Saint-Sulpice (Puy-de-Dôme)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune du Puy-de-Dôme
Cet article est une ébauche concernant une commune du Puy-de-Dôme.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade ’’Bon début’’ quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Sulpice.
Saint-Sulpice
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Puy-de-Dôme
Arrondissement Clermont-Ferrand
Canton Saint-Ours
Intercommunalité Communauté de communes Sioulet-Chavanon
Maire
Mandat
Robert Pailler
2014-2020
Code postal 63760
Code commune 63399
Démographie
Population
municipale
90 hab. (2013)
Densité 4,9 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 38′ 38″ N 2° 37′ 41″ E / 45.6439, 2.628145° 38′ 38″ Nord 2° 37′ 41″ Est / 45.6439, 2.6281
Altitude Min. 691 m – Max. 922 m
Superficie 18,22 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

Voir sur la carte administrative du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Saint-Sulpice

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

Voir sur la carte topographique du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Saint-Sulpice

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Sulpice

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Sulpice

Saint-Sulpice est une commune française, située dans le département du Puy-de-Dôme en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Saint-Sulpice est une commune située à l'ouest du département du Puy-de-Dôme.

Elle jouxte sept communes (huit en comptant Bourg-Lastic en double du fait de la présence d'une enclave)[1] :

Communes limitrophes de Saint-Sulpice
Lastic Bourg-Lastic (enclave) Briffons
Bourg-Lastic Saint-Sulpice Saint-Julien-Puy-Lavèze
Messeix Avèze Saint-Sauves-d'Auvergne

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est arrosée par la Clidane qui lui sert de limite naturelle, la séparant de Saint-Julien-Puy-Lavèze sur environ trois kilomètres et demi.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

Le territoire communal est traversé d'ouest en est par l'autoroute A89 reliant les grandes agglomérations de Bordeaux et de Lyon. Son accès le plus proche est situé à Saint-Julien-Puy-Lavèze (échangeur no 25 de Saint-Julien-Sancy). Cette autoroute, ouverte en 2000, double la route nationale 89 déclassée en 2006 et devenue la route départementale 2089, reliant les villes de Clermont-Ferrand à l'est et Bourg-Lastic, Ussel et Tulle à l'ouest.

Les autres routes départementales sont de moindre importance, puisqu'elles assurent une desserte locale. La D 61 dessert le centre du village ; cet axe relie Briffons au nord à la D 602 au sud, cette dernière reliant Bourg-Lastic à la D 31 menant vers Saint-Sauves-d'Auvergne et Messeix. Au nord-est, la D 98 relie l'enclave de Bourg-Lastic à la gare de Laqueuille[1].

Transport ferroviaire[modifier | modifier le code]

La ligne d'Eygurande - Merlines à Clermont-Ferrand passe au sud de la commune. Jusqu'en juillet 2014, des trains TER reliant les gares de Clermont-Ferrand et de Brive-la-Gaillarde ou de Limoges circulaient. La gare la plus proche est celle de Laqueuille, sur la commune limitrophe de Saint-Julien-Puy-Lavèze.

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1966 en cours
(au 9 avril 2014)
Robert Pailler[2],[3]    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2013, la commune comptait 90 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1872. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
462 452 390 419 396 339 355 320 308
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
314 296 266 230 193 187 159 149 132
1982 1990 1999 2007 2008 2012 2013 - -
140 109 113 104 104 90 90 - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Carte de Saint-Sulpice sur Géoportail.
  2. « Liste des Maires du Puy-de-Dôme » [PDF], sur le site de la préfecture du Puy-de-Dôme,‎ (consulté le 28 septembre 2014).
  3. « Robert Pailler, 89 ans, maire depuis 1966 et…candidat en 2014 ! », sur France 3 Auvergne - Blog Politique,‎ .
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2007, 2008, 2012, 2013.