Durmignat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Durmignat
Image illustrative de l'article Durmignat
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Puy-de-Dôme
Arrondissement Riom
Canton Saint-Éloy-les-Mines
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Saint-Éloy
Maire
Mandat
Guy Chartoire
2014-2020
Code postal 63700
Code commune 63140
Démographie
Population
municipale
198 hab. (2014)
Densité 16 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 11′ 14″ nord, 2° 53′ 24″ est
Altitude Min. 408 m – Max. 567 m
Superficie 12,36 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

Voir sur la carte administrative du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Durmignat

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

Voir sur la carte topographique du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Durmignat

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Durmignat

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Durmignat

Durmignat est une commune française, située dans le département du Puy-de-Dôme en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Durmignat est située au nord-ouest du département du Puy-de-Dôme.

Cinq communes sont limitrophes, dont une dans le département limitrophe de l'Allier[1] :

Communes limitrophes de Durmignat
Lapeyrouse
Buxières-sous-Montaigut Durmignat Échassières (Allier)
Saint-Éloy-les-Mines Moureuille

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par les routes départementales 100 (vers Lapeyrouse au nord), 518 (vers Buxières-sous-Montaigut et Moureuille) et 518a (entre les hameaux de Pranoix et de Sauteloup)[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune figure sur la carte de Cassini établie au XVIIIe siècle sous le nom de Durmignac. Avant 1789, bien que située dans le département du Puy-de-Dôme, la commune faisait partie de l'ancienne province du Bourbonnais[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La commune a fait partie du canton de Montaigut jusqu'en mars 2015. À l'issue du redécoupage cantonal appliqué en 2015, la commune est rattachée au canton de Saint-Éloy-les-Mines[3].

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2008 en cours
(au 9 avril 2014)
Guy Chartoire[4]    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[6],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 198 habitants, en diminution de -1,49 % par rapport à 2009 (Puy-de-Dôme : 2,3 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
378 308 523 335 418 442 502 547 718
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
642 659 584 570 558 584 657 686 699
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
738 714 665 598 546 503 470 429 456
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
400 347 289 243 224 188 202 201 198
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Rivière : la Bouble.
  • Lieux de légende locale :
  • Le pied de la biche : empreinte de pied de biche dans une pierre situé dans un champ à proximité de la Bouble non loin du lieu-dit le Bouty.
  • Le roc du Diable : rocher fendu au bord de la Bouble.
  • Église Sainte-Roch du XIIIe et du XIXe siècles.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Géoportail (consulté le 20 avril 2017).
  2. Robert de Vaugondy, Gouvernemens généraux de la Marche, du Limousin, et de l'Auvergne, 1753.
  3. Décret no 2014-210 du 21 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département du Puy-de-Dôme.
  4. « Liste des Maires du Puy-de-Dôme » [PDF], Préfecture du Puy-de-Dôme, (consulté le 12 juillet 2014).
  5. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .