Marcillat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Marcillat (homonymie).
Marcillat
Image illustrative de l'article Marcillat
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Puy-de-Dôme
Arrondissement Riom
Canton Saint-Georges-de-Mons
Intercommunalité Communauté de communes Combrailles Sioule et Morge
Maire
Mandat
Bernard Lescure
2014-2020
Code postal 63440
Code commune 63208
Démographie
Population
municipale
281 hab. (2014)
Densité 24 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 04′ 50″ nord, 3° 02′ 16″ est
Altitude Min. 340 m – Max. 650 m
Superficie 11,76 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

Voir sur la carte administrative du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Marcillat

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

Voir sur la carte topographique du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Marcillat

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Marcillat

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Marcillat

Marcillat est une commune française, située dans le département du Puy-de-Dôme en région d'Auvergne-Rhône-Alpes. Elle fait partie de l'aire urbaine de Clermont-Ferrand.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Marcillat est située au nord du département du Puy-de-Dôme. Six communes sont limitrophes[1] :

Communes limitrophes de Marcillat
Saint-Gal-sur-Sioule Saint-Quintin-sur-Sioule
Pouzol Marcillat
Saint-Pardoux Saint-Hilaire-la-Croix Champs

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Le territoire communal est traversé par les routes départementales 15 (reliant Saint-Gal-sur-Sioule au nord-ouest à Saint-Hilaire-la-Croix au sud, vers la route départementale 2144, ancienne route nationale 144, en direction de Riom et Clermont-Ferrand), 50 (reliant Ébreuil et Saint-Quintin-sur-Sioule, au nord-est, à Saint-Pardoux, vers la D 2144, en direction de Saint-Éloy-les-Mines ; cette route passe par le lieu-dit Mathas), 99 (reliant Saint-Quintin-sur-Sioule à la D 2144 à l'ouest) et 99a[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1800 1807 Jean Mathieu    
       
1811 1822 Etienne Migeon    
1822 1832 François-Gilbert Mandet    
1832 1837 Jean Mathieu    
1837 1848 Étienne Lescure    
1848 1849 Marien Lantray    
1849 1852 Jean Mathieu    
1852 1853 Étienne Lescure    
1853 1861 Marien Lantray    
1861 1866 Annet Channier    
1866 1876 Charles-Joseph Du Crozet    
1876 1877 Gilbert Lescure    
1877 1882 Antoine Mosnier    
1882 1888 Gilbert Lescure    
1888 1900 Jean Mathieu    
1900 1929 Gervais Fourtin    
1929 1929 Simon Miolane    
1929 1935 Antonin Jaffeux    
1935 1944 Alphonse Jaffeux    
1944 mai 1953 Marcel Malcourant    
mai 1953 juin 1995 Marcel Peyronnet    
juin 1995 en cours
(au 9 avril 2014)
Bernard Lescure[2] PCF Conseiller général du canton de Menat (2008-2015)

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Marcillat fait partie jusqu'en 2016 de la communauté de communes du Pays de Menat, puis à partir du de la communauté de communes Combrailles Sioule et Morge[3].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[5],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 281 habitants, en augmentation de 27,15 % par rapport à 2009 (Puy-de-Dôme : 2,3 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
546 649 571 677 708 776 779 742 751
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
754 717 719 726 760 786 775 797 782
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
726 730 662 575 529 460 439 386 308
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
316 304 232 235 213 202 195 264 281
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Géoportail (consulté le 20 avril 2017).
  2. Liste des maires 2014, site de la préfecture du Puy-de-Dôme, 9 avril 2014 (consulté le 28 septembre 2014).
  3. Arrêté no 16-02965 du 19 décembre 2016 « prononçant la fusion des communautés de communes « Côtes de Combrailles » et « Manzat Communauté » étendue aux communes de : Blot L'Église, Lisseuil, Marcillat, Saint-Gal-sur-Sioule, Saint-Pardoux, Saint-Quintin-sur-Sioule, Saint-Rémy de Blot et Pouzol […] à compter du  », et arrêté rectificatif no 16-02982 du 22 décembre 2016, parus au recueil des actes administratifs no 63-2016-065 [PDF], Préfecture du Puy-de-Dôme, 23 décembre 2016 (consulté le 23 décembre 2016), p. 127-139 et 143-145.
  4. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .