[1].

Communes limitrophes de Saint-Myon
Artonne
Combronde Saint-Myon Aubiat
(quadripoint)
Beauregard-Vendon Chambaron-sur-Morge
(La Moutade)

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le village est traversé par la rivière Morge.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Le territoire communal est traversé par les routes départementales 223 (liaison vers Combronde) et 985 (vers Beauregard-Vendon à l'ouest, Artonne et Aigueperse au nord-est). Au nord-ouest de la commune passe l'autoroute A71 ; c'est l'accès autoroutier le plus proche via Combronde ; l'échangeur 12.1 est situé sur le territoire communal[1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de Saint-Myon vient de saint Médulphe, patron de la commune.

Histoire[modifier | modifier le code]

Cette ville dispose d'un pont, qui avait été détruit pendant la Seconde Guerre mondiale pour empêcher les nazis de passer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2014 en cours Jean-Pierre Muselier    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2013, la commune comptait 459 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
606 660 702 721 754 785 775 777 840
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
740 707 720 730 735 739 725 737 686
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
685 639 617 564 516 475 481 376 360
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2008 2009
285 265 269 271 302 313 377 416 424
2013 - - - - - - - -
459 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Saint-Myon dépend de l'académie de Clermont-Ferrand. Il n'existe aucune école.

Les collégiens se rendent à Aigueperse[4] et les lycéens à Riom[5].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Médulphe de style roman auvergnat des XIIe, XIIIe et XVIIIe siècles, consacrée à saint Médulphe. Classée monument historique depuis 1911[6].
  • Four communal de Parret. Ancien four banal du XVIIIe siècle.
  • Plusieurs sources minérales ferrugineuses étaient exploitées jusqu'au milieu du XXe siècle. La plus connue, la « Source Desaix », fut très renommée au XVIIe siècle. Elle était servie sur la table de Louis XIV et les grands personnages comme Pascal, Mazarin, Colbert, la marquise de Sévigné, la consommaient régulièrement[réf. nécessaire].
  • Prieuré (XIIIe, XVIIIe et XIXe siècles), inscrit aux monuments historiques en 2003[7].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Carte de Saint-Myon sur le site Géoportail de l'IGN (consulté le 24 mai 2016).
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2008, 2009, 2013.
  4. « SECTORISATION - DEPARTEMENT du PUY-DE-DÔME » [PDF], Direction des services départementaux de l'Éducation nationale du Puy-de-Dôme,‎ (consulté le 24 mai 2016).
  5. « Sectorisation des lycées - Département du Puy-de-Dôme » [PDF], Direction des services départementaux de l'Éducation nationale du Puy-de-Dôme,‎ (consulté le 24 mai 2016).
  6. « Eglise Saint-Médulphe (ou Saint-Myon) », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  7. « Prieuré de Saint-Myon », base Mérimée, ministère français de la Culture.