Montfermy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Montfermy
Vue du village.
Vue du village.
Blason de Montfermy
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Puy-de-Dôme
Arrondissement Riom
Canton Saint-Ours
Intercommunalité Communauté de communes Chavanon Combrailles et Volcans
Maire
Mandat
Gilles Servière
2014-2020
Code postal 63230
Code commune 63238
Démographie
Population
municipale
226 hab. (2014)
Densité 16 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 52′ 52″ nord, 2° 48′ 37″ est
Altitude Min. 530 m
Max. 771 m
Superficie 14,25 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

Voir sur la carte administrative du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Montfermy

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

Voir sur la carte topographique du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Montfermy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Montfermy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Montfermy

Montfermy est une commune française, située dans le département du Puy-de-Dôme, en région Auvergne-Rhône-Alpes. Elle fait partie de l'aire urbaine de Clermont-Ferrand.

Géographie[modifier | modifier le code]

Montfermy est situé au nord du Puy-de-Dôme.

La Sioule traverse la commune.

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 en cours
(au 9 avril 2014)
Gilles Servière[1]    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[3],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 226 habitants, en augmentation de 10,24 % par rapport à 2009 (Puy-de-Dôme : 2,3 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
399 373 424 389 428 414 440 482 463
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
496 481 453 469 465 434 423 425 436
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
372 348 324 287 271 257 234 203 179
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2011 2014
182 189 186 175 146 159 189 210 226
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église romane de Saint-Léger : construite au XIIe siècle pour remplacer un oratoire qui, suivant une légende, aurait été créé par saint Brachion. Elle a subi des remaniements au cours du temps. Elle comporte des fresques datant probablement du début du XIVe siècle, mises au jour par Yves Morvan[6] lors de restaurations au début des années 1980[7]. Une des fresques représente la (re)construction d'une église romane ; l'ensemble relate peut-être un séisme qui aurait ravagé le château et l'église d'alors[8].
Cascade de la Sioule à Montfermy, créée par la réunion de deux méandres.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Combrailles et patrimoine, t. 1 : églises et chapelles, Syndicat mixte pour l'aménagement des Combrailles, 2e trimestre 2001 (détail de l'édition).
  • Yves Morvan, « Montfermy : les peintures murales du sanctuaire », Bulletin historique et scientifique de l'Auvergne, vol. 93, no 689,‎ .

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Liste des Maires du Puy-de-Dôme » [PDF], Préfecture du Puy-de-Dôme, (consulté le 13 juillet 2014).
  2. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  6. « Les mystères de l'église Saint-Léger de Montfermy », La Montagne,‎ , p. 5.
  7. Yves Morvan, « Montfermy : les peintures murales du sanctuaire », Bulletin historique et scientifique de l'Auvergne, vol. 93, no 689,‎ , p. 93-106.
  8. M.-C. O., « Saint-Léger de Montfermy : chef-d'œuvre de l'art roman », La Montagne,‎ , p. 9.