Davayat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune du Puy-de-Dôme
Cet article est une ébauche concernant une commune du Puy-de-Dôme.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Davayat
Château de Davayat.
Château de Davayat.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Puy-de-Dôme
Arrondissement Riom
Canton Saint-Georges-de-Mons
Intercommunalité Communauté de communes Combrailles Sioule et Morge
Maire
Mandat
Pascal Caillet
2014-2020
Code postal 63200
Code commune 63135
Démographie
Population
municipale
591 hab. (2014)
Densité 254 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 56′ 53″ nord, 3° 06′ 34″ est
Altitude Min. 338 m – Max. 369 m
Superficie 2,33 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

Voir sur la carte administrative du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Davayat

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

Voir sur la carte topographique du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Davayat

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Davayat

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Davayat
Liens
Site web ville-davayat.com

Davayat est une commune française située dans le département du Puy-de-Dôme en région Auvergne-Rhône-Alpes. Elle fait partie de l'aire urbaine de Clermont-Ferrand.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Davayat est située au nord du département du Puy-de-Dôme.

Cinq communes sont limitrophes[1] :

Communes limitrophes de Davayat
Beauregard-Vendon
Gimeaux Davayat Chambaron-sur-Morge
Yssac-la-Tourette Saint-Bonnet-près-Riom

Transports[modifier | modifier le code]

Le territoire communal est traversé par l'autoroute à deux numéros A71-A89, ainsi que par les routes départementales 2144 (ancienne route nationale 144 reliant Riom à Combronde et Montluçon), 17 (Gimeaux – Cellule) et 404 (vers Yssac-la-Tourette)[1]. L'accès le plus proche à l'autoroute est à Combronde.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le nom de la commune vient du nom du chef gallo-romain Davaius mais l'installation des hommes remonte à une époque beaucoup plus ancienne (plus de 5 000 ans av. J.-C.).

Depuis cette époque, la commune fut habitée de façon continue jusqu'à nos jours.

Une voie romaine menant de Augustonemetum (Clermont-Ferrand) à Avaricum (Bourges) passait à Davayat devant un temple gaulois remplacé beaucoup plus tard par l'église Saint-Julien.

De cette voie de circulation subsiste une borne milliaire, demi cylindres en grès visibles aujourd'hui sur le parvis de l'église.

Jusque dans les années 1890, Davayat se composait de trois hameaux : le Mas (à l'est), Davayat (le château et ses dépendances) et Montotoute (à l'ouest).

L'église Saint-Julien était à l'extérieur du village jusqu'à la construction du lotissement des Coupades dans les années 1980.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2008 en cours Pascal Caillet[2]   réélu pour le mandat 2014-2020

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du début des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[4],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 591 habitants, en augmentation de 3,32 % par rapport à 2009 (Puy-de-Dôme : 2,3 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
372 363 409 521 582 600 604 572 595
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
605 610 556 525 530 515 501 480 454
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
445 435 405 323 319 284 277 235 262
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2011 2014
250 252 243 421 508 510 565 569 591
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006 [6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Davayat dépend de l'académie de Clermont-Ferrand et gère une école élémentaire publique[7].

Les élèves poursuivent leur scolarité à Riom, au collège Michel-de-l'Hospital[8] puis au lycée Virlogeux[9].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

On trouve à Davayat :

  • Un menhir dans la cour d'un particulier est le plus important d'Auvergne (4,20 m au-dessus du sol et 5 m au total, pesant plus de 10 tonnes), fut classé monument historique en 1887. Il fut dressé il y a plus de 5000 ans, à la fin du Néolithique.
    Ce menhir autrefois appelé « pierre de Montotoux » (de Teutatès, dieu gaulois) se trouve maintenant dans la cour d'une maison vigneronne.
  • Un château de style Louis XIII. Édifiée par Blaise Roze, riche négociant riomois, qui l'utilisait comme « maison de campagne », cette gentilhommière fut construite au début du XVIIe siècle. Elle ne devait jamais être achevée suivant les plans d’origine (construction de l'aile Louis XVI interrompue pendant la Révolution). Aujourd’hui, on visite les appartements où sont exposées des collections d’objets divers (figurines de Tanagra, éventails, tableaux, objets décoratifs) et des costumes d’époque. Le château est entouré d'un parc de cinq hectares, avec un jardin à la française (dessiné par un élève de Le Nôtre) où se dresse un if quatre fois centenaire, restauré dans sa forme initiale, son bassin et ses sculptures sont remarquables. Une allée de marronniers conduit à cette gentilhommière Louis XIII. Deux imposants lions sculptés en pierre de Volvic gardent la cour d'honneur. L'aile XVIIIe est ornée d'une charmante terrasse percée de fenêtre en médaillon et soutenue par une colonnade en pierre de Volvic.
  • La pierre de Sainte Flamine est une pierre d'arkose, place de l'église ; elle fut identifié au XIXe siècle comme un autel de sacrifice druidique ; le quartier de Montotoux (ou Montotoute) fut un haut-lieu celtique. La légende populaire affirme que les entailles dans cette pierre sont les empreintes des genoux de Flaminia, martyre chrétienne originaire de Montaclier (commune de Gimeaux) qui à la fin du IIIe siècle eût la tête tranchée sur ordre du gouverneur d'Auvergne Blasius ou Eulasius. La tête de sainte Flamine fut jetée dans le puits voisin du temple en ruine de Teutatès. Ce puits se trouve actuellement dans la nef de l'église et son eau aurait la particularité de soigner les maladies des yeux.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Carte de Davayat sur le site Géoportail de l'IGN.
  2. Liste des maires 2014, site de la préfecture du Puy-de-Dôme (consulté le 13 juillet 2014).
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  7. Annuaire des établissements scolaires de Davayat, Ministère de l'Éducation nationale (consulté le 26 août 2016).
  8. « SECTORISATION - DEPARTEMENT du PUY-DE-DÔME » [PDF], Direction des services départementaux de l'Éducation nationale du Puy-de-Dôme,‎ (consulté le 26 août 2016).
  9. « Sectorisation des lycées - Département du Puy-de-Dôme » [PDF], Direction des services départementaux de l'Éducation nationale du Puy-de-Dôme,‎ (consulté le 26 août 2016).